SCP-078
notation: +2+x
sign.jpg

SCP-078, avant acquisition.

Objet # : SCP-078

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-078 doit être laissé accroché au mur de sa cellule de confinement et physiquement débranché. La seule prise secteur dans la pièce doit être contrôlée par un interrupteur, qui doit être laissé sur la position éteinte, sauf en cas de test sur SCP-078. Le personnel pénétrant la chambre de confinement devra se familiariser avec la position de l’interrupteur afin de pouvoir le localiser les yeux fermés, au cas où SCP-078 serait allumé accidentellement.

Description : SCP-078 est une enseigne de néons roses d’environ un mètre et demi de long affichant la phrase "TROP TARD POUR MOURIR JEUNE" en anglais. Il fut initialement récupéré dans la ville de ████████, ████████, après que des protocoles standards de fouilles de données de la Fondation aient permis d’y enregistrer un taux de mortalité anormalement élevé dû à la faim ou à d’autres besoins vitaux négligés.

En absence d’alimentation, SCP-078 n’a pas de propriétés anormales et peut être observé sans effets secondaires. Regarder SCP-078 pendant moins de dix secondes lorsqu’il est allumé n’a pas non plus d’effet, de même que son observation indirecte. Les sujets ne pouvant pas comprendre SCP-078 à cause d’une incapacité à appréhender l’anglais écrit sont également non affectés. Cependant, tout sujet observant SCP-078 pendant plus de dix secondes va, lorsqu’il observera ultérieurement toute inscription manuscrite, occasionnellement y percevoir des phrases supplémentaires. Ces phrases ne sont pas inscrites avec la propre écriture du sujet ou avec celle du texte environnant, mais sont rédigées avec une écriture aléatoire qui diffère d’inscription en inscription (voir Addendum 078-01), et sont toujours formulées comme dans le but de consoler la culpabilité du sujet à propos d'un choix ou une décision passée dont il se sent coupable. Par exemple, un sujet de classe D qui était lui-même conscient d’avoir assassiné sa femme au cours d’un conflit conjugal a aperçu la phrase "Elle l’a mérité pour ne pas avoir fait ce que tu disais" dans son journal manuscrit ; tandis que le Dr. ██████, qui avait délaissé sa famille pour travailler à la Fondation et fut accidentellement exposé à l’objet, trouva la phrase "Ton travail va sauver l’humanité." parmi ses notes au sujet de SCP-███.

Au début l’effet est bénéfique, les sujets affectés reportent un plus grand bien-être psychologique après exposition à SCP-078. Cependant, les phrases vont progressivement de la justification des actions du sujet, par l’emphase sur les conséquences positives, à la justification par les propos négatifs, et ce à l’échelle d’une semaine ; le Dr. ██████, deux jours plus tard, trouva la phrase "Ils ne t’ont jamais aimé de toute façon." dans son journal personnel. De plus, les inscriptions commenceront à donner des justifications arbitraires à des actes pour lesquelles le sujet n’a jamais ressenti de culpabilité, ou que le sujet aura déjà rationalisés. Le sujet va alors reconsidérer ses excuses pour ces actions, ainsi que tenter de justifier des actions futures qu’il prendra. Le besoin de rationalisation augmente avec le temps, et le sujet se mettra à énoncer à haute voix son processus de pensée, si bien qu’au bout d’une semaine, toute tâche plus triviale que les bases de la survie que le sujet entreprendra induira un accès de névrose alors qu’il tentera de rationaliser pourquoi il n’a pas fait un autre choix. Au bout de deux semaines, le sujet est incapable de se nourrir : après la première bouchée, il passera l’heure suivante à justifier pourquoi il a choisi de commencer par cette partie de son plat. Le décès par sous-alimentation s’ensuit si le sujet n’est pas nourri par voie intraveineuse. █ membres du personnel de classe D ayant atteint ce stade, ainsi que █ chercheurs ayant été accidentellement exposés, sont maintenus en vie à des fins d’études et pour déterminer si un remède peut être trouvé.

L’unique moyen de modifier l’effet de SCP-078 est SCP-078 lui-même : tout sujet observant l’objet une seconde fois se verra exposé à d'autant de messages inducteurs de culpabilité, que la durée séparant ses deux expositions sera grande. Tous les sujets ayant regardé SCP-078 une semaine après leur exposition initiale ont commis une tentative de suicide.

Addendum 078-01 : D-19384, dont l’écriture était un mélange inhabituel de cursive et d’imprimerie, fut exposé à SCP-078, et fut ensuite euthanasié après avoir atteint le stade "sans-conséquence". Par la suite, les autres sujets exposés ont reporté avoir vu des notes écrites dans le même mélange de cursive et d’imprimerie ; il est possible que ceux qui décèdent après une exposition à SCP-078 y soient 'incorporés' d’une certaine manière.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License