Levons Minerva
notation: 0+x

Centre de Recherche Orbital de la Fondation 00, Bureau du Directeur von Erbach
25 Juillet 1973, 07:33 GMT

Axel von Erbach était quelqu’un d’imperturbable et il en tirait une certaine fierté. Se maintenir à la tête du Projet Heimdall pendant 35 ans nécessitait des nerfs d’aciers et un calme particulier, d’autant plus avec la controverse qui avait entouré sa nomination. Il avait dirigé le FSF Siegfried contre l’incursion des Crieurs en '46, détruisant leur vaisseau-de-pensée en les éperonnant quand ils étaient tombés à court de munitions. Il avait passé trois jours consécutifs à négocier sans interruption avec l’équipage fantôme du GRUCL Oryole quand la situation politique à Cuba avait menacé de dégénérer de façon interplanétaire.

C’est donc ceci qui, alors que la monstruosité à six membres de l’autre côté de la pièce jouait avec une de ses précieuses statues de bronze de Thorak, lui permit de garder sa voix égale et relâchée.

"Je vous demande pardon, Herr Noamtosk ?"

Le soi-disant Premier Directeur d’Unité Noamtosk ne se retourna pas pour lui faire face. Au lieu de cela, il étendit une de ses monstrueuses mâchoires triangulaires, sa dent préhensible remuant tandis qu’un unique œil rond l’examinait depuis sa pointe. Son allemand, tout comme son français, anglais et tagalog était parfait.

"Appelez cela un changement de décor, Herr Direktor. Un… projet de travaux publics. D’après ce que j’ai vu de votre histoire, vous comprenez très certainement l’importance de changements sociétaux dramatiques pour instiller une bonne cohésion de groupe."

Von Erbach sentit un muscle de sa joue tressaillir.

"Je crois surtout comprendre que vous voulez arracher la Base Minerva du régolithe et la mettre en orbite."

L’alien exécuta un tour complet sur place en deux dimensions, ses bras semblables à des colonnes vertébrales devenant des pieds tandis que son horrible bouche à la dent remuante lui apparaissait. Le fixant de chacun de ses quatre yeux, il frappa ses deux pinces chitineuses l’une contre l’autre dans un geste qui était à la fois alien et effroyablement professionnel.

"Oui, c'est bien ce que nous voulons. Et nous avons besoin de votre aide pour planifier notre entrée."


Base Minerva, Dôme Commun 1
27 Juillet 1973, 13:02 GMT

Ça commença avec très peu d’artifices. Cela ne dura pas vraiment longtemps cependant. Les quelques âmes débraillées, sans but, qui étaient toujours assises dans le Dôme Commun, regardant au-dessus de leur tête une planète qui n’était pas la Terre, observèrent paralysées sous le choc une fine ligne qui apparaissait sur la noirceur du ciel diurne. Elle s’étendit, s’ouvrant comme un gigantesque œil blanc en un immense disque technicolor, bouillant silencieusement de couleurs qui ridiculisaient toutes les réussites chromatiques de l’Homme.

Puis, de lui-même, l’œil se retourna de l’intérieur, des écheveaux de lumière ondulant sur l’horizon alors que la forme forçait les mailles de la réalité, se gonflant en défiant tout sens commun. Quelque chose d’inaudible fit snap, et en un clin d’œil un immense disque d’argent pendait au-dessus de la Base Minerva. Le silence s’abattit sur le dôme. Dans l’instant qui précéda le hurlement, quelqu’un murmura trois mots :

"Klaatu barada nikto."

Et le sol commença à trembler.


Centre de Recherche Orbital de la Fondation 00, Bureau du Directeur von Erbach
27 Juillet 1973, 08:27 GMT

Noamtosk avait sorti une petite pochette métallique d’un quelconque renfoncement de ce que von Erbach présumait être ses vêtements, et transférait rapidement et précisément de petites bandes de ce qui aurait pu être de viande de bœuf séchée de la pochette à sa bouche. Cependant, en dépit de la mastication horriblement mobile qui avait lieu, la créature continua de parler.

"Je peux parfaitement comprendre vos appréhensions, Herr Direktor, mais mettez-vous à notre place- si vous… si vous filmez un documentaire sur la nature, que vous essayez de voir des animaux dans leur habitat naturel, vous faites tout votre possible pour vous assurer que votre équipe de tournage ait un impact minimal, non ?"

"Je ne peux pas vraiment dire que je suis très familier de la cinématographie moderne, mais poursuivez."

"Eh bien, si la majorité de la race humaine sait que ses arrières sont secrètement couverts par une race de… 'petits hommes verts' hyper-avancés, alors toutes nos tentatives pour enregistrer le drama de votre situation deviennent inutiles. Collectivement, vous seriez incapables de vous empêcher de jouer face à la caméra"

"Sous-entendez-vous que vous traitez la totalité de cette entreprise comme un documentaire animalier ? Sommes-nous donc des bêtes pour vous ?"

Noamtosk continua de mastiquer, sa dent intérieure malaxant de haut en bas tandis que sa mâchoire restait immobile. Il poursuivit, ignorant la question.

"En plus- si vous devenez notre contact avec votre espèce, nous devons vous assurer une suprématie relative. Instillez la peur de la Fondation dans ceux qui pourraient chercher à usurper le pouvoir. Imaginez- dans l’ombre, une organisation extra-gouvernementale maniant d’étranges technologies qui promet le salut à l’espèce tout en se réfugiant derrière un jargon bureaucratique impénétrable et mystérieux."

En parlant, ses gestes devenaient de plus en plus agressifs et grandiloquents, ses pinces fouettant l’air tandis que ses bras remuaient l’air raréfié du bureau avec bruit.

"Herr Noamtosk, il semble que vous faites de nous les méchants de l’histoire."

"Pas nous, Herr Direktor. Seulement vous."


Centre de Recherche Orbital de la Fondation 00, Plateforme d’Observation 2
25 Juillet 1973, 13:05 GMT

Le CROF-00 pendait au-dessus de la Base Minerva, précisément de la manière qu’un immense débris alien reconverti ne devrait pas. En regardant au travers des petits hublots de la plateforme d’observation, von Erbach résista à la tentation de vérifier l’affichage des senseurs extérieurs pour la énième fois. Les nombres n’auraient pas changés. Quatre kilomètres d’altitude, avec une vitesse relative au sol de zéro. La pièce était encombrée mais silencieuse, la plupart des membres de l’équipage du CROF observait en silence l’impossible démonstration de physique qui se produisait à l’extérieur.

Derrière lui, le Responsable du Département Scientifique Korpore Tagobe siffla faiblement. Von Erbach ne parlait pas suffisamment le papou Otore pour savoir exactement ce que cela signifiait, mais après des années de promiscuité avec l’homme son message était clair.

"Toujours rien de la part des labos, Docteur Tagobe ?"

Le petit Papou jeta un coup d’œil à son beeper, puis secoua la tête.

"Rien, Axel. Dans d’autres circonstances, rien n’irait, mais là…"

Les senseurs n’avaient rien détecté quand les Messieurs-Loyal les avaient déplacés du nuage d’Oort jusqu’à l’orbite lunaire haute, rien tandis qu’ils étaient lentement descendus vers la Base Minerva, et rien alors que les vaisseaux courbés des Messieurs-Loyal étaient apparus au-dessus d’eux, les utilisant comme couverture pour la base lunaire.

"C’est… déconcertant."

Tagobe lui adressa une question du regard. Malgré toutes leurs différences d’origine, de politique et de style de commandement, ils avaient développé des liens étroits au cours des décennies.

"Ce que vous dites c’est que vous espérez qu’il se passe quelque chose, pour que nous ayons un peu d’agitation."

"Cela semble peu probable. Je ne suis pas sûr comment O5-10 a accompli ça, mais d’une certaine façon les Nations Unies et le GOC- ce qui reste d’eux- sont tombés d’accord pour suivre tout ceci."

"Eh bien, les Messieurs-Loyal peuvent être… persuasifs. Noamtosk l’est indéniablement. Et avant que vous ne posiez la question, non, les Mémétiques n’ont rien trouvé du tout. Nous ne sommes pas sous l’effet d’une manipulation mentale. Ils sont tout simplement- charismatiques, autant qu’on puisse dire."

Il frissonna.

"D’une certaine manière. Ces dents vont accompagner mes cauchemars."

En dessous, le régolithe brûlait d’une lumière bleue-blanche.


Constructeur Loyal Dômecoque Travailleurs de Comportement Grossier Qui Sont Fondamentalement Honnêtes
25 Juillet 1973, 13:06 GMT

"Les ancres hyperspatiales sont parées. Les systèmes de levage sont-ils sécurisés ?"

"Absolument chef. Les rayons des fondations sont en attente."

"Très bien. Allons-y alors. Levez !"


Avec une très faible agitation, une grossière section sphérique de roche lunaire compactée située environ trois mètres en-dessous du point le plus bas des fondations de la base Minerva cessa d’exister ; les murs de la chambre soudainement créée brillaient de bleu, de blanc et d’or alors qu’ils se durcissaient en une substance qui, si l’espèce humaine avait été consciente de sa présence, aurait pu faire avancer sa connaissance en science des matériaux de plusieurs siècles.

L’absence de roche sembla s’étendre, baillant en un anneau puis en un cylindre qui engloba la totalité de la base lunaire et s’éleva lentement au travers des couches de roches de moins en moins denses. La pierre tremblait alors qu’elle brûlait, mais la station restait au même niveau, maintenue en place par des forces totalement imperceptibles à ceux à l’intérieur. En quelques secondes, la cavité atteint la surface, laissant la base, les dômes d’habitation, les hangars, les rampes de lancement, les panneaux solaires et tout le reste suspendus dans l’espace. Pour un bref instant, le pourtour de la coupure étincela, mais la lumière s’évanouit comme si elle avait été éteinte par un bouton.

Et ainsi, de façon imperceptible en premier lieu, mais gagnant de la vitesse petit à petit, la Base Minerva s’éleva, tournoyant majestueusement.

Une flotte de petits vaisseaux sembla se déverser du CROF-00, grouillant comme des mouches alors qu’ils descendaient sur la masse flottante de la base Minerva. L’observateur néophyte aurait vu des vaisseaux utilitaires de classe Varuna de la Fondation SCP. L’observateur avisé aurait noté que l’allumage de leurs propulseurs de manœuvre ne correspondait pas réellement à leurs mouvements. L’observateur réellement attentif aurait note qu’ils étaient aussi légèrement translucides.

Là où ils rayaient la pierre durcie de l’extérieur de la base, les vaisseaux déposèrent des gouttelettes anguleuses de matériaux noirs qui se déplièrent comme des origamis infernaux, recouvrant la roche d’un truc technologique noir mat. Enveloppée dans la machinerie alien, la masse de régolithe et de métal et de vie humaine terrifiée et paniquée pendait au-dessus de la surface lunaire, les dômes sphériques reflétant la lumière du soleil.


Base Minerva, Centre de Conférence Isolé
25 Juillet 1973, 13:10 GMT

"Vous voyez, messieurs ? Pas de quoi avoir peur. Nous avons de la gravité, de l’énergie, de la lumière, de l’air… Les Messieurs-Loyal ont à nouveau tenu parole."

O5-10 parcouru la salle du regard, ainsi que les expressions alternant entre la peur, la panique, le soulagement et l’émerveillement de ses homologues des Nations Unies. À sa droite, Noamtosk émit un son qui aurait pu être un gloussement de plaisir.

Un indicateur lumineux au centre de la grande table de feutre vert s’alluma, et une voix hésitante résonna dans toute la pièce.

"M-Monsieur, j’ai un- euh- 'Crof Zéro-Zéro' qui demande la permission d’alunir. Euh, en fait ils disent se docker, mais… Monsieur ?"


Centre de Recherche Orbital de la Fondation 00, Bureau du Directeur von Erbach
25 Juillet 1973, 17:04 GMT

Von Erbach s’assit avec reconnaissance dans son fauteuil, essuyant la sueur de son front pendant que Togabe fermait l’écoutille derrière lui. O5-10 avait pris l’un des sièges du mur, et Noamtosk était suspendu à une poutrelle du plafond avec un confort évident. Pendant quelques temps, personne ne prononça un mot.

"Eh bien," dit Noamtosk, "Je pense que cette conférence de presse s’est déroulée à merveille."

Togabe renifla.

"Vous considérez une émeute une merveille ?"

L’alien cligna des yeux, puis fit un geste avec ses trois membres inférieurs pendants qui pouvait presque passer pour un haussement d’épaules.

"Toute publicité est une bonne publicité, non ? Au moins ils savent qui est le coupable. Et laissez la CMO s’occuper de tout ça. Le plus déséquilibrés ils sont le mieux ce sera."

O5-10 soupira, se grattant la caroncule de la gorge.

"Je ne vais pas m’excuser pour ceci, von Erbach- vous avez signé pour ça, comme nous tous- bien qu’une part de moi souhaite que nous puissions être plus explicite. Vous étiez simplement-"

Von Erbach hocha la tête, réalisant, presque à sa propre surprise, qu’il comprenait.

"Je comprends. Aussi absurde que cela paraisse, ils seront plus à même d’accepter qu’un scientifique dévoyé utilise une technologie volée pour lever la lune, plutôt que des- des-"

"Documentaristes aliens ?" dit Togabe tout bas.

"Voilà. En outre, je suis plus qu'habitué à être détesté pour mes actions. Je m’y suis résolu, et vous pouvez être certain que le Projet Heimdall et moi-même allons continuer notre mission, malgré ces… changements de circonstances.

Le vieux O5 se releva doucement, lançant un regard perçant à von Erbach.

"Votre loyauté n’est pas remise en cause, Axel. Nous avions discuté de cela bien avant."

Noamtosk, qui semblait décidé à prouver sa connaissance croissante de la langue humaine, fit un son qui était une approximation adéquate d’un reniflement amusé.

"Pouvez-vous imaginer ? Si on leur disait que l’homme qui a levé la lune était un Nazi ?"

Tout le monde le fixa. Von Erbach senti la main froide de la rage les saisir. L’alien secoua sa tête en arrière et lança un petit gazouillement, des trémolos dans la voix.

"Je plaisante, bien entendu. Nous garderons ce retournement de situation pour dans quelques années au moins."


Auteur original : Von PincierVon Pincier
Source Originale : The SCP Foundation
Date : 01/04/2015
Lien : Minverva Lifted

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License