SCP-093 Test de la couleur verte
notation: 0+x

Test du Miroir 2 : Couleur (Verte)

Le sujet est D-54493, féminin, âgé de 23 ans, physique moyen. Le passé du sujet montre des instances de vol de véhicule qualifié et de meurtre au second degré de deux enfants lors d'une fuite avec véhicule. Le sujet est coopératif dans toutes les étapes du test. Le sujet entre à travers le miroir fourni en tenant SCP-093, qui émet une lumière verte. Les techniciens observent que le miroir conserve une réflexion effective jusqu'à ce que le sujet le traverse totalement, après quoi la vue devient un paysage de ferme, notablement tinté de vert, similairement au premier test. Le flux vidéo est inclus dans le média attaché :

La caméra s'active et l'affichage s'initialise. Le sujet regarde le même paysage de ferme que celui rapporté par les techniciens. Tous les verts visibles à travers le flux sont plus profonds et une teinte de vert recouvre les couleurs normales des objets similairement à la teinte bleue du Test 1. Aucun repère du Test 1 n'est discernable alors que le sujet bouge la caméra à travers la zone.

Le sujet se trouve dans un champ, depuis longtemps abandonné, au milieu duquel se trouvent les vestiges d'un épouvantail de conception inconnue, les fragments restants sont pourris et déchirés. Rien ne pousse dans les champs labourés. Un corps de ferme est visible sur la droite du champ, vaste, deux étages, l'entrée d'un abri sous-terrain est visible à une extrémité. Le sujet prépare son arme de poing immédiatement, le contrôle lui demande de se relaxer avant de continuer, sa lourde respiration dominant le flux audio.

Le sujet s'accorde quelques minutes et annonce qu'elle va bien, puis suit les instructions et marche vers le corps de ferme. Des bicyclettes d'enfant, deux, une pour garçon et une pour fille, sont posées contre la maison près des portes de l'abri. Une des portes de l'abri se trouve dans l'herbe, arrachée de l'entrée comme le montre du bois éparpillé. Sur les marches se trouvent des vêtements arrangés dans un ordre descendant, des chaussures à la chemise en descendant les marches, appartenant à un garçon. Le sujet commence à crier envers le contrôle en demandant s'il s'agit d'une sorte de mauvaise blague. Le contrôle lui assure qu'ils n'ont jamais vu cet environnement non plus et lui demande de se calmer. Le sujet s'accorde plusieurs minutes afin de se reprendre avant de continuer. Il n'est pas déterminé si SCP-093 relie le passé du sujet au paysage.

Après plusieurs minutes le sujet accepte de continuer. La communication avec le sujet est mise en sourdine et la conversation du contrôle commentant l'attitude tendue du sujet occupe l'audio pendant une minute et demie. La communication est restaurée alors que le sujet atteint le bas des marches. Le sous-sol du corps de ferme est quelconque et typique. Alignées sur le mur se trouvent plusieurs étagères de bois contenant des substances non identifiées en boîtes. Des plafonniers cassés se balancent lentement depuis les poutres. La caméra est lentement bougée à travers la cave, aucune preuve de trace de pas n'est visible et le sous-sol peut être considéré avoir été abandonné pendant une longue durée. Le sujet commence à commenter à propos de mauvaises odeurs.

Alors que le sujet filme la zone une trappe métallique est visible dans le sol, semblable à une écoutille de sous-marin avec une poignée tournante. Le sujet remarque que l'odeur est la plus présente autour de la trappe et la terre autour de la trappe est notée tassée et argileuse. La poignée de la trappe est ancienne et la peinture écaillée. Il est imposé au sujet de tourner la poignée ce qui, une fois totalement tournée, ouvre la trappe. Le sujet commence à tousser lorsque ce qui est assumé être de l'air ancien et renfermé est libéré. Lorsque la caméra est dirigée vers le bas de la trappe, il est observé un tunnel de béton similaire à celui trouvé dans l'expérience bleue mais en bien meilleur état. Le sujet se voit demander de descendre à l'échelle et refermer la trappe derrière elle.

Après quelques efforts de persuasion le sujet accepte de descendre mais ne ferme pas la trappe, sa crainte de voir le système de poulie de retour coupé étant reconnue. La descente de l'échelle et le trajet jusqu'au corps de ferme ont consommé environ 53 m de câble alors que le bas est atteint. L'intérieur de la trappe apparaît être un bunker inapproprié à l'usage sur le long terme. Il est spacieux, environ la moitié de la cave en elle-même, contenant trois couchettes, une pour un couple et deux individuelles.

Plusieurs boîtes de nourriture similaires à celles trouvées au cours du test Bleu marquées "Céréales" remplissent un conteneur à ordures près du bas de la trappe. Sur les lits se trouvent deux squelettes et sur le sol se trouve un troisième, reposant près de ce qui est un simple revolver à six coups ne contenant aucune munition. Trois chargeurs utilisés sont sur le sol près de l'arme. De l'autre côté du squelette se trouve un livre relié en bon état, celui-ci est récupéré et placé dans une pochette à échantillon du kit de terrain sur demande. L'arme est laissée sur place sur demande du contrôle.

Le sujet continue d'examiner le bunker, en se concentrant sur un bureau sur lequel un journal a été découpé et est en bon état. Les articles découpés sont récupérés en utilisant une pochette du kit de terrain. Rien d'autre d'intéressant à ramener ne semble présent dans le bunker alors que la caméra filme les environs. Des sacs poubelle contenant des vêtements, quelques jouets d'enfant ressemblant à des articles populaires des années 1950 sont alignés contre le mur.

Il est d'abord demandé au sujet de quitter le bunker avant qu'elle ne soit abruptement ordonnée d'attendre par un technicien du contrôle qui dirige la caméra vers une zone près de la sortie vers la trappe. Une inspection attentive alors que le sujet se rapproche montre qu'une petite zone a été équipée de ce qui apparaît être une prise Ethernet, dont la protection a été écartée légèrement du mur de force par une substance ressemblant à de l'ambre. Le sujet refuse de la toucher ou d'en collecter un échantillon, commentant que cela sent si mauvais que s'ils en veulent ils n'ont qu'à venir le chercher par eux-mêmes. Le contrôle refuse et le sujet quitte le bunker.

Alors que le sujet attrape l'échelle afin de s'en aller la caméra filme le haut pendant un moment et un visage humanoïde regardant vers le bas peut être vu en haut du tunnel. Le contrôle demande au sujet de confirmer la vision du visage, le sujet affirme que rien n'est présent en haut et commence à grimper. Le visage disparaît de la vue de la caméra après que le premier échelon est touché par le sujet qui monte sans incident. En haut du tunnel, aucune autre forme de vie n'est observée, rien n'a été dérangé. Le sujet insiste sur le fait qu'il n'y a rien ici et ferme la trappe, puis vomit immédiatement.

Le sujet tousse et utilise une bouteille d'eau fournie pour se gargariser puis se fige et demande si le contrôle entend "ça". Le contrôle ne rapporte aucun audio. Le sujet approche la trappe de toit avec précaution arme de poing dégainée et dresse sa tête juste assez pour que la caméra puisse voir l'extérieur. Au lointain, à environ 700 m de la ferme, deux massifs êtres humanoïdes rampent à travers le paysage. Les entités ne remarquent pas le sujet qui reste silencieux mais dont l'arme de poing est visiblement tremblante.

Il est demandé au sujet de rester immobile et silencieux alors que les créatures bougent. Celles-ci n'ont pas de traits, se mouvant dans le champ selon un angle faisant que les visages ne sont visibles qu'à quelques occasions. Pendant ce temps il est clair qu'elles n'ont pas de traits faciaux. Les bras qu'elles utilisent afin de se traîner sont courts à certains moments et longs à d'autres, les étirant à des longueurs variables à chaque fois qu'elles bougent. Les êtres n'ont pas de partie inférieure, toute conception corporelle semblant s'arrêter au niveau du torse. Les deux créatures prennent environ dix minutes à disparaître dans le lointain avant que le sujet ne commence à paniquer et supplie de revenir. Requête refusée. Il est demandé au sujet d'entrer dans la maison depuis la cave, et de ne quitter la maison sous aucune circonstance.

Le premier étage est accédé depuis une trappe dans le plafond/sol qui s'ouvre avec des craquements rouillés incitant le sujet à marquer une pause pendant 37 secondes avant de continuer à monter et entrer dans la cuisine. Une épaisse couche de poussière recouvre tous les objets dans la cuisine. Le réfrigérateur a été laissé grand ouvert, toute la nourriture est avariée. Adjacente à la cuisine se trouve une pièce de vie dans laquelle le sujet entre lentement. S'y trouvent un fauteuil inclinable, un sofa et une télévision tous conçus selon le style des années 1950. Sur le fauteuil inclinable se trouve un ordinateur portable dont le boîtier ressemble également aux décors des années 1950 et est abondamment recouvert de poussière. Ouvrir l'ordinateur portable révèle les derniers moments de son système d'exploitation, "Faithful OS1" quittant le mode veille et s'éteignant aussitôt. L'ordinateur portable n'a aucune source d'électricité externe et ne se rallume pas. Lorsqu'il est demandé de rapporter l'ordinateur portable, le coussin du fauteuil vient avec, les deux collés ensemble. Il est avisé au sujet de laisser l'ordinateur là où il est.

La porte intérieure quittant la maison est maintenue fermée par d'épaisses planches de bois, aucune tentative d'interagir avec celles-ci n'est effectuée. La caméra filme un escalier menant à l'étage supérieur. Le sujet monte les marches sans y avoir été invitée et les marches demeurent silencieuses à la surprise du contrôle. Lorsque le sujet atteint le sommet de l'escalier un couloir avec deux portes est observé, une de chaque côté, et à la fin du couloir un monte-plats est encastré dans le mur.

Le sujet ouvre la porte de gauche d'elle-même, celle-ci s'ouvre sur une chambre parentale. Le lit est soigneusement fait mais la garde-robe à ses côtés est renversée et des vêtements sont éparpillés partout sur le sol. Le sujet trouve sur le lit plusieurs bijoux et il lui est demandé de les laisser. Le sujet commence à protester, puis commente qu'ils sentent mauvais et les laisse sur place, quittant promptement la pièce. Il est demandé au sujet d'ouvrir la second porte.

La seconde porte s'ouvre et donne une vue d'une chambre d'enfants partagée, manifestement entre un garçon et une fille au regard des types de jouets et de vêtements éparpillés par terre. Il y a également une fenêtre dont le sujet s'approche et dont elle enlève la poussière à l'aide d'un rideau. Il est demandé au sujet de diriger la caméra vers la fenêtre, ce qu'elle fait. Les terres de la ferme sont visibles, et à environ 40 km au mieux, une ville. Alors que la caméra commence à reculer celle-ci filme vers le bas la zone autour de la maison. Environ 300 visages similaires à ceux de l'enregistrement du test Bleu sont visibles autour de la maison, toutes regardant vers le haut. Le sujet lorsqu'interrogé à propos des visages affirme que rien n'est présent. Il est demandé au sujet de revenir ce qu'elle accepte rapidement.

La sortie de la maison se passe sans incident, le système de poulie ne montre aucun comportement erratique. Alors que le sujet retourne au point d'origine de la corde de la poulie un lourd gémissement fait se réverbérer l'image. Les techniciens du contrôle rapportent avoir également pu entendre le bruit et ressenti la vibration. Le sujet retourne au point d'origine sans incident et le miroir retrouve sa surface réflective. SCP-093 est relâché. Fin de la vidéo.

Fragments de journal récupéré classé █████.

Le test suivant est classé en tant que Test de la couleur violette.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License