Sauce Uranium
notation: +8+x

Le docteur renifla, appréciant le bouquet fleuri du persil, du thym et du romarin chatouillant ses narines. Il saisit la salière à moitié pleine qui traînait sur le plan de travail, et d’une main experte, en versa quelques grammes dans la sauce frémissante qu’il touillait énergiquement.

Portant la cuillère à soupe remplie de l’épais liquide rouge sang à ses lèvres, il en appréciât de nouveau le fumet avant de la goûter.

Presque parfaite.

Il voulut remettre la cuillère dans la casserole, mais, ayant déjà changé l’objet de son attention pour quelque autre aromate qu’il avait égaré dans sa petite cuisine personnelle, il renversa un peu de sauce brûlante sur son bras, assez pour le faire sursauter, et faire tomber par inadvertance un couteau à viande de son plan de travail, qui au bout de sa chute vint se ficher avec un bruit étouffé dans son pied, maigrement protégé par une pantoufle.

Loin de se laisser démonter pour si peu, le docteur se contenta de retirer l’ustensile aiguisé d’un geste brusque, et d’agiter son membre endoloris dans le but de faciliter la circulation sanguine.

Même si les parois du bunker souterrain qui lui servait d’appartement étaient renforcées de feuilles de plomb, il pouvait sentir le faible rayonnement radioactif du cœur de la planète remonter au travers du manteau tellurique puis de la croûte terrestre, avant de venir repaître ses cellules affamées.

En quelques dizaines de secondes, les plaques transportées par son flux sanguin vinrent former une croûte sur la plaie, et en quelques minutes à peine celle-ci avait commencé à cicatriser, pour au final disparaître totalement.

Il put alors se remettre aux fourneaux.

Alors qu’il nettoyait les taches de sauces mouchetant le sol en béton de son appartement souterrain, il entendit le bruit reconnaissable entre tous de la sonnerie annonçant une visite et lui indiquant de stopper toute activité et de se placer au centre de la petite pièce qui lui servait de salon et de hall d’entrée, suivie des lourds roulements des verrous de la porte blindée.
Il prit son temps pour éteindre le feu de sa gazinière et recouvrir la casserole fumante, tandis que le bruit des pas sur le métal nu résonnait dans la cage d’escalier. Puis, comme prévu, il vint se placer bien en vue de la porte en bois qui séparait son espace habitable du puits de béton sale qui permettait d’y accéder.

Il arrangea son tablier et reboutonna le haut de sa chemise. Il fallait être présentable, rares étaient les visiteurs à descendre dans le bunker secret du Pavillon du Personnel Spécial du Site-Aleph.

Les mains jointes derrière son dos, il se balançait légèrement d’avant en arrière sur ses pieds quand les visiteurs entrèrent.
Il sourit alors qu’il les reconnut.

"Directeur Garett. Nerem’. Que me vaut le plaisir ?"

Il toisa de son éternel regard moqueur l’homme au front dégarni vêtu d’un costume sur mesure, portant une mallette noire, et le géant musculeux et barbu en tenue de combat intégrale qui entrèrent dans la pièce.

"Pas de temps à perdre, doc’", expliqua le soldat. "C’est une situation d’urgence. La créature qu’on gardait dans la cellule 4 du Puits de Confinement B s’est échappée et est remontée dans les étages supérieurs. Le contact a été perdu avec les postes de garde sur place, et la fermeture des portes de sécurité a été activée."

Le Directeur prit la parole.

"Nous comptons envoyer des équipes de confinement là-dessous, mais pas avant d’avoir reconnu le terrain. C’est là que vous intervenez. Après tout, c’est en partie pour ça que nous vous avons engagé, n’est-ce pas ?"

"Ho, laissez-moi deviner", répondit le docteur sur un ton sarcastique. "Vous avez prévu de m’envoyer dans le Puits, avec pour seules armes un couteau et des seringues hypodermiques, afin que je retrouve un monstre affamé et passablement énervé que vous avez commis l’erreur de ne pas assez surveiller. Vous comptez bien entendu sur mon anomalie pour que je retienne la créature assez longtemps pour que vos hommes puissent intervenir en toute sécurité. Je me trompe ?"

"Non", répondit le Directeur général du Site-Aleph sans ciller. "Cela vous dérange-t-il ?"

Le savant en tablier ne répondit pas et leva les yeux au ciel.

"C’est bien ce que je pensais", repris Garett.

Il se dirigea vers la table basse du salon et y posa sa mallette. Sortant une clef de la poche intérieure de son costume, il pressa son pouce sur une surface tactile en même temps qu’il déverrouillait la serrure.

La mallette s’ouvrit et dévoila une unique boite métallisée protégée par des couches de mousse antichoc.

Garett prit la boite et la tendit au docteur.

"Mais ceci devrait vous faciliter la tâche. Stimulant SG-1, spécialement conçu pour votre utilisation. Cette boite en feuilles de plomb contient douze gélules de vingt grammes chacune. Lorsqu’elle est activée par des sucs gastriques, les composants chimiques d’une gélule entrent en réaction et émettent une dose de rayonnements gamma mortelle pour un être humain normal. Dans votre cas, elle devrait se contenter d’augmenter le rendement de votre métabolisme. Ça signifie une transmission nerveuse plus rapide, un épaississement du sang, une augmentation de la production d’adrénaline, et bien entendu un processus de cicatrisation ultra-rapide. Les effets secondaires se limitent à des risques d’hallucinations causées par l’acuité sensorielle améliorée et la surproduction d’hormones."

Le docteur prit la boite, l’ouvrit, et observa les gélules jaunes et noires.

"Pour ce qui est de la posologie", reprit Garett, "une gélule à la fois devrait suffire amplement, et couvrirait environ une heure d’activités. Vu qu’elles restent des prototypes et que nous n’avons pas le temps de faire des tests, je vous déconseille fortement d’en prendre plusieurs à la fois. Est-ce clair ?"

C’était on ne peut plus clair. On lui proposait une bonne partie de chasse pour se mettre en appétit, avec en plus la possibilité de se droguer à l’uranium, et il allait refuser ?

Sa journée venait d’un coup de s’améliorer.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License