SCP-070-FR
notation: +4+x

Objet # : SCP-070-FR

Niveau de Menace : Jaune

Classe : Euclide Sûr

Procédures de confinement spéciales : SCP-070-FR est confiné au site 06-03.
SCP-070-FR se déplace d'objets réfléchissants en objets réfléchissants. Toutes les procédures de confinement sont étudiées pour limiter la réflexion de la lumière dans la zone de confinement. Tous les danger liés à SCP-070-FR, étant la conséquence d'un contact visuel d'un membre du personnel avec les yeux de SCP-070-FR, il est conseillé de tout mettre en œuvre pour ne pas croiser son regard. Le sas d'entré de la pièce doit être verrouillé en permanence.

  • Hors manipulation de test ou d'entretien : SCP-070-FR doit être maintenu dans un miroir mesurant entre la taille de SCP-070-FR (183cm*100cm) et (186cm*110cm). Le miroir est classé SCP-070-FR-A. Le miroir doit être maintenu dans une salle sans source de lumière (des spots portables autonomes devront être apportés durant les tests). Les murs et le sol doivent être revêtus de plaques de fibres noires (nanotubes de carbone) absorbant à 99,9% la lumière. La pièce doit être vidée de tout objet/mobilier/outil en dehors des phases d'interaction avec SCP-070-FR. La pièce doit être précédée d'un sas, recouvert de plaques de fibres en nanotube de carbone, muni de deux portes à triple battants non alignés. Les deux portes du sas sont contrôlées par informatique par un opérateur extérieur à la pièce et ne doivent jamais être ouvertes en même temps. Le sas d'entré de la pièce doit toujours être fermé pendant et après toute entrée dans la pièce. Le miroir doit être disposé dos à l'entrée.
  • Phase d'entretien : Le personnel concerné doit être vêtu en fibres noires. Aucun objet réfléchissant n'est autorisé en phase d'entretien (miroirs, vitres, lunettes, lentilles de contact, objets métalliques, eau…). Des filaments halogènes sans ampoules peuvent être utilisés comme moyen d'éclairage. Un rideau de couleur noire et d'épaisseur 2 cm sera disposé par dessus SCP-070-FR-A. L'entretien doit être réalisé sans produit liquide.
  • Phase de tests : Pour tout test, prévoir au moins 3 personnes dont deux ne participant pas aux manipulations, assurant la sécurité de la troisième. Les deux personnes ne participant pas aux tests doivent êtres munies de Tasers et immobiliser le praticien, en cas de comportement suspect. Elles resteront derrière le miroir et auront un rideau en fibres noires à disposition. Est considéré comme suspect tout comportement impliquant de lever les yeux au dessus du niveau du torse étant en face du miroir, de ne pas répondre à une question dans les 4 secondes suivant la question (si une réponse demande un temps de réflexion, répondre "reçu" dans les 4 secondes), de s'agenouiller face à SCP-070-FR-A, de maintenir fixement un regard "perdu dans le vague". Les personnes assurant la sécurité du/des praticiens doivent rester extrêmement concentrées et tirer au moindre doute.
  • Incident : L'incident le plus fréquent qui puisse arriver est qu'un membre du personnel croise le regard de SCP-070-FR, il semble qu'il soit possible d'éviter les effets psychiatriques de SCP-070-FR si le temps d'exposition est inférieur à 5 secondes. Il est donc possible de sauver un humain entrant en contact avec SCP-070-FR si le contact est rapidement interrompu. Le contact peut être interrompu par choc électrique, et doit l'être en moins de 4 secondes, ce qui justifie l'emploi de soldats d'élites, équipés de tasers lors des manipulations, capable de repérer un simple haussement du regard du praticien et de tirer le cas échéant, en moins de 4 secondes, sur le sujet exposé. Les soldats en questions doivent se situer sur les cotés derrière le miroir, de façon à être face au praticien, et à ne pas pouvoir entrer en contact avec SCP-070-FR. Si la manipulation prend plus de 5 minutes, un roulement (intervalle de 5min.) entre plusieurs équipes de deux soldats doit être organisé pour éviter la déconcentration due au temps. Dans le cas ou Le contact prolongé n'est pas évité à temps, les membres armés doivent placer le rideau en fibres noires de façon à recouvrir SCP-070-FR-A, et immobiliser la victime le temps de l'arrivée de l'équipe psychiatrique qui l'attachera solidement à un lit d’hôpital (dont l'armature en métal devra être remplacée par une armature en plastique mat) pour le transporter jusqu'en cellule. Tout sujet ayant croisé le regard de SCP-070-FR pendant une durée estimée à 10 secondes est considéré comme condamné.

Description : SCP-070-FR est une entité visuelle, d'apparence humanoïde (Probablement mâle) qui se déplace sur les surfaces réfléchissantes, miroirs, vitres, verres de lunettes mais aussi lentilles de contact, ce qui lui permit presque de violer les procédures de confinement alors que le Docteur ████ n'avait pas retiré les siennes durant le test n°██. Il semble que le SCP-070-FR soit forcé à trouver un réceptacle réfléchissant, en effet, provoquer l'évaporation de l'eau dont la surface permet à l'entité de se réfléchir semble l'obliger à changer de réceptacle (résultat du test n°022). On suppose qu'il est possible de détruire SCP-070-FR en détruisant son réceptacle si aucun réceptacle de rechange n'est accessible. La Fondation n'a cependant pas testé cette hypothèse pour ne pas risquer la perte de SCP-070-FR.

SCP-070-FR se place dans l'environnement reflété par la surface d'un matériau réfléchissant, comme si il s'y situait réellement. Son image semble respirer, change parfois la position de ses jambes et de son corps, reste debout à fixer les observateurs mais ne se déplace que par téléportation d'un réceptacle à un autre. On emploie le terme de téléportation car aucun appareil de mesure n'a été suffisamment précis pour relever le temps entre la disparition de SCP-070-FR d'un réceptacle, et son apparition sur un autre.

Les êtres humains ayant croisé le regard de SCP-070-FR ont manifesté une soudaine dépendance au reflet de celui-ci. Le sevrage d'un sujet atteint de dépendance à SCP-070-FR provoque sa mort par refus de tout sommeil/hydratation/nutrition. Néanmoins les sujets devenus dépendants de SCP-070-FR ont manifesté une endurance biologiquement impossible à l'absence de nutrition et de sommeil, lorsqu'ils étaient laissé en présence de l'objet. Le comportement de l'entité lui a valu le surnom de Narcisse.

Test n°044 : En mettant un miroir en face du miroir réceptacle de SCP-070-FR, on constate que celui-ci ne se réfléchit pas sur les deux miroirs mais seulement sur un seul, ce qui amène à penser que la vision que les sujets humains ont de l'objet est de nature hallucinatoire car si l'objet émettait vraiment de la lumière, il se refléterait sur les deux miroirs.

Résultat des tests n°001 à n°011 : L'entité n’émet aucune odeur, aucun son, ne fait pas bouger son réceptacle, et toucher son réceptacle ne procure aucune sensation particulière.

Résultat du test n°14 : le miroir réceptacle de SCP-070-FR a été pris en photo et en vidéo alors que trois personnes pouvaient confirmer le voir, ou du moins voir ses jambes, baissant strictement la tête pour ne pas croiser le regard du spécimen. L'entité n’apparaît pas sur les photographies, ni sur les vidéos, il semble que seul les humains puissent la voir.

Les sujets exposés volontairement (classes D ayant regardé dans les yeux l'anomalie) l’ont tous été durant plus de █ minutes. Les sujets se sont débattus lors de la séparation de l’entité et sont morts de déshydratation dans les 48h suivant l'expérience.

Néanmoins un cas (SCP-070-FR-B) a été exposé accidentellement durant moins de dix secondes alors qu'il pratiquait une manipulation à priori sans risque. Par négligence, SCP-070-FR-B n'avait pas retiré ses lentilles de contact, sur lesquelles SCP-070-FR s'est transféré. Les lentilles ont par la suite été fondues pour forcer SCP-070-FR à retourner dans SCP-070-FR-A (miroir réceptacle). L'état psychologique, quelques minutes après exposition, de SCP-070-FR-B (initialement DR ███) permettait un interrogatoire crédible :

Dr Teker : Test psychologique du sujet SCP-070-B suite à l’incident du ██/██/██. Début du test 14h57, quelques minutes après l'incident: Comment vous nommez vous ?
Dr ████ : ████ ████
Dr Teker : Juste. Age, genre, diplôme, Ville natale, ou étiez-vous il y a 3 heures ?
Dr ████ : 48 ans, █████, doctorat en ophtalmologie, █████, j’étais à la cafétéria du site, j’attendais l’expérience de ce matin.
Dr Teker : Mémoire courte et mémoire longue intactes. Savez vous où vous êtes et pourquoi ?
Dr ████ : Oui, interrogatoire psychologique post incident avec une entité psycho active.
Dr Teker : C'est bien ça. Commençons. Comment se fait-il que SCP-070-FR ai croisé votre regard malgré les consignes de sécurité ?
Dr ████ : Mes lentilles de contact, je ne les ai pas enlevé, ce n'était pas spécifié dans les consignes, il s’est transféré dessus, j’ai commencé à le regarder et j’ai eu le réflexe de retirer les lentilles.
Dr Teker : Vous vous souvenez l’apparence de SCP-070-FR ?
Dr ████ : un homme, admirablement beau, parfaitement proportionné, fascinant. Sa beauté dépassait la simple plastique il avait une sorte… d'attitude complètement captivante. Il avait un regard…
Dr Teker : Continuez.
Dr ████ : Je … j’y ai vu, je crois, dans ses yeux… je ne sais plus…
Dr Teker : Qu’y avait-il dans ses yeux ? Concentrez-vous.
Dr ████ : Je ne veux pas vivre sans elle.
Dr teker : Dr ████? Combien ais-je de doigts ?
Dr ████ : je ne veux pas vivre sans elle
Dr teker : Qui est « elle » Dr ████ ?
Dr ████ : JE NE VEUX PAS VIVRE SANS ELLE !
Dr Teker : Bien, administrez une dose de somnifères, nous reprendrons plus tard.

Note du personnel médical :

SCP-070-FR-B ne s’est pas endormi suite à l’administration de somnifères et a du être confiné par la force en cellule. Le docteur Teker a suggéré, 3h après l'entrée en cellule, l'administration d'amnésiques. Cette tentative d’ôter au Dr ████ tous ses souvenirs récents n'a pas modifié son comportement. Mort 44 heures après l'entrée en cellule suite au refus de boire. Les antécédents médicaux du patient (diabète) ont accéléré la déshydratation. Il répétait sans cesse "je ne veux pas vivre sans elle".

Notes du Dr Teker :

Le cas SCP-070-FR-B est entré dans la salle dans un état psychologique stable, réactif et lucide. Aucune perte de mémoire vérifiée. Le souvenir des yeux du SCP-070-FR a eu pour conséquences les mêmes pathologies observées chez patients ayant regardé SCP-070-FR durant une période prolongée (au moins █ minute).
Il semble que la dépendance au SCP-070-FR soit produite par contact visuel prolongé avec les yeux, mais également par simple remémoration de ceux-ci après une exposition succincte.

Circonstances de capture :

SCP-070-FR a été trouvé et repéré par le groupe d'intervention █████, alors que la fondation enquêtait sur des disparitions totalement inexpliquées dans le village de ███████ (██████████). L’escouade █████ a localisé SCP-070-FR en recoupant les itinéraires respectifs des disparus, les différents jours de leurs disparitions. En effet, tous les disparus sont passé dans une même rue avant de disparaître. L'anomalie a été repérée dans la propriété, récemment abandonnée, d’un homme à la longévité extrême (███ ans) mort depuis environ un mois. Cette maison constituait l'unique bâtiment suspect de la rue et a donc été inspecté par l'escouade.

Les disparus, retrouvés au grenier, qui contenait par ailleurs 23 miroirs sur le sol, les murs et le plafond, n’ont eu aucune réaction à l’arrivée de l’équipe armée mais ont été particulièrement violents lorsque l’équipe psychiatrique, arrivée quelques heures plus tard, a tenté de les extraire de la propriété. Les sujets sont morts de déshydratation en cellule psychiatrique, refusant toute nutrition. Durant les interrogatoires, les victimes ont tous répété cette phrase en boucle : "Je ne veux pas vivre sans elle".

SCP-070-FR a été identifié 2 jours après la découverte des disparus. À la découverte des disparus, une équipe de 7 agent armées et de 3 psychiatres de la fondation se sont relayés à l'extérieur de la maison jusqu'à ce que l'agent ████ repère un reflet inhabituel sur une des vitres et se précipite, sans respecter les procédures d'approches, dans la maison. Le reste de l'équipe décida de suivre pour récupérer l'agent. Décision n'ayant été par ailleurs approuvée par personne au poste d'opérations. Cette décision provoqua la mort de 9 agents et consultants psychiatriques jusqu'à ce que le spécimen épargne sans raison connue le dernier membre de l'équipe. Une seconde équipe est arrivée en renfort, et a rapatrié le spécimen dans au Site-06-3. L'entité n'a causé aucun incident sur le trajet.

Jonas Steinberg est l'unique survivant de l'équipe ayant repéré SCP-070-FR.

Quant à savoir ce qu’est «elle», un membre du personnel médical suggéra qu'il s'agisse de SCP-070-FR jusqu'à ce que le seul témoin (SCP-070-FR-B) relativement lucide au moment de l'interrogatoire, après une exposition avec le regard de l'entité, décrive SCP-070-FR comme étant de sexe masculin.

Une enquête de la fondation a mené à la recherche du rapport d'autopsie de l'ancien propriétaire de la maison ou a été trouvé l'anomalie :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License