SCP-1047-RU
notation: 0+x

Objet # : SCP-1047-RU

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1047-RU a besoin d'un hôte humain pour vivre. Actuellement, cet hôte est un employé de Classe-D. Il doit résider dans une chambre à une place standard, équipée d'un système de vidéo-surveillance. L'hôte est averti qu'infliger des dommages à l'objet ne sera pas toléré et sera suivi d'une élimination immédiate. L'hôte change selon une rotation mensuelle.

Description : SCP-1047-RU est un petit végétal, représentant une fleur de couleur rose pâle d'une hauteur maximum de 15 cm avec un système racinaire développé. Celui-ci étant dépourvu de feuilles, le seul milieu approprié pour la vie de l'objet est le système sanguin humain. Les racines se relient aux veines et aux artères, formant un nouveau branchage, et consomment les substances nécessaires en quantités sans danger pour la vie, en enrichissant le sang en oxygène. Cette symbiose permet à l'hôte humain de se passer du processus de respiration.

L'objet a été découvert par la Force d'Intervention Xi-8 au cours d'une investigation portant sur une tribu primitive inconnue dans les jungles de l'Amazonie. L'histoire de l'apparition de l'objet dans la tribu n'a pas été découverte. L'objet était un symbole totem, les hôtes étaient seulement le chef et le chaman du clan. Après le confinement de l'objet, une demande a été envoyée visant à éliminer des membres de la tribu ; celle-ci a été rejetée à cause de l'absence de menace, du manque d'informations et de la valeur de la colonie.

SCP-1047-RU ne peut exister qu'en symbiose avec l'humain. Les essais d'implantation sur d'autres animaux ont échoué. La transmission d'un sujet à l'autre est possible ; si une partie du système racinaire est transférée dans une plaie ouverte d'un nouvel hôte, l'implantation se produit après approximativement 10 minutes. Après environ 24 heures, une fleur commence à pousser, atteignant sa taille maximum à la fin de la deuxième semaine. Toutes les croissances florales s'avèrent être unisexes et ne contiennent que des étamines, la pollinisation de pollen d'autres plantes n'ayant donné aucun résultat. L'analyse ADN a montré que SCP-1047-RU ne fait même pas partie de la classe des végétaux, et que l'espèce dont il se rapproche le plus est [DONNÉES SUPPRIMÉES]. La proposition de clonage d'individus masculins est en cours d'examen.

Addendum : 1047-1 : SCP-1047-RU quitte l'hôte si la quantité d'alcool dans le sang dépasse 0,7 pour mille. Si l'objet ne s'installe pas sur un autre hôte dans les 15 minutes, son système racinaire meurt. C'est cette méthode qu'il est recommandé d'appliquer pendant le changement mensuel des hôtes.

Protocole d'expérience avec SCP-1047-RU

Des individus adultes sont utilisés pour les expériences, élevés de manière végétative sur des employés de Classe-D, la transplantation se passant directement au début de l'expérience.

Hôte : D-1047-1

Conditions supplémentaires : L'hôte souffre de diabète.

Résultat : L'analyse sanguine de l’hôte a montré un niveau normal de glucose. Après l'élimination de SCP-1047-RU, des signes de diabète sont réapparus chez lui.

Commentaires : Fascinant bien-sûr, mais le public ne pourra pas en profiter de sitôt. - Dr ████████

Hôte : D-1047-2

Conditions supplémentaires : L'hôte était placé dans une cellule hermétique.

Résultat : Après 30 minutes, le sujet a commencé à crier qu'il n'avait plus rien pour respirer, et développait un comportement agressif. Pendant quelques temps, l'hôte présenta les symptômes physiques de l’asphyxie, jusqu'à ce qu'il perde connaissance. Tous les indicateurs vitaux sont restés dans les normes. La cellule a été ouverte 4 heures après le début de l’expérience. L'hôte se trouvait en état de choc profond et a été éliminé.

Commentaires : Si on apprenait à nos agents à retenir leur envie de respirer, on pourrait les envoyer dans n’importe quel environnement avec ça. - Dr ████████

Hôte : D-1047-3

Conditions supplémentaires : L'hôte s'est vu injecter par intraveineuse la toxine █████.

Résultat : La fleur a commencé à émettre la toxine dans l'air comme un aérosol. L’infirmier et les deux gardes sont morts de l'action de la toxine. L'hôte a subi une inflammation chimique de l’œil, du larynx et des poumons, criait de douleur et se tordait de douleur, mais la mort n'est jamais venue, malgré les forts dégâts de l'appareil respiratoire. Éliminer l'hôte a pu être possible seulement après la désinfection complète de la chambre.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License