La Tour du Candélabre
notation: +10+x
blank.png

La Tour du Candélabre

La Porte de Shinar, La Première Bibliothèque, Migdal Babel, Le Refuge des Médiateurs

Vue d'ensemble

Il est ardu pour quiconque ici de parler de La Tour du Candélabre, en partie parce que son surnom actuel ne reflète pas ce qu’elle était à l’origine. Bien que tout ou presque ait été perdu à son sujet, de son nom jusqu’à son emplacement, sa mémoire a survécu par le biais d’êtres particuliers qui sont à l’origine de la création de la Bibliothèque.

La Tour du Candélabre est estimée comme l’ancêtre spirituel, presque direct de la Bibliothèque. Elle est la création d’une humanité1 ancienne, des temps antérieurs à la création du Multivers. Lorsque l’Autodafé Primordial2 a eut lieu, la Tour du Candélabre et la terre de Shinar3 à laquelle elle était reliée ont été perdus à jamais.

Illustration

Babel.jpg

Ruines4 de la Tour du Candélabre. Contexte Inconnu.56

Connaissance

Traits : La Tour du Candélabre est présentée selon la Tradition Orale comme un bâtiment de dimensions inconnues voire indéfinissable, cependant finies. Là où l’apparence de la Tour échappe à tout consensus, il est dit qu’elle était composée de plusieurs parties différentes, elles-mêmes fabriquées par les différents peuples de Shinar. La Tour avait une utilité estimée liée aux concepts de Création et de Connaissance.

Actuellement, il est grandement admis que la Tour du Candélabre n’existe plus, bien que certains soient intimement persuadés que celle-ci est toujours accrochée à la terre de Shinar. La Tradition Orale concernant l’Autodafé Primordial parle d’une brisure, et des Ruines de La Tour du Candélabre se déverseraient depuis les racines du Multivers, lesquelles sont à l’origine de son nom actuel.7

Nature : Les informations sur la Nature de la Tour du Candélabre diffèrent assez peu de ce que nous savons de ses traits. La Tour était auparavant calme et pleine, et se consume désormais dans le Feu de l’Autodafé Primordial, brisée. On estime que les Connaissances contenues dans la Tour du Candélabre dépassaient les Faits, les Mémoires et les Mythes, en incluant les Sentiments, les Conceptualisations Individuelles et Collectives, ainsi que d’autres formes de Connaissances qui sont considérées comme inimaginables ou à l’inverse inutiles par rapports aux standards du Multivers.

On peut supposer que la Tour du Candélabre était un lieu d’échange entre les peuples de Shinar, cependant quelques sources indiquent que la Tour devait servir un but, ce qui laisse supposer qu’elle n’a jamais pu atteindre ce but avant l’Autodafé Primordial. La Tour du Candélabre est inaccessible si ce n’est inexistante désormais, et les cendres de Shinar forment selon la Tradition Orale la matière et les choses conscientes du Multivers.

Histoire & groupes associés : L’origine de la Tour du Candélabre ne peut être déterminée : il est impossible de savoir si elle fut une initiative des peuples de Shinar ou commandité par quelqu’un ou quelque chose. Elle fut néanmoins le fruit d’une collaboration intense de l’humanité qui peuplait cette terre.

La Tour du Candélabre a potentiellement été à l’origine d’un trafic important d’un nombre de savoirs et donc de groupes intéressés par celui-ci, cependant la plupart de ceux-ci ont été déchirées et redirigés dans différentes réalités après l’Autodafé Primordial. La Tour du Candélabre est considérée par la majorité des témoignages récoltés comme le point de départ de celui-ci. Les conséquences de cet événement désastreux seraient, selon le Codex de Q’optę8, dues au dysfonctionnement d’éléments de la Tour du Candélabre qui devaient lui permettre de remplir son objectif premier, potentiellement lié à la conservation et/ou l’utilisation du savoir qu’elle contenait.

Là où les origines exactes de l’Autodafé Primordial sont impossibles à déterminer, il subsistait et subsiste encore aujourd’hui quelques groupes ayant échappés à l’Autodafé Primordial. Les Médiateurs9, notamment, sont un groupe qui pour une raison inconnue et conservée d’eux-mêmes aurait survécu à cet événement. Les Médiateurs se donnaient pour mission de réguler la réalité du Multivers nouvellement créé par l’Autodafé Primordial, menacée par des choses nouvelles. Tous les Médiateurs ont disparu il y a longtemps, sans que personne ne puisse déterminer quand ni pourquoi, mais le tout dernier Médiateur interrogé dans le Codex Q’optę affirme qu’ils ne pouvaient survivre et que leur mission serait assurée en leur absence.

En parallèle à ces êtres étranges prétendant être venus de la terre mythique de Shinar, on estime que plusieurs Hurleurs du Motif coincés dans les vides impossibles entre les réalités et des créatures conceptuelles anciennes inconnues de la plupart des bibliothécaires soient des survivances de l’Autodafé Primordial.

Une version des Geôliers, curieusement, semble avoir mis la main sur un miraculeux rescapé de Shinar, condamné à mourir jusqu’à l’intervention d’une Geôlière clairvoyante. L’existence de ce rescapé confirmerait les récits concernant un Univers du Tout Permanent, qui pour des êtres tels que nous paraîtrait en mouvance permanente comparés à la plupart de nos univers stables.

Approche : L’Autodafé Primordial et la Tour du Candélabre sont des choses à l’origine d’une peur et d’une tristesse infinie, mais ceux-ci ne sont plus et ne peuvent plus être. De toute manière, il est impossible d’attendre de tels événements.

Comme Yberd de Sgadonne I le consigna dans son journal de bord sur le mythe de Shinar, se rendre vers cette terre dévastée par le Feu ne peut se faire qu’en descendant les racines du Multivers prenant leur source dans la Tour du Candélabre. En admettant que quiconque puisse survivre au Feu permanent qui brisa Shinar et forma le Multivers, cela supposera qu’on ne remonte pas seulement le cours du temps mais aussi à un certain point le cours de l’espace, ce qui reviendrait à peu de chose prêt à voyager à rebours de la réalité elle-même.

Il est prédit que le Feu s’éteindra de lui-même lorsque Shinar se sera entièrement consumée, et qu’alors les fumées que sont les Branches du Multivers s’éteindront une à une, signant la fin de l’existence. Cet événement ne peut être vérifié ni prévu, et ceux qui pensent pouvoir l'éviter en cherchant à atteindre Shinar sont des imbéciles.

Observations & Histoires

La Main du Serpent elle-même n’a pas grand intérêt à étudier la Tour du Candélabre et le mythe de Shinar. Toutes les informations concernant ces sujets viennent presqu'exclusivement de la Tradition Orale, une pratique héritée des premiers Bibliothécaires concernant le traitement de certaines informations sensible.10

Malgré tout, il est possible de retrouver les rares informations sur ces sujets au sein des documents suivants :

  • Retranscription Partielle du Codex Q’optę, Tome 36, par Z.O., A.S. et H.W. ;
  • À la recherche de l’Origine de Toutes Choses, traité d’exploration scientifique et mythologique, par Yberd de Sgadonne I ;
  • Taxonomie des Créatures Conceptuellement Impossibles, version mise à jour, par Sébaste Tantruny.
  • ꂠꁲꋊꌚ ꒒ꈼ ꄞꈼꐇ ꋖꂦꌅꌅꈼꄞꂑꈼ ꌚꍩꂑꋊꁲꌅ ꀯꌅꂑꈼꋊꋖ ꋰꌅꂑꌚꈼꈼꌚ, poème anonyme.

L’analogie la plus courante et simple afin de conceptualiser l’existence de Shinar par rapport au reste du Multivers est présente dans le court billet écrit par Don C. de F. au sujet de la Tour du Candélabre :

Considérons un miroir entier, plein et inflammable, avec un reflet. Dès lors qu’on y projette un tison brûlant, le miroir va se briser, et le reflet avec lui. Ne restera alors qu’une multitude de fragments de ce reflet unique, tout autant d’aspect de Shinar que sont les branches du Multivers. Les fragments brûlent, et la fumée qui s’élève alors constitue l’écoulement du temps et d’une réalité qui, conservée en strates, va progressivement se consumer.


Il est important de noter que l'on retrouve une survivance étrange de l’Autodafé Primordial dans le mythe de la Tour de Babel, similaire en tout point à de nombreuses Branches.

Doutes

Il est possible d’émettre un grand nombre d’objections quant à l’existence de la Tour du Candélabre et du Mythe de Shinar, ainsi qu’à propos de l’Autodafé Primordial.11 Cependant il faut alors expliquer l’existence des quelques témoins de ces éléments.

Beaucoup considèrent les Médiateurs comme de faux prédicateurs profitant de quelques mythes afin de se construire une réputation, voire qu’Įd Q’optę lui-même serait un menteur. Cette dernière possibilité semble absurde à la plupart des archivistes ayant travaillés sur le Codex Q’optę : le Codex se remplissait tout seul selon les pensées et expériences de son auteur par le biais de plusieurs enchantements psychiques, et les rares mensonges de Q’optę y sont écrits noirs sur blanc. Ainsi la crédibilité du Codex Q’optę est rarement remise en question par les initiés.

En ce qui concerne les Médiateurs eux-mêmes, la possibilité d’une supercherie n’est pas à exclure, bien que les détails fournis par le Codex Q’optę et les quelques autres écrits faisant état de leur existence soient dignes d’intérêt. Les Hurleurs du Motif et autres créatures conceptuelles peuvent généralement être expliqués autrement qu’en faisant appel au mythe de Shinar.

D’une manière générale, on pourrait aussi interpréter la Tour du Candélabre comme l’expression d’un besoin de justifier la Création, par refus d’un Néant Originel dont le concept est impossible à saisir pour la majorité des êtres qui eux existent.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License