Projet Nauthiz
notation: +13+x

Dramatis Personae1 :

  • C. Cendres/A. Cendres
  • Jean-Marc Verstrat
  • Neremsa Vandrake
  • Sergueï « Vass' » Gregorovitch Vassago

Runic_letter_naudiz.svg

Nauthiz est la dixième rune du Futhark. En anglais tout comme en vieux norrois, elle signifie « besoin » et est associée à un vieux poème norvégien qui commence par la phrase « le besoin laisse peu de choix ».


(Ambiance musicale optionnelle)

16 Décembre 2015 - 07.30 – Salle d'entrainement 14

- C'est qui Godzilla ?

Cette phrase était une erreur. Le genre d'erreur que commettait le Belge quand il n'était pas totalement réveillé. Il avait dit cela sans vouloir être péjoratif, ce n'était pas tous les jours qu'on croisait un membre du personnel étant un hybride humain-animal. Il eut le temps de noter un changement de coloration sur les écailles du visage de Cendres avant que cette dernière ne saute dans sa direction en sifflant.

- Bordel de…

Neremsa esquiva Cendres de peu et, les réflexes prenant le dessus, se mit immédiatement en garde. Cette fois, il était totalement réveillé.
Cendres se réceptionna rapidement à quatre pattes, ses griffes creusant des sillons dans le tapis de sol. Son fanon gulaire se déploya intégralement tandis que la couleur de ses écailles faciales s'assombrissait. Sa queue fouettant l'air, elle entreprit de tourner autour du barbu en se déplaçant sur sa gauche.

- Calmez-vous, je ne voulais pas…

Avant qu'il ne puisse terminer sa phrase, elle avait bondi à nouveau. Alors que le barbu esquivait une fois de plus, Cendres pivota sur elle même en se rétablissant avant de décocher un coup de pied dans le bassin de son adversaire. Déséquilibré, Neremsa manqua de chuter.
Au danger du combat se rajouta la colère et le Belge passa d'une garde neutre à une garde offensive.

- Puisque tu veux jouer à ça.

Cendres lui répondit en sifflant. Elle se releva et amorça un mouvement d'attaque au poing que le barbu para du bras gauche. Il enchaîna en envoyant son poing droit dans le ventre, alors exposé, de la chercheuse. Elle se plia en deux et recula, non sans avoir eu le temps de griffer l'avant-bras du belge. Ce dernier, ne la quittant pas du regard, agita les doigts de son bras blessé pour vérifier qu'aucun tendon n'était touché. Bien que douloureuse, la blessure n'était pas spécialement profonde ni handicapante. En revanche, elle indiquait bien à quel point les griffes de Cendres pouvaient être dangereuses.

Profitant du fait que la chercheuse était à nouveau en position bipède, ce fut au tour de Neremsa de passer à l'attaque. Le Belge franchit la distance les séparant d'un pas et enchaîna une série de trois coups rapides, bras gauche-thorax-bras droit, forçant son opposante à reculer. Il termina son attaque en fauchant à son tour les jambes de Cendres pour la faire chuter. Elle se releva plus vite et voulut griffer le belge à nouveau. Neremsa intercepta sa main et lui fit immédiatement une clé de bras. La menace des griffes étant provisoirement écartée, le barbu amorça un coup de talon au niveau de l'articulation des jambes de la chercheuse pour la mettre à genoux et la neutraliser pour de bon. Il avait à peine levé le pied droit qu'il senti un puissant choc sur son flanc gauche. Assez puissant pour qu'il sente une côte craquer douloureusement. Il avait complètement oublié que Cendres disposait d'une queue et que celle-ci était particulièrement forte. Le souffle coupé par l'impact, il desserra sa prise. La chercheuse en profita pour se libérer. Elle se retourna, s'aidant de sa queue pour non seulement repousser Neremsa mais également limiter l'inertie de son mouvement et lui sauter dessus à nouveau. Cette fois, elle projeta le Belge au sol, lui coupant le souffle une seconde fois. Elle bloqua ses bras en pesant de tout son poids sur son adversaire et se pencha pour le mordre au cou.

Ce fut Aaron qui la prévînt du danger, quelques millisecondes avant que Cassandra ne perçoive un mouvement dans sa vision périphérique. Elle esquiva, en sautant, ce qui sembla être un coup de pied porté par un inconnu. Neremsa étant sonné et hors de combat, elle porta son attention sur le nouveau venu. Elle ne l'avait pas entendu rentrer dans la pièce. Il était plus vieux que le Belge. Plus fin, mais plus grand également. Il avait les cheveux courts et bruns ainsi que des yeux bleus. Comme le belge, il n'était vêtu que d'un short et d'un t-shirt. Contrairement au Belge, qui avait affiché un air concentré durant son combat, le nouveau-venu abordait un air serein, presque amusé. Il jeta un regard à Neremsa puis reporta son attention sur Cassandra en s'avançant. Il parla d'une voix douce :

- Ne me le pète pas, j'en ai encore besoin.

Cassandra resta immobile en clignant des yeux rapidement. Quelque chose n'allait pas. Aaron lui hurlait mentalement de fuir. Il considérerait cet homme comme un prédateur dangereux. Cassandra fit un effort pour juguler la panique de son alter-ego. L'inconnu était nettement moins menaçant que cette brute épaisse de Belge. Elle siffla pour l'intimider, exposant son fanon gulaire au maximum. L'homme lui faisant face se contenta de hausser un sourcil.

- Mon chat pouvait se révéler plus effrayant que ça, tu sais.

Il s'avança vers elle, nonchalamment. Passablement irritée par tant de désinvolture de sa part, Cassandra se mit à quatre pattes et recula en même temps que l'inconnu avançait. Il lui parla à nouveau, sans pour autant s'arrêter de marcher.

- Tu sais, à force de reculer comme ça tu vas finir contre le mur.

Sifflant à nouveau, elle sauta sur lui dans le but de le projeter au sol. Alors qu'elle allait toucher son nouvel adversaire, elle sentit une douleur sourde sur son côté droit et se retrouva sur le sol sans comprendre ce qui s'était produit. Elle se redressa, toujours à quatre pattes, et regarda l'inconnu. Il n'avait, lui sembla-t-il, pas bougé et se contentait de lui rendre son regard, un sourcil toujours levé.
Aaron, lui, avait enfin fait silence. Mais Cassandra sentait la peur qui émanait de son alter-ego. Il était vraiment effrayé par cet homme.
Curieuse, elle darda sa langue pour humer l'air ambiant. Un frisson glacé lui parcouru l'échine. Elle perdit toute envie de combattre. Seule demeura une envie de fuite. D'instinct, elle voulait mettre le plus de distance entre elle et cet homme. Elle recula jusqu'à sentir le mur avec le bout de sa queue puis se releva. Elle allait fuir vers la porte lorsque l'inconnu lui barra le passage. Il se déplaçait plus vite que Neremsa. Il leva les mains dans un geste d’apaisement.

- Calme toi, je ne te veux pas de mal.

En proie à une panique animale, Cassandra recula. La seule sortie de la pièce étant coupée, elle se sentait en danger. Réellement en danger. Et, comme un animal prit au piège, la seule option qui lui semblait viable semblait de passer à l'attaque. Neutraliser son adversaire pour pouvoir fuir. Le tuer. Faire cesser la menace. Curieusement, Aaron aussi en était venu à cette conclusion. Ni lui ni Cassandra ne songeaient à quel point cela les mettrait en danger vis à vis de la Fondation. L'instinct animal prenait le dessus sur la raison.

Cassandra sauta en arrière et siffla plus fort. Sa queue battait l'air, nerveusement. Par quel angle l'attaquer ? L'inconnu l'avait interceptée en plein saut sans difficulté, lui sauter dessus ne semblait pas être une bonne option. Mordre ses jambes ? Ses bras ? Griffer peut-être ? Neutraliser ses bras puis le mordre dans le cou ? Ou bien…
Elle ramena ses jambes sous elle et se releva. La bipédie offrait plus de possibilités de combat. Elle imita maladroitement la garde qu'avait adopté Neremsa peu de temps auparavant. L'inconnu lâcha un petit rire.

- Ton dossier ne mentionne aucune formation au corps à corps, pas la peine de prétendre le contraire.

Mais qui était ce type ?
Cassandra s'avança et lança un coup de pied droit vers les rotules de son adversaire. Sans se départir de son léger sourire, ce dernier se contenta de reculer juste assez pour que le pied de la chercheuse balaye l'air. Peu importe, elle n'avait jamais prévu de le toucher avec ce coup. Usant de sa queue pour maintenir son équilibre là où un humain normal aurait du changer de position ou se déplacer pour ne pas chuter, elle propulsa son bras gauche toutes griffes dehors vers l'épaule de l'inconnu. Ce dernier s'abaissa, esquivant au dernier moment, et frappa Cendres au plexus solaire avec la paume de sa main. Le choc expulsa tout l'air de ses poumons. Avant qu'elle ne puisse réagir, l'inconnu lui avait décoché un coup de pied circulaire dans le bassin, la propulsant en arrière. Il bougeait réellement vite. Et il cognait fort. Ses coups faisaient plus mal que ceux de Neremsa.

L'attaque n'étant définitivement pas une bonne idée, Cassandra opta pour la fuite. Elle venait à peine de commencer à escalader le mur, laissant de profondes marques de griffes sur son passage, quand elle senti que l'inconnu l'avait attrapée par la queue. Plutôt que de tirer dessus, ce qui aurait eu pour effet de l'arracher, il se contenta de la repousser sans la lâcher et se saisit de la jambe droite de la chercheuse. Avant qu'elle puisse réagir, il l'arracha littéralement du mur pour la jeter au sol. Elle se rattrapa lourdement à quatre pattes, détruisant encore plus le tapis de sol. Elle senti une douleur aigüe lui parcourir la cuisse quand elle tenta de se redresser à nouveau. Horrifiée, elle constata que sa cuisse droite portait une longue estafilade. C'était une blessure peu profonde, mais douloureuse. Idéale pour limiter les mouvements. Quand avait-il fait cela ? Et surtout, comment ?
Il fut sur elle avant qu'elle n'ait le temps de se poser d'autres questions. Il la frappa derrière le genou et la cloua au sol, s'agenouillant sur son dos. Il avait posé son genou gauche sur le bras gauche de la chercheuse, son genou droit sur la base de sa queue. Son bras droit maintenait le bras droit de Cendres au sol. Lorsque Cassandra sentit une piqûre dans son cou, elle sut où était le bras gauche de l'inconnu.

- Est-ce que j'ai votre attention, désormais ?

Elle tourna lentement la tête pour le regarder. Il avait conservé le même ton de voix depuis le début. Néanmoins, c'était la première fois qu'elle le regardait dans les yeux. Il avait les yeux d'un tueur de sang froid. Elle comprit qu'il n'hésiterait pas l'égorger si elle ne se montrait pas coopérative. Les écailles de son visage prirent une teinte noire. Elle prononça ses premiers mots depuis que Neremsa était entré dans la pièce, quelques cinq minutes plus tôt.

- Je me rends.

L'inconnu se releva doucement sans s'éloigner. Il tendit sa main droite à Cassandra pour l'aider à se relever. En se redressant, elle put voir qu'il tenait un petit push-dagger dans sa main gauche. Une petite goutte de sang perlait sur la pointe de l'arme. Elle se rendit compte en frissonnant qu'elle ne l'avait pas vu dégainer. Pourtant, elle ne l'avait quitté des yeux que lors de très courts laps de temps.

Il se dirigea vers Neremsa. Durant le second combat, le Belge s'était redressé et s'était adossé au mur, maintenant une main sur son flanc blessé. L'inconnu l'apostropha :

- Et bien Nerem' ? On se fait rétamer par une chercheuse sans formation maintenant ?

- J'ai été surpris par sa queue, grommela le belge.

- Ouais, c'est ce qu'elles disent toutes.

Neremsa leva les yeux au ciel en grognant. Jean-Marc avait le don de savoir blaguer en toutes circonstances, ce qui n'était pas toujours une qualité.


16 décembre 2016 – 08:28 – Salle d'entrainement 14

- Le chef du DSI2 veut qu'on fasse QUOI ?

Sans se départir de son sourire en coin, Jean-Marc répéta sa dernière phrase en regardant Neremsa droit dans les yeux.

- Il veut que Vass' et toi entraîniez Cassandra et Aaron au combat au corps à corps. Que vous lui appreniez des arts martiaux pour lesquels elle serait avantagée avec sa queue.

Vassago, qui avait conservé le silence depuis son entrée dans la salle, se décida à intervenir

- Je suis d'accord avec le barbu. C'est une idée de merde. Sans vouloir t'offenser, Cassandra. Ou Aaron.
- C'est Cassandra. Apprendre à me battre me plairait mais comme j'ai un peu abîmé Ner… L'Agent Neremsa je peux comprendre qu'il se montre réticent.

- Oh ça va, t'en vante pas non plus, ronchonna le belge.

- T'occupe, il n'a juste pas l'habitude de se faire péter une côte par un membre du personnel non-combattant, renchérit Jean-Marc.

- Non, la dernière fois c'était toi, sale con. Cassandra, tu peux nous laisser cinq minutes ?

Cassandra soutint le regard de Neremsa sans bouger. Elle respectait les membres du Département de Sécurité, mais elle voulait défier le Belge encore une fois. Du moins, jusqu'à ce que Jean-Marc intervienne à nouveau :

- Au fait, Cassandra. J'ai oublié de faire les présentation. L'Agent Neremsa ici présent est le directeur de la sécurité du site Aleph.

Cassandra quitta la pièce en moins de deux secondes, ayant toutes les peines du monde à ne pas claquer la porte tant sa nervosité avait augmenté.

Vassago laissa échapper un petit rire tandis que Neremsa se retenait de faire pareil à cause de sa côte brisée et pansée depuis peu. Néanmoins, il se fendit d'un :

- T'es pas sympa avec elle, elle va s'imaginer que je vais la virer maintenant.

- Oh, vu ton historique internet je pense pas qu'elle te déplaise, hein Nerem' ?

L'éclat de rire tonitruant de Vassago couvrit la flopée d'insultes que le belge lança à son compatriote.

- Bon, plus sérieusement, Vass', tu peux aller tenir compagnie à Cendres un moment ?

- Yep.

Lorsque le Russe eut, à son tour, fermé la porte de la salle d'entrainement, Neremsa reprit la parole.

- J'ai pas l'habitude de discuter tes ordres, t'étais au DSI avant moi. Mais là je comprends pas pas trop le plan.

Jean-Marc dégaina un paquet de cigarette et s'en alluma une avant de répondre.

- Y'a plusieurs idées. En premier, je pense qu'une discipline martiale apprendra à Cassandra à maintenir son calme. Tu as pu constater qu'elle était rapide à s'emporter, n'est-ce pas ?

- On en reparle de la dernière fois où t'as foiré ton coup au Fort de Barchon ?

- Touché. Quoiqu'il en soit ça n'est pas la seule idée. Cassandra a eu de la chance en t'envoyant au tapis, mais le fait est que toi aussi, tu as été chanceux. Elle aurait pu faire plus de dégâts et, ce pour une raison très simple. Les gars du DS et du DSI sont entraînés à combattre d'autres humains ou à réagir face à des monstres. Vous manquez d'entrainement pour les cas comme Cendres. En même temps que vous l’entraînerez , vous pourrez développer un style de combat adapté pour la contrer. Ainsi que tous les humanoïdes hybridés avec des animaux.

- Ça va, c'est pas comme si on en croisait tous les jours non plus.

- Ça ne fera pas de tort. Qui plus est, Cendres est un élément précieux pour la Fondation. Des Herpétologues informaticiens, on en chope à la pelle en moins de vingt-quatre heures. Une hybride humain-reptile qu'on ne doit pas confiner et qui bosse pour nous, ça c'est nettement plus rare. Si on centralise un max de nos membres du personnel à Aleph, c'est aussi pour les protéger. Elle est une cible, y'a pas mal de Groupes d'Intérêts qui aimeraient lui mettre la main dessus pour la disséquer et reproduire sa mutation.

- Je sais, j'ai lu le mémo du DSI, abrège.

- Tout ça pour dire que je préfère qu'elle sache se défendre. Elle dispose de capacités uniques.

- Rassure moi sur un point… Tu ne comptes quand même pas envoyer un élément instable comme elle en mission ?

- C'est une possibilité à envisager. Ses capacités pourraient se révéler très utiles dans le cadre de certaines missions. Tu te souviens du Projet Farrago ? Utiliser Cendres pour des missions spécifiques est un reliquat de ce projet.

- Je tiens à signaler que je trouve ce plan complètement foireux et que je désapprouve.

- Je sais.

- Tu vas assister aux entraînements ?

- Je pense pas. Pas à tous. Vu comment elle a réagi quand je l'ai empêchée de sortir, je crois que je lui ai filé la trouille de sa vie. On va essayer de la ménager un peu.

Neremsa soupira.

- Elle est instable. J'suis déjà étonné qu'elle n'ait buté personne.

- T'as eu de très bons résultats avec Grym. Si ça ce trouve t'as foiré ta vocation en t'engageant à l'armée, t'aurais peut-être du faire psy.

- Je préférais encore quand tu me vannais sur ma défaite face à une chercheuse…


16 décembre 2016 – 9:00 – Bureau du Directeur de la Sécurité du site Aleph

Neremsa se passa une main sur le visage avant de piocher un cigare dans une boîte qu'il planquait dans un tiroir. Cependant il ne l'alluma pas, se contentant d'en sentir l'odeur boisée. La journée allait être longue. Il déposa le cigare sur un cendrier et porta son attention sur les deux personnes assises de l'autre côté du bureau. Vassago semblait de bonne humeur, sans doute amusé par la situation. Bien qu'il ait affiché son désaccord face à l'idée d’entraîner Cendres, Neremsa soupçonnait que ça lui plaisait de pouvoir s’entraîner avec une humanoïde anormale.
En parlant d'humanoïde anormale, celle-ci observait le bureau du Belge, agitant distraitement sa queue.
L'arrangement de la pièce était spartiate. En prenant ses fonctions, le Belge avait entamé une série de travaux prétextant que « le luxe de ce bureau me file de l'urticaire3 ».

Le bureau en bois avait été remplacé par un bureau métallique doté de six tiroirs, contenant divers dossiers, des livres et des magasines variés, une boîte à cigares anormale, trois chargeurs et un pistolet Five-seveN ainsi que quatre grenades. La surface du bureau était couverte de rapports, de quelques dossiers, d'audits de sécurité ou de demandes en attente de validation. Neremsa disposait de deux cendriers, qu'il vidait épisodiquement. Le premier, en métal, avait la forme d'un crâne grimaçant et était particulièrement abîmé. Il s'agissait d'un souvenir de jeunesse. Le second était un cendrier en verre classique, orné du logo de la Fondation. Non loin se trouvait une tasse en forme de grenade ornée d'un logo radioactif. De nombreuses tâches de café indiquaient que le belge ne nettoyait pas souvent son bureau.

Située juste derrière le bureau, une grande baie vitrée donnait vue sur le Site Aleph. Un porte manteau se trouvait juste à droite de la vitre, soutenant une veste noire ainsi qu'un P90 pendu par sa lanière.

Le mur droit de la pièce avait été intégralement démoli pour y installer un ensemble d'écrans reliés aux nombreuses caméras du site. Une tablette de dernière génération (modifiée par le DI&ST) remplaçait l'ordinateur portable du précédent directeur de la sécu et permettait à Neremsa d'accéder à la quasi totalité des caméras. Bien entendu, le Belge avait insisté pour implémenter des systèmes de sécurités de son cru. La tablette ne pouvait être déverrouillée que par empreinte digitale, suivit d'un mot de passe. La détection d'une autre empreinte que celle du barbu verrouillait la tablette en mode sécurité, ce qui nécessitait un autre mot de passe pour la refaire passer en mode normal. Enchaîner deux mauvais mots de passe d'affilée, peu importe le mode, déclenchait l'ignition de quelques grammes de thermite planqués dans la carcasse en polymère de l'appareil, provoquant sa destruction en quelques secondes sans possibilités de réparations. Les techniciens avaient estimé qu'en cas de destruction de la tablette, il faudrait une semaine pour en reprogrammer une à l'identique, ce à quoi Neremsa avait répondu qu'il valait mieux cela qu'un piratage en règle du système de sécurité d'Aleph.

Le mur gauche, qui n'avait pas été modifié, supportait une série d'étagères contenant tout un bric à brac d'objets personnels. Quelques maquettes de véhicules militaires, quelques médailles, des photos de militaires ou de la FIM-Delta 3. Nettement plus nombreuses que les autres, il y avait une série de photos de personnes seules. Chacune de ces photos était ornée d'un petit ruban noir dans le coin supérieur droit. L'une d'entre elles se démarquait de l'ensemble car son cadre portait une petite plaque dorée et Neremsa y avait attaché une petite médaille. Un exemplaire de « l'étoile de la Fondation ».

Intriguée, Cendres se leva sans écouter ce que disait le Belge et se rapprocha de l'étagère pour lire ce qui était noté sous la photo.

Vivianne « Flambeuse » Sherman
Force d'Intervention Mobile Delta-3
14/12/1983 - 08/08/2010
Tombée au champ d'honneur pour la Fondation

Juste derrière la photo de Vivianne, il y avait onze photos de personnes portant le même uniforme, reconnaissable au dragon qui ornait leurs épaules gauches. Tous des membres de la même FIM.
Aaron s'interrogeait sur le fait de conserver des photos de gens morts quand Neremsa intervint.

- Je conserve une photo des membres du personnels morts sous mes ordres ou en combattant avec moi. Pour ne jamais les oublier.

- Qui était Vivianne Sherman ?

Neremsa hésita quelques secondes avant de répondre et Cassandra craint d'avoir gaffé.

- Flambeuse… Vivianne était l'une des deux tireuses de l'hélicoptère numéro 2 d'une équipe de la Delta-3.

- Que lui est-il arrivé ?

Vassago toussa nerveusement juste avant que Neremsa ne réponde sèchement

- Reposez cette photo et revenez vous asseoir.

Cassandra s'exécuta. Elle s'installa, pour la seconde fois, sur la chaise, fixant le belge.

- Comme Jean-Marc l'a transmis tantôt, le directeur du DSI souhaite que Vassago te forme au corps à corps, le tout sous ma supervision. Pour être exact, l'idée est de créer un art martial adapté aux particularités de ta physionomie. Et, par la même occasion, entraîner nos agents à se battre contre des humanoïdes ayant des capacités différentes de celles des humains.

- Je sais.

- On attend de toi de te contrôler suffisamment pour éviter de péter d'autres côtes, idéalement. Et pas les autres os non plus, tant qu'on y est.

- J'ai le droit d'assommer des gens ?

Neremsa laissa Vassago répondre.

- Il y a des chances pour que ça arrive quelques fois, mais on va éviter d'y aller trop fort au début. Tu dois d'abord apprendre à maîtriser ta force et contrôler tes mouvements.

Quelque chose dérangeait le belge. Le comportement de Cendres avait changé par rapport à ce matin. Ses phrases étaient plus courtes et elle se focalisait beaucoup sur son environnement. Le barbu avait également noté que Cendres clignait moins des yeux, mais il n'avait pas fait attention à ce détail jusqu'à maintenant. En comprenant, il ne put s'empêcher d'émettre un petit bruit de désapprobation.

- J'ai pas encore l'habitude de travailler avec deux personnalités dans un seul corps. C'est Aaron qui a le contrôle maintenant, n'est-ce pas ?

- En effet.

- Et tu en penses quoi de ce plan ?

Aaron cligna des yeux.

- Je suis content pour Cassandra. Elle est emballée par l'idée. Mais je n'aime pas me battre.

Neremsa joignit ses mains devant lui.

- Le fait est qu'on ne fait pas ça juste pour faire plaisir à Cassandra. Ni juste pour entraîner nos hommes. Vous aurez tous les deux remarqué qu'Aleph a le plus haut pourcentage de membres du personnel anormaux. C'est pas pour rien.

Neremsa se leva et, tournant le dos à ses interlocuteurs, il se plaça devant la baie vitrée et adopta machinalement une pose militaire, pieds écartés, mains dans le dos et poignet droit dans la main gauche.

- Outre le fait que ce soit le plus grand site d'Europe, Aleph fait partie des quelques sites de la Fondation les plus lourdement protégés. N'importe quel Groupe d'Intérêt y réfléchirait à deux fois avant de prendre un tel site d'assaut, parce que ce site peut se transformer en champ de bataille en quelques minutes avec un arsenal à faire pâlir l'armée française. Les pertes que subirait un attaquant seraient énormes.

Le Belge se retourna et riva son regard à celui d'Aaron.

- Sauf que tous les chercheurs sont susceptibles de sortir d'Aleph, pour aller visiter d'autres sites, des zones anormales ou tout autre motif. Et que vous êtes littéralement des cibles durant ces moments. À défaut de vous confier une arme à feu, ce que je refuse de faire tant que Cassandra ne fera pas preuve d'un tempérament plus calme, je suis d'accord avec le DSI pour dire que vous devez être capable de vous défendre. Et le chef du DSI a estimé que toi et Cassandra étiez un sujet idéal pour commencer le projet.

Le barbu laissa quelques secondes s'écouler avant de terminer son discours.

- Aaron, que ça te plaise ou non, tu vas apprendre à te battre. Et le combat, ça ne passe pas que par la fuite ou la défense. Si nos ennemis disposent d'un moyen pour mettre K.O. La personnalité de Cassandra, tu dois être capable de te défendre par toi même également. Ce n'est pas un projet pour lequel je te laisserai réfléchir et peser le pour et le contre avant de te décider : C'est un ordre.

Aaron cligna nerveusement des yeux et conserva le silence pendant de longues secondes. Au bout de presque une minute, il acquiesça.

- Je comprends.


05 mars 2016 – 18:00 – Salle d'entraînement 17

Cassandra faisait face à Vassago. Tous deux étaient en kimono blanc identiques, à la différence que la ceinture de Vassago était noire alors que celle de Cassandra était blanche.

Vassago fit craquer les jointures de ses poings.

- On va voir si tu as fait des progrès depuis la dernière fois. Attaque moi.

Cassandra se mit en garde. Contrairement à la fois où elle avait tenté d'affronter Jean-Marc il y avait trois mois de cela, sa garde était assurée. Elle avait passé de longues semaines à perfectionner ses mouvements tantôt en affrontant Neremsa, tantôt en affrontant Vassago. Parfois, elle avait pu affronter d'autres membres du Département de Sécurité et avait parfois gagné. Une différence majeure s'était montrée assez rapidement au niveau de ses deux esprits, une différence au diapason des styles de combat du Belge et du Russe.

En effet, Aaron préférait se battre avec Neremsa, car ce dernier privilégiait un combat « symétrique » à base d'échanges de coups. Neremsa avait clairement pioché différentes techniques dans plusieurs arts martiaux et s'était appliqué à les agglomérer en un tout harmonieux. Le Belge privilégiait les coups de pieds, là où il disposait de la plus grande portée, mais il savait également effectuer de redoutables enchaînements avec ses poings. Il avait clairement un style de combat dédié à la neutralisation de son adversaire.

La préférence de Cassandra allait au style de combat de Vassago, qui était quasiment l'inverse de celui du barbu. Vassago était un expert en close combat. Un style simple fondé sur trois principes :

  • mettre son adversaire hors de combat le plus vite possible
  • mettre son adversaire hors de combat le plus efficacement possible
  • mettre son adversaire hors de combat par tous les moyens possibles

Le Russe privilégiait un combat « asymétrique » dans lequel l'un des adversaires prend le dessus sur l'autre sans lui laisser de possibilités de défense. Qui plus est, le close combat avait été créé dans un seul but : tuer. Ce n'était pas un style de combat dédié au sport, mais à la guerre. Vassago savait frapper avec une effroyable précision là où ça faisait mal et il ne faisait aucun doute qu'il était capable de tuer Cendres (ou qui que ce soit d'autre) sans efforts.

Cassandra avait rapidement appris que son avantage était sa mobilité. Même en s'entraînant toute sa vie, jamais elle n'arriverait à développer autant de force brute que le Belge ou le Russe. En revanche, son ADN de lézard avait modifié ses muscles. Elle pouvait effectuer des mouvements très rapides d'une grande précision. Rajoutant à cela ses griffes et sa queue et elle avait un potentiel offensif non négligeable. Elle savait très bien que si Vassago arrivait à attraper une de ses jambes ou un de ses bras, il pourrait la mettre hors de combat en une fraction de seconde. Aussi, elle laissa planer le doute sur son angle d'attaque le plus longtemps possible.

Elle s'abaissa sur ses appuis, conservant un centre de gravité bas et commença à tourner autour de son adversaire. Le russe la suivit du regard sans bouger. Il n'était pas en garde, mais Cassandra savait très bien qu'il n'en avait pas besoin. Sa queue se recourba vers le haut, signe qu'elle allait passer à l'attaque. Elle sauta sur la gauche, sa queue tournant rapidement. À peine avait-elle touché le tapis de sol qu'elle lança un coup de pied circulaire destiné à frapper les rotules de Vassago.


05 mars 2016 – 22:00 – Salle d'entraînement 17

Cassandra se laissa tomber au sol, à bout de souffle. Vassago n'était pas aussi essoufflé, mais il était trempé de sueur. Il s'assit en face d'elle.

- Tu progresses bien.

Pour toute réponse, la chercheuse sourit. Une question lui vint.

- Hey Vass'. Entre toi et Neremsa, qui gagne ?

- Je gagne. Neremsa n'est pas très doué pour le corps à corps.

Voyant que Cassandra haussait un sourcil face à cette affirmation, Vassago développa.

- Neremsa sait se battre, mais il ne le fait que parce que c'est une obligation dans son travail. Ce n'est pas quelque chose dans quoi il est naturellement bon.

- Dans quoi il est doué alors ? Il est pas directeur de la sécu pour rien quand même ?

- Son domaine de prédilection, c'est le combat à distance. C'est un tireur d'élite et il a servi dans une FIM. C'pas un bureaucrate, c'est un mec qui a été sur le terrain, qui a perdu des hommes et qui a été blessé. Y'a pas mieux que lui pour gérer la sécu, parce qu'il connait le métier. Mais je pense qu'il est naturellement doué pour analyser et comprendre les gens avec qui il a affaire. C'est le premier responsable de Grym à ne pas avoir abandonné l'affaire. Rien que ça, ça t'indique le niveau.

- Et Jean-Marc ?

- Ah, le lieutenant Verstrat. Lui c'est un cas. C'est le mec qui n'a l'air de rien, qui ne fait pas de vagues, mais qui surclasse tous les autres dans tous les domaines.

Vassago se releva et défit son kimono. Il désigna une fine cicatrice sous son téton gauche.

- Un jour, j'ai demandé à Jean-Marc d'y aller à fond. J'avais du mal avec lui quand je suis arrivé. C'était le mec toujours occupé à vanner, à faire de l'humour. Typiquement le genre d'homme qui se fait mettre au pas vite fait bien fait dans l'armée russe. J'voulais savoir de quoi il était capable, parce que les autres le respectaient, à croire que ce mec était le plus fort. Il m'a dit « t'es sûr ? » et j'ai répondu oui. Il s'est avancé vers moi et avant que je comprenne quoi que ce soit, je me suis retrouvé avec deux centimètres d'acier plongés dans le torse, pile entre deux côtes. Juste assez pour laisser une cicatrice. Mais s'il l'avait voulu, je me serais retrouvé avec un push-dagger enfoncé dans le coeur sans avoir vu le coup venir. Et là, j'me suis rendu compte d'un truc. J'ai compris pourquoi les hommes sous sa responsabilité disaient qu'ils le suivraient jusqu'aux portes des enfers s'il en donnait l'ordre. Parce qu'il serait en première ligne pour guider les troupes, ce con. Mais aussi parce ce qu'il m'avait pas planté pour montrer qui était le plus fort, mais parce que je lui ai demandé d'y aller à fond. Peut-être que ça ne te parle pas ce genre de truc, mais moi ça m'a parlé.

Cassandra enchaîna :

- Pourquoi c'est pas Jean-Marc le directeur de la sécu ?

Vassago lâcha un petit rire.

- Il a refusé le poste quand les administratifs lui ont proposé. C'est lui qui a désigné Neremsa, apparemment Jean-Marc préférait rester à son poste de garde parce que c'était un job plus peinard.

La chercheuse conserva le silence. Aaron était persuadé que Jean-Marc cachait quelque chose, tout comme Cassandra.

Le Russe fit un signe à la jeune femme.
- Il se fait tard et j'ai de la gnô… Heu… du travail à faire. On va en rester là.

- OK.


18 août 2016 – 22:35 – [DONNÉES CENSURÉES]

Jean-Marc attendait dans la petite salle depuis environ dix minutes4 quand Neremsa y entra. Tandis que le Belge s'installait, son compatriote se pencha et sortit une bouteille de bière d'une petite caisse réfrigérante posée à ses pieds. Il la décapsula et la fit glisser sur la table qui séparait les deux hommes avant d'en ouvrir une pour lui.
Neremsa dégaina un cigare et l'alluma avant de trinquer avec son supérieur.

- Alors, comment évolue notre petite lizard-girl ?

Neremsa ignora le sourire en coin de Jean-Marc et répondit à sa question.

- Le nombre de duel qu'elle déclare… Ou provoque, c'est au choix, est en diminution constante. Pour Juillet il n'y a que six incidents recensés. Elle commence à bien se démerder face à Vass' et moi. Enfin, on y va toujours pas à fond non plus mais je pense qu'elle approche du niveau d'un pratiquant moyen.

- On passe à l'étape suivante ?

- C'est laquelle celle là ? L’entraîner au tir avec un pistolet ou apprendre le corps à corps à un autre employé anormal ?

- Ça va dépendre de ton avis, ça.

Neremsa réfléchit durant une dizaine de secondes. Puis il secoua la tête.

- C'est trop dangereux de lui confier une arme maintenant. Je préférerais qu'on entame l'entrainement d'un autre employé.

Jean-Marc farfouilla a nouveau au niveau de ses pieds et sorti un dossier estampillé « Candidats aux projet Nauthiz - CONFIDENTIEL » qu'il fit glisser vers Neremsa.

- J'te laisse choisir le prochain sujet cette fois.

Le barbu fronça les sourcils.

- Quel intérêt de me poser la question si tu savais déjà ce que j'allais répondre ?

- Peut-être que je ne savais pas ce que tu allais répondre et que j'avais prévu les deux cas de figures…

Neremsa ouvrit le dossier et feuilleta les différentes pages. Au bout d'un moment, il sortit trois feuilles qu'il disposa devant lui et qu'il observa longuement. Finalement, il tapota du doigt la feuille située à l'extrême gauche.

- On va essayer avec lui, y'a un bon potentiel.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License