Jouer à Dieu
notation: +9+x

Madame, Monsieur,

Avant toute chose, je souhaiterais féliciter chaque membre du personnel travaillant ici. Lorsque j'ai emprunté ce chemin de gravier, je n'aurais jamais imaginé que nous déchirerions le temps et l'espace d'une telle façon. Ce que nous avons créé était autrefois inconcevable, et pourtant il reste tant de choses que nous pouvons amener à exister. Notre travail est loin d'être achevé, et nombre d'étapes sont encore nécessaires avant que nous puissions seulement envisager de nous arrêter. Au cours de nos expérimentations, nous avons découvert d'innombrables façons de détruire cet univers, et beaucoup d'autres pour en contenir les fragments. Tout ce que nous avons réalisé, de l'Étoile Haineuse à l'Alliage Télékill, s'est avéré être une réussite complète. Pour tout cela, je souhaite à la Fondation de nombreuses années de succès.

Toutefois, ce n'est pas l'objet de cette lettre. Il s'agit de vous informer du succès de ma dernière expérience. Oui, j'ai poursuivi mes recherches dans le domaine de l'inconnu. Cependant, avant de vous décrire cette expérience, je me dois de vous détailler la réflexion qui m'a amené à l'effectuer.

Cette idée particulière m'est venue environ six mois après que nous avions commencé. J'étais inquiet. Oui, cela peut paraître aberrant pour un homme si puissant, mais j'étais inquiet. Vous voyez, nous créions toutes ces choses merveilleuses, mais nous devions être discrets. Nous devions nous assurer que personne ne saurait. Et alors que les mois traînaient, cette inquiétude me rongeait. C'est toujours suspect quand vous disparaissez subitement et réapparaissez plusieurs mois plus tard, à la tête d'une énorme entreprise. Chaque fois que j'entendais une rumeur disant que tel SCP avait été créé par l'homme, je sentais un frisson tout le long de mon dos. Je faisais les cent pas dans mon laboratoire, en réfléchissant à la meilleure façon de couvrir mes traces. Je ne voulais pas être puni pour avoir fait avancer la connaissance humaine. Je voulais garder une prise ferme sur tout cela jusqu'à ma mort, comme tous les autres. Nous travaillions ensemble. Nous nous sommes arrangés pour que certaines des entités soient trouvées, et avons écrit des rapports pour les autres. Mais ce n'était pas assez. Je devais trouver un moyen de m'assurer que personne ne me trouverait jamais, ou personne autour de moi. Et j'ai trouvé cette idée incroyable.

Et si je pouvais officiellement disparaître ?

Je sais, cela sonne comme si je voulais mettre fin à mes jours, mais je n'en ai jamais eu l'intention, je prévoyais de m'effacer de tous les documents officiels, comme si je n'avais jamais existé. La meilleure façon de couvrir mes traces était de les détruire complètement.

Cela m'a pris plusieurs mois de travail acharné, mais j'ai fini. J'avais trouvé un moyen de faire disparaître toute trace de mon existence. C'était dangereux, je ne mentirai pas. J'ai construit une cage de Faraday autour de mon laboratoire, en raison de la nature potentiellement instable de mon expérience, ai demandé à tout le monde de rester en dehors de la salle, et me suis mis au travail.

Et ça a marché. Beaucoup trop bien.

Mes premières suspicions eurent lieu quand mon propre frère entra dans la salle, et fut surpris de m'y trouver. J'étais confus, mais j'ai supposé qu'il avait juste oublié que j'étais là. Puis je suis allé à la cafétéria, et me suis rendu compte que des gens tentaient de comprendre ‘Quand cette cage de Faraday a été construite’. Je n'y ai pas prêté attention, je n'avais pas informé beaucoup de monde après tout.

C'est au moment où j'ai trouvé un document officiel décrivant la salle dans laquelle je me trouvais que j'ai réalisé que quelque chose clochait. J'avais été classé en tant que SCP.

Je ne m'étais pas effacé des documents officiels ; je m'étais complètement effacé. Les gens venaient dans mon laboratoire me prendre en photo, discuter avec moi, pour essayer de comprendre ce que j'étais. Des chercheurs brillants, mes amis, mon frère, qui ne me reconnaissaient même plus. Personne ne pouvait se souvenir de moi, même quelques heures après leur cinquantième visite.

J'ai poursuivi mon travail. J'ai fait plus de ces choses, et les ai mis sous confinement. Presque immédiatement, j'ai remarqué que personne ne savait d'où elles venaient. Pas la documentation officielle bien sûr, je m'en étais occupé. Mais Thomas et mon frère discutaient, sur un ton étouffé, disant qu'ils n'avaient pas créé ces anomalies-là. À ce point, je pris subitement conscience de ce que j'avais vraiment fait.

La raison pour laquelle j'avais créé la Fondation et ce qu'elle contenait, au début, c'était la soif de découverte. Découvrir ce que nous pouvions faire en pliant la réalité. Voir si nous pouvions rendre le monde meilleur. Désormais, bien sûr, c'est différent pour les autres. Certains servent uniquement leurs intérêts personnels, d'autres poursuivent toujours cette sensation de découverte que nous avions au début, à chercher toujours à créer l'impossible. Toutefois, cela n'explique toujours pas ma réflexion.

En fait, après avoir fait plier les lois de la physiques tant de fois, je me suis lassé de jouer à Dieu. Maintenant, je veux le devenir. J'arrive à manipuler la réalité en coulisses. Je me suis classifié en tant que Keter, pour voir comment vous réagiriez à l'idée d'une chose potentiellement capable de détruire le monde, mais échappant à tout souvenir. Je me suis édité dans le document décrivant comment tout a commencé, mais vous ne vous souviendrez pas de mon nom. J'ai dit à tout le monde que je n'étais pas un cercle, et que c'était la seule chose dont vous étiez capable de vous souvenir à mon sujet. Bien que le nombre de SCP que j'ai créés soit faible, le nombre d'idées que j'ai eues est phénoménal.

J'ai commencé à manipuler les gens également. J'ai discuté avec des chercheurs hauts-placés que j'avais fait venir dans ma pièce sur ce qu'ils pouvaient faire avec les SCP. Comment ils pouvaient vénérer les machines, faire de l'art, en tirer profit, ou juste les détruire. Sitôt partis, ils m'ont oublié, mais ils se rappelaient des idées. Idées qu'ils assumaient être les leurs. Presque comme un lavage de cerveau. Cela ne me donnait que plus de puissance, puissance que je convoitais depuis le début de la Fondation. Je contrôle tous ces gens, même vous. Voyez-vous, après avoir lu cette lettre, vous courrez prévenir quelqu'un. Mais sur le chemin, vous laisserez tomber la lettre, et oublierez où vous étiez en train de vous précipiter. Vous êtes peut-être la première personne à lire ces lignes, ou bien la centième, c'est sans importance. Après cela, vous retournerez n'être qu'un pitoyable pion, créé dans le seul but de tester mon contrôle.

Tout ce que la Fondation, ou n'importe quel autre groupe, a fait, a été voulu par moi et moi seul. Parfois j'ai des idées, et je préviens d'autres chercheurs. Parfois je les crée et les place en confinement. J'organise des brèches pour tester la puissance de mes créations. Chaque idée, chaque pensée que vous ayez jamais eue dans votre méprisable vie inutile m'est soit connue, soit vient de moi et moi seul.

Je sais que vous me considérez comme immoral, injuste, ou pervers. Je sais que vous croyez qu'il s'agit d'un abus de pouvoir révoltant, insupportable. Mais la vérité, c'est que les dieux mortels n'adhèrent pas au même code moral que vous, misérables insectes.

Oubliablement vôtre,

Aaron Siegel
>Alias O5-5.

Auteur original : RikksRikks
Titre du conte : Playing God
Source Originale : The SCP Foundation
Date : 05/03/2013

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License