SCP-010-IT
notation: +4+x
Oeuf

SCP-010-IT

Objet # : SCP-010-IT

Classe : Sûr Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : L'objet doit être confiné dans une salle de confinement standard de 4 mètres de côté et de hauteur. L'accès est autorisé seulement aux sujets de test, mais aussi aux chercheurs et aux gardes portant l'équipement approprié pour éviter le contact physique. Il semble que rappeler à l'esprit des images de SCP-010-IT provoque, sur le long terme, de légers dommages psychologiques aux sujets. Il a donc été décidé de limiter l'accès au confinement au personnel de Classe D affectés aux tests, et à une équipe de ménage autorisée, pourvue d'un équipement approprié, dont les membres se verront administrer des amnésiques de classe D à la fin de chaque tour de ménage.

SCP-010-IT est maintenu dans une salle de 6×6×6 m, dépourvue de fenêtres et de tout type d'ouvertures qui pourraient permettre un contact visuel accidentel avec l'objet. Pour des raisons de sécurité, l'intérieur de la pièce est recouvert de cellules photo-électriques, qui seront désactivées dès qu'un membre du personnel autorisé y entrera.

Description : SCP-010-IT est un œuf de couleur vaguement verdâtre, à peine plus grand qu'un œuf d'autruche. Il est placé dans un “nid” qui se présente comme un paquet de paille, ronces et petits branches d'une étrange couleur gris-argenté. Malgré de nombreuses tentatives, il a été impossible de séparer SCP-010-IT du nid.

Les effets de SCP-010-IT se manifestent seulement lorsqu'un être humain entre en contact physique de quelle façon que ce soit avec l'entité. Si cela arrive, il sujet en question sera exposé à des effets de plus en plus négatifs, jusqu'à la phase finale. Les “phases” par lesquelles passent les sujets de test sont décrites ici :

  • 1. Le sujet introduit dans la salle est invité à toucher SCP-010-IT. Au premier contact, le sujet de test ne montre aucun type de réaction ou d'effet collatéral, et sortira de la salle en disant se sentir bien. Au bout de trois minutes, le sujet rapportera une légère sensation d'”attachement envers l’œuf”. Dans 97% des cas, après quatre autres minutes, le sujet voudra, quelques soient les conséquences, toucher de nouveau l’œuf. Si on l'en empêche, le sujet perdra immédiatement connaissance puis se réveillera quelques heures plus tard sans aucun souvenir de l'événement ni de l'existence de SCP-010-IT. En revanche, si le sujet est autorisé à toucher de nouveau SCP-010-IT, il entrera dans la deuxième phase.
  • 2. Le sujet se montrera très excité à l'idée de toucher l’œuf une deuxième fois, et cette fois-ci, le contact sera beaucoup plus long. Souvent, le sujet va fermer les yeux et sourire, serein, et commencera à caresser la surface de l’œuf la décrivant, dans l'interview qui suivra, comme “incroyablement lisse et soyeuse”. Ce qui est étrange, puisque que la coquille de SCP-010-IT semble rugueuse et couverte de bosses.

À ce stade, il sera impossible de séparer le sujet de SCP-010-IT. Sa main refusera de se détacher de la coquille, comme si elle y était collée, et le sujet ne répondra à aucune sollicitation extérieure. Il sera donc nécessaire d'attendre que le sujet interrompe volontairement le contact et décide de sortir de la salle. Cela arrivera après 10 ou 15 minutes.  

À ce moment, le sujet demandera avec beaucoup d'insistance à toucher l’œuf le lendemain. Si cela lui est permis, le sujet continuera à vouloir interagir avec SCP-010-IT chaque jour, et chaque jour, le contact sera plus long, jusqu'à atteindre une durée de plusieurs heures, durant lesquelles le sujet n'effectuera aucun mouvement. Durant cette période, le sujet passera lentement à la troisième phase. Cela se passera immédiatement après le deuxième contact si le sujet se voit interdit de toucher de nouveau l’œuf.

  • 3. Les pensées du sujet se concentreront toujours plus souvent sur l’œuf. Durant les contacts, le sujet commencera à l'embrasser et à le caresser amoureusement, murmurant des phrases à propos de la famille et des soins apportés aux enfants. Dans certains cas, le sujet pourra même [DONNÉES SUPPRIMÉES] le nid, mais cela est plus rare. Après environ une semaine, le sujet commencera à passer de plus en plus de temps avec SCP-010-IT, continuant à le caresser et à l'embrasser, refusant de manger et de boire et faisant ses besoins dans la pièce, parfois directement dans les vêtements afin de ne pas perdre le contact. Après trois jours, le sujet considérera l’œuf comme “sa seule raison de vivre” et “son seul vrai enfant”. C'est le départ de la phase 4.
  • 4. Le sujet s’assiéra sur l’œuf, commençant, selon ses dires, à “le couver pour faire naître son fils”. Les tentatives pour séparer le sujet de l’œuf entraîneront une violente crise d'hystérie et le sujet tentera de tuer ceux qui essaient de l'emmener. Trois agents de la Fondation sont ainsi morts par strangulation ou blessés par des morsures au niveau de points vitaux pour avoir tenté une manœuvre d'éloignement. Il a donc été déconseillé de laisser le sujet entrer dans la phase 4.

Cette phase a une durée variable. Étant donné que le sujet ne mange pas et ne boit pas durant le couvaison (qui dure vingt-quatre heures sur vingt-quatre), et que l’œuf ne donne aucun signe d'éclosion, le sujet finira par mourir de faim, mais le temps pour que cela arrive dépend du sujet. Quelques minutes avant de mourir, certains sujets ont été découverts dans un état d'hystérie, désespérant de “n'avoir pas pu donner naissance à un enfant”.

[DONNÉES SUPPRIMÉES]

Interview avec le sujet 9, n. 1, 24/04/2013

Interviewer : Dr Scheller
Interviewé : Sujet 9

Dr Scheller : Comment vous sentez-vous ?

Sujet 9 : Bien. Normal. Je ne ressens rien.

Dr Scheller : Vous en êtes sûr ?

Sujet 9 : Oui… Oui, ça va.

Dr Scheller : Très bien. Qu'avez-vous ressenti quand vous avez touché l’œuf ?

Sujet 9 : Rien. C'était… rugueux. La coquille est très dure. Qu'est-ce que c'est, un œuf d'autruche ?

Dr Scheller : Plus ou moins.

Sujet 9 : Je peux… je peux le toucher une nouvelle fois ?

Dr Scheller : Pourquoi ?
Sujet 9 : Je sais pas, je me sens… ça me gêne de le laisser ici, dans le noir, seul… je veux le toucher encore une fois, le réchauffer.

Dr Scheller : Les œufs ne se sentent pas seuls.

Sujet 9 : Non, ce n'est pas vrai. Il y a quelque chose dans l’œuf, non ? Et cette chose est seule. S'il vous plaît, laissez-moi le toucher. Je veux qu'il comprenne qu'il y a quelqu'un qui lui veut du bien.

Dr. Scheller : Intéressant. [aux agents] Ramenez-le à l'intérieur.

Interview avec le Sujet 9, n. 21, 3/05/2013

Interviewer : Dr Hastings 
Interviewé : Sujet 9

Dr Hastings : [parlant au sujet enfermé dans la cellule] Vous risquez sérieusement de mourir de faim.

Sujet 9 : Vous ne comprenez pas. Je ne peux pas le laisser seul ! Si je romps le contact, il va mourir, je le sais !

Dr Hastings : Laissez-moi au moins entrer.

Sujet 9 : [hurlant] Non ! Personne d'autre ne doit entrer dans cette salle ! Personne !  

Dr Hastings : Calmez-vous ! D'accord, ça voudra dire vous ne mangerez pas. Mais au moins sortez prendre l'air. Vous pouvez emmener l’œuf avec vous, pour ne pas interrompre le contact.

Sujet 9 : Non. Nous voulons rester ici. Ici il fait chaud. Ici nous sommes en sécurité. Ici, personne ne peut nous faire de mal.

Addendum-010-1 :
Enregistrement audio extrait d'une vidéosurveillance, n. 17984, 9/05/2013

Sujet 9 : [hurlant et se débattant] Non ! Laissez moi partir ! Vous ne comprenez pas que ça peut le tuer ? Ramenez-moi à l'intérieur ! Ramenez-moi à mon fils !

Agent : Bordel, mais quelle putain de force il a ! Rossi, aide moi, je n'arrive pas à l'att- [étouffe]

[DONNÉES SUPPRIMÉES]

Rapport du Dr Hastings sur le Sujet 9, extrait :
[…] simplement, on ne s'y attendait pas. C'était le sujet auquel on a permis de maintenir le plus longtemps le contact avec l’œuf, et nous n'étions donc absolument pas préparés. Évidemment, nous savions que l'état du sujet s'aggraverait, mais nous n'aurions jamais pensé en arriver à ce point-là. Hier, il a étranglé des deux agents assignés à la surveillance, avant que l'autre lui colle une balle dans la tête.

Si nous voulons vraiment continuer les tests, il sera préférable de ne pas laisser sortir les sujets en phase 4 : on a vu ce qui arrive si on laisse faire. Il est inutile de se raccrocher à l'illusion de pouvoir sauver la vie des sujets qui sont dans cet état : une fois entrés dans la phase 4, ils sont irrécupérables, et il vaut mieux les supprimer. Il vaut mieux les laisser mourir seuls là-dedans, sans qu'ils ne fassent de mal à personne.

Je demande également que la classification de SCP-010-IT passe de Sûr à Euclide, étant donné ce qu'il s'est passé et ce que nous sommes en train de découvrir à propos de lui.

Œuf de merde.

Addendum-010-2 :
Enregistrement audio extrait d'une vidéosurveillance, n.18004, 27/05/2013

Agent 1 : Je te dis que [DONNÉES SUPPRIMÉES].

Agent 2 : Dis pas des conneries.

Agent 1 : En fait si. C'est depuis le premier incident que j'ai commencé à m'inquiéter. Avant il était un peu plus grand qu'un œuf d'autruche. Et maintenant il occupe [DONNÉES SUPPRIMÉES].

Agent 2 : Écoute, je comprends que voir un collègue se faire tuer sous ses yeux par un gros lard avec de la bave aux lèvres n'est pas amusant, mais essaie de te détendre, OK ? On est en sécurité, ici. Tu te rappelles ce qu'a dit le Dr Hastings ? Il est dangereux seulement si on le touche.

Agent 1 : Je ne suis pas en train de faire un dépression nerveuse, si c'est ce que tu veux dire. Je sais parfaitement ce que j'ai vu. Avant, il était plus petit.

Agent 2 : Alors pourquoi personne n'a… mais… attends… mais ce [SUPPRIMÉ] sur la coque n'était pas là avant !

Agent 1 : Alors, tu vois, qui avait raison ? Tu vois ? Ce truc est maudit !






Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License