Les Haletantes Aventures des Surfemmes dans : Le Vol Du Masque Chevelu
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=UnifrakturCook:700&display=swap');
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=Merriweather&display=swap');
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=Special+Elite');
 
/* Masquer le titre */
#page-title {
  display: block;
}
 
/* Grand titre : 1er = Texte titre 2e = Contour, ombre */
 
#header h1 a::before {
    content: ;
    font-family: chomsky;
    font-weight: normal;
    font-style: normal;
    color:black;
}
 
#header h1 a {
    display: none;
    margin: 0;
    padding: 0px 0 0px;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    color: transparent;
    background: transparent;
    font-family: Merriweather;
    font-size: 0%;
    text-decoration: none;
    text-shadow: none;
    letter-spacing: 0.9px;
}
 
#header h2 span::before {
    content: ;
    color:black;
}
 
#header h2 a {
    display: none;
    margin: 0;
    padding: 0px 0 0px;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    color: transparent;
    background: transparent;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 0%;
    text-decoration: none;
    text-shadow: none;
    letter-spacing: 0.0px;
}
 
h2 {
  font-family: 'Special Elite', cursive;
  font-size: 17pt;
  color:black;
}
 
/* LOGO */
 
#header {
    height: 200px;
    padding-bottom: 0px; /* FOR MENU */
    position: relative;
 background: url( BLANC )
}
 
/* BANNIÈRE */
 
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg.png) top left repeat-x;
}
body {
    background-position: top center;
    background-repeat: repeat;
    background-color: white;
    color: black;
}
 
/* FOND DE PAGE */
 
body {
    color:black;
    background-image: url( BLANC );
    font-family: Merriweather;
}
 
/* TITRE DE LA PAGE */
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  font-size: 200%;
  padding: 35px 0 10px;
  position: relative;
}
 
/* HIDE THE HEADER TEXT */
#header h1 a {
    display: block;
    margin: 0;
    padding: 0px 0 0px;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    color: #00003D;
    background: transparent;
    font-family: Akashi, Arial, sans-serif;
    font-size:0%;
    text-decoration: none;
    text-shadow: 3px 3px 5px #000;
    letter-spacing: 0.9px;
}
 
#header h2 span {
    display: block;
    margin: 0;
    padding: 0px 0;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    font-weight: bold;
    color: #f0f0c0;
    font-family: Helvetica, sans-serif;
    font-size: 0%;
    text-shadow: 1px 1px 1px #000;
    text-shadow: 1px 1px 1px rgba(0,0,0,.8);
}
 
/* BARRE DE RECHERCHE */
#search-top-box-input, #search-top-box-input:hover, #search-top-box-input:focus {
    background-color: transparent;
    color: transparent;
    display: none;
    font-size: 0pt;
    padding: 0px;
}
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus {
    border: solid 0px black;
    padding: 40px;
    color: black;
    display: none;
    font-family: Merriweather;
    background-color: transparent;
    box-shadow: inset 0px 0px 0px rgba(0,0,0,.8);
}
#search-top-box-form input[type=submit] {
    display: none;
    background: transparent;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    background: transparent;
    display: none;
}
 
/* TOP BARRE */
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding-top: 93px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
#top-bar ul {
    float: right;
}
#top-bar a {
    color: #fff;
    background: transparent;
}
#top-bar ul li {
    border: 0;
}
#top-bar ul li ul {
    border: solid 1px transparent;
    box-shadow: 0 2px 6px rgba(0,0,0,.5);
    border-top: 0;
}
#top-bar ul li a {
    border-left: solid 1px rgba(64,64,64,.1);
    border-right: solid 1px rgba(64,64,64,.1);
    text-decoration: none;
    padding-top: 10px;
    padding-bottom: 10px;
    line-height: 1px;
    max-height: 1px;
    overflow: hidden;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a,
#top-bar ul li:hover a {
    background: #fff;
    color: #414446;
    border-left: solid 1px rgba(64,64,64,1);
    border-right: solid 1px rgba(64,64,64,1);
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a,
#top-bar ul li:hover ul li a {
    border-width: 0;
    width: 150px;
    border-top: 1px solid #ddd;
    line-height: 160%;
    height: auto;
    max-height: none;
    padding-top: 0;
    padding-bottom: 0;
}
#top-bar ul li.sfhover a:hover,
#top-bar ul li:hover a:hover {
    background: #fff;
    color: #414446;
    text-decoration: none;
}
#top-bar ul li ul {
    border-width: 0 1px 1px 1px;
    width: auto;
}
#top-bar ul li ul li, #top-bar ul li ul li.sfhover,
#top-bar ul li ul li, #top-bar ul li ul li:hover {
    border-width: 0;
}
#top-bar ul li ul li a {
    border-width: 0;
}
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: #a01;
}
 
/* SIDEBAR */
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 80px;
}
 
#side-bar .side-block {
    border: 1px double #000;
    box-shadow: 0 0px 0px rgba(21, 21, 21, 1);
    background: white;
    border-radius: 0px;
}
#side-bar .heading {
    color: #BC0E12;
    font-size: 120%;
    border-bottom: solid 1px #00003D;
}
 
#side-bar img {
    filter: hue-rotate(70deg);
    -webkit-filter: hue-rotate(70deg);
}
 
#side-bar div.side-block:nth-child(7) > div:nth-child(1) > div:nth-child(1) img {
    filter: none;
    -webkit-filter: none;
}
 
/* MENU OUVERTURE SIDEBAR */
 
open-menu a {
    border: 0.2em solid #003333!important;
    background-color: lightgrey!important;
    color: #003333!important;
}
 
/* MOBILE SIDEBAR */
@media (max-width: 767px) {
 
#side-bar{
    background-color: transparent;
}
 
.open-menu a {
    border: 0.2em double white!important;
    background-color: #807665!important;
    color: white!important;
}
}
 
/* NOM UTILISATEUR */
 
#login-status {
    color: #990000;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
    z-index: 30;
   display: none;
}
 
#login-status a {
    background: transparent;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
    color: black;
border: none;
}
 
#login-status ul a {
    color: black;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
    background: transparent;
background-color: transparent;
 
}
 
#login-status ul a:hover{
color: black;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
}
 
#account-topbutton {
    background: transparent;
    color: #000;
}
 
/* Adjust Mobile Image Size */
@media (max-width: 321px) {
 
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg-portable.png) top left repeat-x;
}
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding: 0px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  font-size: 200%;
  padding: -30px 0px 0px 0px;
  position: relative;
  padding-top: -50px;
  margin-top: -70px;
}
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 0px;
}
 
}
 
@media (min-width: 322px) and (max-width: 424px) {
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg-portable.png) top left repeat-x;
}
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding: 0px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 0px;
}
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  padding-top: -50px;
  margin-top: -70px;
}
}
@media (min-width: 425px) and (max-width: 767px) {
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg-portable.png) top left repeat-x;
}
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding: 0px;
    margin-bottom: -50px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 0px;
}
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  padding-top: -50px;
  margin-top: -70px;
}
}
notation: +8+x
blank.png

Masque volé chez Monsieur Du Paur : gentleman cambrioleur ou génie du mal ?

Un article de Jérome Fandor.

Paur.jpg

Monsieur Du Paur

Chacun a encore en mémoire le vibrant plaidoyer qu'a livré la semaine dernière dans notre journal le sénateur Monsieur Du Paur contre la multiplication des cambriolages dans la capitale. Il avait alors exhorté le commissaire Dugommier à « laisser un moment sa passion pour les statuettes sumériennes » afin de s’occuper de lutter contre cette résurgence du banditisme de salon. Espérons que le chef de la police parisienne ne lui en tiendra pas rigueur aujourd’hui. Monsieur Du Paur a en effet été victime avant-hier d’un audacieux cambriolage alors même qu’il fêtait en grande pompe son admission à l’Académie française.

Délaissant la joaillerie et les coffres-forts, le mystérieux voleur est venu s’emparer d’un masque qui trônait dans la chambre à coucher personnelle du sénateur. Sa détermination était telle qu'un intrépide valet de chambre a payé de sa vie pour avoir voulu s'interposer entre lui et l’objet. Pourquoi tant d'effort pour un masque ? Selon les explications de Monsieur Du Paur, ce n'était pas un masque quelconque, mais une pièce quasiment unique. Il s’agissait en effet d’une superbe œuvre d’Ambroise Martel, le fameux coiffeur de l’Opéra de Paris. Œuvre qu’il avait dotée, chose rare, d’une moustache et d'une épaisse perruque frisées, constituées de véritables cheveux humains.

S’il est encore trop tôt pour affirmer avec certitude qui est derrière cet étrange vol, deux noms sont néanmoins sur toutes les lèvres dans l’entourage du commissaire-général Dugommier.

Le premier est bien entendu celui d’Arsène Lupin. L’auto-proclamé « prince des voleurs » n’a cessé de multiplier les petits cambriolages depuis son évasion d'il y a deux ans de la prison de la Santé. L’inspecteur Ganimard, à l’origine de sa première arrestation, se montre néanmoins dubitatif : « Lupin est un vantard maladif. Il ne peut pas s’empêcher de signer chacun de ses vols, par une carte de visite ou un télégramme à la presse. Ce n’est pas le cas ici. ». L’inspecteur ajoute que tuer du personnel de maison n’est pas dans le modus operandi habituel du gentleman cambrioleur.

Le second suspect auquel on ne peut s’empêcher de penser est un homme dont, parmi les apaches de Paris, on n’ose à peine prononcer le nom. Le Génie du mal, le maître de l'effroi, l'insaisissable Napoléon du crime, Fantômas ! On a cru sa carrière terminée il y a dix ans lorsque le regretté détective britannique Sherlock Holmes l’avait démasqué en le professeur de mathématique James Moriarty. Depuis quelques années cependant, plusieurs crimes commis aux quatre coins de l’Europe et du nouveau continent semblent porter sa marque, poussant la Justice à craindre un retour du plus vil esprit criminel de tous les temps.


Odette de Crécy baissa son journal en soupirant et le plia avec soin avant de le poser sur la table basse. Elle porta ensuite sa tasse à ses lèvres d'un geste mesuré. Odette de Crécy semblait avoir une vingtaine d’années et avait le corps engoncé dans l'étroit corset d'une robe rose pâle à froufrou. Ses cheveux blonds soigneusement liés en un fin chignon, on l'aurait crue toute droit sortie d'une revue de mode. De ses yeux bruns maquillés elle suivait les allers-retours de sa visiteuse dans la pièce. Celle-ci était tout son contraire : la trentaine, les cheveux en bataille, la clope au bec, elle portait une robe vert sombre à bas prix, un extravagant chapeaux à plumes et des bottines pointues qui abimaient le parquet.

— Un peu de thé, Miss Rabatjoie ?

— Oh, lâchez-moi les basques avec votre pisse-mémé ! Je suis pas un de vos tringleurs. Oh ! Et avant que ça me sorte de la tête, s'exclama la femme au chapeau en tendant une petite clé en cuivre à Odette, tenez, repincez votre tournante. Pas la peine que je la garde.

— Merci.

Odette la rangea dans sa table de nuit avec une dizaine d'autres, puis elle verrouilla le meuble en utilisant une petite clé qu'elle portait en pendentif. Miss Rabatjoie écrasa sans une once de gêne sa cigarette sur le tapis en regardant l'horloge. Odette savait ce qu’elle pensait : la Cheffe allait entrer d’un moment à l’autre.

La Cheffe était celle qui les avait rassemblées, une grande femme aux cheveux bruns tirant sur le roux, qui portait des pantalons et costumes toujours très masculins. Son regard terrifiait Odette. Elle semblait prête à tuer sur le champ quiconque la contredirait.

Un an plus tôt, en réaction à la sordide affaire du "Surmâle", un violeur en série doté d’une endurance surhumaine qui avait laissé une trainée de cadavres sur son chemin, la Cheffe était venue trouver Odette et lui avait présenté son projet : rassembler un groupe de femmes luttant dans l’ombre contre les menaces surnaturelles visant spécifiquement leur genre. Sensible à la cause féministe et encore sous le choc de l'affaire, Odette avait accepté. Les trois femmes s’étaient pompeusement surnommées "les Surfemmes" et donné des surnoms pour plus de discrétion. Odette était "Miss Sacripant". Elle ignorait pourquoi la Cheffe s'était adressée à elle plutôt qu’une autre, mais les bonnes relations qu’elle entretenait avec de nombreux aristocrates parisiens avaient certainement joué. Grâce à elle, les Surfemmes avaient pu localiser facilement différents objets surnaturels en possession des notables de la capitale, pour s'en emparer. Odette se contentait d’informer. Les cambriolages en eux-mêmes étaient l’affaire de Miss Rabatjoie. La Cheffe coordonnait le tout.

Trois coups secs furent frappés à cet instant. Odette se leva et alla ouvrir. La Cheffe se tenait en effet dans le couloir, accompagnée d’une vieille dame en robe noire. Elle salua Odette et vint s’assoir sur un fauteuil avec une démarche raide.

— Bonsoir Miss Sacripant. Bonsoir Miss Rabatjoie. Je vous présente Miss Balsamo, notre nouvelle associée. C’est une experte en magie et surnaturel, elle s’occupera d'étudier les objets que nous récupérons, pour décider quoi en faire.

— Bonsoir Mesdames, salua la vieille femme en s’inclinant avec souplesse, enchantée de faire votre connaissance.

Odette l'aida à prendre place à ses côtés sur le canapé. Ne voulant pas être la dernière debout, Miss Rabatjoie s’assit enfin et alluma une nouvelle cigarette en demandant à la Cheffe :

— Vous avez lu le canard d’aujourd’hui ? Les argousins mettent le coup sur le dos de Lupin ou Fantômas. C’est vous dire si j'ai bien bâclé l'affaire !

— J’ai lu, oui, mais je n’aime pas ça. Nous n'avons pas besoin de publicité. Les policiers risquent de sortir l’artillerie lourde, maintenant que l'opinion publique est braquée sur cette affaire. Sans compter Arsène Lupin et Fantômas qui peuvent tous deux chercher à nous nuire, en voyant que nous marchons sur leur plates-bandes. Il va nous falloir être encore plus précautionneuses dorénavant.

— Lupin ne s’en prendra pas à vous, intervint la nouvelle venue, il est inoffensif. Tout dans l’apparence, rien dans les actes.

— Vous le connaissez ? interrogea Odette, pleine de curiosité.

— Mon enfant ! sourit la vieille femme. Mais je lui ai tout appris !

— Miss Balsamo ! intervint la Cheffe. Pas d’informations personnelles, merci !

— Ah oui. Je vous prie de m’excuser.

La Cheffe balaya l’incident d’un revers de main et s’adressa à Miss Rabatjoie :

— Pourquoi avez-vous tué ce jeune homme ?

— Ce pauvre larbin portait le masque, je ne sais pas pourquoi. Ce que je sais c'est qu'il m'a barré la route et qu'il allait brailler, comprenez que j’ai dû faire vite. Je lui ai juste mis un petit taquet sur le citron avec mon riflard, histoire de le sonner. Mais on maitrise pas toujours ce qu'on fait, non ?

— Vous avez bien fait dans ce cas. Mais ne vous y habituez pas : n’usez de la force qu’en dernier recours. Cela ne ferait que mettre davantage de policiers sur nos traces… Bon. Avez-vous le masque ?

— Il est ici, répondit Miss Rabatjoie en présentant un sac en cuir noir. Pas furax de m’en débarrasser, elle fout les groles, cette bobine.

La Cheffe se saisit du sac, l’ouvrit et en sortit l'objet volé. Dans la lumière tamisée de sa chambre, il semblait à Odette voir une tête coupée. Le masque disposait en effet, outre son épaisse chevelure, d’un cou fait d’une matière semblable à de la peau humaine. La vieille Miss Balsamo eut un mouvement de recul :

— Est-ce que c’est… ?

— Oui, fit la Cheffe en souriant, un homme qui pourrait nous être fort utile.


— Monsieur le commissaire, il y a quelqu’un pour vous.

— Bon sang, Ganimard, je vous ai dit que je ne voulais pas que l’on me dérange quand je suis en méditation.

— C’est que… il s’agit de l’inspecteur Juve, Monsieur le commissaire.

Un frisson parcouru le corps du commissaire-général Dugommier. Il se leva et fit signe au brave inspecteur Ganimard de le laisser seul. Dans le reflet de sa vitrine, il vérifia que sa moustache était bien droite, puis il y rangea la statuette de Pazuzu1 qu’il était occupé à contempler un instant plus tôt. Alors qu’il s’apprêtait à appeler sa secrétaire pour qu’elle fasse entrer Juve, celui-ci pénétra comme une bourrasque dans le bureau :

— Dugommier ! Je vous ai écrit cinq télégrammes depuis hier. N’ayant toujours aucune réponse, j’ai décidé de venir moi-même.

— Inspecteur Juve, s’exclama Dugommier en allant s’asseoir, j’allais justement vous écrire.

— Je m’en doute, soupira Juve en s’asseyant, eh bien puisque je suis ici, dites-moi directement : pourquoi le dossier "Du Paur" n’est-il toujours pas parvenu à la Gendastrerie ? Traverser trois rues, c’est trop demander à vos agents d’élites ?

Tout en parlant, Juve s'était allumé une cigarette. Il devait avoir une cinquantaine d’années, mais avait encore de beaux cheveux noirs et une impeccable moustache. Si théoriquement, en tant qu’inspecteur-chef de la Gendastrerie Nationale, il était aux ordres du commissaire-général Dugommier, il ne manquait pas une occasion de faire sentir à ce dernier l'indépendance dont il entendait jouir. Dugommier croisa les mains, l’air aussi déterminé que possible :

— Nous n’avons aucune preuve qu’il y ait quoi que ce soit de surnaturel dans cette affaire, Juve.

— Vous plaisantez ? Si le voleur n'a pris que le masque, et rien d'autre, c'est qu'il savait qu'il possédait des propriétés surnaturelles. Et ce mode opératoire, en bande organisée, en n’hésitant pas à tuer pour arriver à ses fins, c’est signé !

— Mais non… soupira Dugommier, voyant où allait en venir son interlocuteur.

— Fantômas !

Avec toute la fatigue de l’homme ayant la même discussion pour la dixième fois, Dugommier tenta de raisonner l’inspecteur :

— Fantômas, Fantômas, mais Juve, vous n’avez que ce nom à la bouche ! Il ne peut pas se dérouler une affaire en Europe sans que vous ne criiez au « Génie du mal », au « Napoléon du crime »… à tel point que les journaleux se sont mis à reprendre vos formules !

Dugommier ponctua ses mots d’un coup frappé sur l’Époque qui trainait sur son bureau.

— Vous êtes censés être un service secret, tudieu ! On ne vous paye pas pour courir après vos lubies personnelles. Quand je pense que j’espérais qu’après l’arrestation de ce pauvre professeur anglais, vous lâcheriez enfin l’affaire.

— C'était également ce qu’il attendait de nous ! Il a très bien pu simuler sa mort, à l'époque. Figurez-vous qu’on n’a retrouvé ni son corps, ni celui de Holmes. Je suis allé en Suisse pour m’en assurer personnellement.

— Je le sais, vous me l'avez déjà dit plusieurs fois, Juve.

— Monsieur le commissaire-général Dugommier, Fantômas est en vie, j’en ai la certitude ! Il continue d’utiliser son organisation souterraine internationale pour rassembler des objets anormaux dans un but inconnu. C'est une menace critique pour la sécurité du monde.

— Juve, ça fait au moins vingt ans que vous nous parlez de cette pseudo-organisation secrète collectionnant les artefacts magiques, sans jamais s'en servir. Et depuis tout ce temps, jamais vous n’avez pu présenter ne serait-ce que le commencement d’une preuve ! Vous êtes absolument désespérant.

Si cela n’avait tenu qu’à Dugommier, Juve aurait été mis à la circulation depuis bien longtemps. Malheureusement, c’était au Président de la République que revenait la tâche de nommer l’inspecteur-chef de la Gendastrerie Nationale et pour une raison inconnue le président Jacques Loubet semblait porter Juve dans son cœur.

— Écoutez Juve, j’ai déjà mis mes meilleurs hommes sur l’affaire. Si nous trouvons quoi que ce soit qui sorte de l’ordinaire, nous vous informerons, d’accord ?

Juve secoua la tête et écrasa son mégot dans le cendrier de Dugommier :

— Malheureusement, je ne peux pas accepter.

— Pardon ?

— Monsieur Du Paur avait consenti, une semaine avant le vol, à remettre ce fameux masque aux Archives Noires, en raison de sa nature paranormale. Il revient donc à la Gendastrerie de le localiser et de le récupérer.

Dugommier tiqua :

— Il n’en a pas fait mention dans sa déposition.

— Il avait reçu pour ordre de n’en parler à personne, pas même à la police. La Gendastrerie est un service secret, vous vous souvenez ? Je vous prierai donc d’envoyer au plus vite le dossier à mon bureau. Si ce n’est pas fait dans la journée, le Président le saura. Maintenant, veuillez m’excuser, je dois aller à la gare.

— Vous quittez Paris, Juve ?

— Du tout, je vais accueillir une nouvelle collaboratrice, venue d’Angleterre.

Et sur ces paroles, Juve parti aussi rapidement qu’il était arrivé. Dugommier ne put que frapper son bureau de rage.


L’Express de midi emplissait la gare Saint-Lazare de fumée. Les voyageurs en provenance de Yonville, Balançon ou Brest se déversaient en criant de toutes part. Bousculé sans ménagement par les badauds, l'inspecteur Juve, les mains dans les poches, fumait en cherchant dans la foule celle qu’il attendait. Croyant l'avoir aperçu descendre à l'autre bout du quai, il sursauta quand une main se posa sur son épaule :

— Inspecteur Juve ?

Une jeune fille d’une vingtaine d’année vêtue d’une belle robe violette et d’un petit chapeau fleuri lui souriait. L’inspecteur reprit une contenance et leva son chapeau :

— C’est moi. Bienvenu à Paris, Miss Holmes.

— Merci beaucoup, tout le plaisir est pour moi vous savez, lui répondit la jeune femme dans un excellent français.

Depuis la mort de son frère ainé, la jeune Enola avait entretenu une relation épistolaire très soutenue avec Juve autour d’un sujet de conversation unique : Fantômas, l’assassin de Sherlock Holmes et chef d’une organisation secrète internationale aux intentions obscures, responsable d'innombrables forfaits, mais qui parvenait toujours à effacer ses traces, à tel point que peu de gens prenaient son existence au sérieux, au grand désespoir de Juve et Enola Holmes. Pour subvenir à ses besoins, la jeune fille s’était fait une spécialité de venir en aide aux femmes londoniennes comme détective privée. Juve ignorait si ses talents d'investigatrice égalaient ceux de son célèbre ainé, mais son succès jusqu'ici était très prometteur.

— Si vous voulez bien me suivre, une automobile nous attend. Nous allons déposer vos affaires à l’hôtel, puis nous irons directement au Manoir Du Paur, pour que vous puissiez étudier les lieux.

— Merci beaucoup, mais cela ne sera pas nécessaire.

— Vous ne voulez pas déposer vos affaires ?

— Si si. C’est au manoir Du Paur que je n’ai pas besoin d’aller. Mieux vaut que vous me meniez directement à votre bureau pour que j’y étudie les dossiers.

Devant son haussement de sourcil, elle eut un petit rire :

— Fouiller les lieux, examiner les poussières et les traces, c’était plutôt le genre de Sherlock, vous savez. Moi, je préfère étudier les textes, les plans, les rapports, les témoignages…

Juve eut un sourire perplexe et acquiesça en lui tendant la main pour la faire monter dans l’automobile.

Lorsque, après un bref passage à l’hôtel Imbleval pour y déposer les bagages de la jeune Anglaise, ils arrivèrent aux locaux de la Gendastrerie, ils furent accueillis par de nombreux regards étonnés voire suspicieux. Au milieu de ces hommes aux costumes et moustaches noirs, la robe mauve à froufrous semblait venir d’une autre planète. Avant que Juve n’ait pu tenter de disperser les curieux, Enola Holmes s’adressa à la cantonade en souriant :

— Bonne journée à tous ! Mon nom est Holmes, Enola Holmes, détective privée. L’inspecteur Juve a fait appel à moi pour éclaircir l’affaire « Du Paur ». C’est un honneur de découvrir la « Gendastrerie Française », depuis le temps que j’en entends parler.

— Vous avez entendu parler de nous ? s'étonna un gendastre.

— Oh, ne le prenez pas mal. Vous avez vous-même surement entendu parler de mon frère, Mycroft Holmes. Eh bien, il dirige votre homologue anglais, le Service Occulte Britannique. Vos locaux sont très ressemblants, vous savez. On voit que vous faites le même métier.

Les moustachus échangèrent des regards. Comme Juve l’avait craint, ils ne goutaient guère la présence d’une femme parmi eux. Qu’elle soit Anglaise et se permette de les comparer à leurs adversaires britanniques n’arrangeait rien.

— Merci pour cette présentation, Mademoiselle Holmes. Messieurs, vous pouvez disposer.

Les gendastres ne se le firent pas dire deux fois et quittèrent le hall.

— Suivez-moi Mademoiselle Holmes. Je vous prie d’excuser la rudesse de mes collègues.

— Aucun problème. J’ai l’habitude, vous savez.

Le bureau de Juve se trouvait au troisième et dernier étage du bâtiment, et disposait d’une vue magnifique sur la tour Eiffel.

— J’ai fait installer un troisième bureau pour vous.

— C’est parfait, dit l’Anglaise en s’asseyant d’un air enthousiaste, merci beaucoup. Alors, il va me falloir : un téléphone, un annuaire de Paris, l’ensemble des documents concernant l’affaire, bien entendu, et du thé noir avec un nuage de lait.

La secrétaire de Juve, qui s’était avancée, hocha la tête et quitta vivement la pièce. Il alla s’assoir à son propre bureau qui tournait le dos à une imposante bibliothèque. Très vite, la secrétaire revint avec le dossier qu’elle déposa sur le bureau d’Enola Holmes avant de repartir aussi vite que ses talons hauts le lui permettaient. L'Anglaise se plongea dans les documents sous l’œil plein d'espoir de Juve.


— Mademoiselle de Crécy ! Ouvrez, s’il vous plait !

Odette se leva avec de grandes difficultés. Depuis trois jours, depuis la réunion des Surfemmes, elle n'avait pas quitté son lit. Elle se sentait nauséeuse, sans force. Ses rêves étaient hantés par des visions du masque chevelu. La Cheffe avait refusé d’expliquer ce qu’elle comptait en faire, et Odette craignait qu’il ne s’agisse de quelque chose d’irréparable, de monstrueux.

— Mademoiselle de Crécy !

Elle espéra un instant faire croire qu’elle n’était pas là, mais la personne qui frappait ne semblait pas prête à partir. C’était une voix de femme, avec un accent anglais très élégant. « Au moins, ce n’est pas la police. » se dit Odette pour se rassurer. En ouvrant, elle se trouva face à une jeune femme de son âge, en robe violette, qui lui tendit une main gantée :

— Bonjour. Ravie de faire votre connaissance. Mon nom est Holmes, Enola Holmes. Puis-je entrer ?

— Hem, c’est-à-dire que je suis un peu souffrante. C’est à quel sujet ?

— Je pense qu’il vaut mieux que je rentre pour en parler, dit l’inconnue avec un clin d’œil, cela concerne un certain masque

Odette manqua de tomber. Son expression fit sourire la visiteuse :

— Ne vous inquiétez pas, Mademoiselle De Crécy, je ne viens pas vous faire de mal. Je veux juste discuter. Entre femmes. Puis-je ?

— Je vous en prie.

L’Anglaise s’assit dans le fauteuil où s’était tenue la Cheffe quelques jours plus tôt, en jetant des regards amusés aux quatre coins de la chambre.

— Désirez-vous quelque chose à boire ? demanda Odette, mal à l’aise.

— Du thé serait parfait, merci. Avec un nuage de lait.

Une fois le thé servi, Odette s’assit sous le regard calme de la visiteuse, qu’elle n’osait affronter. Ce fut donc l’Anglaise qui entama la discussion après un silence lourd :

— Je vois que vous lisez l’Époque. Vous avez donc sûrement entendu parler du vol dont a été victime le sénateur Du Paur il y a quelques jours.

— Oui. J’en ai entendu parler.

— Je crois savoir qu’il était l’un de vos… comment dites-vous en France ? Clients ? Employeurs ?

— « Protecteurs », corrigea Odette, ce sont mes protecteurs.

— Oh, commenta l’Anglaise, c’est joliment dit.

— Comment l’avez-vous su ?

— C’est lui-même qui me l’a dit. Je l’ai appelé avec un air… entendu et joueur, en lui demandant « devine qui c’est ? ». Il a immédiatement répondu « c’est ma petite Odette ? ». À partir de là, il n’a pas fallu beaucoup de recherches pour vous trouver, Mademoiselle De Crécy.

— Vous travaillez pour la police ?

L’inconnue secoua la tête en minaudant :

— Oh, non, non. Je suis détective privée. En l’occurrence, je mène l’enquête pour mon propre compte. Vous savez, il y a dix ans, mon frère Sherlock est mort en essayant de faire tomber un individu monstrueux. J’ai de bonnes raisons de penser que cet individu, quel que soit le nom qu’on lui donne, court toujours, et qu’il doit être arrêté.

Odette, qui lisait toujours avec attention les affaires criminelles dans la presse, hocha la tête. Elle avait entendu parler du détective Sherlock Holmes et de sa mort tragique en Suisse.

— Quel rapport avec moi ?

— J’ai tourné l’affaire "Du Paur" dans tous les sens, plans du manoir à l’appui : la personne qui a perpétré le vol devait avoir une clé de la chambre à coucher. Or, on connait la position de chacune des clés sans le moindre doute possible. Aucune n'a pu être employée. Une seule explication selon moi : il existe une clé qui n’est enregistrée nulle part, une clé dont on préfère cacher l’existence, car elle est liée à une personne avec qui l’on préfère nier tout lien.

L'Anglaise avait fini sa phrase en regardant Odette dans les yeux. Celle-ci eut un mouvement de recul :

— Vous… vous croyez que j'ai volé ce masque ?

— Non. Certainement pas. Cela ne vous ressemble pas, vous n’avez aucun mobile et, de toute façon j’ai pu vérifier que vous disposiez d’un excellent alibi. Ce monsieur Swann a l’air d’un homme charmant, par ailleurs.

Odette se tenait aux accoudoirs pour ne trahir aucun tremblement. Cette femme avait appelé deux de ses amants pour se renseigner sur elle. L'indignation soulevait sa poitrine.

— Non, continua la détective, vous ne l'avez pas volé, mais je pense que c’est votre clé qui a été utilisée pour entrer dans la chambre. Cela me parait clair. Et j’ai une hypothèse concernant la personne qui a utilisé cette clé. Une hypothèse un peu… fantasque, mais je l’aime bien. Vous savez, j’ai eu la surprise en lisant la liste des invités d'y découvrir la présence de l’autrice à succès Adèle Blanc-Sec. Son nom m'a sauté aux yeux parce que j'adore son livre "Le Démon des glaces". Le suspens y est magnifiquement géré, et je ne vous parle même pas du fantastique ! Quelle imagination !

— Je ne l'ai pas lu, je crois.

— Eh bien je vous le recommande. J'ai été très surprise d'apprendre que Mademoiselle Blanc-Sec, d’ordinaire si réfractaire à toute interview ou rencontre, se serait déplacée pour un vulgaire sénateur rondouillard aux qualifications très discutables. Elle qui, pas plus tard que le mois dernier, se déversait en injure contre le directeur de l'Académie française, serait venue acclamer le dernier académicien admis ? Je peine à le croire. D’où ma théorie : Mademoiselle Blanc-Sec n'est pas venue dans l'intention de féliciter Monsieur Du Paur, mais de le soulager d'une de ses possessions.

Tout en parlant, l’Anglaise avait sorti de sa poche une coupure de presse titrée : « Loustalot refuse encore les femmes à l'Académie française » à côté de quoi se trouvait une photographie d'une femme brune au nez courbé et au regard sévère, Adèle Blanc-Sec. Odette déglutit en reconnaissant Miss Rabatjoie. Aucun doute, c’était elle, cette Enola Holmes les avait donc toutes deux démasquées.

— Cependant, continua l'Anglaise, plusieurs questions demeurent. Aucune de vous deux n'a de mobile réellement valable, et vous n'avez rien en commun. Jamais vous n'en seriez venues à travailler ensemble en temps normal. Au final, vous savez, tout me porte à croire qu’il y a… quelqu’un d’autre. Quelqu’un qui a dirigé cette opération sans s'impliquer personnellement, qui est venu vous voir chacune de votre côté pour vous enrôler dans ses plans. Si je pouvais démontrer l’existence d'une telle personne, ce serait parfait. Or justement, voyez comme tout s’arrange, le Service Occulte Britannique, dirigé par mon frère Mycroft, a repéré il y a deux mois l’entrée sur le sol français d’une émigrée mexicaine du nom d’Hélène Gurn, fille présumée, je vous le donne en mille, de feu le Professeur James Moriarty.

L’Anglaise s’avança dans son siège, soudain plus sérieuse :

— Pour reformuler : la fille de l'homme qui a tué mon frère est à Paris. Je ne sais pas ce qu’elle vous a dit, Mademoiselle de Crécy, mais méfiez-vous. Elle est dangereuse.

— Je… ne connais pas cette personne.

— Non, j’imagine qu’elle ne vous a pas dit son nom, bien sûr. Une photo vous aidera peut-être à l'identifier ?

Sur ces mots, la détective présenta à Odette une nouvelle photographie qui montrait la Cheffe, dans sa fameuse tenue d'homme. Quoi que l’Anglaise lu sur le visage d'Odette, cela parut la satisfaire et elle rangea le cliché dans son sac à main.

— Comme vous devez vous en douter, Mademoiselle de Crécy, ce masque n’est pas un simple accessoire de théâtre. C’est un objet doté de propriétés qui nous dépassent, et qui doivent être maniées avec le plus grand soin. Monsieur Du Paur en avait conscience, et devait le remettre à l’État français. Les services chargés du paranormal avaient déjà établi sa fiche, tenez.

Pour ponctuer ses mots, elle tendit à Odette un dossier marqué du sceau "CONFIDENTIEL".

Legs des Archives noires, numéro d’inventaire 035

Masque.png

Legs 035, 1902.

Le masque est fait de cire blanche ainsi que d’une moustache et d'une perruque de couleur brune, constituées de véritables cheveux humains. Il affiche une expression triste, mais peut parfois sourire. Lorsque cela arrive, toutes les représentations visuelles du masque, telles que des photographies, des enregistrements cinématographiques, ou même des illustrations, changent automatiquement pour refléter sa nouvelle apparence.

Un liquide visqueux, hautement corrosif et dégénératif, suinte des orifices buccaux et oculaires du masque. Tout ce qui entre en contact avec cette substance se détériore lentement durant une période variable, dépendant du matériau, jusqu'à s'être totalement dégradé en une flaque du contaminant d'origine.

Les sujets se trouvant en contact visuel avec le masque éprouvent une forte envie de le porter. Quand il est placé sur le visage d'un individu, un faisceau de petits fils métalliques s’en extrait pour s’insérer dans le crâne, causant une mort cérébrale en quelques minutes. Le sujet affirme ensuite être la conscience contenue par le masque. Ce dernier présente alors une personnalité hautement intelligente et charismatique, étant aimable et flatteur envers tous ceux qui communiquent avec lui. Il a obtenu d’excellents scores pour tous les tests d'intelligence et d'aptitude auxquels il a été soumis, et semble doté d'une mémoire photographique. Toutefois, il possède une nature hautement manipulatrice, capable d'entraîner de soudains et profonds changements d'état psychologique de l'interrogateur.

— C’est du délire… murmura Odette.

— Malheureusement, tout ceci est extrêmement sérieux, Mademoiselle de Crécy. Selon les experts français, Monsieur Du Paur vit depuis plusieurs années sous l’influence psychologique de ce masque qu’il faisait porter à d’innocents serviteurs. Ce n’est que menacé d’exécution qu’il a consenti à le céder.

Odette secouait vainement la tête. Pourquoi la Cheffe avait-elle voulu s’emparer d’une telle horreur ? Que comptait-elle en faire ? Elle avait prétendu que l’objet aiderait à l’émancipation des femmes, mais peut-être n’avait-ce été qu’un mensonge pour les pousser à la suivre ?

— Mademoiselle de Crécy, insista l’Anglaise en se levant pour s’approcher, dites-moi comment trouver ce masque et Hélène Gurn. En échange, je ne révèlerai à personne votre implication dans cette affaire. Vous avez ma parole.

Devant le silence de la jeune femme, Enola Holmes prit son porte-monnaie dont elle sorti deux billets de cinq cents francs qu’elle glissa dans ses mains tremblantes :

— J’ai besoin de ces informations, Mademoiselle de Crécy. Soyez gentille. Après tout, nous devons nous serrer les coudes. Non ?

Les joues couvertes de larmes, Odette baissa la tête et commença :

— Elle se fait appeler la Cheffe


Au 19 de la rue Fergusson, dans une superbe bâtisse en bordure de la métropole parisienne, vivait une vieille aristocrate connue sous le nom de Joséphine Pellegrini. Nul ne savait son âge ou ses origines, dont elle évitait toujours de parler, mais chacun s’accordait à dire que c’était une femme très distinguée, aux manières impeccables et à la conversation très agréable. C’est pourquoi la plupart des voisins auraient été surpris de la voir debout dans sa cave éclairée à la bougie, vêtue d’une longue cape noire couverte d’étranges motifs et penchée sur un homme d’apparence dissolue allongé sur une table. L'homme portait une tenue de valet de chambre poussiéreuse et déchirée et avait le visage couvert d’un étrange masque, doté d’une moustache et de cheveux bouclés bruns. Ses sourcils et sa bouche bougèrent lorsqu’il parla d’une voix trainante :

— Ma chère Comtesse, quel plaisir de vous revoir.

— Plaisir partagé, Baron, lui répondit en souriant la vieille femme, je n’aurais pas cru pouvoir un jour à nouveau converser avec quelqu'un de mon âge.

— Et moi donc ! Vous n’avez pas fait de mal à ce brave Monsieur Du Paur, j’espère ? Il a été fort serviable.

— Non, il se porte bien, vous n’avez pas d’inquiétude à vous faire.

— Parfait. Alors expliquez-moi, maintenant : qu'est-ce qui me vaut le plaisir de cette rencontre ? Je dois avouer que vous avez piqué ma curiosité. Que peut bien faire ma chère Comtesse de Cagliostro en ce début de vingtième siècle ? Vous lisez les cartes aux passants ?

Quelque part au loin, un chien aboyait. La température dans la cave était frigorifique, mais aucun des deux protagonistes ne montrait de signes d'inconfort. La vieille comtesse se servit un verre de vin et en but une gorgée avant d'expliquer pensivement :

— J’observe. Il est passionnant de voir ce monde évoluer vers sa fin. Il m’évoque un château de sable qui, peu à peu, se muerait en d’étranges monticules, avant de disparaitre en se fondant au reste de la plage.

— Très poétique… Permettez-moi d'espérer que cette fin arrivera vite.

— Pourquoi donc, cher Baron ? La vie de masque ne vous sied plus ? À ce propos, daignerez-vous m’expliquer comment vous vous êtes retrouvé sous cette forme ?

À ces paroles, le visage qui fut un jour celui du Baron François-Armand de Luizzi s’assombrit, et une larme d’un liquide verdâtre glissa de son orbite droite :

– Comme vous le savez, Comtesse, dans l’ardeur de ma jeunesse, j’ai conclu un pacte.

– Je m'en souviens. J'avais vainement tenté de vous en dissuader, à l'époque.

– Oui, et jeune fou que j'étais je ne vous ai pas écoutée. Mais il fallait me comprendre : tous mes désirs exaucés en un claquement de doigt. Comment aurais-je pu résister ? Je n'étais qu'un homme. Pendant trente ans, j’ai vécu comme un prince, sans avoir à me soucier de rien. Je n'étais peut-être pas heureux, non, mais j'étais satisfait, repu.

La Comtesse sourit en écoutant son récit. D'une main, elle arrangeait tendrement la tenue déchirée du serviteur masqué :

— Mais tout a un prix, n'est-ce pas ?

— Je ne vous le fais pas dire. Après une vie de jouissance, je croyais que Lucifer prendrait mon âme en Enfer, mais non. Non, à la place, il a décidé de s’amuser. Ce masque, Comtesse, c’est ma pénitence, pour avoir voulu vivre sans difficulté, sans épreuve. Si vous saviez combien je regrette.

L'homme au masque était parcouru de spasmes erratiques, le liquide coulait à présent de ses deux orbites en un flot lent et régulier. La Comtesse buvait en l'observant comme on observe un insecte qui se noie. Finalement, après un regard à sa montre à gousset, ce fut elle qui reprit la parole :

— Une jeune femme va arriver dans quelques instants, Baron, j'aimerais vous la présenter. Son nom est Gurn, Hélène Gurn, et je lui vois un grand avenir. C’est elle qui a souhaité que je vous recueille. Elle pense qu’en vous plaçant sur le visage de son père, elle parviendra à le vaincre, et ensuite à utiliser son organisation pour servir ses propres desseins.

— Son père ?

— Vous ne le connaissez sans doute pas. C’est l'un des plus grands esprits criminels de ce nouveau siècle. Un génie tactique dénué de tout scrupule.

— Vous m’intéressez, Comtesse.

— Oh, je m'en doute. Vous vous entendriez très bien avec lui, si vous le rencontriez.

— Vous l'avez déjà rencontré, Comtesse ?

Un bruit de sonnette se fit entendre au-dessus d'eux. La vielle femme posa son verre sur la table, à côté du corps de l'homme au masque.

— Ce doit être elle. Excusez-moi un instant.

En sortant de la cave, elle vit en effet une femme dans l'entrée, à côté de son majordome ; mais ce n’était pas celle à laquelle elle s’attendait. Au lieu de la dynamique Hélène Gurn se tenait une jeune femme vêtue d'une robe noire qui lui souriait. Un homme moustachu en costume cravate, cigarette en bouche, était entré avec elle et se tenait à ses côtés. Avant que la Comtesse n’ait pu interroger son majordome, le moustachu lui présenta une plaque et divers documents :

— Inspecteur Juve, Gendastrerie Nationale Française. Joséphine Pellegrini, vous êtes accusée de recel d'objet paranormal. Voici un mandat de perquisition signé par le Commissaire-général Dugommier. Toute résistance sera considérée comme entrave à la Justice.

Juve tenait les documents dans la main gauche. L'autre se tenait près de son revolver. La vieille femme fronça les sourcils en examinant le mendat, puis haussa les épaules en faisant un pas en arrière.

— Eh bien, dans ce cas, faites ce que vous avez à faire, inspecteur. Je ne puis rien vous dire, je crois.

— Non, en effet. Messieurs !

Juve fit signe à une dizaine de gendarmes qui entrèrent bruyamment et se mirent à ouvrir les tiroirs, à soulever les tapis, à démonter les horloges avec plus ou moins d'ordre et de méthode. La jeune fille en robe noire, elle, ne bougea pas et présenta sa main à serrer à la Comtesse :

— Bonsoir, Madame. Merci beaucoup de votre coopération. Enola Holmes, ravie de vous rencontrer. Vous êtes celle que l’on appelle « Miss Balsamo », n’est-ce pas ?

— Je porte ce surnom depuis quelques jours à peine. J'en conclus que c’est l’une des Surfemmes qui vous a parlé de moi ?

— Oh, elle n'a fait qu'évoquer une très vieille femme dotée de connaissances en paranormal et ayant été liée par le passé au voleur Arsène Lupin. Une recherche dans les dossiers de la Gendastrerie a été nécessaire pour vous retrouver, vous savez.

— Je vois. Peu importe. Souhaitez-vous une tasse de thé, pendant que ces messieurs mettent ma maison sens dessus dessous ?

— Volontiers. Avec un nuage de lait, je vous prie.

Alors que le majordome faisait chauffer l’eau et que les deux femmes s’asseyaient, Enola Holmes se mit à parler avec passion :

— Madame Pellegrini, j'ai lu votre dossier. Il est tout bonnement fascinant. Vous avez vu tant de choses extraordinaires qu'on peine à y croire. On dit que vous êtes née il y a plus de cent ans, que vous avez œuvré dans la secte du grand Cophte pour la chute de Louis XVI, que vous avez offert la richesse à un soldat danois contre un briquet magique, que vous avez formé Arsène Lupin au cambriolage…

— J'ai eu une vie très remplie en effet. Pardonnez ma brusquerie, mais où voulez-vous en venir, Mademoiselle Holmes ?

— À ceci : j'imagine que vous ne souhaitez pas être faite prisonnière par la Gendastrerie Nationale. Si la moitié de ce que l'on raconte sur vous est juste, ils vous condamneront certainement à mort, vous savez ?

— Je le sais. C'est dans leurs habitudes.

— Heureusement, j'ai convaincu l'inspecteur Juve de se montrer clément avec vous. Vous n'êtes pas notre cible, aujourd'hui. Dites-nous juste où est Hélène Gurn et vous serez rayée du dossier. Vous avez ma parole.

Le majordome leur servit deux tasses fumantes dont l’Anglaise sembla apprécier l’odeur. La Comtesse l’observa en souriant :

— Pourquoi voulez-vous tant l’avoir, elle, Mademoiselle Holmes ? Laissez-moi deviner… Cela doit avoir un lien avec son père. Êtes-vous comme l'inspecteur Juve, une chasseuse de fantômes ? Cela fait vingt ans que ce pauvre homme court après le Génie du Mal, sans en avoir jamais vu ne serait-ce que l’ombre.

La Comtesse plissa les yeux, semblant déchiffrer un texte obscur :

— Non, vous n'êtes pas comme lui. Ce n’est pas l'amour de la Justice et de la Paperasse qui vous guide. Vous, c’est la douleur. La douleur, et la peine. Mademoiselle Holmes, n'est-il pas temps de tourner la page ? Tuer Fantômas ne ramènera pas votre frère.

— Je ne compte pas le tuer, Madame, mais le livrer à la Justice.

La Comtesse gloussa.

— J'ai entendu bien des personnes dire cela, avant de changer d'avis. La haine n'est pas un sentiment que l'on tempère aisément. Enfin, vous verrez bien le moment venu ce que vous déciderez de faire.

Un cri d'homme en provenance de la cave résonna. Enola Holmes tourna la tête un instant, puis reporta son attention sur son interlocutrice :

— Madame, il ne vous reste plus beaucoup de temps. Dites-moi : où pouvons-nous trouver Hélène Gurn ?

— Malheureusement, je l’ignore. Mademoiselle Gurn est une femme très prudente, comme son père. C'est amusant d'ailleurs : j’avais justement rendez-vous avec elle ce soir.

— Où ?

— C'est elle qui devait venir ici. Elle est prudente, je vous le répète. Mais en vous voyant, elle aura sans doute fui.

En entendant cela, brusquement l’Anglaise se leva et saisit l’immortelle au col :

— Vous mentez ! Vous savez forcément quelque chose. Comment peut-on l’attraper, où est-elle ? Où est la fille de Fantômas ? Dites-le-moi maintenant ou je vous livre aux gendastres !

— Ma pauvre enfant, sourit la comtesse, cela ne m’effraie pas le moins du monde.

D'un mouvement sec, elle se dégagea de l’emprise de la jeune fille et fit un grand geste de sa cape noire, disparaissant aux yeux d'autrui. L’instant suivant, à sa place ne se trouvait plus qu’un tissu au sol. Enola le saisit en poussant des cris :

— Non, non, non !

— Que se passe-t-il ? hurla Juve en entrant, arme au poing.

— Elle s’est échappée ! Pellegrini s'est échappée. Elle n'a rien dit sur Hélène Gurn.

Les yeux de l’Anglaise se couvraient de larmes de rage, et elle se mit à déchirer la robe noire en criant. Face à cette explosion, Juve se gratta la tête en faisant machinalement son rapport :

— Vous aviez raison, Mademoiselle Holmes, le masque était bien ici. Il était sur le visage d’un valet, à la cave. Nous avons dû le tuer pour le récupérer, mais c'est bon, nous l'avons. Nous allons immédiatement l’emmener aux Archives Noires. Vous venez avec nous ?

— Non, merci, grogna la jeune fille avec dépit, je rentre à Londres, je n’ai plus rien à faire ici.

Sur ces mots, elle alla dans l’antichambre pour partir. Alors qu’elle quittait la maison et hélait un taxi, la voix de Juve résonna dans son dos :

— Ne vous en faites pas, Mademoiselle Holmes, un jour nous l’aurons !


Fantômas existe-t-il réellement ?

Quels sont les objectifs d'Hélène Gurn ? Agit-elle pour le bien ou le mal ?

Enola Holmes parviendra-t-elle à venger son frère ?

Pour avoir toutes les réponses, ne manquez pas le prochain épisode des Haletantes Aventures des Surfemmes : Le Procès du médecin tueur !

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License