SCP-078-FR
notation: +9+x

Objet # : SCP-078-FR

Niveau de Menace : Vert

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : La section de tranchées où se situe la porte affectée par SCP-078-FR-1 a été déblayée et doit être entretenue sur une base hebdomadaire afin d’être maintenue dans un état accessible et praticable.

La zone où se trouve la tranchée doit être clôturée dans un rayon de 30 mètres, et la tranchée en question doit être couverte par un abri permanent en béton doté d’un sas étanche, blindé et capable d’être scellé à distance.

L’accès à la zone de confinement doit être interdit au public, et celle-ci doit en permanence être surveillée par au moins un (1) Chercheur spécialisé et un (1) Agent de sécurité. Un logement a été construit à proximité afin d’abriter ceux-ci, ainsi qu’une équipe de recherche et son matériel si nécessaire.

La zone clôturée devra être équipée de caméras de surveillance, reliées au logement de fonction des Agents.

Publiquement, la zone de confinement de l’objet doit être identifiée comme étant un poste d’observation météorologique gouvernemental. Sa désignation officielle au sein de la Fondation est Unité de Confinement Dimensionnel Aleph-078, et elle est placée sous la supervision du Site-Aleph situé à proximité.

Description : La nomenclature SCP-078-FR regroupe deux objets différenciés mais intrinsèquement liés, désignés dans ce rapport sous les noms SCP-078-FR-1 et SCP-078-FR-2.

SCP-078-FR-1 est une anomalie affectant une porte construite sur la paroi nord-est d’une tranchée partiellement souterraine datant de la bataille de la █████ de ████, creusée sur le plateau ██████, entre les villages de ██████████ et de ████████████████, en France. Les recherches historiographiques menées par le Pr. ████████ ont permis d’identifier ladite tranchée comme ayant été aménagée vers ████ par les troupes de la ██e armée █████████ sous le commandement du général █████ ███ █████. Elle aurait fait partie des positions ██████████ capturées le █ █████████ par la █e armée █████████, puis utilisées par celle-ci.

La porte en question est principalement faite de planches de bois vermoulues, grossièrement taillées et clouées ensemble, et fixées à un cadre fait du même matériau, fixé par des chevilles en fer rouillé à même la paroi ; celle-ci n’est pas anormale en elle-même, sauf preuve contraire éventuellement amenée par des expérimentations futures. Une note fut retrouvée fixée sur les planches de la porte. Une retranscription est disponible en Addendum.

SCP-078-FR-1 est une anomalie trans-dimensionnelle en deux dimensions délimitée par les poutres formant le cadre de la porte. L’anomalie est constante dans ses effets et son aspect, et ne présente aucune évolution sur la durée. Grâce à SCP-078-FR-1, la porte agit comme un point de passage relativement similaire dans son fonctionnement à un trou de ver – bien que différent principalement à cause de son type de destination – menant à un lieu non-répertorié, supposément situé dans un univers parallèle, bien que cela n’ait pu être vérifié empiriquement. La traversée de SCP-078-FR se fait instantanément, naturellement et sans contrainte autre que la taille du trou praticable (ce qui, entre autres, conditionna le parallèle avec le principe du trou de ver), et est possible dans les deux sens.

SCP-078-FR-2 est un lieu non répertorié, supposé exister en dehors de l’univers de référence U1 du standard SCP-MVC1, que ce soit sous la forme d’un univers parallèle ou d’une poche dimensionnelle finie. Du fait de la récente découverte de l’objet et des précautions prises pour le lancement de projets d’exploration, peu d’informations scientifiques précises ont pu être recueillies à son sujet. SCP-078-FR-2 semble être régi par des lois physiques identiques à celle de U1, telles qu’elles sont communément acceptées par la communauté scientifique. A ce jour, il est supposé que SCP-078-FR-1 est l’unique point d’accès menant à SCP-078-FR-2.

Si un sujet pénètre dans SCP-078-FR-2 équipé d’un localisateur GPS, celui-ci indiquera une trajectoire rectiligne se prolongeant à l’infini à partir de l’angle par lequel le sujet traversa SCP-078-FR-1. De plus, il indiquera une vitesse de déplacement augmentant de manière exponentielle. Ceci est considéré comme étant un dysfonctionnement normal causé par les propriétés extra-universelles de SCP-078-FR-2. Les Dr. Ezcyo et Pr. Gabouric ont été assignés à l’étude des propriétés en questions, et ont été chargés par la Direction du Département de Recherche sur le Site-Aleph de délivrer un rapport complet sur les conditions d’existence et le fonctionnement de SCP-078-FR-2.

Une description de l’apparence visuelle de l’intérieur de SCP-078-FR-2 est disponible en Addendum (Voir Rapport d’Exploration 078-B).


Addendum

1. Note attachée à la porte

La note suivante a été retrouvée épinglée à la porte affectée par SCP-078-FR-1. Elle semble avoir survécu au passage du temps en étant protégée par un casque Adrian l’isolant des effondrements successifs du terrain.

Allez tous bien vous faire foutre
C’est fini pour moi
Je me casse de ce trou plein de merde.
C. P.

Les recherches historiographiques du Pr. ████████ ont permis de tracer l’origine de la note au Sergent ██████ ███████, disparu du front durant une phase d’attente et supposé avoir déserté. Aucune trace ultérieure du sujet n’a pu être retrouvée.

2. Rapport d’Exploration 078-A (██/██/████)

L’exploration est menée par l’Agent D., équipé d’une balise GPS, d’une oreillette de communication, d’une lampe frontale avec deux (2) batteries de rechange, d’une bouteille d’eau et d’une arme de poing avec un (1) chargeur de rechange. Une caméra est fixée à son épaule par un harnais. Il est relié au point de départ par une corde d’alpinisme attachée à sa ceinture.

Il est supervisé par l’Agent V. et de le Docteur E. présents dans la casemate abritant SCP-078-FR-1. Ils sont responsables du dérouleur de la corde de sûreté de l’Agent D. Ils sont en communication constante avec celui-ci, et ont accès au flux vidéo de sa caméra.

Les deux unités de surveillance comme d’exploration sont de plus en communication directe avec T. contact au Bureau Panoptikon du Site-Aleph.

L’Agent D. traverse l’anomalie et commence à avancer dans l’espace visible depuis l’extérieur par l’équipe de surveillance. Celui-ci ressemble à un tunnel en pente de 12 %, grossièrement creusé dans la terre et étayé par des planches vermoulues de factures similaire à celles dont est faite la porte affectée par l’anomalie, ainsi que par des objets moins courants mais communs aux champs de bataille de ████ (fusils, essieu de voiture, et même hélice d’avion).

L’observation visuelle de la progression de l’Agent D. n’indique qu'une avancée de quelques mètres mais sa balise GPS indique une distance beaucoup plus grande, ainsi qu’une accélération exponentielle en direction du prolongement du tunnel.

L’Agent D. reçoit du Dr. E. l’instruction de stopper sa progression, en attendant les ordres du Site-Aleph. T. confirme la reprise de la mission et l’anomalie est relevée pour étude ultérieure.

L’Agent D. est de moins en moins visible à l’intérieur du tunnel.

Au bout de 17 minutes d’exploration, il indique s’approcher d’une anfractuosité dans le tracé de la galerie, dire confirmé par le flux vidéo. A son approche, il la décrit comme une modification de la trajectoire afin de contourner un obstacle quelconque. L’image montre que les parois du tunnel sont en cet endroit étayées plus solidement par des pièces de métal, et des barreaux en fer forgé sont visibles sur le mur en face, présent probablement dans le but de faciliter le passage de l’anfractuosité.

L’Agent D. débute la traversée de l’obstacle. La balise GPS indique une vitesse de 299 792 458 m /s. A cet instant, tout contact est perdu avec l’Agent D. T. en est notifié et prévient le Site-Aleph. Les Agents de sécurité F. et H., chargés durant l’expérience de la surveillance des alentours de la zone de confinement, sont appelés à l’aide par le Dr. E. L’équipe de surveillance enclenche l’enroulement d’urgence de la corde de sûreté, mais ne rencontre aucune résistance.

Environs 17 minutes plus tard, l’Agent D. émerge du tunnel et retraverse l’anomalie.

L’Agent D. a expliqué avoir pris la décision de rebrousser chemin après la coupure des communications. Il n'est pas allé plus loin que l’anfractuosité. Il est décidé que la prochaine tentative d’exploration serait effectuée avec du matériel filaire.

3. Rapport d’Exploration 078-B (idem)

L’exploration est menée de nouveau par l’Agent D., équipé d’une balise GPS, d’une oreillette de communication, d’une lampe frontale avec deux (2) batteries de rechange, d’une bouteille d’eau et d’une arme de poing avec un (1) chargeur de rechange. Une caméra est fixée à son épaule par un harnais. Il est relié au point de départ par une corde d’alpinisme attachée à sa ceinture, et par un faisceau de câbles transmettant directement ses données de communication à l’équipe de surveillance. La corde est échelonnée afin de mesurer la distance parcourue.

Il est supervisé par l’Agent V. et de le Docteur E. présents dans la casemate abritant SCP-078-FR-1. Ils sont responsables du dérouleur de la corde de sûreté de l’Agent D. Ils sont en communication constante par fil avec celui-ci, et ont accès au flux vidéo de sa caméra.

Les deux unités de surveillance comme d’exploration sont de plus en communication directe avec T. contact au Bureau Panoptikon du Site-Aleph.

L’Agent D. traverse l’anomalie et commence à avancer dans l’espace visible depuis l’extérieur par l’équipe de surveillance.

Les mêmes anomalies sont constatées sur la balise GPS.

Au bout de 17 minutes, l’Agent D. rejoint l’anfractuosité où s’était arrêtée la tentative d’exploration précédente. Il la passe sans difficulté. Le flux vidéo montre que le tunnel remonté légèrement, de 4 ou 5 %. Le GPS indique une vitesse de 299 792 458 m/s et une distance d’environ 17 millions de kilomètres par rapport au point de départ.

Au-delà de l’anfractuosité, le tunnel est relativement similaire à la première moitié, et est dépourvu de détails remarquables.

Après 14 minutes de progression, le tunnel fait un angle à 90 degrés vers le haut. Le mur en face de l’Agent D. dispose de barreaux en fer forgé permettant l’escalade de la paroi.

L’Agent D. reçoit de T. l’ordre de procéder à l’escalade. La hauteur du puits semble relativement importante, et D. met 5 minutes à en atteindre le sommet.

La caméra indique que la paroi supérieure du puits est équipée d’une écoutille à l’aspect ancien et peu entretenu. T. confirme l’ordre de l’ouvrir.

L’Agent D. ouvre l’écoutille et émerge partiellement de la galerie. Le flux vidéo montre une vaste plaine herbeuse vallonnée, avec semble-t-il un ou deux kilomètres de distance une agglomération de structures ressemblant à un village français typique du premier quart du XXe siècle. L’heure est estimée à 18:00.

L’Agent D. reçoit du Dr. E. l’instruction d’effectuer un panoramique avec la caméra. Celui-ci révèle la présence à l’opposé de l’agglomération par rapport à l’écoutille d’une large forêt d’arbres ressemblant à des conifères. Des formations montagneuses sont visibles à trois heures par rapport à la position de l’Agent D.

Le paysage semble terrestre. Aucune anomalie n’est visible. Le Dr. E. demande à l’Agent D. d’effectuer les tests préliminaires de gravité. Aucune différence par rapport à la Terre n’est relevée.

L’Agent D. remarque la présence non loin de sa position d’une structure en pierre qu’il décrit comme "ressemblant à un mémorial". Le flux vidéo confirme cette description, et montre une sorte d’obélisque monté sur un large socle. La structure est entourée de végétaux d’apparence non-sauvage, et présentant des indices d’activité humaine.

Le Dr. E. propose de mettre fin provisoirement à la tentative d’exploration. Le Site-Aleph approuve la demande. L’Agent D. redescend dans la galerie en fermant l’écoutille derrière lui. Le trajet de retour est sans incident. La balise GPS indique une décélération de plus en plus lente, jusqu’à ce que l’Agent D. traverse l’anomalie en sens inverse et émerge du tunnel.

Les tentatives d’explorations sont interrompues pour la journée du ██/██/████. Un protocole d’exploration plus en profondeur de SCP-078-FR-2 est en cours d’élaboration.


Note (07/04/2016): Suite aux concertations consécutives à la publication en interne des analyses des Dr. Ezcyo et Pr. Gabouric, la responsabilité des recherches sur SCP-078-FR a été transférée au Département Multi-Universel. Une équipe de chercheurs sera en conséquences réquisitionnée sur le Site-87 et résidera sur le Site-Aleph.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License