SCP-1052
notation: +2+x

Objet #: SCP-1052

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1052 doit être stocké dans un casier scellé et éclairé situé dans l'aire Blue-13 sur le site 45. Une caméra de surveillance miniature doit être placée dans le casier et être vérifiée tous les soirs afin de s'assurer que l'objet n'a pas été déplacé.

Tout courrier, électronique ou physique, arrivant au site 45 doit être examiné par le personnel de sécurité. Lors de cet examen, toute lettre, enveloppe ou message adressé à "Ana" ou tout contenu adressé à l'entité portant ce nom doit être signalé et redirigé vers l'assistant de recherches M. Joshua. Celui-ci notera toute information, s'il y en a, que l'expéditeur pourrait avoir sur la Fondation ou sur la vraie nature de SCP-1052 dont il sera fait mention sous le nom d'Ana. Dans le cas où ces courriers contiendraient plus d'informations, une unité de récupération devra être déployée au domicile de l'expéditeur, qui devra être amené sur le site pour être questionné et pour une possible élimination.

Le contenu des lettres doit être copié dans la base de données de la Fondation dans le dossier Objets_Fondation\Sûr\SCP-1052. Les lettres physiques doivent quant à elles êtres détruites dans la broyeuse de documents du site.

Il est à noter que les supplications sous forme de "prières" ne comptent pas en tant que marque d’un quelconque savoir sur l’existence du spécimen, bien que cela soit une caractéristique présente dans la plupart des lettres.

Le personnel doit aussi vérifier deux fois par semaine via le filtre de recherches d’internet toute instance où le terme "Ana" est utilisé dans le même contexte que tous les autres termes surveillés par la fondation (dont une liste peut être trouvée dans les rapports écrits par les linguistes de la fondation.)

Note : En raison de la récente augmentation du niveau de sécurité du site 45, il serait préférable de transférer SCP-1052 dans un site ne contenant aucun objet pouvant être utilisé comme une arme. Le spécimen constitue une brèche de sécurité permanente pouvant compromettre le confinement des autres objets se situant sur le même site que l’entité. - Dr. Lim.

Description : SCP-1052 est un miroir portatif d’environ douze virgule sept (12.7) centimètres de diamètre, décoré de feuilles d’or le long du manche et autour de la glace en elle-même. La tête et la poignée du miroir sont faits de cuivre très résistant, la cheville connectant les deux parties est quant à elle faite de bois. Sa date de fabrication a été estimée par les historiens experts de la Fondation comme étant la fin du 16ème siècle, probablement d’origine française, l’ornementation du cadre étant de style baroque particulièrement populaire de 1543 à 1602.

Sur le dos du miroir sont écrits, en français, les mots ’Chère Ana'. A environ 5 centimètres de la tête du miroir, dans le bois de la cheville, est gravé un portrait d’une femme d’une trentaine d’années. Elle semble porter un scapulaire du Tiers-Ordre et tenir dans ses mains des lys et un crucifix. Le miroir en lui-même ne possède aucune autre propriété anormale que de recevoir du courrier.

SCP-1052 est le destinataire de nombreux courriers, tous écrits par des individus diagnostiqués d’Anorexia Nervosa, où "Ana" est la personne a qui sont adressés tous ces courriers. Les chercheurs de la Fondation ont été, après avoir analysé les lettres, aptes à déterminer que certains auteurs des lettres voyaient "Ana" comme la personnification de leur maladie, d’autres assimilaient à 'Ana' un statut quasi-divin, l’adorant pour son "réconfort" et sa "force" afin de résister à la consommation de nourriture. On ne sait toujours pas comment les lettres adressées SCP-1052 atteignent leur destinataire, bien que les expéditeurs initialement appréhendés n’aient aucune connaissance concernant la Fondation.

Il est fait mention de SCP-1052 dans les plus anciennes archives de la Fondation accessibles au personnel de niveau 3 mais il semblerait que l'objet appartienne à la Fondation depuis plus d'un siècle. Des rapports postérieurs indiquent qu’il fut légué au personnel de la Fondation par [SUPPRIME], qui à cette époque, était un associé de la Fondation à cause des circonstances de sa récupération. Les procédures de confinement actuelles ont été définies en 1948 suite à une brèche de sécurité, causée par l’interception d’une lettre adressée à SCP-1052. La connexion entre l’objet et les courriers fut établie après le transfert de SCP-1052 sur le Site 54 suite à la destruction du Site 26 et que les lettres continuèrent d’être envoyées au Site 54.

Note: une enquête est en cours en collaboration avec la CMO afin de s’assurer que SCP-1052 n’est pas un dispositif de pistage introduit par l’organisation.

Addendum 1052-A : Contenu d’une "Lettre à Ana" datant du 21 Septembre, 2003

Chère Ana,

Va te faire foutre. Tu as ruiné ma vie. J’ai perdu ma famille, mes amis, mon amour, tout ça disparu avec le reste dans les toilettes. Aujourd’hui, quand mes doigts raclaient et agressaient les parois de ma gorge, et qu’une brûlure acide remontait de mon ventre, j’ai réalisé à quel point je te haïssais. Tu m’as tout pris, tout, tu m’as traité comme un jouet, tu m’as regardé avec dédain. Pourquoi ? POURQUOI ? C’est parce que je suis toujours trop gros !? Parce que mes os ne veulent toujours pas percer ma peau ?!

Ne vois-tu pas que tu m’as brisé ? Que tu as tant agressé ma gorge que plus aucun mot ne peut en sortir, que tu as tant secoué mon esprit que je ne peux plus penser qu’à toi… Toi… belle Ana… Je t’aime, Ana, je t’aime, je t’adore, tu es si belle. Je veux être comme toi, je veux être toi. Je ne veux plus rien sentir d’autre que de l’air frais dans mon estomac, le sentir se recroqueviller sur lui-même, à la recherche du péché. Je veux danser dans cet air, flottant et volant dans ma propre apesanteur, mourir étouffé dans mon vomi en pleine nuit, pour pouvoir te rejoindre, Ana. Je t’en supplie, ne me laisse pas, ne m’abandonne pas. Je pleure pour toi chaque nuit, ignorant les supplications de ma famille, tout ce bruit autour de moi. Ils ne te connaissent pas comme moi je te connais. Tu es tout ce qu'il me reste.

Laisse-moi quitter ce monde, Ana, serre moi contre toi en nous laissant tomber dans le vide, je t’en supplie. Tout est si froid et vide ici, là où personne ne vit, et je me sens disparaitre. Je pourrai sombrer n’importe quand, mais je ne veux pas faire ça seul. Je ne veux pas mourir. Je t’en prie, emmène-moi au loin. Je t’en supplie, rend moi mince. Je t’en supplie, fais partir ces voix, je sais qu’elles disent que je ne suis toujours pas assez bien, que ma chair prend toujours trop de place sous ma peau. S’il te plait, rend tout ça moins douloureux.

Je t’aime,
Passionnément

Addendum 1052-B : Interview de Mr. ███ █████ - expéditeur de 36 lettres aux sites 54 et 45

Sujet : Hé. HE ! Vous êtes qui les gars ? Qu’est-ce que je fous ici ?

Assistant de Recherche ███████ : Calmez-vous, Mr. ███, nous allons juste vous poser quelques questions, on pourra peut-être même vous aider.

Sujet : M’aider ? Pourquoi m’aider ? Oh… c’est pour ça ? Je vous l’ai dit, bande de connards, je vais bien. Je ne me suis jamais senti aussi bien. Les docteurs ne savent pas de quoi ils parlent. Elle m’a aidé à devenir celui que j’ai toujours rêvé d’être, Alors allez tous vous faire voir et dites au connard qui vous a filé vos ordres d’aller s’occuper de ses affaires !

Assistant de Recherche ███████ : Mr. ███, vous comprenez que vous avez envoyé des lettres a une organisation gouvernementale ? Dont vous ne devriez rien savoir ?

Sujet : c’est Lila ? C’est elle qui vous à dit toutes ces conneries ?

Assistant de Recherche ███████ : Mr. ███████ : Mr. ███ ! Nous avons besoin de toute votre attention. Nous ne voulons pas rendre cela pénible pour vous, mais nous le ferons, si vous ne vous décidez pas à coopérer.

Sujet : [Silence d’environ 1 minute]

Assistant de Recherche ███████ : Mr. ███████ : Je vais faire court. Comment nous avez-vous envoyé ces lettres ?

Sujet : Je ne vois pas de quoi vous parlez.

Assistant de Recherche ███████ : Mr. ███████ : Vos lettres à Ana ! Comment saviez-vous où les envoyer ?

Sujet : [Silence d’environ 1 minute]

Assistant de recherches ███████ : Mr. ███████ : Répondez moi, bon sang !

[Le sujet fond en larmes]

Sujet : C'est… c'est elle qui m’a écrit la première. Elle m’a dit que je n’étais pas assez bien, j’entendais ses mots dans ma tête dévorer mes pensées. Je devais lui parler, ressentir son regard glacial. S’il vous plait, j’ai besoin de lui parler, m’excuser, lui dire que je suis désolé de ne pas être aussi mince que je le devrai. Je vous en prie…

Assistant de Recherche ███████ : Mr. ███████ : …Elle vous a envoyé d'autres lettres?

Sujet : Elle me disait, après chacune de mes lettres… à quel point j'étais brisé et loin de la perfection, combien j'étais gros, que je devais en faire encore plus. Elle m'a félicité, une fois, quand j'ai essayé de m'ouvrir le ventre. Mais elle… Elle n'est jamais… Je dois lui parler. J'ai besoin de son amour, de son étreinte.

Assistant de Recherche ███████ : Mr. ███████ : Où sont ces lettres?

Sujet : Chez moi. S’il vous plait, savez-vous où elle se trouve ? Vous pouvez me laisser lui parler ? J’ai besoin de lui dire tout ce que j’ai fait.

Assistant de recherches ███████ : Mr. ███████ : Qu’avez-vous fait?

Sujet : Tout ce que je pouvais.

Addendum 1052-B: Lettre retrouvée au domicile de Mr. ███ █████

Cher ███,

Tu n’es rien pour le moment. Tu es toujours à une éternité de ton but. Ne tente pas de te cacher derrière les docteurs ou tes proches, je peux toujours te voir, toute cette graisse qui enveloppe ton corps. Tu ne mérites même pas que je m’intéresse a toi. Si ça continue, ███, je vais devoir t’abandonner.

Mais il reste de l’espoir, mon enfant. N’est-ce pas merveilleux ? Continue, n’arrête pas tes efforts. Et peut être qu’un jour tu seras suffisamment bien pour moi. Et enfin, oui enfin, je pourrai t’aimer.

Ana.

L’adresse d’expéditeur était celle du Site 45.

Addendum 1052-C: Incident 1052-1
En janvier ██, 20██, le chercheur senior ████ ██████ obtint l’accès à SCP-1052 dans le cadres des recherches effectuées sur le site. Toutefois, en raison de mesures moins rigoureuses mises en œuvre alors quant aux vies personnelles des chercheurs, il n’a pas été mentionné que sa fille biologique, Mademoiselle ███ ██████, faisait partie des expéditeurs des lettres adressées à SCP-1052.

Mademoiselle ███ était alors âgée de seize (16) ans et souffrait d’Anorexia Nervosa depuis environ quatre ans, causant ainsi deux séjours à l’hôpital, et des visites prolongées dans divers instituts psychiatriques. Il semblerait que le chercheur senior ████, à l’époque désemparé face aux agissements de sa fille, tenta de déclasser SCP-1052, sans en avoir l’autorisation. Dans tous les cas, deux jours avant son expérience avec SCP-1052 (qui aurait consisté à lui faire passer du temps seul avec l’objet tout en étant observé par un tiers), le chercheur senior ████ fut retrouvé assassiné chez lui. Des recherches ultérieures menées à son domicile par le personnel de la Fondation mit à jour une conversation épistolaire entre Mademoiselle ███ et "Ana". La dernière lettre d’"Ana" informait Mademoiselle ███ qu’elle était en danger à cause de son père. Mademoiselle ███ est depuis sous la surveillance de la Fondation, reçoit un traitement psychiatrique et est confinée dans le Complexe psychiatrique ██-█ de la Fondation.

Il est présumé que SCP-1052, ou les lettres de celui-ci, présentent un léger danger-cognitif, rendant l’objet plus dangereux que ce que l'on pensait au départ. Le reclassement de l’objet de Sûr à Euclide est actuellement à l’étude.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License