SCP-099-ES
notation: +1+x
SCP-ES-099-1.jpg

SCP-099-ES-1 lors de son confinement initial

Objet # : SCP-099-ES

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : Puisque les objets séparés ne présentent pas de caractéristiques létales pour les usagers, ceux-ci ne nécessitent pas de confinement extrême, à l’exception de la salle contenant SCP-099-ES-1, laquelle sert lors des tests.

SCP-099-ES-1 doit être maintenu scellé dans une salle de 10 x 10 m. Le clavier de SCP-099-ES-1 doit être placé sous clé. SCP-099-ES-2 doit être conservé dans un classeur, lui-même dans un coffre-fort à l'intérieur du bureau du Chercheur Landon. SCP-099-ES-3 doit être conservé dans un cadre dans le bureau du Chercheur Mallea. Il est interdit de se servir de SCP-099-ES-3 pour des raisons de propreté.

Description : SCP-099-ES-1 est un piano à queue noir fabriqué dans du bois de chêne. Les touches de SCP-099-ES-1 présentent de petits dessins en relief, similaires à de petits nuages stylisés sur les touches claires, et à des représentations de flammes sur les touches foncées.

Lorsque SCP-099-ES-1 est utilisé, le sujet entre dans un état de relaxation, ou de grande euphorie, en fonction de la musique jouée. Il a été observé que SCP-099-ES-1 produit de petits clignotements de couleur rouge ou bleue lorsque le morceau est joué. Les sujets ne se rendront pas compte de leur état avant que celui-ci ne soit mentionné, et ne se souviendront également pas les flashs.

SCP-099-ES-2 est une partition d'une durée de cinq (5) minutes, nommée ''La rédemption du pianiste''. SCP-099-ES-2 montre une série de notes tordues, physiquement impossibles à jouer pour un seul sujet. Le matériau utilisé pour écrire ces notes est un mélange d'encre de Chine standard et de vin rouge.

Des tests ont été effectués afin de déterminer le nombre minimum de sujets nécessaires pour jouer tout le morceau sans omettre une seule note, mais malheureusement, tous les sujets utilisés présentent une amnésie temporaire leur ôtant la capacité de jouer du piano.

SCP-ES-099-3 est un costume de couleur rouge en cachemire, ayant des boutons plaqués or 24 carats, et une rose rouge dans la pochette du costume. SCP-099-ES-3 peut être porté par n'importe quel usager, peu importe sa stature ou sa taille, et lui confère également une plus grande facilité quant à l'usage d'instruments musicaux, spécialement les instruments à touches.

Les trois objets datent du XIXème siècle, mais malgré cela ne montrent pas de trace d'usure ou de dégâts, présentant un aspect impeccable.

Il a été théorisé que le créateur de SCP-099-ES-1, -2, -3, est un violoniste luthier nommé Ronald L████, tous les artefacts présentant les initiales ''RL'', jointes avec un petit violon. La raison pour laquelle ces objets ont été créés est actuellement inconnue. (Voir Adendum 1)

La principale propriété anormale de SCP-099-ES se déclenche lorsque le sujet porte SCP-099-ES-3 et interprète SCP-099-ES-2 à l'aide de SCP-099-ES-1, l'obligeant à interpréter la partition entière sans tenir compte des dommages infligés.

Les étapes de SCP-099-ES sont détaillées par minutes dans le tableau suivant :

00:00 – 01:20 Le sujet montre une grande agressivité durant l’interprétation. Les premières minutes ne présentent rien d'anormal et peuvent être interprétées par un pianiste quelconque.
01:22 – 02:00 Le visage du sujet prend une expression colérique, allant presque jusqu'à frapper les touches. Cette partie ne peut être interprétée que par un pianiste professionnel.
02:01 – 03:10 Le visage du sujet connaît un nouveau changement pour une expression de souffrance cette fois-ci, qui durera jusqu'à la fin de l’interprétation. Cette partie est impossible à interpréter de par la grande rapidité de réaction requise et la quantité des notes. Il a également été noté qu'à 02:54 se jouent simultanément environ 120 notes.
03:11 – 03:21 Les doigts du sujet commencent à souffrir de brûlures au premier degré, apparemment dues à la chaleur produite par le fait de jouer les notes si rapidement. Pendant cette courte durée, plus de 500 notes sont jouées.
03:22 – 04:01 SCP-099-ES-1 se fissure en plusieurs parties. SCP-099-ES-2 lance de petites étincelles et irradie de chaleur. Le sujet tente de s'éloigner du piano en criant à l'aide, sans cesser d'en jouer. À ce moment là, l’extrémité des doigts du sujet présente des brûlures au troisième degré. Le morceau continue sans être interprétable.
04:02 – 04:50 SCP-099-ES-1 irradie d'une lumière blanche alors que le son d'un chœur se fait entendre, provenant de son intérieur, en même temps que les fissures se propagent à tout l'objet. SCP-099-ES-2 commence à brûler sans se consumer. La rose présente dans SCP-099-ES-3 se flétrit. Le sujet se redresse sans pour autant cesser de demander de l'aide.
04:50 – 05:00 À ce moment là, la musique s’interrompt brusquement et tous les objets retournent à leur état normal, après quoi le morceau recommence, pour finalement s'achever. Le sujet arrête instantanément de demander de l'aide et joue les dernières notes avec ses doigts blessés. Il est à noter que ceux-ci, ainsi que les poignets du sujets, sont alors disloqués ou cassés.

Après que ces événements aient eut lieu, le sujet se lèvera en tremblant, fera une révérence, et, bien qu'il n'y ai personne de présent, déclarera finalement :

Mesdames et messieurs, La rédemption du pianiste de Ronald L████, interprétée par (nom du sujet), merci bien de m'avoir accompagné et bonne nuit.

Ayant dit ceci, le sujet s'effondrera et souffrira d'un infarctus, provoquant une mort rapide. En d'autres occasions, on parvient à maintenir le sujet en vie, mais il en résulte une grande phobie du piano, en plus de symptômes de paranoïa et de psychose.

Addendum 1 : Un vieux journal a été retrouvé à l'ancienne adresse de Ronald L████, sous une trappe. Seuls quelques fragments ont pu être déchiffrés, étant donné le mauvais état des pages.

Ci-dessous, une transcription exacte des extraits traduits à ce jour :

[…] les pianos, ces instruments répugnants qui font qu'en vain, nous nous rapprochons à chaque fois de ce qui, par devoir, ne s'est pas mis hors d'atteinte […] malheureusement, il ne manque qu'une […] j'exposerai ces immondes ordures que sont les pianistes, qui tentent seulement d’accélérer notre fin, maudits […] ceci mettra fin à ces notes païennes […] du père, du fils et du saint esprit. Amen.
Le ██ de ███████ de ████

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License