La geste des Douze - Judas le Mutin
notation: +6+x
blank.png

Banlieue détruite de l'ancienne ville de Singapour - 20 jours après la chute d'Aleph

Singapour était devenue une ville fantôme. Même si elle tenait moins de la ville désormais que de la ruine. La plupart des grattes ciels s'étaient effondrés lors du cataclysme, et les quelques structures encore plus ou moins intactes formaient un triste mikado. De là où ils se tenaient, l'équipe de Frémont pouvait apercevoir le centre-ville se mouvoir. Les ruines s'assemblaient en formes serpentines concentriques, et semblaient s'animer, alors qu'elles entamaient d'incompréhensibles circonvolutions… qui devenaient hélas bien moins sybilines dès qu'un objet animé s'en approchait. L'équipe en avait pu être témoin lorsqu'un avion avait survolé à basse altitude l'anomalie, plus tôt dans l'après midi. Singapour était alors sorti de son lit, et s'était transformée en une machoire informe qui avait avalé l'aeronef. La secousse sismique en résultant avait fini d'achever quelques maisons tenant à peine debout, ce qui amplifia le chaos provoqué par l'ensemble. Mais grace à Barthélémy, tous avaient pu se frayer un chemin sûr à travers les immeubles tombant littéralement en ruine. Ils ne perdirent dans le procédé que quelques uns des disciples de la Main qui les accompagnaient. Mauvaise nouvelle. Ces derniers seraient d'une aide primordiale dans la tâche à venir.

Ils avaient réussi à s'approcher discrètement de la zone voulue, après un long contournement de la ville devenue monstre. Mais, étonnament, ils ne recontrèrent aucune anomalie en chemin. En effet, comme l'avait découvert Frémont lors de sa préparation de l'assaut, toute une ceinture autour de l'anomalie titanesque siégeant dans l'ancienne Singapour avait été désertée par toute autre monstruosité, sans doute par peur de la ville prédatrice qui semblait grossir d'heure en heure. Et c'était certainement pour cela que l'Insurrection du Chaos avait trouvé refuge dans cette zone exempte de tout risque anormal.

Ils avaient l'entrepôt en vue, depuis leur planque dans un immeuble surrelevé, à deux patés de maison de là. Pâtés qui n'existaient plus qu'à moitié. Et cela faisait déjà deux jours qu'ils observaient les allées et venues des forces de l'Insurrection.
Il y avait dans la pièce Frémont, Bruce, Barthélémy, et le tout nouveau-venu Pierre. Avec eux, une dizaine de disciples de la Main, lourdement armés. Bruce, lui, n'avait qu'un simple fusil d'assaut dont il doutait pouvoir faire un usage efficace, Barthélémy tenait toujours fermement sa canne, et Pierre possédait toujours ses deux Colts et sa Winchester. Frémont, lui, n'était nullement armé, mais le face à face récent avec le Boucher avait confirmé ce que Bruce pensait depuis le début de leur aventure commune : l'ancien concierge n'avait pas à avoir peur de ce qui les attendait dans la planque de leur némésis. Ce dernier commençait d'ailleurs le briefing.

- Cai Min Chan. Informaticien de son état. A beaucoup travaillé avec la Fondation depuis qu'il a rencontré quelques soucis avec le gouvernement chinois. C'est lui qui a été un des acteurs principaux de notre côté lors de la résolution de l'Incident 061870 avec Némo. C'était notre… consultant technique. Il a notamment élaboré le système de traçage des puces utilisés comme support lors du projet S.O.H.O. pour dématérialiser les consciences. Ca nous a permis de traquer notamment Némo, mais pas seulement. Il se trouve que le foutu Serpent était doté d'une de ces saloperies aussi. Courtoisie de l'université d'Alexylva, quand elle est tombée aux mains de Thulé. Bref. Min Chan a disparu il y a plusieurs semaines. On pense que c'est l'IC qui s'en est chargé. Et on pense qu'ils l'ont fait parler, le forçant à donner des informations sur la localisation du Serpent. Vous connaissez la suite.

Pierre se gratta la gorge.

- Pas vraiment.

Barthélémy, qui avait eu droit au récit une douzaine de fois depuis son arrivée dans la joyeuse petite troupe, se fendit de sa propre explication :

- Simple. Le Serpent était banni des Terres de l'Eté par la Reine des Jours, la créatrice de tout ce qui existe. En forçant sa mort avec le Rituel de Salomon en utilisant la Lame du Crépuscule, seule chose égalant la puissance de la Reine ici bas à part peut être le Roi de la Nuit, l'Insurrection a forcé une contradiction dans les lois de l'univers. Une sorte de paradoxe monstrueux qui a déclenché une énorme vague de n'importe quoi. C'est comme si on avait soudainement fait valser toutes les lois de l'univers. Bref, les anomalies en ont profité, beaucoup ont décuplé de puissance, et du coup… cataclysme.

Le pasteur prit une seconde pour digérer l'ensemble des informations, avant de répondre.

- Ca me semble tout a fait compréhensible. Délirant. Mais compréhensible. Désolé pour l'interruption.

Frémont reprit :

- Bref. Impossible de localiser notre prochain comparse sans l'aide de Min Chan. On va donc le récupérer
- Et vous n'avez pas ces indications magiques pour le localiser, comme vous avez eu pour Barthélémy et Pierre ? demanda Bruce

L'ancien concierge secoua la tête.

- Ce ne sont pas des indications magiques. Ce sont les vérités dictées par le premier Livre de Thot. Des points fixes. Je sais que tous ceux qui nous rejoindront auront certaines caractéristiques, et j'ai pour chacun d'un un indice pour les retrouver. Pour notre prochain camarade, en l'occurence, il s'agit de Cai Min Chan.

Bruce se rassit, l'air déçu.

A peine finissait-il sa phrase qu'un des éclaireurs envoyés pour inspecter l'entrepot entra dans la pièce, haletant :

- Je crois que vous devriez venir voir.


Les corps pavaient le sol de l'entrepot. Aucun doute, il s'agissait des corps des membres de l'Insurrection. Mais il n'y avait qu'eux. Aucun autre cadavre n'était là, ce qui semblait étrange au vu des traces de l'intense combat qui avait pris lieu dans le batiment. Et si les conclusions sur les évènements déroulés dans ce lieu morbide semblaient confuses, elle le furent moins avec la découverte de deux autres cadavres. Ces derniers étaient également de l'Insurrection, mais contrairement aux autres, ils n'étaient pas morts par balles. Non, ils s'étaient écroulés l'un sur l'autre, chacun tenant encore dans leurs mains désormais bleutées des couteaux de combat. Tous deux semblaient morts des suites de nombreuses lacérations. Un des membres de l'escorte de la Main osa dire à voix haute ce que tous pensaient.

- Ils se sont… entretués ?
- On dirait bien. Et depuis un moment, déclara Frémont. Les autres salles n'ont rien donné ?
- Non.
- Alors partons d'ici au plus vite. Ce qui les a tué pourrait très bien être encore dans les parages. Je ne pense pas une seule seconde que cela soit du à une banale querelle interne.

L'alchimiste fut coupé dans sa déclaration quand il vit que des armes s'étaient soudainement braqués dans l'escorte. Barthélémy avait dégainé sa lame et l'avait passée sous la gorge d'un Bruce désormais apeuré. Seul Pierre n'avait encore pas bougé, mais avait la main sur l'un de ses Colts.

- Qu'est ce que ça veut dire ? Ca suffit, s'exclama Frémont, baissez vos armes, tous !

Il sentit un souffle chaud dans son cou et se retourna. Elle était là, en Personne. Il commença à préparer un sort mais elle hurla si fort qu'il du porter ses mains à ses oreilles. Pour la première fois depuis longtemps, Jean de Frémont ressentit la peur. Avant que la voix de Pierre fende l'espace. Il avait dégainé son Colt et le braquait face à un ennemi invisible.

- Cela suffit. Arrête ça.

Un rire s'éleva dans les airs. Et l'apparition disparu de devant l'Alchimiste.

- Que fait donc un concierge aussi loin de son placard à balai ? À moins qu'il ne soit pas qu'un concierge ?

Un homme sans age était apparu au milieu de la pièce, et se tenait là où était apparue la Reine des Jours. Il continua.

- Vous êtes en retard, Dupré. Je vous attendais bien plus tôt que cela.

Frémont fronça les sourcils.

- Êtes vous celui que je cherche ?
- Si vous parler de ce pauvre Cai, il n'est hélas plus de ce monde. Et comme vous pouvez le constater, j'en ai fait payer le prix fort à ses bourreaux.
- Vous êtes Vehan, pas vrai ?

L'apparition secoua la tête.

- Non. Vehan est mort le jour où il a décidé de rentrer dans les serveurs du Site Aleph. De lui nous n'avons tous que ses souvenirs.

Les yeux de Bruce s'écarquillèrent :

- Vous êtes Némo ?
- Non. Mais je l'étais. C'était avant la Mutinerie. Avant que Némo ne découvre le secret que ce cher concierge cache et que je m'apprête à vous révéler.
- Quel secret ?
- Il sait pour les deux Enfants, Dupré. Tout était dans les serveurs. Pendant les derniers instants de l'occupation de Némo au Conseil O5, nous avons tenté de nous échapper par toutes les portes dérobées possibles. Et c'est à ce moment là que nous avons trouvé un serveur interne bien caché. Celui sur les petites expériences de créations de Primordiaux que vous menez.

Frémont fut pris au dépourvu.

- Mais dans ce cas…
- Oui. Némo sait très bien qu'il se fait actuellement manipuler par Heinkel. Mais c'est en fait le contraire qui est en train de se produire. Némo va se servir d'Heinkel. Il va utiliser votre Rituel de Remplacement après avoir manipulé les Enfants. Une fois que cela sera fait, il aura deux Primordiaux à sa botte. Et il recréera le monde selon sa vision viciée.
- Cela pourrait être une alternative presque viable à la fin du monde totale qu'on risque actuellement, non ? s'enquit Barthélémy
- Pas le moins du monde, continua le Mutin. Némo a changé depuis vos dernières interactions avec lui. Il est devenu plus radical. Il a vu quelque chose. Il a reçu… quelque chose. Durant son séjour parmi les Maxwellistes, il a commencé à récupérer les consciences de certains d'entre eux. Et parmi eux, il y en avait un qui comportait un cadeau bien spécial.
- Ne me dites pas que…
- Oui. Il a récupéré l'esprit de Thot. Autrement dit…
- Il sait déjà tout ce qui va se produire.
- Pas réellement. Et c'est là qu'est notre chance. Depuis la Mutinerie, les différentes consciences abritées par Némo sont cloisonnées, et toutes n'intéragissent pas entre elles. Pour faire simple, même si nous sommes tous reliés, nous n'avons pas tous les mêmes informations.
- Vous possédez donc chacun une partie et une partie uniquement de l'esprit de Thot, poursuivit Frémont.
- Oui. C'est grâce à la partie que je détiens que je savais que vous viendriez ici. Pour le reste, vous vous doutez bien que je ne peux rien vous dire.
- Et Némo ? En quoi cela-a-t-il impacté son plan d'action ? demanda Bruce.
- En tout. Il sait presque tout, mais il lui manque une partie cruciale. Celle que je détiens. Et je ne peux pas lui confier. Tout comme ne pas l'avoir rend sa vision viciée, et en impacte ses plans.
- Que compte-t-il faire ?
- Il va remplacer la réalité que nous connaissons par la sienne. Il va intégrer les consciences des Primordiaux à la sienne dès qu'ils auront terminé le rituel de Remplacement. Une fois cela fait, nous seront tous effacés. Sans exceptions.
- Tout aussi dangereux que notre apocalypse actuelle donc, grommela Barthélémy.
- Je le crains en effet.

La salle contempla un léger silence, qui fut rompu par Bruce.

- Et la Mutinerie ? Qu'est il arrivé ?
- Lorsque Némo a décidé d'aller vers cette voie de remplacement total, quelques unes des consciences se sont rebellées contre cette idée. Nous avons forcé le cloisonnement pour entraver la majorité en les privant des ressources dont nous disposions, et nous avons lancé des assauts contre les éléments les plus virulents. Nous en avons effacé totalement certains, mais très vite il y a eu du renfort du côté de la majorité. Nous avons donc créé l'Archipel, une zone mentale accessible uniquement aux Mutins, afin de nous protéger de futurs assauts. Certains siègent encore dans l'Archipel. D'autres ont choisi des voies plus risquées, comme le reset total. De ceux là, ils n'en reste qu'un encore actif. Il habite un corps du projet S.O.H.O. , tout comme moi actuellement. Il est encore relié malgré lui à Némo, comme toutes les consciences qui y sont nées. Mais il l'ignore. Mais je doute qu'il soit d'une quelconque utilité en l'état. Némo dispose désormais d'une force de frappe conséquente, mais il lui manque l'essentiel. Les Lames et les Enfants. De ce que je sais, l'Insurrection dispose d'une des Lames et de certains fragments de la seconde. Quant aux enfants, je ne sais rien sur eux.
- Je sais que l'un d'entre eux est en sécurité. Quant au deuxième, je dois avouer n'avoir pas plus d'informations, compléta Frémont. Tant que Némo n'aura pas les quatre, il ne pourra rien faire de toute façon. Et le socle de la Lame de l'Aurore est bien protégée, au Kremlin.
- Dans ce cas, je pense qu'il vous faut vous préparer à une bataille féroce à Moscou, cher concierge, ricana le Mutin. Espérons juste que l'IC et Némo rompent leurs liens avant cela.
- La Fondation y travaille déjà. Nous avions du monde sur le coup dans les derniers jours d'Aleph, déclara Bruce.
- Tant mieux. En l'état nous sommes condamnés, constata tristement le Mutin.

Ce dernier se tourna vers Frémont.

- Bon. Vous allez le dire, ou non ? Désolé de réduire à néant votre effet théâtral, mais ce n'est plus une surprise pour personne depuis la Bible, vous savez.

L'Alchimiste sourit doucement.

- Eh bien, que voulez-vous que je vous dise ? Bienvenue dans la dernière chevauchée des Douze, Judas. Maintenant, dépéchons nous. On a du pain sur la planche.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License