SCP-043-FR
notation: +5+x
Chasseur%20de%20monstres.jpg

SCP-043-FR, en train de tenter de fuir via le réseau de voie ferrée où il a été récupéré.

Objet # : SCP-043-FR

Niveau de menace: Orange

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales :SCP-043-FR est actuellement confiné au site Aleph. L'entité doit être confinée dans une cellule insonorisée de 10*10*4 mètres, équipée de sanitaires. L'entité ne doit pas réaliser qu'elle est observée, elle ne peut donc être observée qu'à travers une caméra cachée dans le plafond de sa cellule. Seuls des objets en mousse et en carton peuvent être donnés à SCP-043-FR. Tout objet d'une autre matière donné au sujet devra être signalé puis détruit dès que possible. Seul le Dr. ██████ est autorisé à déplacer les objets de SCP-043-FR.

Voici la liste des objets donné à SCP-043-FR :

-Un matelas en mousse
-Une boîte en carton
-Une pile de vingt-cinq (25) feuilles de papier
-Un cube en mousse de 10*10*10 centimètres
-Un (1) kilo de mousse
-Dix paquets de mouchoirs de 140 mouchoirs chacun.

SCP-043-FR utilise une partie du matériel listé ci-dessus pour construire des pièges généralement placés aux alentours de la porte. Le potentiel létal des pièges étant quasi nul de part les matériaux utilisés, le sujet est donc autorisé à en poser autant qu'il le souhaite. Ce comportement est considéré comme normal. Aucun membre du personnel, quel qu'il soit, ne doit tenter de détruire ou emporter un piège posé par le sujet afin de ne pas le provoquer.

Le sujet ne doit porter que des vêtements en matière synthétique de très faible densité, ils sont donc trop fragiles pour que l'entité en fasse un éventuel piège.

Il ne doit en aucun cas entrer en possession de sa masse nommée SCP-043-FR-1 (qui est elle-même confiné dans un casier blindé accessible aux membres du personnel de niveau 2 au minimum). SCP-043-FR semble accorder une grande importance à SCP-043-FR-1. L'entité doit être tenu éloigné des éventuels sources de stress tel que les lieux bruyants.
La lumière de sa cellule doit être éteinte entre neuf (9) heures de l'après-midi et sept (7) heures du matin, heure locale, afin de ne pas déstabiliser le sujet.

En vue de son refus envers tout aliment qui lui est apporté, SCP-043-FR n'accepte donc de se nourrir que lorsqu'il chasse lui-même sa nourriture. En conséquence, un animal vivant, qu'importe l'espèce, et des légumes crus doivent être mis dans sa cellule pendant son sommeil sur un cycle quotidien. D'extrêmes précautions sont à prendre pendant le dépôt de la nourriture. L'entité semble ne pas comprendre que sa nourriture est apportée volontairement par le personnel. La cellule doit ensuite être lavée et les restes de l'animal doivent être retirés puis incinérés.

Description : SCP-043-FR est un humanoïde mâle du type caucasien. Il mesure 1,90 mètre environ et pèse 93,74 Kilogrammes. Son âge est estimé à 25-30 ans. Il ne présente aucune anormalité sur le plan physique. Des cicatrices présentes sur l’ensemble de son corps du fait que SCP-043-FR aurait été sujet à de nombreuses techniques d'interrogation invasive apparemment étalées sur plusieurs années au vu de la grande hétérogénéité des cicatrisations.

Le spécimen a déjà montré une certaine tendance à attaquer aveuglément certaines personnes, généralement avec les dents ou les mains lorsqu'il n'est pas muni de SCP-043-FR-1. Il faut considérer le fait que le sujet ouvre la bouche en étant à portée de main d'un membre du personnel comme une tentative d'agression. Une muselière fabriquée sur mesure ainsi que des menottes doivent être mises au sujet lorsque le personnel le sort de sa cellule de confinement, quelque qu'en soit la raison (voir rapport de récupération 043-1).

Les examens médicaux effectués juste après sa capture ont révélé des traces d'une lobotomie trans-orbitale effectuée sur ce dernier. SCP-043-FR devrait avoir une activité cérébrale presque nulle suite à l'opération précédemment citée, cependant, celui-ci semble avoir récupéré l'usage d'une partie de son cerveau. Malgré les examens au rayon-X, aucun élément ne permet d'expliquer comment le sujet a retrouvé une partie de ses fonctions cérébrales.

Parmi les parties de son cerveau n’ayant retrouvé aucune activité, le cerveau reptilien n'est pas totalement actif et la partie liée à la parole et à l'expression en général est totalement détruite ainsi que plus de 55% du néo-cortex. Dans cet état, il est anormal que l'entité puisses encore agir d'elle-même. Le sujet semble cependant disposer d'une capacité d'anticipation extrêmement développée lui permettant de mettre au point des pièges très efficaces.

SCP-043-FR présente un état psychologique instable, fait état de paranoïa aiguë, de pyromanie, de trouble de la personnalité et d'autres maladies psychologiques mineures. Le spécimen va donc se montrer méfiant envers toute personne. Le Dr. Rockwell, responsable de SCP-043-FR, semble entretenir des relations particulières avec l'entité et ne semble pas provoquer la paranoïa du sujet; il ne court apparemment aucun risque s'il s'approche de ce dernier.

L'entité, afin de se procurer un sentiment de sécurité vraisemblablement à cause de ses tendances paranoïaques, construit de nombreux pièges de forme et fonctionnement variés à l'aide tout objet qui est à sa portée, et ce, constamment.
Les pièges sont généralement disposés de telle façon que toute une zone devient dangereuse , comme pour délimiter un territoire. SCP-043-FR est la plupart du temps présent dans ce "périmètre". L'entité y reste tout le temps1. Ses pièges sont la plupart du temps constitués de bois et de métal. Cependant, le spécimen faisant état d'un cas de paranoïa si intense, qu'il va jusqu'à construire ses pièges à partir de ses propres os et organes internes afin d'assouvir sa sensation de sécurité à tout prix. Leur fonctionnement est généralement basé sur un système de ressorts ou de projection d'objets. Ses compétences créatives en matière de pièges n'ont pour l'instant montré aucune limite fixe.
Les victimes des pièges construits par SCP-043-FR ont, pour la plupart, étés retrouvé avec des [DONNÉES SUPPRIMÉES] manquants. SCP-043-FR pratiquera alors l'automutilation si il est dans l'incapacité d'assurer sa sécurité par le biais de création de pièges. Il aurait déjà été surpris entrain de tenter d'hurler de douleur pendant l'extraction de ses propres composants organiques pour la construction de ses pièges.

Malgré la composition parfois extrêmement complexe de certains pièges construits par le sujet, ceux-ci ne comportent jamais aucun déclencheur. Il a pu être observé de nombreuses fois que l'entité semble être en mesure de déclencher ses pièges à distance de façon consciente, et ce, quel que soit la distance ou les obstacles qui séparent SCP-043-FR et ses pièges. Il semble que le sujet puisse tout de même déclencher les pièges cassés et/ou désamorcés. Ce phénomène ne se réalise pas quand le sujet est inconscient. Une forme exclusive de radiation (provisoirement nommé ████████) a été relevé sur le totalité des pièges posés par SCP-043-FR. Des analyses montrent que son cerveau émet une faible quantité des dites radiations, cependant, l'énergie dégagée par les radiations ████████ semble maintenir l'entité en vie lorsqu'elle se mutile.

Lorsque l'entité attaque ses victimes avec SCP-043-FR-1, il vise dans 95% des cas la tête, les jambes ou les poumons. Sa force et son agressivité semblent augmenter lorsque celui-ci est en possession de SCP-043-FR-1. Si SCP-043-FR est en possession d'une arme, il tentera alors de tuer ou au moins de faire fuir sa cible au lieu de simplement se méfier.

SCP-043-FR a été remarqué pour la première fois par la fondation par la FIM oméga-12("Les démineurs") lors d'une intervention visant à capturer SCP-███-FR. La FIM l'a retrouvé attaché à une table d'opération dans un état végétatif. Il a ensuite été placé dans un hôpital psychiatrique civil dont il a contre tout attente réussi à sortir par ses propres moyens, avant de s'évanouir dans la nature malgré les efforts de la FIM oméga-12("Les démineurs") pour le pister.

Rapport de récupération 043-1: Après que SCP-043-FR ait échappé à la FIM Oméga-12 ("Les démineurs"), La fondation a alors perdu sa trace avant de le retrouver plus tard devant une épicerie d'un village isolé, le propriétaire a été retrouvé mort suite à de nombreuses fractures et hémorragies internes causées par l'utilisation de SCP-043-FR-1. Les agents de la FIM Oméga-12 ont alors ouvert le feu sur SCP-043-FR avec des fléchettes sédatives. L'entité a été capturé après qu'il ait blessé deux agents, le premier agent, blessé à la hanche côté droit (par balle) à l'aide d'une arme à feu modèle "Maverick-88" que le sujet a récupéré chez le commerçant après que ce dernier ait tenté de s'en servir contre SCP-043-FR. Le deuxième agent, qui était le commandant de l'unité, a été blessé au tibia gauche (fracturé) et à la base du cou (hémorragie) à l'aide des extensions dentaires de SCP-043-FR (l'entité avait fabriqué des morceaux de métal qu'il fixait à ses gencives et s'en servait pour le combat très rapproché) et de SCP-043-FR-1. Les deux agents ont survécu et sont aujourd'hui totalement remis de leurs blessures, malgré la mise en suspend temporaire du commandant. Le sujet a été maîtrisé par l'agent ███████, qui lui a tiré dans le dos pendant que l'entité tentait de s'enfuir via le réseau souterrain de voie ferrée située non-loin de l'épicerie attaquée par lequel il est arrivé.

Rapport d'Expérience 043-FR-1

Sujet: SCP-043-FR

Émotion recherchée : empathie
Procédure : Présentation d'un chaton affectueux âgé de six mois.

Déroulement de l'expérience: L'entité est mise dans une pièce vide avec une caméra et un micro caché dans le plafond. Un chaton a préalablement été placé avec quelques jouets. SCP-043-FR ne fait rien d'autre que d'observer le chaton jouer avec un morceau de plastique durant presque deux heures. Aucune réaction émotionnelle. Midi trente-deux, l'entité arrête d'observer le chaton. Il se lève et l'attrape. 043 l'inspecte sous tous les angles pendant une minute dix puis il met la tête du chaton dans sa bouche et lui brise la nuque d'un coup de dents. Le sujet dépèce ensuite le chaton, le vide des ses organes puis mange la chair. Le Dr. Rockwell a mit fin au test pendant que l'entité rongeait les os du chaton.
Aucune émotion n'a été ressentie à l'égard du chat de la part du sujet.

Note: Je considère que le résultat est faussé vu que l'entité a dû avoir faim. J'insiste pour refaire ce test quand il sera rassasié. -Dr. Rockwell.

Rapport d'expérience 043-FR-2:

Sujet: SCP-043-FR

Objectif de l'expérience: Observer et comprendre la façon dont le sujet fabrique ses pièges.
Procédure: Le Dr. Rockwell doit demander à l'entité de construire un piège avec les matériaux fournis. Il devra également chronométrer le temps nécessaire à l'entité pour confectionner le piège. Le Dr. Rockwell est ensuite tenu de tester le piège à l'aide d'un mannequin en bois.

Déroulement de l'expérience: Le Dr. Rockwell attache les menottes de 043-FR à une chaise et lui présente un sac plein de morceaux de ferraille et un meuble à construire de la marque IKEA.
Le sujet regarde le Dr. Rockewell, il semble se méfier et tente de retirer sa muselière en agitant la tête. Il abandonne au bout d'une minute et semble prêt à coopérer.
043 ouvre le carton et le sac. Il cherche des pièces en particulier.
Il termine le piège en une minute et dix secondes. Le piège ressemble à une plaque de bois garnie de clous, qui semble devoir être cachée dans un mur ou au dessus d'une porte.
Le Dr. Rockwell installe le mannequin et demande au sujet de l'activer. Le piège s'active: la tête du mannequin explose. Fin du test.

Note: Il construisait le piège comme si il l'avait fait toute sa vie, et ce, sans aucune recherche ou hésitation. Comme si on lui dictait ce qu'il fallait faire au fur-et-à-mesure. -Dr. Rockwell

Document 043-FR-01: Le document qui suit est un rapport d'évaluation psychologique de SCP-043-FR.

Il ne comprend pas les trois quarts de ce que je lui dis mais dispose d'un Q.I particulièrement élevé. Le sujet montre des facilitées dans les tests de mémoire et de logique. Il est incapable de saisir le moindre concept abstrait et ne ressent aucune émotion à part quelques bribes insignifiantes des sentiments les plus forts comme la colère ou la peur. J'ai eu l'impression de parler à un animal. J'ai aussi effectué le test de Rorschach. Il a semblé être terrifié par ce qu'il a vu mais n'a pas été capable de me décrire ce qu'il voyait.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License