Rentrée en matière
notation: +14+x

« Diancecht | Rentrée en matière |

- Je ne suis pas agent de terrain.

- Laissez-nous vous exposer la situation, vous comprendrez que vous êtes la seule personne capable de résoudre le problème.

- Je suis en arrêt maladie.

- Cas de force majeure.

- Je ne suis pas dans un état de santé stable.

- Encore une contestation, et je vous arrête pour entrave aux objectifs de la Fondation.

Holt se tait enfin. Garrett, triomphant, est installé comme un roi sur son fauteuil en cuir. Un dossier jongle entre ses deux mains, comme s'il était bouillant. L'agent Tarot, le seul debout dans la pièce, est bien content que cette partie de ping-pong verbal soit terminé ; la tension commençait à lui donner chaud. Mais le directeur décide d'achever le chercheur rebelle avec un dernier remontage de bretelles :

- Qu'on soit clairs, Holt. J'en ai marre, de vos caprices. Ce n'est pas vous qui dirigez, ici. Quand vous avez choisi de ne pas passer d'examens poussés pour comprendre votre rajeunissement, j'y ai consenti car c'était votre souci. Mais présentement, le souci ne concerne pas que vous. Vous n'êtes pas tout seul dans votre petit monde.

Dans l'impossibilité de répondre, Holt fixe le vide, la tête vaguement dodelinante. Derrière lui, l'Agent Vesta et l'Agent Eliott patientent, assis eux aussi. Ils ne sont pas plus au courant des événements que le chercheur, mais eux sont habitués à obéir. En attendant le briefing, Vesta caresse ses mèches blondes, distraite, et Eliott se tourne les pouces, ennuyé.
Garrett, un peu moins agacé, fait un petit mouvement de main :

- Allez-y, Tarot.

Le concerné s'éclaircit la voix, et expose la situation tant attendue avec une telle froideur que la température semble chuter de quelques degrés :

- Depuis le 8 Septembre, date du premier incident, l'école Jules Ferry de la ville d'Avignon est exposée à des phénomènes anormaux. Régulièrement, des élèves se mettent à présenter des symptômes de narcolepsie, et s'endorment dans l'école. 19 élèves ont déjà été touchés. Pour l'instant, les médias sont tenus tranquilles, et l'affaire est étouffée, mais il est difficile de dire avec certitude combien de temps cette solution fonctionnera.

Vesta lève la main.

- Une idée sur la nature du SCP ?

- Absolument aucune. Cela pourrait très bien être un cas de narcolepsie contagieuse, ou bien une entité qui se balade dans l'école en s'amusant à infecter des civils. Aucun de nos observateurs n'est parvenu à apporter une quelconque information depuis l'extérieur.

Garrett l'interrompt, et s'adresse à Holt.

- Il nous faut un observateur intérieur.

Tarot clarifie.

- Un infiltré.

Holt ouvre la bouche, avant de se raviser ; d'un nouveau geste de la main, le directeur l'invite à oser. Il ose donc :

- On ne peut pas prendre un agent et le faire passer pour un surveillant ou un professeur ?

En parfaite synchronisation, Garrett fait glisser le dossier jusqu'au chercheur pendant que l'agent répond :

- Administrativement, ce serait trop long, et nous devons agir vite. Inscrire un nouvel élève, même un mois après la rentrée, est bien plus facile. Nous avons déjà préparé votre arrivée, ainsi que votre fausse identité. Vous serez Matthieu Mehen. L'agent Eliott et Vesta joueront le rôle de vos parents, Manon Mehen, une auteure de romans pour adolescents, et Laurent Mehen, un journaliste travaillant pour le mensuel régional, mariés depuis 4 ans. Toutes les autres informations, tels que votre adresse, votre date de naissance ou vos antécédents médicaux, sont dans les papiers que vous tenez.

Holt se retourne brièvement ; ses deux « parents » se sont mis à prendre des notes sur deux microscopiques calepins noirs, strictement identiques. Hésitant, il lève le doigt :

- Je pourrais savoir plus précisément ce que je vais devoir faire ? C'est une première, tout ça, pour moi.

- Simplement vous faire passer pour un élève. Observez, prenez des échantillons des distributeurs d'eau, vérifiez que les installations ne présentent pas d'anormalités… L'agent Vesta et Eliott vous amèneront et viendront vous chercher à l'école ; ils sont là pour que votre couverture soit crédible. Vesta vous amènera le matin et Eliott viendra le soir. Ils en profiteront pour discuter avec les professeurs, ce que vous n'aurez peut-être pas l'occasion de faire. De votre côté, vous devrez vous concentrer sur tout ce qu'il se passe du côté des enfants. Au moindre souci, au moindre danger, au moindre doute, un mot de vous à l'oreillette, et un commando de 6 agents débarque dans la cour de récré ; ils auront une base installée dans une maison voisine.

Le chercheur ouvre de grands yeux ; en deux secondes, tous les films de James Bond lui reviennent en mémoire. Pour la première fois depuis des semaines, un léger sourire perce sur son visage fatigué.

- J'ai une oreillette ?

Après un regard en coin au directeur, Tarot se penche sur un carton et en sort un cartable rouge et bleu, tellement flashy qu'il y a des chances qu'il brille dans le noir. Une énorme image de Spiderman s'apprêtant à projeter une toile dans les yeux de son propriétaire le décore. Le sac typique bon marché, fabriqué en Chine par une pauvre femme payée l'équivalent de 10 euros par jour, et dont le destin fabuleux fut d'être acheté aux frais d'une organisation secrète internationale au supermarché du coin.
Holt ironise :

- Splendide.

L'agent pose le sac sur le bureau, l'ouvre, et en sort une sorte de petite puce :

- Nous vous ferons une oreillette sur mesure tout à l'heure, oui. Ce que je tiens dans ma main est un micro, il sera incorporé dans votre montre, ici.

Il plonge de nouveau son bras dans le sac, et récupère une petite montre bleue pour enfants ; le genre de gadget en plastique qui ne tient qu'un an avant de se dérégler et de mourir dans un tiroir. Eliott et Vesta ne se sont pas arrêtés d'écrire ; Dieu seul sait ce qu'ils notent.
Garrett reprend la parole, un crayon entre les dents :

- Si tout est ok, on peut faire cette oreillette maintenant.

Imitant les tics professionnels de Vesta, Holt saisit une mèche de cheveux blancs entre ses doigts et louche dessus.

- J'ai une dernière question.

- Oui ?

- Qu'est-ce qu'on fait, pour mes cheveux ?


L'agent Vesta plisse les yeux, concentrée sur la route. La conduite l'a toujours un peu énervée, et ce stress se traduit par une légère agitation de son index droit sur son volant, dont elle tapote le cuir avec un rythme régulier. Coincée à un feu rouge et cherchant de quoi occuper son esprit anxieux, elle regarde son passager, un petit garçon brun vêtu d'un manteau d'hiver rouge qui s'observe dans le miroir de son pare-soleil. Elle lui dit doucement :

- Vous n'aimez pas votre teinture ?

L'enfant étreint son cartable Spiderman comme si c'était son dernier bien. Sans quitter son reflet des yeux, il répond :

- Si, si. J'étais brun dans le temps. Mais ça remonte à loin.

- Alors, quoi ?

- Je ne sais pas.

Le feu passe au vert. Ils ne sont plus très loin de l'école. Sur les trottoirs, des familles sortent de leur maison et avancent tous dans la même direction, poussés par la force de l'habitude. Seuls les enfants paraissent guillerets ; il a un peu plu, cette nuit, et les flaques laissées sur le bitume suffisent à les amuser.
Vesta, lassée de l'odeur de renfermé de la voiture, ouvre une fenêtre.

- Stressé ?

- Un peu. Je ne sais pas à quoi m'attendre.

Il enfile sa montre, vérifie que le contact est bien établi. Pour une mère et un fils, l'ambiance est lourde.

- Si ce n'est pas indiscret, quel âge avez-vous ?

- 74 ans. Pourquoi ?

- Si je peux vous donner un conseil…

La grille de l'école Jules Ferry apparaît au bout de la rue.

- …Essayez de mener votre mission à bien sans trop parler à qui que ce soit.

Leur immonde voiture verte se gare sur l'unique place libre restante.

- Vous ne feriez pas illusion une minute.

La cloche sonne.

« Diancecht | Rentrée en matière |

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License