SCP-1036
notation: +4+x
1036-1.jpg

SCP-1036-1

Objet # : SCP-1036

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Chaque spécimen de SCP-1036 doit être contenu dans un réceptacle scellé en fonte, dans un environnement à faible taux d'humidité afin de ralentir l'oxydation des réceptacles et des clous. En toute circonstance, chaque spécimen doit être soigneusement manipulé afin de minimiser tout risque de délogement d'un clou sur un spécimen. Les clous ne doivent être en aucun cas retirés d'un spécimen ; si une inspection révèle un risque de séparation d'un clou sur un spécimen, consultez le document 1036-3P.BR pour les protocoles de restauration.

À intervalles réguliers (période calculée par le personnel nganga (chaman) du Site-06 à partir d'observations astronomiques), les nganga doivent fixer à chaque spécimen au moins un clou supplémentaire en fer d'une masse supérieure à huit (8) grammes.

Si, pour une raison quelconque, il devient nécessaire pour un membre du personnel autre qu'un nganga d'entrer en présence d'un spécimen, il est recommandé que le nganga couvre les yeux ou tout élément réfléchissant du spécimen avec un adhésif isolant ou tout autre revêtement opaque.

Description : SCP-1036 désigne une collection homogène de figurines en bois, ornées d'objets fétiches. Ces figurines sont issues de la culture Kongo, située en Afrique occidentale et centrale. La Fondation contient actuellement quatre spécimens de SCP-1036, désignés SCP-1036-1, SCP-1036-5, SCP-1036-6 et SCP-1036-7.

Chaque figurine représente une forme humaine (ou, dans certains cas, une forme animale), généralement dans une posture menaçante. Chaque spécimen est créé à partir de bois dur tropical africain et décoré avec des matériaux tels que de la poudre de bois rouge, de la résine et des fibres végétales comme des feuilles de raphia. Chaque spécimen comporte un élément (généralement les yeux ou l'abdomen) fait à partir d'un métal brillant ou réfléchissant comme de l'argent poli. Cet élément est fixé au spécimen avec de la gomme arabique. Les spécimens contiennent des traces de terre coïncidant avec celles retrouvées sur les sites funéraires de la région ██████. Un certain nombre de clous en fer ont été enfoncés dans le bois de chaque spécimen.

Chaque spécimen est légèrement chaud au toucher. Des analyses indiquent que les spécimens possèdent une température de surface excédant celle de la température ambiante de la chambre de confinement, de quatre à huit degrés centigrades ; cependant, le rapport d'observation 1036-986-B.233 indique que, juste avant l'évènement Kalazima-1, la différence de température atteignit dix-neuf degrés centigrades en moins de quatre secondes avant que les observations soient interrompues.

Chaque spécimen est associé à une entité immatérielle consciente. Elle s'est liée à son spécimen respectif au moyen de rituels traditionnels chamaniques du peuple Kongo. Ces liens ont été créés avant l'acquisition des spécimens par la Fondation. Tous les spécimens détenus par la Fondation ont été créés (incluant ceux issus du protocole de liaison) au plus tard dans le milieu des années 18701. Tant que l'intégrité du spécimen respectif SCP-1036 est maintenue, l'entité n'aura aucune liberté. Elle pourra seulement communiquer avec un nganga ou interagir avec une créature vivante ayant effectué un contact visuel avec le spécimen. Les spécimens de SCP-1036 ont été créés par des nganga indigènes afin d'utiliser les pouvoirs des entités liées dans divers buts pratiques. Cependant, la connaissance du protocole pour effectuer ceci a été perdue ; par conséquent, les efforts de la Fondation envers SCP-1036 se sont principalement focalisés sur son confinement.

Addendum 1 :

1036-6-small.jpg

SCP-1036-6 (detail).


Enregistrement audio de l'interview A ; ██/██/19██

Dr. Morrison : C'est le Dr. Morrison. Je suis, euh, à côté de la chambre 06-SSD, accompagné de M. Nzinga, regardant la chambre à travers la fenêtre d'observation. M. Nzinga, pouvez-vous s'il vous plaît expliquer, pour l'enregistrement, ce que nous faisons dans ce test ?
Nzinga : Absolument, docteur. Je suis François Nzinga, un membre du personnel nganga du Site-06. Ce matin, je vais entrer dans la chambre 06-SSD et interroger l'entité liée à SCP-1036-6, contenu dans cette chambre.
Dr. Morrison : Très bien. Veuillez expliquer ce vous allez faire maintenant.
Nzinga : (inaudible)
Dr. Morrison : Désolé François. Dans le microphone.
Nzinga : Bien sûr. Je vais tout d'abord consommer du ████, une substance… que vous appelleriez "liqueur", afin de m'aider à ouvrir mon esprit. Comme une sorte de transe. Je vais accepter l'iwa, ou l'esprit, me permettant de parler avec lui en toute sécurité. J'irai ensuite ouvrir le réceptacle contenant SCP-1036-6.
Dr. Morrison : Ça sera, hum, sans danger pour vous ?
Nzinga : (longue pause) Oui.
Dr. Morrison : Vous pouvez procéder.
(Environ 11 minutes passent)
Dr. Morrison : M. Nzinga, êtes-vous prêt ?
(Des vocalisations indistinctes continuent pendant environ 2 minutes)
Nzinga : Oui docteur. Je m'excuse de ne pas vous avoir répondu pendant que je me préparais. Je suis prêt maintenant. (Sons indistincts) Je vais maintenant retirer SCP-1036-6 du coffre-fort. Je suis sur le point de regarder dans les yeux de SCP-1036-6, dans le but de m'adresser au nkisi. C'est… (léger grognement de douleur)…
(Les échanges suivants seront traduits depuis la langue du Kikongo, sauf indications contraires) Je suis François Nzinga, chaman de █████████. À qui est-ce que je m'adresse. Je suis KuMpemba a Fula, sale bâtard. Relâche-moi ou je vais te… Je t'ordonne de parler avec politesse. Pourquoi es-tu emprisonné dans cet objet… Le (juron, traduit par "enculeur de chèvre") de sorcier m'a piégé, avec du fer. Une fois que je serai sorti, je promets que je vais… Une fois de plus, parle poliment. Depuis combien d'années es-tu emprisonné… Depuis trois cent vingt-six ans, (juron, traduit par "pénis malade") de mortel… Et dans quel but as-tu été emprisonné ?… Le sorcier m'a emprisonné pour exploiter mes pouvoirs afin de créer des nlongo (traduit approximativement comme "médicaments") et protéger sa tribu de la malchance. La plupart du temps, lui et ses successeurs m'ont utilisé. Occasionnellement, un autre sorcier m'utilisait pour maudire ou me permettre d'anéantir quiconque pénétrerait dans le territoire de sa tribu. Au moins, c'était plus amusant, mais j'étais, je suis toujours un prisonnier. Quel est cet endroit ? Je ne sens pas la forêt… L'objet qui est devant moi a été transféré dans un établissement sécurisé. Peux-tu m'expliquer comment utiliser ton pouvoir pour créer des nlongo ? … Pourquoi je devrais le faire, (juron, traduit par "personne mangeant de la merde d'hippopotame"). Tu ne peux pas m'obliger à te l'apprendre, (juron, traduit par "mets une sangsue dans ton anus"), stupide (juron intraduisible). Relâche-moi. Qui est derrière ce mur en verre ?… N'y prête pas attention. Tu vas répondre quand je m'adresse à toi. Quand as-tu (son de suffocation)…
Dr. Morrison : Nzinga, tout va bien là-dedans ?
Nzinga : Je vais- attendez- ne fixez pas les…
Dr. Morrison : Laissez-moi vous sortir de là François. Bill, ouvrez la porte.
Agent Lopez : Il m'a déjà dit de ne pas…
Dr Morrison : Je pense qu'il avale sa langue, il a besoin d'une aide médicale. François…
Nzinga : (en Kikongo) Ne…regardez pas…

(Bruit d'ouverture de porte et vocalisations indistinctes)

(L'enregistrement vidéo indique que le Dr Morrison a créé un contact visuel avec SCP-1036-6 pendant un court instant alors qu'il essayait de tracter M. Nzinga hors de la pièce. A la suite de quoi, le Dr Morrison se rua violemment sur SCP-1036-6 et tenta de retirer l'un des clous. Il fut tranquillisé et maitrisé par l'agent Lopez. M. Nzinga retrouva ses esprits et quitta la chambre d'observation. M. Nzinga affirme que le lien entre l'entité de SCP-1036-6 et SCP-1036-6 est resté intact, mais il recommande que le Dr. Morrison soit maintenu sous sédatifs.)

Addendum 2 :

1036-III-small.jpg

SCP-1036-2, -3 et -4 (Photographie d'archive prise en 1902, précédant la collecte par la Fondation.)


Enregistrement audio ██-██-19██ (Événement Kalazima-1)
<DÉBUT DE L'ENREGISTREMENT>
Dr. Torvaldsdottir : Lancement de l'enregistrement. Agent Lee, je suis ici pour avoir votre rapport sur la perte de SCP-1036-2, -3 et -4. Nous avons désigné l'épisode comme l'évènement Kalazima-1.
Lee : La perte de… bon-Dieu de bordel. Tout me paraissait être perdu pour l'aile Sud-Est. Combien de personnes s'en sont sorties ?
Dr. Torvaldsdottir : Trois, vous inclus. Mais vous êtes le seul qui, ah, nous pouvons commencer l'interview. Je vais vous demander d'être précis pour l'enregistrement.
Lee : Ok. L'un des D était là pour changer les moniteurs de la boîte de SCP-1036-3.
Dr. Torvaldsdottir : C'était D-4933 ?
Lee : Effectivement. Le protocole de maintenance normal indique que le sorcier – supposé être Pierre Khonvoum, mais sa fille allait avoir un bébé – doit entrer en premier, couvrir toutes les parties brillantes, puis donner le feu vert. Mais Pierre n'était pas là, donc Terry s'en est remis à son jugement et a juste envoyé D-4933 avec les yeux bandés.
Dr. Torvaldsdottir : Par précaution face à l'influence de l'entité de SCP-1036-3 ?
Lee : Ouais. On avait déjà fait ça avant, entre le moment où Jean Bumba… euh… où il a quitté notre service et le moment où Pierre nous a rejoint.
Dr. Torvaldsdottir : Et donc, qu'est-il arrivé ?
Lee : Donc D-4933 avait les yeux bandés. Et quand il avait atteint la boîte afin de trouver le thermomètre, il a dû taper dans la statuette ou je ne sais quoi, et un clou est tombé. Du coup, D-4933 a commencé à, vous savez, tout saccager. Il hurlait et il agitait ses bras comme s'il était en feu ou quoi, et il renversa les autres boîtes de SCP-1036-2 et SCP-1036-4. J'ai donc immédiatement scellé la chambre de l'extérieur et j'ai appuyé sur le bouton pour fermer les stores de la fenêtre d'observation.
Dr. Torvaldsdottir : Est-ce-que quelque chose est sorti de la chambre ?
Lee : Non, la porte était scellée. Mais l'agent Knorr, qui était à côté de moi, a commencé à fracasser sa tête contre la fenêtre d'observation. Il frappait encore et encore jusqu’à ce que le verre et le sang ne fassent qu'un. Et le Dr. DiPiano, qui était au fond de la salle, faisait une sorte de crise. Il commençait à mordre ses propres doigts.
Dr. Torvaldsdottir : Était-ce à ce moment que vous vous êtes retiré du centre de contrôle ?
Lee : Je… je pense. J'ai essayé de retourner vers le couloir Sud, au point de contrôle C pour fermer les portes anti-souffle. L'agent Majchrowski était là. Il s'était, euh, transpercé les yeux et l'estomac avec une paire de ciseaux, et il a essayé de m'attaquer mais il a glissé sur le sang. Il hurlait quelque chose comme "kindoki"… J'ai essayé d'activer les extincteurs automatiques et les respirateurs anesthésiants afin que personne d'autre ne se mutile. J'imagine que ça a marché, je me suis évanoui une minute après.
Dr. Torvaldsdottir : Selon les enregistrements, les respirateurs se sont activés à dix-huit heures trente-sept et vingt secondes.
Lee : Est-ce que… (grognement de douleur) … est ce que Pete a survécu ?
Dr. Torvaldsdottir : Pete… hum… (bruit de feuilles de papier) … Je crains que non. Le corps de l'agent Foy a été retrouvé dans le garage. Cause de la mort… il a visiblement bu environ deux litres d'essence. Qu'avez-vous fait après avoir repris connaissance ?
Lee : J'ai, euh, pansé mes blessures à l'épaule, quelqu'un m'avait mordu. Ensuite, je suis retourné dans la chambre de confinement de SCP-1036. Les statues étaient brisées en mille morceaux et D-4933 avait visiblement planté plusieurs clous dans son corps. Écoutez docteur, quoiqu'il y avait dans ces statues qui ont fait faire…des trucs à tout le monde, est-ce que c'est toujours là ?
Dr. Torvaldsdottir : Il n'y a… hum… il n'y a aucun signe d'eux. Nous avons envoyé la FIM Mu-13, ils n'ont rien signalé.
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License