Produits
notation: +4+x

Mlle Harrison était silencieusement assise dans un appartement délabré d'un quartier défavorisé, la table devant elle et la chaise sur laquelle elle se trouvait étant les uniques meubles de la pièce. Directement en face d'elle, quatre objets étaient cachés sous des draps noirs. Harrison balaya une mèche de cheveux bruns de devant ses yeux et soupira en appuyant sa tête sur sa main. Elle regarda de nouveau sa montre ; celle-ci, ainsi que le tailleur qu'elle portait, suggéraient qu'elle n'était pas habituée à attendre longtemps, quelles que soient les circonstances. Son hôte l'avait déjà fait patienter plus de quinze minutes.

La porte derrière elle s'ouvrit, laissant entrer silencieusement un homme bien habillé dans l'appartement. Il était pâle et avait le crâne dégarni ; une paire de lunettes était posée de travers sur son nez. Il ferma la porte derrière lui.

"Je suis terriblement désolé pour le retard, Mlle Harrison," dit-il en s'avançant de l'autre côté de la table, "ainsi que pour ces atroces conditions. Malheureusement, la nature du métier de mon employeur l'oblige à garder ses affaires loin des yeux indiscrets."

L'homme s'approcha d'elle et lui offrit une poignée de main. Harrison resta sans bouger pendant quelques instants, mais finit par l'accepter. Sa main était moite et froide, conduisant immédiatement Harrison à regretter sa décision.

"Je suis M. Sacre," dit-il avec un petit sourire. "Devrions-nous commencer la présentation ?"

"Je suis confuse," répondit Harrison, "Je pensais rencontrer Anderson aujourd'hui."

"Je crains que cela ne soit pas possible, Mlle Harrison." Sacre secoua la tête. "Certains de nos compétiteurs ne sont pas exactement connus pour jouer fair-play, en conséquence de quoi Anderson n'intervient que pour des sujets de la plus haute importance. Non, j'ai bien peur que cela ne soit que moi aujourd'hui."

"Qu'il en soit ainsi, je suppose…" soupira Harrison. Elle regarda ensuite les objets couverts par les draps, penchant sa tête sur le côté tout en les fixant.

"Bref," commença Sacre en remarquant son intérêt, "Le fait que vous ayez été capable de nous contacter pour arranger cette rencontre montre que vous êtes à la fois digne de confiance et suffisamment riche pour acheter l'un de nos droïdes. Puis-je vous demander ce que vous cherchez en particulier, Mlle Harrison ?"

"Pourquoi ne me montreriez-vous pas ce que vous avez, et je vous dirais si quelque chose attire mon œil ?"

"Très bien," dit Sacre avec un haussement d'épaules. Il mit ensuite sa main dans sa poche et plaça sur la table ce qui semblait être trois petites balles en caoutchouc noires, chacune avec un unique point rouge en leur centre. Les balles se tournèrent rapidement d'elles-mêmes de sorte à ce que leur point rouge fasse face à Harrison.

"Ces petits gars sont nos Drone de Reconnaissance de la Série Amour. Considérez-les comme des sortes de robots espions." Sacre claqua des doigts, faisant pivoter les balles pour lui faire face. "Série Amour, Démo !"

Chacune des balles commencèrent alors à rouler sur la table, s'arrêtant de temps en temps pour faire apparaître quatre jambes en forme d'aiguilles et marcher avec avant de rétracter les appendices et recommencer à rouler.

"Chacun de ces petits gars est capable d'enregistrer jusqu'à 48 heures d'audio et de vidéo. Ils peuvent changer de couleur pour se camoufler et escalader des parois verticales. Chacun dispose d'une petite aiguille pour l'injection d'un médicament, ou de quelque chose d'un peu plus létal si vous le souhaitez. Ils sont disponibles individuellement ou en pack de trois. Chacun peut être programmé pour suivre uniquement des ordres émis par votre voix, de la même façon que tous nos autres modèles."

Harrison regarda l'un d'eux rouler vers elle et se déplacer autour de sa main. Elle replaça avec précaution le droïde miniature sur la table en souriant.

"Impressionnant, mais pas vraiment ce que je recherche," dit-elle. Sacre hocha la tête, et rassembla les droïdes sur la table devant lui. Il s'approcha ensuite de deux des objets couverts par les draps et se plaça entre eux en tirant lentement la couverture.

L'objet à sa gauche ne mesurait pas plus de 60 centimètres et ressemblait à un large vase noir avec un couvercle. Quatre épaisses jambes ressemblant à celles d'une araignée émergèrent de sa partie inférieure lorsqu'il se leva, augmentant sa taille d'un mètre. Une fine ligne rouge qui émettait une faible lumière formait un anneau autour de lui en son milieu. Des compartiments sur les côtés s'ouvrirent pour révéler ce qui ressemblait à quatre canons d'armes à feu.

L'objet à sa droite ressemblait à un petit avion de chasse, mesurant moins de deux tiers d'un mètre en longueur avec une envergure d'environ un tiers de mètre. Au milieu de chaque aile se tenait un rotor qui rappelait à Harrison un hélicoptère. Les rotors commencèrent à tourner silencieusement et le droïde se mit à planer en vol stationnaire. Une petite caméra sortit d'un compartiment du dessous du droïde et fixa Harrison tandis que le reste du droïde restait suspendu dans les airs.

"Peut-être alors êtes-vous plus intéressée par la sécurité," dit Sacre en pointant les deux nouveaux droïdes. "Celui sur ma gauche est notre Unité de Défense des Installations de la Série Aplomado. Elle peut être équipée avec une variété d'armements, possède de l'imagerie thermique et est livrée avec une épaisse coque pare-balles. Celui sur ma droite est notre Drone Aérien de la Série Émerillon. Lui aussi a de l'imagerie thermique, peut être équipé avec une variété d'armements et est capable d'enregistrer jusqu'à 96 heures de vidéo. De plus, il est virtuellement silencieux en vol et est invisible à toute forme d'instrument d'enregistrement. Les deux peuvent fonctionner en duo et avec d'autres droïdes de leur série pour fournir un système de sécurité complet. Comme toujours, ils peuvent être programmés pour ne suivre que les ordres émis par votre voix."

"Ils sont… et bien, ils sont un peu extrêmes pour ce que j'ai en tête. Je ne pense pas avoir jamais eu besoin de ce genre de puissance de feu…" gloussa Harrison. Sacre rit brièvement puis hocha la tête. Les deux droïdes retournèrent en veille alors qu'il se déplaçait vers la droite, en direction d'un autre objet couverts par des draps.

"J'oublie parfois que tous nos clients n'ont pas besoin d'un tel degré de sécurité ou d'intimité," dit-il en tirant le drap. "Peut-être quelque chose de plus domestique vous conviendra-t-il ?"

En dessous du drap se tenait un petit cube ressemblant vaguement à un minuscule repose-pieds en cuir. De même que pour les Aplomados, quatre jambes ressemblant à celles d'une araignée émergèrent de sa base lorsqu'il se leva, lui faisant atteindre un mètre de haut. Une large fente bleue sur sa face avant semblait former ses yeux. Quatre bras fins émergèrent de sa face arrière, chacun équipé d'une pince. L'un de ces bras s'étendit à travers la pièce en direction d'Harrison et lui offrit une poignée de main. Harrison gloussa et l'accepta avec enthousiasme.

"Ceci est notre Unité Domestique de la Série Crécerelle," sourit Sacre. "Chacune est équipée avec quatre bras standards, d'autres pouvant être ajoutés pour un coût additionnel. Les bras standards peuvent s'étendre jusqu'à quatre mètres et sont équipés d'une caméra afin que le droïde puisse voir ce qu'il fait. Les bras spécialisés peuvent effectuer une variété de tâches. Le droïde est programmable afin qu'il puisse apprendre une multitude de tâches domestiques."

"Nous allons dans la bonne direction," sourit Harrison, "mais n'avez-vous pas quelque chose de plus… attachant ?" Sacre leva ses sourcils.

"Humanoïde ?" demanda-t-il.

"Cela serait préférable," répondit-elle. Sacre afficha un rictus triomphant en approchant le dernier drap.

"Vous avez de la chance, Mlle Harrison, car j'ai gardé le meilleur pour la fin. Permettez-moi de vous introduire à notre modèle le plus populaire, le Droïde Humanoïde Utilitaire de la Série Pèlerin !" Sacre arracha avec enthousiasme le dernier drap pour révéler ce qui ressemblait presque à un mannequin de crash-test assis sur une chaise, mais couvert d'un peau faite d'un plastique noir robuste. Deux disques en plastique blanc qui semblaient servir d'yeux fixaient d'un regard vide Harrison tandis que le droïde levait son bras gauche et faisait un signe de la main. Un numéro de série rouge, 045, était visible, cousu sur son bras.

"Bonsoir, Mlle Harrison," répondit le droïde avec une voix digitalisée.

"Chaque DHUSP est équipé d'un revêtement en aramide spécialisée et de capacités auto-réparatrices. La complète maîtrise écrite et orale de trois langages est incluse dans le prix standard, mais d'autres peuvent être programmées en plus pour un léger coût supplémentaire. De plus, chaque unité DHUSP est équipée avec une intelligence artificielle très avancée et une de nos sept personnalités préprogrammées. Ces personnalités évoluent et s'adaptent en fonction de votre usage du droïde, et possèdent donc une capacité unique à créer des liens qui n'est pas présente dans nos autres droïdes."

Sacre s'arrêta et plaça sa main sur l'épaule du droïde. Harrison traversa la pièce et s'agenouilla à côté du droïde, prenant doucement sa main dans les siennes avant de relever les yeux vers son hôte et de lui faire signe de continuer.

"En plus de tout cela, nous avons plusieurs modules correspondant à une variété de compétences allant du combat au travail domestique, pouvant être programmés dans chaque droïde. C'est de loin notre modèle le plus flexible jusqu'à maintenant. Si vous le voulez, vous pouvez donner la permission à votre DHUSP de donner des ordres de votre part à nos autres modèles de droïdes. Il peut servir d'unité de commande pour vos Émerillons, vos Aplomados et vos Amours, ou de superviseur pour vos Crécerelles." Sacre gratta l'arrière de la tête du droïde. "Je dois bien l'avouer, ce sont mes favoris."

Harrison acquiesça. Elle revint sur ses pas et regarda tous les autres droïdes, puis fixa de nouveau le DHUSP.

"Je pense que vous pourriez bien faire une vente, M. Sacre," dit-elle. "Cependant, j'aimerais savoir si je peux ramener avec moi mon achat aujourd'hui, ou si je dois attendre de recevoir mon droïde plus tard. Ces unités sont-elles prêtes à l'emploi ?"

"J'ai bien peur que non," dit Sacre en fronçant les sourcils. "Ce sont seulement nos modèles de démonstration. Pas d'armement, pas de module, pas de personnalité, juste la base de notre programmation. Vous voyez les coquilles sur lesquelles nous allons ajouter les fonctionnalités."

"Excellent," fit Harrison avec un rictus. "Cela rend mon travail bien plus facile." Elle sortit ensuite un pistolet de la poche de sa veste et pointa l'arme sur Sacre avec son doigt sur la gâchette. Puis elle parla à l'intention d'un microphone caché sur elle. "La voie est libre contrôle, envoyez l'équipe !"

Sacre baissa les yeux sur l'arme, peu amusé.

"Mlle Harrison, vous m'avez menti," soupira-t-il en secouant la tête.

"Je me préoccuperais plutôt de mettre mes mains derrière la tête et de m'allonger au sol si j'étais vous," répliqua Harrison. Sacre ne bougea pas.

"Alors pour qui travaillez-vous ? Pas pour la Coalition Mondiale Occulte, puisque le bâtiment n'a pas encore été complètement rasé. Ces voleurs travaillant pour Prometheus n'auraient pas tenté quelque chose d'aussi direct, et les hommes de MC&D auraient déjà négocié un prix de gros. Je suppose donc que vous êtes de la Fondation…"

"Au sol !" l'interrompit Harrison. Sacre soupira de nouveau et obtempéra.

"Nous nous demandions quand est-ce que la Fondation essayerait de nous jouer un tour comme celui-ci. Félicitations pour avoir réussi à organiser cette rencontre et à être allé si loin sans déclencher d'alarme. Honnêtement, à la vue du temps que vous avez passé à découper en rondelles 31, Anderson pensait que tout cela aurait lieu bien plus tôt."

"La ferme !" cria Harrison. Sacre secoua de nouveau la tête.

"Je suis désolé de devoir faire ça. À toutes les unités, activez le protocole Fondation."

La pièce se remplit alors de hurlements terrifiants qui obligèrent Harrison à se couvrir les oreilles de douleur. En regardant autour d'elle pour essayer d'en trouver la source, elle vit avec horreur tous les droïdes tomber en pièces. Les unités Amour s'aplatirent et fondirent en petits tas sur la table. L'Aplomado bascula, sa coque robuste se fissurant avant de voler en mille morceaux, révélant un intérieur déjà désagrégé en rouille. L'Émerillon tomba lentement au sol dans un nuage de poussière. La peau du Pèlerin se flétrit et le revêtement en plastique en dessous bouillonna à travers le tissu. Chacun continua d'émettre son hurlement aigu avant que la pièce ne devienne silencieuse, à l'exception du rire de Sacre.

Harrison se retourna vers lui et eut un mouvement de surprise. Sa peau était en train de fondre, se transformant en une mousse blanche qui devenait de plus en plus rose au fur et à mesure que le sang se mélangeait à elle. En dessous, un squelette en plastique devint visible, ressemblant au DHUSP sans sa peau en tissu. Bientôt, cela aussi eut fondu. Le rire cessa et la pièce plongea dans le silence.

Harrison regarda les diverses flaques noires autour d'elle. Dans un instant, le reste de l'équipe allait débarquer, mais cela ne servirait plus à rien. Anderson avait prouvé une fois de plus qu'il avait un coup d'avance.


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License