Le Règne du Satyre
notation: +3+x
blank.png

Le Dr Katherine Sinclair utilisait une copie du Codex Plutonique pour frapper un Jeffery Dahmer mort-vivant, se posant de sérieuses questions sur ses choix de vie l'ayant menée à cet instant.

Les cultistes étaient tous morts ou invalides (majoritairement le premier cas) mais les morts-vivants rôdaient toujours. Le sort devait avoir une sérieuse durabilité si c'était le cas. Tout serait terminé d'ici le levé du soleil mais la moitié de Sloth's Pit aura été probablement réduite en cendres si elle connaissait bien la Sigma-10.

Elle rencontra ensuite le Site-87, serrant le livre contre elle et courant devant le bureau d'accueil vide — la ville entière, dont S & C Plastiques, fût évacuée. Elle se rua dans un ascenseur, descendit au sous-sol et s'élança vers les Études Occultes.

À sa surprise, quelqu'un l'y attendait : Montgomery Reynolds, un grand homme enrobé aux cheveux gris, contrastant avec la courte et maigre silhouette rousse de Katherine. Elle le fixa. "Monty ! Tu fais quoi ici ?"

"…je dormais quand l'ordre d'évacuation a été donné." Il n'aurait pas pu être plus loin de la vérité. Il avait décidé de rester en arrière.

"D'accord, eh bien." Elle lui mit le livre dans les mains. "Brûle ça. Tout de suite. Dans le four, juste là."

Montgomery lança le Codex Plutonique dans le four, le souffle court. "Du coup, il se passe quoi ? Et, désolé de te le dire mais-"

"J'ai une sale tête ?"

"En effet."

"…tu ne me croirais pas si je te le disais."

"On parie ?"

Elle soupira et s'appuya à la table face à elle, secouant la tête. "…tu te souviens de l'histoire aux infos il y a quelques semaines ? Comme quoi Poutine était fou de rage après que quelqu'un se soit infiltré dans la Nécropole du Kremlin et ait vandalisé le corps de Staline ?"

Montgomery écarquilla les yeux. "…non."

Katherine sortit simplement son téléphone et lança Moskau de Dschinghis Khan.


Autre part, dans la ville de Sloth's Pit (évacuée pour la troisième fois seulement depuis le début de l'année- un record), une tireuse d'élite visait la tête de Joseph Staline. Elle considérait l'absurdité de cette situation : elle observait le corps en décomposition du dictateur d'un pays qui n'existait plus depuis des décennies faire un discours en anglais à des dizaines d'autres zombies.

Seren Pryce s'injecta du tranquillisant dans les veines, les effets de la première dose commençant à s'estomper. Elle devait réussir ce tir. Sa respiration était lente et son corps était relaxé à la manière d'un tigre avant de bondir sur sa proie.

"Levez-vous, camarades, sortez de vos tombes ! Levez-vous face à l'oppression de la vie et de la raison ! Les cerveaux de l'élite nous donneront le savoir, les cœurs du peuple nous donneront la force et les boules de la bourgeoisie seront écrasées entre nos dents. Nous sommes la majorité mort-vivante ! Untote aller Länder, vereinigt euch !"

Les zombies lançèrent des gémissements d'acclamation.

Sérieux ? pensa Seren. Quelqu'un avait dû lui donner ce texte. Le vieux Joe devait être plus éloquent que ça.

Elle corrigea sa position afin que la balle traverse la tête de Staline et fasse un minimum de dégâts au bâtiment derrière lui. C'était un magasin d'appareils photos vendant toujours les vieux Kodak, des Polaroïds et du film. Seren s'y était rendue plusieurs fois et c'était une bonne boutique.

Elle retint sa respiration, attendant que son cœur s'arrête entre deux battements.

Puis elle appuya sur la gâchette.

La tête du leader du Kremlin explosa dans une fine poussière verte. Juste après, plusieurs membres de la force d'intervention déboulèrent des rues adjacentes, tirant sur les zombies avec presque autant de précision qu'elle, tuant les vingt-quatre en vingt-cinq tirs.

Le dernier tir avait malheureusement ricoché contre un lampadaire, brisant la vitrine du magasin d'appareils photos et logeant une balle dans un appareil Polaroïd des années 80 en parfait état.

"Presque aucun dégât collatéral," lança le commandant de l'escouade dans son oreillette. "Bon boulot à tous. Pryce, faites une pause. Vos signes vitaux diminuent. Allez-y mollo avec les tranquillisants à partir de maintenant."

"Oui, chef."


"…on se retrouve contre des zombies communistes."

"Un zombie communiste," le reprit Katherine. "Staline s'est tiré de l'au-delà pour la seconde fois de son existence. Le corps sera renvoyé à Moscou demain."

"Le GRU va piquer une crise," lança Monty, posant sa tête sur une main et se grattant la barbe. "Tu ne veux pas avoir Spetsnaz derrière toi. Je l'ai appris à mes dépens à Prague."

"…tu m'en parleras une prochaine fois, Monty." Elle arrêta la musique. "Et c'est pas que Staline. Il semble y avoir un thème sur la résurrection."

"Et ce étant ?"

Katherine mit une autre musique, Maneater de Blue Eyed Blondes. "Bordel. Je voulais mettre Talking Heads."

"Viens en au fait, Katherine."

"Mais c'est pour l'atmosphère, Monty." Elle soupira, posant le téléphone en baissant le volume. "Le thème c'est les psychopathes."


"…c'est douze variétés de craquage de slip."

"Et de plusieurs couleurs et goûts."

Les membres de la FIM-Sigma-10 Ruby et Blake Williams- connus sous le nom des "Wonder Twins" par le reste de la force d'intervention- avaient leur fusil pointé vers un zombie portant la peau d'une autre femme zombie dont la carcasse se tortillait de l'autre côté du parc à chien, des marques de dents dans la chair. Les seins de l'habit de peau pendaient et l'un d'eux était sur le point de se détacher alors que le zombie agitait un couteau en direction des agents dans un grognement guttural.

"Ok, voyons," lança Ruby, reculant lentement. "On a déjà vu Lizzie Borden et Albert Fish ici. Tu penses qu'on a affaire à qui ?"

"Voyons… il porte de la peau, a un grand couteau… Il est à poil… Je dirais Ed Gein."

"…ouais, ça semble logique." Ruby se mis en joue. "Un seul beau tir."

"Je suis prêt quand tu l'es, frangine."

Une balle surgit de leur fusil respectif. La tête d'Ed Gein éclata. Le cadavre tâtonna le sol, en récupérant une nouvelle tête déjà détachée sur un zombie à proximité.

"Mais c'est de la putain de triche !" Blake tira plusieurs fois dans ses rotules, le faisant tomber au sol. "Frangine ! Cautérise !"

"Ok !" Ruby sortit une grenade incendiaire — surnommée la grenade WOOF par la Sigma-10 — retira la goupille et la lança sur le psychopathe ressuscité. Le parc à chien entier prit feu suite à cela, mais au moins Ed Gein était mort. Encore.

"Tu sais ce qu'est le pire dans tout ça ?" demanda Ruby alors qu'ils regardaient le parc brûler.

"Le fait que l'on vienne de détruire une propriété importante de Sloth's Pit, la thérapie dont on aura besoin après ça, le fait qu'on ait vu Ed Gein à poil ?"

"…je crois que tu as fait le tour."


"Putain de bordel de merde."

"Ouep." Katherine sortit à nouveau son téléphone. "Au moins on sait qui est derrière tout ça, maintenant."

"Qui ?"

"Ils se font appeler "Le Règne du Satyre"." Elle prit son téléphone et ouvrit une entrée dans la base de données de l'Initiative Horizon. "Un culte qui vénère la folie et veut amener la fin du monde en…"

"En ramenant à la vie les pires psychopathes de l'histoire ?" Montgomery se gratta la barbe. "Et pourquoi ne pas ramener Hitler tant qu'on y est ?"

"Même eux ont des standards, Monty." Katherine reçu un message sur son téléphone, ce dernier jouant une musique du groupe Voltaire. "…tu te fous de ma gueule." Elle prit son sac sur la table, s'élançant vers la porte. "Viens, on doit y aller."

"Pourquoi ?"

"Parce qu'ils sortent les trucs vraiment obscurs et ils ont besoin de notre aide."


Élisabeth Báthory se régénérait plus vite que les balles lui trouaient le corps. La fausse vampire fut réveillée par de la magie créée spécialement pour elle. Elle bougeait comme un robot et ne cherchait qu'une seule chose : le sang des vierges. Elle n'avait rien d'autre à l'esprit, pas de haine, ce qui aurait inquiété son cerveau à moitié pourri. Mais ce n'était pas le cas. Élisabeth ne se sentait pas inquiète.

Malheureusement pour la FIM-Sigma-10, plusieurs personnes dans ses rangs étaient classifiés en tant que vierges selon les standards de la Comtesse. Alors ils coururent. Ils coururent à l'extérieur du magasin de disques où ils la combattaient, continuant à lui tirer dessus depuis la rue.

"C'est qui cette p- c'est qui, d'ailleurs ?" demanda Raymond February à sa radio, légèrement essoufflé.

"La Comtesse Élisabeth Báthory, aussi connu comme la tueuse en série la plus prolifique de l'histoire ;" répondit le Dr Sinclair à la radio. "Elle est incroyablement puissante. Patientez avant notre arrivée."

"Et ce sera quand ?" lança February en continuant à tirer sur la créature et récitant des prières entre quelques respirations. Son séjour chez les Enfants de Chœur lui avait appris que les prières permettaient au moins de garder le moral.

"Laisse-nous souffler !" hurla Monty à la radio. La voiture dans laquelle ils étaient produisait d'horribles crissements. "On a dû se faire Benito Mussolini et Jack l'Éventreur sur la route !"

February se cacha derrière un arbre avant de parler à nouveau. "Attends. Comment tu sais que c'était Jack l'Éventreur ? Personne ne l'a jamais attrapé."

"Il ressemblait à Ebenezer Scrooge avec une canne-épée," expliqua Sinclair. "On a juste deviné, en quelque sorte."

"D'accord," dit February en priant entre deux respirations. "Vous êtes où ?"

"On vient de tourner à Novel Road à l'instant. Tu dis qu'elle était à Rock Street ?"

"Ouais," lança February, essoufflé- avant qu'une main putréfiée passa à travers l'arbre, manquant de peu sa tête.

"Monty ?" appela Sinclair à l'autre bout du fil. "Raccourci."

"Bien."

Il y eut un flash lumineux quand soudainement une Toyota Prius dérapa afin de s'arrêter devant la boutique de musique- seulement pour entrer en collision avec cette dernière, détruisant plusieurs guitares, ukulélés et basses entreposés. La voiture en elle-même était dans un état remarquablement bon.

Katherine Sinclair sortit de la voiture en même temps que Montgomery Reynolds, chacun tenant un long bâton de marche en bois d'if. Ils les croisèrent dans un craquement d'énergie magique, hurlant à l'unisson : "Revertere ad sepulchrum tuum, diabolus !"

Un flash lumineux vert illumina la zone, sans faire cligner d'un œil la Comtesse. Seulement ceux de Katherine. "Merde."

"Encore !" lança Monty, croisant son bâton avec le sien et hurlant à nouveau l'incantation. La Comtesse avançait, imperturbée. "Pourquoi ça marche pas ?!"

"Elle est trop puissante !" Katherine frappa le sol de son bâton, faisant surgir une barrière de lumière autour d'elle. "On doit trouver un autre moyen !"

Montgomery se retourna vers la boutique de musique derrière eux. "Katherine ?"

"Oui ?"

"Tu te souviens que tu n'arrêtais pas de dire que la musique est une forme de magie ?"

"Ouais ?" Elle commençait à saisir l'idée alors que ses yeux se posèrent sur un ukulélé à moitié cassé.

"…tu vois cette chanson que je déteste ?"

Katherine fixa l'une des guitares et sourit, se mordant le doigt afin de faire laisser couler le sang. Elle dessina une ligne de sang sur le bâton de la forme d'une notre de musique. Elle lança : "J'appelle Euterpe et Érato ! Jouez-moi une musique qui pourra me sauver !"

Une force de pure magie créative commença à jouer Do You Believe In Magic de Lovin' Spoonful et d'autres instruments se joignirent. "La chanson ne dure que deux minutes !"

"Ne pense même pas à chanter," lança Montgomery en levant son bâton et le croisant avec celui de Katherine. "Revertere ad sepulchrum tuum, diabolus !"

Alors qu'ils psalmodiaient l'incantation, la lumière devenait de plus en plus forte pendant que la musique continuait ; jusqu'au moment où la musique se coupa, faisait déferler une vague lumineuse à travers la ville. La Comtesse fut vaporisée, suivie par plusieurs autres psychopathes zombifiés.

Katherine tomba à genoux, épuisée. Elle savait vaguement que plusieurs membres de Sigma-10 l'applaudissaient, ce qui devait la faire se sentir appréciée, mais elle pensait plutôt avoir besoin d'un verre bien fort.


Alors que le soleil se levait, Katherine se servait une tasse d'hydromel dans le seul bon bar de Sloth's Pit : le Jardin Noir. Elle se frotta ta tête et regarda son assistant. "Monty ?"

"Oui ?"

"…je déteste cette putain de ville. Si c'est pas des licornes garous c'est les sapins de Noël tueurs. Si c'est pas les sapins de Noël c'est les putains de psychopathes zombies invoqués par un culte qui vénère la folie. Si c'est pas ça, alors…"

"C'était pas un jour comme les autres, n'est-ce pas ?" Monty lui tapota le bras. "Allez. Je te ramène à ton appartement. Tu as besoin de sommeil."

"…je prends l'absinthe avec moi." Elle se leva et commença à marcher vers la voiture. Montgomery la suivit, puis ils roulèrent vers le soleil levant, vers chez eux.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License