SCP-1034
notation: +2+x
needle.jpg

SCP-1034.

Objet # : SCP-1034

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1034 doit être confiné dans un coffre-fort à code lorsqu'il n’est pas utilisé. Tout membre du personnel de la Fondation devant entrer en contact avec SCP-1034 devra porter des gants certifiés EN388 xx44. En cas de contact dermique ou de piqûre accidentelle, le sujet affecté doit être immobilisé et SCP-1034 soustrait de sa possession. Si le sujet présente une quelconque coupure, SCP-1034 doit immédiatement être rincé et stérilisé.

Description : SCP-1034 se compose d'une épingle en arc de cercle rouillée, dont la corde mesure 5 cm, et d'une bobine de ficelle d'environ 1 mm d'épaisseur. Si le fil est retiré de l’aiguille, une nouvelle bobine apparaîtra avec le bout du fil passé à travers le chas de SCP-1034. Ceci se produit uniquement lorsque l’aiguille n’est pas sous observation directe ou indirecte.

SCP-1034 fut découvert et classé comme pièce à conviction par le ██PD lors de l'arrestation du tueur en série █████ ████. Des agents furent alertés d’une possible anomalie lorsqu'un médecin légiste du ██PD local fut retrouvé mort dans les même circonstances que les victimes de █████ ████ malgré la mise en détention de ce dernier. Les premiers interrogatoires de █████ ████ par la Fondation ont permis de décrire en détail SCP-1034 et ses effets, permettant sa récupération en toute sécurité. █████ ████ a plus tard été recruté en tant que D-3826 et interrogé une seconde fois.
Le contenu de l'interrogatoire peut être lu dans l'Addendum 1034-01 : Interrogatoire de D-3826.

Lorsque le sang ou la peau d’un humain (désigné par la suite comme le sujet) entre en contact avec SCP-1034, le sujet perd le contrôle de toutes ses fonctions corporelles volontaires à l'exception de ses muscles faciaux, respiratoires, et de ses cordes vocales. Le sujet commence alors à suturer la totalité des ses orifices faciaux, en commençant par la bouche, suivie de ses yeux, de ses oreilles et finalement de son nez. Les sutures sont assez lâches pour permettre au sujet de respirer par la bouche et de garder conscience durant toute la durée du processus. Une fois ledit processus achevé, le sujet remet SCP-1034 à l’endroit où le premier contact a été effectué avant de reprendre une position assise ou debout correspondant à sa position initiale. Le sujet commence alors à transpirer abondamment jusqu'à ce que toute l’humidité du corps du sujet ait été évacuée. Si la mort n’est pas déjà survenue, alors le sujet mourra de déshydratation.

Lorsque des gants ou toute autre barrière entre la peau et l’aiguille sont utilisés pour manipuler SCP-1034, les effets de celui-ci ne se manifestent pas. Si l’aiguille est soustraite de force de la possession du sujet, celui-ci cessera de se suturer sans effet secondaire. Nouveaux éléments : si l’aiguille a pénétré l'épiderme les effets de SCP-1034 ne cesseront pas tant que tout le sang n’aura pas été nettoyé de l’aiguille ; voir Addendum 1034-02 : Rapport de tests pour plus de détails.

Les corps ayant été au bout du processus possèdent une peau similaire à du cuir et ont présenté une certaine résistance à la décomposition. La peau de ces corps acquiert des propriétés hydrophobes après la transformation. Elle semble également pouvoir absorber des huiles de manière limitée et est particulièrement réactive à [DONNÉES SUPPRIMÉES], trouvé en grande quantité dans le sous-sol de █████ ████ lors de son arrestation. L’analyse du centre du contrôle moteur du cerveau a révélé [DONNÉES SUPPRIMÉES]. Les corps ne représentent aucune menace à l'exception des comportements anormaux consignés dans l' Addendum 1034-02 : Rapport de tests.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License