SCP-021
notation: +8+x
021.jpg

SCP-021 sur le sujet D-124 (maintenant décédé)

Objet # : SCP-021

Classe : Sûr

Procédures de confinement spéciales : SCP-021 est un parasite contraint de rester dans un corps humain. Le confinement n'est, par conséquent, pas plus difficile que celui d'un être humain adulte, la plupart des cellules sont suffisantes. L'objet est actuellement logé dans la cellule de détention 217-A sur le sujet D-139. Seul le personnel de Classe D peut être utilisé pour l'hébergement de SCP-021. Aussi longtemps que subsiste un sujet donné en tant qu'hôte pour SCP-021, il est dispensé des élimininations mensuelles des membres du personnel de Classe D.

Description : SCP-021 prend la forme d'un grand tatouage élaboré représentant un dragon-serpent dans un style oriental, couvrant environ 0,8 mètres carrés de peau. Ce tatouage est complètement animé sur toute la peau de son hôte et se comporte en grande partie comme un animal normal, mais dans deux dimensions seulement. Le mouvement du tatouage provoque une douleur constante chez son hôte, comparable (et de même nature) à celle endurée pendant la confection d'un tatouage et celle de l'enlèvement d'un tatouage simultanément, et ce, ​​sur une grande échelle. L'organisme a tendance à passer la plupart de son temps sur le torse et à proximité de celui-ci. SCP-021 n'affiche pas d'intelligence au-delà d'un motif de base d'alimentation et de locomotion, même si, en pratique, la mesure de l'intelligence d'une forme de vie en deux dimensions est toujours impossible à ce jour.

SCP-021 semble se nourrir exclusivement de pigments de peau de l'hôte. Il peut s'agir de la mélanine; dans ce cas, le sujet semble souffrir de vitiligo. Toutefois, l'organisme montre une préférence marquée pour d'autres tatouages ​​et cherche d'abord à les dévorer avant de recourir à des pigments naturels. Il convient de noter que le processus d'alimentation lui-même, au delà de la sensation de mouvement, est indolore, l'encre du tatouage normal disparaît tout simplement lorsque celui-ci est "mangé". L'organisme conserve une taille constante, et aucun excrément n'a été observé. L'organisme est capable de "manger" plus de 0,6 mètres carrés de peau par heure. On peut "nourrir" SCP-021 par le tatouage (rapide) de fruits ou de petits animaux sur l'hôte.

SCP-021 peut être transféré entre les hôtes par diverses formes de contact physique, avec différents taux de réussite. Dans le cas de transfert réussi, l'organisme "nage" tout simplement d'une personne à l'autre. Les rapports sexuels semblent être la méthode la plus fiable de transfert, avec un taux de transmission de 93%. Toutefois, en raison de la douleur causée, ce n'est pas l'idéal. Le contact entre deux plaies ouvertes est généralement préférable. Le transfert est plus compliqué chez les sujets décédés, mais pas de façon déraisonnable, l'organisme ne souffrant pas des effets négatifs de la mort de son hôte et continuant à consommer des pigments de sa peau. La transmission entre des espèces différentes est inconnue, les tests précédents suggèrent qu'elle est impossible ou extrêmement rare.

SCP-021 confère certains avantages à son hôte. Il a été prouvé que le tatouage accélérait la libération et le re-captage de l'adrénaline et diminuait l'accumulation d'acide lactique, fournissant des boosts de force, de confiance, et de tolérance à la douleur dans des situations stressantes et réduisant les habituels effets provoquant de la faiblesse et de la fatigue. En outre, le tatouage semble avoir un certain effet bénéfique sur le système immunitaire de l'hôte. Les profils d'agression des hôtes sont généralement plus élevés que la moyenne; s'il s'agit là d'un effet direct du tatouage ou tout simplement d'une réaction à la douleur constante, cela reste à voir.

La relation symbiotique est généralement limitée par la durée pendant laquelle l'hôte peut tolérer une telle douleur dans la vie quotidienne. Cela a abouti au suicide chez un certain nombre de sujets. Dans de rares cas, les hôtes ont également été victimes d'infections mortelles de la peau.

Les origines de SCP-021 et sa nature sont inconnues. Retracer sa transmission d'un hôte à un autre est difficilement réalisable dans les limites du secret, et l'organisme pourrait bien avoir des centaines d'années, sinon plus. Néanmoins, la captivité de SCP-021 est une des plus longues de l'histoire de la Fondation avec près de [DONNÉES SUPPRIMÉES] ans, et a été très instructive jusqu'à ce jour. La recherche actuelle se concentre principalement sur l'observation des caractéristiques de la vie en deux dimensions.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License