Aube lunaire
notation: +2+x
blank.png
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=Play');
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=Open+Sans');
 
/*
    SCP-001 Darkbody Theme
    [2018 Wikidot Theme]
    Based on Aelanna's Sigma 9 and Greenwolf's Third Law
    Edited by djkaktus for the Doomsday Contest 
*/
 
:root {
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: #708090;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px #2F4F4F;
    --ct_col_rate-cancel: #2F4F4F;
}
 
/* COMMON */
h1, #page-title {
    color: #101919;
}
#page-title {
    border-color: #bbb;
}
 
/* Links */
a, #side-bar a, #side-bar a:visited {
    color: #2f4f4f;
}
a.newpage {
    color: #436060;
}
#main-content#a:visited {
    color: #2a4747;
}
 
.form-control {
width: 95%;
}
 
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Adarkbody/body_bg) top left repeat-x;
}
 
/* HEADER */
#header {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Adarkbody/logo) 10px 35px no-repeat;
}
#search-top-box-input {
    border: solid 1px #2F4F4F;
    border-radius: 5px;
    color: #ccc;
    background-color: #708090;
    box-shadow: inset 1px 1px 3px rgba(0,0,0,.5);
}
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus {
    border: solid 1px #2F4F4F;
    color: #fff;
    background-color: #708090;
    box-shadow: inset 1px 1px 3px rgba(0,0,0,.8);
}
#search-top-box-form input[type=submit] {
    border: solid 1px #2F4F4F;
    border-radius: 5px;
    padding: 2px 5px;
    font-size: 90%;
    font-weight: bold;
    color: #000000;
    background-color: #708090;
    background: linear-gradient(to bottom, #778899,#708090,#2F4F4F);
    box-shadow: 0 1px 3px rgba(0,0,0,.5);
    cursor: pointer;
}
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    border: solid 1px #2F4F4F;
    color: #fff;
    text-shadow: 0 0 1px rgba(255,255,255,.25)
    background-color: #708090;
    background: linear-gradient(to bottom, #778899,#708090,#2F4F4F);
    box-shadow: 0 1px 3px rgba(0,0,0,.8);
}
 
#login-status {
    color: #708090;
}
#login-status a {
    background: transparent;
    color: #708090;
}
#login-status ul a {
    color: #708090;
    background: transparent;
}
 
#account-topbutton {
    background: #2F4F4F;
    color: #708090;
}
 
#header h1 {
    margin-left: 120px;
    padding: 0;
    float: left;
    max-height: 95px;
}
 
#header h1 a {
    display: block;
    content: "Haut Commandement";
    margin: 0;
    padding: 80px 0 25px;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    color: transparent;
    background: transparent;
    font-family: 'Play', sans-serif; 'Open Sans', sans-serif;
    font-size: 180%;
    text-decoration: none;
    text-shadow: none;
 
}
 
#header h1 a::before {
    content: "Haut Commandement";
    color: #416d6d;
    text-shadow: 3px 3px 5px black;
}
 
#header h2 span {
    display: block;
    margin: 0;
    padding: 19px 0;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    font-weight: bold;
    color: transparent;
    text-shadow: none;
}
 
#header h2 span::before {
    content: 'Base de données interne du Site-01';
    color: #708090;
    text-shadow: 1px 1px 1px black;
    text-shadow: 1px 1px 1px rgba(0,0,0,.8);}
}
 
/* TOP MENU */
#top-bar a {
    color: #C0C0C0;
    background: transparent;
}
 
#top-bar ul li ul {
    border: solid 1px #2F4F4F;
    box-shadow: 0 2px 6px rgba(0,0,0,.5);
    border-top: 0;
}
#top-bar ul li.sfhover a,
#top-bar ul li:hover a {
    background: #C0C0C0;
    color: #2F4F4F;
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a,
#top-bar ul li:hover ul li a {
    border-width: 0;
    border-top: 1px solid #ddd;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a:hover,
#top-bar ul li:hover a:hover {
    background: #C0C0C0;
    text-decoration: none;
}
#top-bar ul li ul li, #top-bar ul li ul li.sfhover,
#top-bar ul li ul li, #top-bar ul li ul li:hover {
    border-width: 0;
}
#top-bar ul li ul li a {
    border-width: 0;
}
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: #a01;
}
 
.top-bar ul li:last-of-type ul {
    right: 0;
}
 
/* SIDE MENU */
#side-bar .menu-item p::before,
#side-bar .collapsible-block-link::before, #side-bar .colmod-link-top a::before {
    filter: hue-rotate(210deg);
    -webkit-filter: hue-rotate(210deg);
}
 
#side-bar div.side-block:nth-child(7) > div:nth-child(1) > div:nth-child(1) img {
    filter: none;
    -webkit-filter: none;
}
 
/*
Can't touch the translation box with CSS, unfortunately, so this will just vanish it
Hopefully temporary kludge THANKS GREENWOLF
*/
#side-bar .scpnet-interwiki-wrapper iframe.scpnet-interwiki-frame {
    -webkit-filter: hue-rotate(185deg) saturate(41%) brightness(86%);
    filter: hue-rotate(185deg) saturate(41%) brightness(86%);
    border: 1px solid #2F4F4F
    border-shadow: none;
}
#side-bar .side-block {
    border: 1px solid #2F4F4F;
    box-shadow: 0 2px 6px rgba(32,32,32,1) !important;
    background: #DCDCDC !important; 
}
#side-bar .heading {
    color: #2F4F4F;
    border-bottom: solid 1px #2F4F4F;
}
#side-bar div.menu-item.inactive a {
    color: #2F4F4F;
}
#side-bar div.menu-item .sub-text {
    font-size: 80%;
    color: #2F4F4F;
}
 
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link {
    border-bottom: solid 1px #2F4F4F;
}
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link .collapsible-block-link {
    color: #2F4F4F;
}
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link .collapsible-block-link:hover {
    color: #b01;
    text-decoration: none;
}
#side-bar a:visited { 
    color: #416d6d;
}
 
/* YUI-TABS */
.yui-navset .yui-content{
    background-color: #f5f5f5;
}
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav a {
    background-color:#d8d8d8;
}
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus, /* no focus effect for selected */
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover { /* no hover effect for selected */
    color:#fff;
}
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border-color: #444;
}
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border-color: #444;
}
 
/* FOOTER */
#footer {
    background: #444;
    color: #bbb;
}
#footer a {
    color: #fff;
    background: transparent;
}
 
/* Custom page content classes */
 
.content-panel {
    border: solid 1px #888880;
    border-radius: 10px;
    background-color: #999990;
    margin: 10px 0 15px;
    box-shadow: 3px 3px 6px #bbb;
    box-shadow: 0 2px 6px rgba(0,0,0,0.5), inset 0 1px rgba(255,255,255,0.3), inset 0 10px rgba(255,255,255,0.2), inset 0 10px 20px rgba(255,255,255,0.25), inset 0 -15px 30px rgba(0,0,0,0.1);
}
.content-panel.standalone {
    background: #fcfdfb;
}
 
.content-panel .panel-heading {
    padding: 2px 10px;
    color: #fff;
    font-size: 90%;
    font-weight: bold;
    text-shadow: 1px 1px 2px rgba(0,0,0,.35);
}
.content-panel .panel-body {
    padding: 5px 10px;
    background: #C0C0C0;
}
.content-panel .panel-footer {
    padding: 1px 10px;
    color: #C0C0C0;
    font-size: 80%;
    font-weight: bold;
    text-align: right;
    text-shadow: 1px 1px 2px rgba(0,0,0,.5);
}
.content-panel .panel-footer a {
    color: #C0C0C0 ;
}
.content-panel .content-toc {
    float: right;
    padding: 0 20px;
    background-color: #C0C0C0;
    border: solid 1px #ccc;
    border-radius: 10px;
    margin: 20px 0 5px 5px;
    white-space: nowrap;
    box-shadow: inset 1px 2px 6px rgba(0,0,0,.15)
}
 
.alternate:nth-child(even) {
    background-color: rgba(255,255,255,.9);
}
 
/* Heritage Collection Rating Module */
.heritage-rating-module {
    display: inline-block;
    background-color: #633;
    padding: 2px 8px 2px 5px;
    border: solid 1px #ccc066;
    border-radius: 8px;
    box-shadow: 0 1px 3px rgba(0,0,0,.25);
    margin-right: 2em;
    margin-bottom: 10px;
}
.heritage-rating-module .heritage-emblem {
    float: left;
    position: relative;
    top: -2px;
    left: 2px;
    height: 16px;
    width: 16px;
    overflow: visible;
    margin-right: 2px;
}
 
/* Standard Image Block */
.scp-image-block {
    border: solid 1px #2F4F4F;
    box-shadow: 0 1px 6px rgba(0,0,0,.25);
    width: 300px;
}
 
.scp-image-block.block-right {
        float: right;
    clear: right;
    margin: 0 2em 1em 2em;
}
 
.scp-image-block .scp-image-caption {
    background-color: #C0C0C0;
    border-top: solid 1px #2F4F4F;
    padding: 2px 0;
    font-size: 80%;
    font-weight: bold;
    text-align: center;
    width: 300px;
}

Il y a une pièce obscure sous une montagne dans le lointain nord où un homme se tient serré dans un coin. Quelque chose tourne au centre de la pièce, quelque chose de sombre. Il hurle le nom de sa fille avant que son corps ne soit arraché du mur et aspiré dans les ténèbres. Il y a une explosion, et la pièce s'effondre.


Des années auparavant, l'homme est étendu, brisé, dans une allée, le tunnel de secours d'où il est tombé résonnant encore sous le choc. À quelques centimètres hors de sa portée, une petite fille le regarde, les yeux pleins d'horreur, alors que quelque chose qui bouge lentement dans sa direction, une main tendue et du fluide dégoulinant de ses yeux vides s'approche d'elle. L'homme tente d'atteindre sa fille, mais son corps ne répond pas. Il est forcé de rester immobile et de regarder la carcasse pourrissante d'une chose qui avait pu être un homme tailler la petite fille en pièces. Elle hurle jusqu'à ce que la chose arrache son visage, puis ils disparaissent.


C'est l'année 1979. Une rupture de confinement a lieu, impliquant un plieur de réalité de bas niveau qui, avant d'être confiné, avait tué trois personnes dans une voiture en remplissant leurs poumons de mercure liquide parce qu'elles ne voulaient pas le laisser passer lors d'un embouteillage. Le plieur de réalité est abattu d'un coup de feu par le Dr Calvin Desmet, dont l'enquête ultérieure montrera qu'il s'était défendu alors que l'entité l'attaquait. Cependant, il n'existe aucun enregistrement vidéo de l'incident, et bien que l'événement ait eu lieu plusieurs étages plus haut, la cellule de confinement de l'entité semblait avoir été forcée de l'extérieur.

L'enquête blanchit le Dr Desmet, qui retourne au travail.


Un homme tangue à la lisière des ténèbres pendant un instant. Son corps est brisé et ses yeux brûlent. Il voit le visage d'une petite fille, ses yeux saignant et sa chevelure tirée en arrière dans la gueule noire d'un cadavre aux yeux morts. Elle hurle son nom, mais il ne dit rien. La vision s'évanouit, et soudain il voit une infinité de petites filles - certaines mourant, mais bien plus en vie, vieillissant, et n'ayant jamais à se regarder en train d'être dévorées par un monstre pendant que leur père observe, incapable de faire autre chose que de pleurer.

Il voit le monstre, la chose aux yeux morts, et trace une ligne dans l'air entre le monde qu'il a quitté et un autre monde - un monde de souillure, de corrosion et de mort. Il voit, pour un instant seulement, le fil entre les deux ; une fibre scintillante qui les relie. Il regarde au-delà de ce fil et en voit d'autres, des centaines de milliers, des millions, des milliards, un nombre qui tend vers l'infini, et il les saisit tous à la fois et il les suit vers leur extrémité, vers son monde.

Dans les yeux de son esprit, il coupe les fils.


Des années plus tard, l'homme voit à nouveau les fils, mais pas au travers des yeux de quelqu'un en train de tomber dans les ténèbres ; il les voit plutôt par les yeux d'un couteau cranté.

Quelques instants avant qu'il ne soit attiré dans une cage, il tend son bras et saisit non seulement les fils, mais les bobines d'où ces fils émanent. D'un mouvement agile, il les tire toutes, les dispersant et dévidant leur contenu dans le vide sous lui. Les fils disparaissent. Il sourit.


Le matin suivant, une note émergea de SCP-1322. Le message traduit était simple : "QU'AVEZ-VOUS FAIT ?"

Le coût de ce qu'ils avaient fait devint immédiatement évident. Une centaine de sites, grands et petits, signalèrent des vols apparents d'artéfacts et d'entités de grande valeur. Tant de sites donnèrent l'alerte, en fait, que l'ordinateur central de la Fondation détermina qu'ils étaient en train de subir un Changement de Domination et commença les préparatifs afin de déplacer les archives en stockage profond. L'ordre a rapidement été révoqué par le Haut Commandement, qui diffusa plus tard une simple ligne de texte en guise d'explication de ce qui s'était passé.

La Fondation subit actuellement des altérations inattendues de la réalité. Ne paniquez pas.

Ceci ne fit pas grand-chose, cependant, pour apaiser les craintes de ceux qui avaient vu des entités anormales vivantes être compressées en des points infinitésimalement petits sous la pression de quelque chose d'inconcevable, avant de disparaître complètement. Ce fut peut-être encore pire pour ceux qui avaient vu leurs collègues subir le même sort. Des centaines se présentèrent aux infirmeries des sites tout autour du globe. Des douzaines étaient morts - disparus comme s'ils avaient été tirés par un fil dans un autre endroit.

Les nouvelles de ce matin-là ne furent pas différentes, sauf pour quelques récits qui auraient pu intéresser quelqu'un de perspicace. Il y avait eu une explosion dans une industrie chimique près d'Istanbul, mais les inspecteurs sur place n'avaient retrouvé que des fondations carbonisées, quelques semi-remorques renversés et une bannière qui affichait "Dr Wondertainment Inc : 1 000 000 d'heures sans accident !" Le milliardaire Skitter Marshall avait entamé une vente massive des ses biens, créant une panique dans les places monétaires d'Asie de l'Est. Le secrétaire général des Nations Unies avait annoncé la mort soudaine et tragique de la sous-secrétaire générale de longue date D. C. al Fine, qui avait péri lorsque son avion privé s'était abîmé en Atlantique Nord.

Ces récits et quelques autres parsemèrent les nouvelles locales et nationales dans le monde entier, mais excepté quelques incidents étranges et des disparitions inhabituelles, personne ne sembla se rendre compte de quoi que ce soit.


Quelques heures plus tôt. Treize personnes sont assises autour d'une table. L'une d'elle prend sa tête dans ses mains.

"Cela signifie quand même la fin de tant de vies. C'est- c'est trop pour être seulement concevable. Un nombre sans limite."

Une autre voix répond. "Un nombre sans nous."

Le silence tombe.

Puis un autre prend la parole. "Nous nous sommes dédiés à la préservation de la normalité et à la protection de notre monde. Ce monde. Les affaires des autres mondes ne concernent qu'eux. Nous nous attendrions à ce que chaque Conseil des Superviseurs agisse de la même manière - dans l'intérêt de leur univers. Ceci, tout ceci, la science, le militarisme, tout. Tout cela existe dans le but d'accomplir un objectif unique et inatteignable. Garder le monstre sous le lit. Maintenant nous découvrons que même cela pourrait ne pas suffire. Que la fin des temps vient pour nous quoi qu'il en soit. Mais nous avons une option : si nous ne faisons rien, tous les univers meurent dans la douleur. Si nous agissons, tous les univers meurent dans la douleur sauf le nôtre. Une fois que c'est terminé, c'est terminé. Tout ce pourquoi nous nous sommes battus, chacune des morts ayant servi à la protection de notre monde prendra du sens. La fin de notre mission n'en est-elle pas digne ? Notre salut face à l'apocalypse annoncée n'en est-il pas digne ?"

O5-9 secoue la tête. "Vous êtes fous. Vous êtes tous fous. Vous avez perdu l'esprit. Vous ne savez rien de cette entité, rien de ce dont elle est capable ou de ce qu'elle veut. Et vous voulez ouvrir la seule cage que nous avons trouvé pour l'enfermer ? Que vous est-il arrivé ?"

Elle se lève. "Vous êtes des gens biens. Des gens intelligents. Parmi les meilleurs femmes et hommes que je connaisse. Mais ça, c'est de la folie. Je ne peux pas laisser cela arriver. Même si nous parvenons à survivre à la libération d'un… monstre… imprévisible, souvenez-vous de ce jour comme de celui où nous avons abandonné notre mission. Nous sécurisons, nous confinons. Ce deux-là viennent en premier. Aujourd'hui nous avons tout mis en jeu pour la minuscule lueur d'espoir que nous accomplissions le dernier d'une manière ou d'une autre, et je crains que cela ne nous ait condamnés."

Elle marque une pause. "Pourquoi lui faites-vous confiance, Bramimond ? Après tout ce que nous avons accompli, pourquoi risquez-vous tout sur ce pari ?"

Un bruissement s'élève d'un coin sombre de la pièce. O5-1 prend la parole, mais il y a quelque chose d'étrange dans sa voix.

"J'ai connu Calvin Desmet, il y a des années. Dans une autre vie. Il n'a pas été recruté par la Fondation - il s'est porté volontaire. Il était membre d'une équipe mandatée par l'Insurrection pour effectuer des tests sur une nouvelle technologie qu'ils développaient à l'époque. Mais il avait une petite fille qui a été tuée par SCP-106 lorsqu'il brisa son confinement en cours de transfert en 1975, des années avant que nous ne développions des procédures de confinement fonctionnelles pour lui, et… après ça, il s'est mis à notre recherche. Il n'en a jamais beaucoup parlé, mais ça se voyait. Si c'est lui là-dedans, et qu'il avait trouvé un moyen d'effacer toute trace de l'anormal de notre univers, peu importe le prix, il le ferait. Je sais qu'il le ferait. Je peux l'entendre dans sa voix."

O5-9 crache. "Dans une autre vie, vous étiez peut-être raisonnable. Ceci est inacceptable."

Le bruissement cesse. Du coin sombre, un homme tombe en avant sur le sol. Sa gorge a été tranchée. C'est O5-1. Les autres réagissent en un instant. O5-3 se tourne et sort une arme.

"Qui-" dit-il, mais il s'interrompt lorsqu'une autre forme émerge des ombres. C'est O5-1. Il tremble et son visage ruisselle de larmes. Un des ses bras semble avoir été broyé.

"Je suis désolé," dit l'homme d'une voix tremblante. "Je suis désolé. Il a dit que si je venais ici et vous disais cela, il m'épargnerait. Qu'il épargnerait-"

Un coup de feu retentit dans la pièce. De la fumée s'élève du canon du pistolet dans la main de O5-3. À quelques centimètres du visage de O5-1, une balle est suspendue dans les airs. L'espace autour d'elle semble étrangement distordu. En quelques secondes, elle se replie en un point et disparaît. O5-1 se tourne vers O5-3, son visage déformé par la peur.

"Ne voyez-vous pas ?" Ses mots sont emplis de panique. "Ne comprenez-vous pas ? Vous ne l'avez pas confiné - vous avez juste repoussé l'inévitable. Il m'a dit que mon monde serait- serait épargné, que je serais épargné, si seulement je pouvais convaincre-"

"Menteur !" hurle O5-9 à travers la pièce, et elle aussi sort un pistolet. Un autre coup de feu résonne, et elle s'effondre sur son bureau, étreignant sa gorge. O5-3 pointe son arme sur elle, mais il regarde O5-1. Ses yeux sont écarquillés.

"Lui faites-vous confiance ?"

O5-1 sourit, mais il y a de la terreur derrière son sourire. "Non. Rien ne l'empêchera d'accomplir ce qu'il veut. Il a plus de puissance que je n'en ai jamais vu, mais il- c'est toujours une personne. Il y a quelque chose à l'intérieur de lui qui pense encore. Il a dit- il a promis, promis qu'il nous épargnerait." Il déglutit. "Je ne veux pas mourir."

O5-1 se retourne vers les autres. "Je propose un vote. L'utilisation de l'entité SCP-001 afin d'écarter la fin du monde. Tous ceux qui sont pour ?"

Le silence flotte pendant quelques instants. Puis, huit voix parlent ensemble. "Pour."

O5-1 acquiesce. "Ceux qui sont contre ?"

Quatre voix, dont une qui s'étouffe dans le sang, répondent ensemble. "Contre. "

O5-3 se lève. Il fait le tour de la pièce, s'arrêtant devant trois bureaux. Chaque fois qu'il s'arrête, un coup de feu claque. Trois corps heurtent le sol. Il s'attarde au quatrième, où O5-9 est étendue sur sa chaise, son pistolet dans la main. Pendant un instant, leurs regards se croisent.

"Quoiqu'il arrive maintenant," dit-il d'une voix où pointe l'émotion, "ce n'est plus ton combat."

O5-9 lui lance un regard rempli d'une colère pure. Elle ouvre la bouche pour parler, et crache un mot à travers le sang et la bile.

"Abrège."

D'un mouvement rapide, elle place son arme sous son menton et presse la détente. La chaise derrière elle est éclaboussée de viscères alors que sa conscience s'éteint. O5-3 se tient au-dessus d'elle sans bouger.

O5-1 prend la parole. "O5-13 s'abstient. La proposition est acceptée."

Les autres se lèvent et quittent la pièce. O5-1 est l'avant-dernier, et O5-3 s'attarde encore un instant. Cinq corps gisent en un témoignage silencieux de leur opposition. La pièce s'assombrit. La fumée de la poudre flotte dans l'air.


Plus tard. O5-3 se tient devant la vitre brisée d'une baie d'observation. Sous lui se trouve une machine qui bourdonne furieusement alors qu'elle tourne et se tord autour d'un obscur nuage de ténèbres. Derrière lui se trouve une trace de sang là où O5-1 s'était tenu, quelques instants avant qu'il ne cesse d'exister. La structure autour de lui craque et gémit, et de petits ruisselets d'eau provenant de la rivière au-dessus d'eux s'infiltrent maintenant à travers les murs.

Sans détourner le regard, il parle. "Netzach. Tu peux m'entendre ?"

Une voix électronique basse répond. "Oui."

"Tu n'es équipé d'aucun module de personnalité, n'est-ce pas ?"

"Non."

Il soupire. Les membres du personnel restants avaient été évacués. Il était le dernier. Les autres Superviseurs avaient fui, en se terrant sous la surface ou en s'échappant par des portails extra-dimensionnels ou, dans un cas au moins, en se suicidant. Un peu de compagnie aurait été bienvenue.

"Combien de temps pouvons-nous maintenir le confinement de SCP-001, vu notre situation actuelle ?"

Netzach répond immédiatement. "Dans les conditions actuelles, je peux maintenir la stabilité de la Matrice Pietrykau-Fontaine pendant cent-dix-neuf jours, six heures et quarante-sept minutes. Au-delà, la Matrice n'aura plus l'intégrité structurelle nécessaire au confinement de SCP-001."

O5-3 se frotte le front. "D'après les informations que tu as rassemblées au sujet de SCP-001, à ton avis, quelles sont les chances que nos protocoles de confinement de secours permettent de neutraliser SCP-001 ?"

Netzach marque un arrêt. "D'après les informations rassemblées pendant le confinement de SCP-001, il est certain que SCP-001 ne sera pas affecté par les protocoles d'urgence actuels."

"Tu es plein de bonnes nouvelles aujourd'hui, Netzach." O5-3 s'assied contre une barrière. "Il faut que tu me donnes une piste, là."

"Je suis incapable de fournir une réponse psychologique suffisamment utile."

O5-3 agite distraitement la main. "Oui, je sais. Mais tu peux résoudre des problèmes, non ? tu es un robot à résoudre les problèmes. Que ferais-tu à ma place ?"

Netzach marque à nouveau une pause, et ne répond pas immédiatement. O5-3 remarque que les lampes au-dessus-de lui faiblissent, et quelque part il peut entendre un bruit sourd et bas gagner en volume. Après quelques instants, le bruit cesse. Netzach parle.

"À part la matrice Pietrykau-Fontaine, toutes les tentatives de confiner SCP-001 par la force brute ou par des moyens de confinement standards échoueront. Par un processus actuellement inconnu de ce système, SCP-001 a fusionné avec un aspect fondamental du tissu de la réalité. On ne peut pas le blesser ni interagir physiquement avec lui, puisqu'une force qui s'opposerait à lui demanderait la même puissance pour exister que celle à laquelle SCP-001 est désormais associé. SCP-001 brisera son confinement à l'instant où la Matrice Pietrykau-Fontaine s'arrêtera."

Netzach s'arrête une deuxième fois.

"Néanmoins," continue-t-il, "SCP-001 semble être une créature intelligente et sensible, qui s'est probablement formée à la mort du Dr Calvin Desmet lors d'un accident dans cette installation en 1982. Bien que les créatures intelligentes et sensibles soient souvent imprévisible et refusent généralement les compromis, la diplomatie est historiquement un moyen efficace de combler les gouffres entre des créatures aux buts et aux motivations différents."

O5-3 éclate d'un rire cynique. "Tu veux que je lui parle ? C'est ma meilleure option ?"

"Oui."

O5-3 se lève, toujours en riant. "Tu vaux tous les dollars investis dans la recherche, Netzach. Cette remarque à elle seule justifie chaque centime." Il attrape son manteau. "Que penses-tu de cela. Tu surveille le Dr Desmet, je vais boire un verre, et quand je reviendrai je descendrai là-dedans et irai parler au Corps Noir. Ça signera sans doute notre arrêt de mort à tous les deux, mais de toute façon ça n'a jamais été qu'une question de temps, n'est-ce pas ?"

Il se dirige vers la porte, mais hésite. "Tu sais, j'ai repensé à cette nuit dans la salle du conseil. À ceux que j'ai abattus d'un balle. Drôle de revers de fortune pour eux, n'est-ce pas ?" Il rit à nouveau, plus calmement cette fois. "Quand j'ai rejoint la Fondation, quelqu'un m'a dit de rester athée aussi longtemps que possible, parce que j'allais voir tant de dieux et qu'ils vendraient tous quelque chose, mais qu'aucun n'était vraiment sérieux. Ils disaient que je reconnaîtrais le Dieu véritable quand je le verrais, et de donner à ce Dieu tout ce qu'il voudrait, parce que c'est la seule chose qui compte."

Il se remet à marcher. "Cette nuit-là, j'ai vu Dieu. Cette nuit-là, Dieu a voulu que j'abatte O5-9, et vu la tournure que ça prend, cette nuit-ci Dieu veut me parler. Alors monte la garde, et je reviens dans un petit moment pour lui parler. Ça te semble convenable ?"

Netzach bourdonne une réponse. "Je suis incapable de fournir une réponse psychologique suffisamment utile."

O5-3 sourit et sort par la porte. "C'est bien ce que je pensais."

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License