L'Enfant Des Etoiles
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=UnifrakturCook:700&display=swap');
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=Merriweather&display=swap');
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=Special+Elite');
 
/* Masquer le titre */
#page-title {
  display: block;
}
 
/* Grand titre : 1er = Texte titre 2e = Contour, ombre */
 
#header h1 a::before {
    content: ;
    font-family: chomsky;
    font-weight: normal;
    font-style: normal;
    color:black;
}
 
#header h1 a {
    display: none;
    margin: 0;
    padding: 0px 0 0px;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    color: transparent;
    background: transparent;
    font-family: Merriweather;
    font-size: 0%;
    text-decoration: none;
    text-shadow: none;
    letter-spacing: 0.9px;
}
 
#header h2 span::before {
    content: ;
    color:black;
}
 
#header h2 a {
    display: none;
    margin: 0;
    padding: 0px 0 0px;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    color: transparent;
    background: transparent;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 0%;
    text-decoration: none;
    text-shadow: none;
    letter-spacing: 0.0px;
}
 
h2 {
  font-family: 'Special Elite', cursive;
  font-size: 17pt;
  color:black;
}
 
/* LOGO */
 
#header {
    height: 200px;
    padding-bottom: 0px; /* FOR MENU */
    position: relative;
 background: url( BLANC )
}
 
/* BANNIÈRE */
 
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg.png) top left repeat-x;
}
body {
    background-position: top center;
    background-repeat: repeat;
    background-color: white;
    color: black;
}
 
/* FOND DE PAGE */
 
body {
    color:black;
    background-image: url( BLANC );
    font-family: Merriweather;
}
 
/* TITRE DE LA PAGE */
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  font-size: 200%;
  padding: 35px 0 10px;
  position: relative;
}
 
/* HIDE THE HEADER TEXT */
#header h1 a {
    display: block;
    margin: 0;
    padding: 0px 0 0px;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    color: #00003D;
    background: transparent;
    font-family: Akashi, Arial, sans-serif;
    font-size:0%;
    text-decoration: none;
    text-shadow: 3px 3px 5px #000;
    letter-spacing: 0.9px;
}
 
#header h2 span {
    display: block;
    margin: 0;
    padding: 0px 0;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    font-weight: bold;
    color: #f0f0c0;
    font-family: Helvetica, sans-serif;
    font-size: 0%;
    text-shadow: 1px 1px 1px #000;
    text-shadow: 1px 1px 1px rgba(0,0,0,.8);
}
 
/* BARRE DE RECHERCHE */
#search-top-box-input, #search-top-box-input:hover, #search-top-box-input:focus {
    background-color: transparent;
    color: transparent;
    display: none;
    font-size: 0pt;
    padding: 0px;
}
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus {
    border: solid 0px black;
    padding: 40px;
    color: black;
    display: none;
    font-family: Merriweather;
    background-color: transparent;
    box-shadow: inset 0px 0px 0px rgba(0,0,0,.8);
}
#search-top-box-form input[type=submit] {
    display: none;
    background: transparent;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    background: transparent;
    display: none;
}
 
/* TOP BARRE */
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding-top: 93px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
#top-bar ul {
    float: right;
}
#top-bar a {
    color: #fff;
    background: transparent;
}
#top-bar ul li {
    border: 0;
}
#top-bar ul li ul {
    border: solid 1px transparent;
    box-shadow: 0 2px 6px rgba(0,0,0,.5);
    border-top: 0;
}
#top-bar ul li a {
    border-left: solid 1px rgba(64,64,64,.1);
    border-right: solid 1px rgba(64,64,64,.1);
    text-decoration: none;
    padding-top: 10px;
    padding-bottom: 10px;
    line-height: 1px;
    max-height: 1px;
    overflow: hidden;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a,
#top-bar ul li:hover a {
    background: #fff;
    color: #414446;
    border-left: solid 1px rgba(64,64,64,1);
    border-right: solid 1px rgba(64,64,64,1);
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a,
#top-bar ul li:hover ul li a {
    border-width: 0;
    width: 150px;
    border-top: 1px solid #ddd;
    line-height: 160%;
    height: auto;
    max-height: none;
    padding-top: 0;
    padding-bottom: 0;
}
#top-bar ul li.sfhover a:hover,
#top-bar ul li:hover a:hover {
    background: #fff;
    color: #414446;
    text-decoration: none;
}
#top-bar ul li ul {
    border-width: 0 1px 1px 1px;
    width: auto;
}
#top-bar ul li ul li, #top-bar ul li ul li.sfhover,
#top-bar ul li ul li, #top-bar ul li ul li:hover {
    border-width: 0;
}
#top-bar ul li ul li a {
    border-width: 0;
}
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: #a01;
}
 
/* SIDEBAR */
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 80px;
}
 
#side-bar .side-block {
    border: 1px double #000;
    box-shadow: 0 0px 0px rgba(21, 21, 21, 1);
    background: white;
    border-radius: 0px;
}
#side-bar .heading {
    color: #BC0E12;
    font-size: 120%;
    border-bottom: solid 1px #00003D;
}
 
#side-bar img {
    filter: hue-rotate(70deg);
    -webkit-filter: hue-rotate(70deg);
}
 
#side-bar div.side-block:nth-child(7) > div:nth-child(1) > div:nth-child(1) img {
    filter: none;
    -webkit-filter: none;
}
 
/* MENU OUVERTURE SIDEBAR */
 
open-menu a {
    border: 0.2em solid #003333!important;
    background-color: lightgrey!important;
    color: #003333!important;
}
 
/* MOBILE SIDEBAR */
@media (max-width: 767px) {
 
#side-bar{
    background-color: transparent;
}
 
.open-menu a {
    border: 0.2em double white!important;
    background-color: #807665!important;
    color: white!important;
}
}
 
/* NOM UTILISATEUR */
 
#login-status {
    color: #990000;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
    z-index: 30;
   display: none;
}
 
#login-status a {
    background: transparent;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
    color: black;
border: none;
}
 
#login-status ul a {
    color: black;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
    background: transparent;
background-color: transparent;
 
}
 
#login-status ul a:hover{
color: black;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
}
 
#account-topbutton {
    background: transparent;
    color: #000;
}
 
/* Adjust Mobile Image Size */
@media (max-width: 321px) {
 
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg-portable.png) top left repeat-x;
}
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding: 0px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  font-size: 200%;
  padding: -30px 0px 0px 0px;
  position: relative;
  padding-top: -50px;
  margin-top: -70px;
}
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 0px;
}
 
}
 
@media (min-width: 322px) and (max-width: 424px) {
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg-portable.png) top left repeat-x;
}
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding: 0px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 0px;
}
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  padding-top: -50px;
  margin-top: -70px;
}
}
@media (min-width: 425px) and (max-width: 767px) {
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg-portable.png) top left repeat-x;
}
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding: 0px;
    margin-bottom: -50px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 0px;
}
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  padding-top: -50px;
  margin-top: -70px;
}
}

Un silence de mort planait ce soir-là sur Champignac-en-Cambrousse. Un vent glacial balayait les pavés en sifflant tandis qu'au loin parfois, quelques chiens aboyaient. Le maigre clocher de l’église St-Olivier-le-Sage n’avait plus sonné depuis trois ans et semblait n'être plus qu'une petite montagne dans la nuit. Sur la mairie tombait un long bandeau rouge sang portant le terrible emblème de la double-croix : deux petites croix noires sur fond blanc. Depuis le début de l'Occupation, la milice allemande en avait fait son quartier général.

Brusquement, des phares transpercèrent les ténèbres, et un camion militaire au moteur ronflant escorté de trois motos vint se garer sur la place du marché. Plusieurs têtes curieuses apparurent alors aux fenêtres, mais il n’y avait pas grand-chose à voir. Quatre soldats sortirent sans bruit de la mairie et commencèrent à pointer nerveusement leurs armes dans le vide. Du camion descendirent avec prudence quatre hommes portant sur leurs épaules une large caisse. Avec des petits pas, ils entrèrent dans le bâtiment et, quelques minutes plus tard, en revinrent les mains vides. Alors, dans un grand ronflement collectif, le camion et les motos démarrèrent et partirent comme ils étaient venus, replongeant le village dans le silence et l’ombre. Ce déchargement avait duré à peine cinq minutes.

Les plus curieux purent apercevoir le lendemain matin une silhouette voutée marchant d'un pas rapide dans les rues. Les plus physionomistes reconnurent même en elle Pacôme Ladislas. Du haut de ses trente-deux ans, il avait déjà des allures de vieux dandy : costume rouge élégant, moustache noire impeccable et menton pointu bien rasé. Depuis la disparition de ses parents, le comte et la comtesse de Champignac, une dizaine d'années plus tôt, il passait ses journées seul dans son manoir qui surplombait le village. Il y menait d'opaques recherches en botanique, ne sortant qu'une fois par semaine pour des achats de première nécessité. Sans doute à cause de ce mode de vie, la rumeur populaire disait qu'il menait des expériences satanistes et dangereuses. C'était pourquoi, dans son édition de novembre 1941, Le Petit Vingtième l'avait surnommé "Le Sorcier de Champignac".

Sans hésitation, il marcha jusqu’à la mairie où il échangea quelques paroles avec le milicien en poste. Celui-ci s’écarta et le laissa entrer, le soustrayant du même coup aux regards indiscrets.

Le bureau occupé par le maréchal Herring était parfaitement rangé, comme s’il avait toujours été le sien. Outre l'immense portrait d’Adénoïd Hynkel qui trônait dans son dos, il avait disposé sur les meubles toutes sortes de trophées, de petites œuvres d’art et de livres richement reliés, donnant à la pièce des allures de cabinet de curiosité. Le maréchal lui-même était totalement glabre, avec un imposant double-menton, et semblait à tout instant sur le point de faire exploser la ceinture de son uniforme. Il émanait de lui une sensation de force brute qui imposait un certain respect. Il occupait le très pompeux poste de "Ministre de l'Éducation du peuple et de la Propagande du Reich", faisant de lui l'un des plus proches collaborateurs du Führer.

Il lisait un dossier, le poing enfoncé dans sa joue, lorsque Pacôme entra. Il se leva aussitôt pour le saluer :

Guten morgen, lieber comte ! Merci d'être venu. Asseyez-vous, bitte ! Dites, quelle boisson vous ferait plaisir ?
— Je ne bois pas, merci.
Arr, un homme pur ! Vous bien raison.

Le maréchal se servit un verre de Loch Lomond et contempla un instant le liquide en souriant. Son français très approximatif, couplé à son timbre tonitruant, donnait à chacun de ses mots un air de menace sourde. Le front trempé, Pacôme se concentra pour garder les yeux fixés sur le bureau et ne dit rien. Ce fut donc le maréchal qui engagea la conversation :

— Dites, que pensez-vous des OVNI ?
— Les OVNI ? Pas grand-chose à vrai dire. Ce n’est pas vraiment mon domaine.
— Modeste ! Vous est bon à marier, donnerwetter !

Herring ouvrit le dossier, tourné vers lui, et commença à expliquer d’un air grave :

— J'ai invité vous pour trancher un différent scientifique. Voyez, il y a un mois, un pilote français… Herr Rivière, s'est écrasé dans Sahara. Il y a découvert ein élément… ganz inattendu. Au départ, cela semblait être que enfant évanouit à mille miles de toute terre habitée. Aber, après étude il s'est avéré que cet enfant était affecté ni par chaleur ni par froid et n’avait besoin ni boire, ni manger, ni respirer. Außerdem, lorsque nous avons interrogé, lui pouvait exprimer et comprendre n’importe quelle langue.

Il s’interrompit pour boire une rasade, puis se leva en laissant son verre sur le bureau et fit signe à Pacôme de le suivre dehors. Le jeune comte écoutait avec une attention croissante. Venant de n’importe qui d’autre, cette histoire l’aurait amusée, mais venant d’un ministre du Reich, elle l'inquiétait plutôt. Ils descendirent ensemble un petit escalier de pierre.

— L'enfant affirme être originaire d'autre monde, chassé par ein kreatur hostile que appelle la Rose, et dont refuse de parler. Notre planète est septième qu’il visite. Il a affirmé que les six autres étaient habitables, et habitées, mais surpeuplées déjà. Il vient en paix et cherche terre d’asile.

Le maréchal s'interrompit une nouvelle fois pour montrer à Pacôme une porte blanche :

— Après vous, lieber comte.

Le cœur battant, Pacôme entra. La pièce, anciennement une cuisine, avait été aménagée en laboratoire de fortune. Sous les néons froids, sur une table métallique, trônait un enfant à la peau pâle et aux cheveux blonds. Il portait une combinaison verte dont Pacôme ne parvenait pas à identifier le matériau. N’aurait été sa faible respiration, on aurait pu le croire mort. Fasciné, le comte s’approcha :

— C’est lui ?
Ja. Nous l'avons placé sous sédatif en attendant vous.

De plus près, il devenait évident que l’enfant était anormal, mais Pacôme n’arrivait pas à mettre le doigt sur les origines exactes de cette certitude. Peut-être était-ce la façon dont la peau reflétait vivement la lumière, comme si elle avait été faite de plastique ? Ou alors la texture des cheveux, presque végétale, comme de la paille ? Ou encore la bouche, totalement dénuée de lèvres ?

Lieber comte, laissons modestie de côté, okay ? Vous un grand homme de science, es ist offensichtlich, un des plus brillants du siècle. Je sais. Je aussi sais qu’outre botanique, vous avez étudié la zoologie, biochimie et la physique.

Le gros Allemand s'avança tout prêt, les sourcils froncés :

— Vous êtes homme de la situation, comte ! Je veux vous étudiiez cet être, fond en comble. Il faut des preuves que son origine est non terrienne, unbestreitbar preuves. Wissen sie, tout le monde croit pas cette histoire. En haut lieu, on a même pu traiter fou moi et menteur. Si je veux convaincre, il me faut très concret, comprenez, comte ?
— En analysant des échantillons de cheveux, d’ongles et de peau, je pourrais peut-être avoir quelque chose, balbutia Pacôme, mais je ne peux pas faire ça ici, il me faut du matériel.
— N'inquiétez pas, comte. L'enfant sera conduit dans votre laboratoire, sous bonne garde natürlich, et vous aurez tout loisir étudier. Je payera tout. D’accord ?

Leurs yeux se plantèrent tout à coup l’un dans l’autre. Pacôme avait beau vivre isolé, il maintenait une correspondance active avec de nombreux confrères partout en Europe. Il avait ainsi suivi la lente dégradation de la situation sur le vieux continent. Tout d'abord ça avait été l'autodafé en place publique des ouvrages humanistes du docteur Rieux, contraint de fuir en Algérie, puis l'arrestation par la police politique de Noël Essaillon, fin physicien auteur de La Relativité générale, contraint de fuir aux États-Unis. Petit à petit, de telles attaques contre les scientifiques et hommes de lettres étaient devenues quotidiennes et systématiques. Pacôme, avec ses accusations de sorcellerie, ne faisait pas exception. Aussi se força-t-il à sourire :

— C’est d’accord.


Comme convenu, le corps fut transporté par camion dans le château de Champignac. Celui-ci prit rapidement des allures de place fortifiée, avec des soldats à chaque entrée et des rondes régulières. On installa l'enfant dans une chambre d'ami, sur un lit faisant six fois sa taille. Pâcome venait l'observer fébrilement dès qu'il avait un moment de libre. Le maréchal n'avait pas dit la quantité de sédatif injecté, mais il avait dû s'agir d'une dose conséquente. Les méthodes employées pour démontrer l'immortalité de l'enfant n'avaient sans doute pas été tendres non plus.

Enfin, le soir du quatrième jour, Pacôme fut dérangé dans son laboratoire par un jeune homme en short portant fièrement un badge des jeunesses hynkeliennes :

— Monsieur le comte ! L'extraterrestre s'est éveillé !

Ils avaient eu l'occasion de se croiser à plusieurs reprises depuis que la milice avait investi le château. Le garçon s’appelait Heini Völker, avait dix-sept ans, et était tout acquis aux idées du parti. Entre deux rondes, il racontait fièrement à qui voulait l'entendre comment il avait dénoncé à la milice son communiste de père.

Pâcome déposa tout de suite le test qu'il était en train d'effectuer pour le suivre à l'étage. Dans la chambre d'amis, l'enfant des étoiles le regarda entrer avec un visage parfaitement neutre.

— Bonjour, j’espère que tu vas bien. Je m'appelle Pâcome Ladislas de Champignac. Ceci est ma maison. Comment t'appelles-tu ?

L'enfant fronça les sourcils, comme s'il ne comprenait pas la question. Pâcome tenta une autre approche :

— Je suis humain. Et toi, pourrais-tu me dire à quelle espèce tu appartiens ?

Les sourcils se froncèrent d'avantage mais, cette fois-ci, une réponse vint :

— Je suis comme toi, Monsieur. Je suis un peu différent parce que sur Gallia, tout est plus léger qu'ici.
— "Gallia", c'est de là que tu viens ?
— Oui. C'est une très petite planète. On en fait le tour en moins d'une journée.
— D'accord. Qui étaient tes parents ?
— Je ne sais pas comment ils s'appelaient. Je sais qu'il y a longtemps, Gallia a frôlé la Terre et que mon papa été attiré dessus avec plusieurs de ses amis.
— C'était il a combien de temps ?
— Je ne sais pas. C'était avant ma naissance.
— Et quel âge as-tu ?
— J'ai trente-deux ans, en années galliennes.
— Hem, d'accord. Ton papa est-il toujours sur "Gallia" en ce moment ?

L'enfant secoua la tête :

— C'est vraiment très petit chez moi, il y a beaucoup de volcans. Papa était malade. Et puis il y a la Rose. Quand je suis parti il n'y avait plus que elle. Tout les autres étaient…
— Parle-moi de cette Rose, s'il te plaît. Qui est-elle ? Qu'a-t-elle fait ?
— Elle a… elle a…

Il eut une grimace et se mit à pleurer en gémissant. Le cœur déchiré, regrettant d'avoir abordé le sujet, Pacôme se leva et passa ses bras autour du petit humain. Peu à peu, les sanglots se calmèrent et celui-ci s'endormit. Pacôme éteignit la lumière et quitta la pièce aussi silencieusement que possible.

Il se rendit immédiatement à sa bibliothèque pour consulter des ouvrages d'histoire astronomique. Il y trouva presque immédiatement ce qu'il cherchait. En 1867, un astéroïde, numéroté B-612, avait frôlé l'orbite terrestre, manquant de peu de provoquer une catastrophe mondiale. Une pêtite partie de l'atmosphère et de l'eau terrestre avait été entrainée dessus, ainsi que, ce qui était autrement plus grave, une centaine d'humains. Parmi eux se trouvaient le capitaine Servadac et son épouse, tous deux résidant en Algérie française. L'astéroïde avait ensuite continué sa route dans l'espace infini. C'était dans l'espoir de sauver ces terriens qu'avait été développé le fameux projet "Barbicane" qui avait abouti, en 1870, au catapultage de deux états-uniens et d'un français hors de l'orbite terrestre. On ne les avait jamais revus. Un nouveau cratère visible sur la Lune semblait tout de même indiquer qu'ils s'y étaient écrasés.

Pacôme s'alluma une pipe en reculant dans son fauteuil. Voilà donc d'où venait l'enfant. Depuis soixante-dix-huit ans, ces humains perdus entre les étoiles avaient survécus. Comment s'étaient-ils organisés ? Quelle avait été leur vie, là-haut ?

Il chercha toute la nuit ce que pouvait être cette "Rose", dont la simple mention terrorisait l'enfant. Elle pouvait venir de n'importe quelle planète que l'astéroïde avait frôlé sur son chemin, ou avoir été présente dessus bien avant qu'il ne croise la Terre. Au petit matin, la mort dans l'âme de n'avoir pas pu avancer davantage, il consigna ces nouvelles informations dans un petit rapport d'une page qu'il remit au jeune Heini Völker. Le boy-scout lui apporta une réponse dans l'heure :

Ausgezeichnete travail, comte ! Je suis content de vous.
Maintenant, tâchez savoir davantage sur cette Rose. D'où vient-elle ? Que peut-elle faire ? Est-elle dangereuse ?

Une fois le jeune homme congédié, Pacôme s'assit dans la bibliothèque et s'alluma une nouvelle pipe. Il était perdu dans ses pensées depuis un moment lorsque des coups de feu à l’extérieur le firent sursauter. Il s’accroupit, l'oreille aux aguets, et alla chercher son vieux fusil dans l'armoire, en priant pour ne pas avoir oublié tout ce qu'il avait appris au service militaire. Des hurlements en allemand résonnaient dehors. Une attaque de la Résistance, peut-être ? Ou bien des britanniques ? Pacôme tremblait, incapable de se réjouir.

La porte s'ouvrit d'un coup et Pacôme braqua celui qui entrait. C'était encore Heini Völker, les joues rouges et le front luisant. Il leva les mains et baragouina :

Heil ! Je dois vous mettre à l'abr… !

Un nouveau coup tonna et l'adolescent s'écroula aux pieds tremblants de Pacôme. Une voix masculine résonna dans le couloir :

All right ! Cessez le feu !

Un accent britannique ? Cela faisait bien longtemps que Pacôme n'en avait pas entendu. Onze mois plus tôt, en mars 1943, le Royaume-Uni avait abandonné la royauté pour lui aussi adopter un régime autoritaire : l'Angsoc, basé sur une totale cohésion sociale et une maîtrise absolue du langage. Officiellement, l'Angsoc était en guerre contre le Reich. Dans les faits un statu-quo semblait s'installer.

Pacôme tenait en joue l'entrée de la bibliothèque, incapable de prendre une décision, guettant tout changement. Soudainement deux hommes cagoulés et vêtus de noir entrèrent et pointèrent des pistolets sur lui :

— Posez votre arme !

Il n'obéit pas. La voix dans le couloir se rapprocha :

— Monsieur Champignac ! Vous voilà donc.

Dans la bibliothèque entra enfin celui à qui appartenait cette voix. C'était un trentenaire blond en imperméable gris, casquette d'aviateur vissée sur le crane. Au-dessus de sa bouche trônait une élégante petite moustache noire et entre ses mains gantées dansait une cigarette allumée. Avec un flegme superbe, il fit deux pas et sourit à Pacôme :

— Ne craignez rien. Nous venons en amis.
— Qui êtes-vous ?

La voix de Pacôme tremblait, il ne savait plus vers qui pointer son fusil. L'homme leva sa casquette :

— Sir Francis Percy Blake, pour vous servir. Nous venons chercher l'enfant.

Évidemment ! Pacôme le mis en joue en demandant :

— Vous travaillez pour l'Angsoc ?

L'interrogé ricana, prit une bouffée de sa cigarette et la souffla lentement :

— Non, Monsieur. Les intérêts que nous servons sont bien supérieurs. Nous œuvrons à l'échelle de la Terre entière, sans distinction de nation. Baissez donc votre arme, Monsieur Champignac. Discutons de manière civilisée.

Après un instant, Pacôme obtempéra, gardant tout de même le fusil à la main. L'Anglais parut satisfait. Il fit signe à ses collègues de faire de même et parcouru du regard les documents disposés sur le bureau de Pacôme :

— Ah ! Le projet Barbicane, cette vieille plaisanterie. L'objectif n'a jamais été de récupérer les malheureux partis dans l'espace. Ce n'était qu'une puérile démonstration de force. S'il fallait compter sur les états pour gérer les menaces supraterrestres, l'humanité aurait disparu depuis bien longtemps. Heureusement, nous sommes là.
— Qui ça, "nous" ? Qui êtes-vous enfin ?
— J'aimerai pouvoir vous répondre, vraiment. Malheureusement rien ne doit fuiter à notre sujet. Mais sachez bien que nous ne sommes au service d'aucun pays ou gouvernement.

Les tenues de l'Anglais et de ses deux hommes de main cagoulés ne portaient aucun insigne, rien qui aurait pu permettre d'identifier leur appartenance. Pacôme, qui n'aimait pas ce genre de secret, secoua la tête :

— Partez de chez moi. Je ne peux pas vous laisser prendre cet enfant.
— Monsieur Champignac. Préférez-vous vraiment qu'il reste entre les mains des nazis ?

Pacôme fusilla du regard l'Anglais. Celui-ci, après une nouvelle bouffée, se remis à monologuer :

— Comme vous le savez, Monsieur Champignac, B-612 a frôlé la Terre en 1877, emportant avec lui une partie de notre atmosphère, de l'eau, le capitaine Servadac et plusieurs autres malheureux. L'astéroïde a ensuite continué son chemin à toute allure, bien au-delà de notre système solaire. Grâce à l’oxygène et l'eau captés, B-612 est devenu miraculeusement vivable et ses habitants sont parvenus à survivre. Ils ont développé leur propre société et leurs propres technologies. Nous avons notamment intercepté des messages qu'ils ont réussi à nous lancer à travers l'espace !
— Ils vous ont écrit ?
— Oui. Et nous avons essayé de leur répondre, en vain. La situation s'est aggravée. Aux alentours de 1930, B-612 a frôlé la planète Pathacelce, apparemment sans contact direct. Aujourd'hui nous savons que c'est à ce moment-là que la Chose est arrivée sur B-612.
— La Chose ?
— C'est ainsi qu'ils la désignent. Une forme de vie polymorphe extrêmement dangereuse, capable de se multiplier en assimilant d'autres créatures. Les habitants de B-612 ont vaillamment lutté. La bête parvenait toujours à se mêler à eux et à semer la discorde et la paranoïa. L'enfant que vous abritez est le seul B-612ien à avoir échappé à la Chose. Par un pouvoir inconnu, il a retrouvé le chemin de la Terre à travers l'univers. Malheureusement, il a été suivi.

L'Anglais écrasa sa cigarette et jeta un regard par la fenêtre. Son ton se fit plus rapide :

— Nous ignorons quand l'enfant a atterri dans le Sahara. En revanche, nous savons qu'il y a cinq ans, un engin de nature inconnue a atterrit au pôle nord. Et que quelque chose en est sorti. Nous sommes allés sur place, mais il n'y avait plus rien.

Pacôme avait lu des compte-rendu de l'expédition du commandant McReady dans le grand Nord. Une pensée lui revint : il avait entendu dire qu'une fondation caritative états-unienne très discrète avait financé l'expédition. Il avait lui-même cherché à l'époque à la contacter pour financer ses recherches, sans succès.

— Cette Chose détruit tout ce qu'elle touche, Monsieur Champignac. Elle ne peut pas être laissée en liberté.
— Quel rapport avec l'enfant ?
— Vous le savez très bien. Tout d'abord, nous devons nous assurer qu'il s'agit bien du fils de Servadac. Ensuite, nous aviserons.

L'Anglais lui fit signe de venir et sorti de la bibliothèque. Prudemment, Pacôme lui emboita le pas. Derrière lui les deux hommes armés suivirent. Ils allèrent dans la chambre dans un silence pesant. L'enfant était réveillé et les regarda entrer avec un regard inquiet. Gêné, Pacôme tenta de désamorcer la situation :

— Rebonjour ! Hem, tu t'es bien reposé ? Voici des amis. Ils connaissent ton père.
Hi boy ! lança l'Anglais en sortant de sa poche un paquet de Morland Special et un couteau suisse. Ne bouge pas, ça ne durera qu'un instant.

Il alluma une nouvelle cigarette et se plaça au chevet du lit. Avec précaution il sorti la lame pour l'avancer du bras de l'enfant, qu'il tenait de l'autre main. Pacôme essaya d'intervenir :

— Qu'est-ce que vous faites ?
— Ne t'inquiète pas.

C'était l'enfant qui venait de parler. Quand la pointe toucha son avant-bras blanc, il gémit en fermant les yeux. Une larme coula sur sa joue. Pacôme était pétrifié. L'Anglais avança un instant sa cigarette de l'entaille, puis il sourit, remit la cigarette entre ses dents et fit une tape sur l'épaule de l'enfant.

— C'est bon.
— Vous m'expliquez ?

L'enfant sourit à Pâcome :

— Chez moi, tout le monde fait ça. C'est pour vérifier que la Rose ne nous a pas remplacé.
— La Chose, corrigea l'Anglais avant de développer : cette créature est tant optimisée que même son sang est diablement coriace. Lorsqu'on l'expose au feu, il se rétracte et cherche à fuir.

Pacôme baissa les yeux : le sang rouge de l'enfant coulait sur son bras. Il n'avait pas réagit à la chaleur de la cigarette, prouvant l'humanité de son hôte. Le scientifique avait le cœur au bord des lèvres. L'Anglais l'ignorait maintenant et discutait avec l'enfant :

— Sais-tu comment la Chose a pu te suivre ici ?
— Non. Mais elle a dit qu'elle ne me laisserait pas…

L'enfant tremblait, visiblement à nouveau prêt à fondre en larme. L'Anglais le prit par les épaules :

— Ne flanche pas ! La Chose est sur Terre, garçon. Et nous avons besoin de ton aide pour l’empêcher d'absorber tous les humains.
— Je… Je… Je ne peux rien faire contre elle. Elle est trop forte. Elle a… elle a…

Les larmes couvraient à nouveau le visage de l'enfant. L'Anglais, la cigarette en bouche, se leva et s'éloigna vers la porte en faisant signe à Pacôme. Celui-ci hésita en regardant l'enfant, puis le suivit. Une fois dans le couloir, l'Anglais le prit à partie en se plaçant tout prêt de lui :

— Nous allons devoir l’emmener, Monsieur Champignac. Son aide peut être précieuse.
— Mais je ne peux pas vous laisser faire ça. La milice me tuerait.
— Seulement si vous restez ici.
— Pardon ?

L'Anglais, très sérieux, planta ses yeux bleus dans ceux de Pacôme :

— Monsieur Champignac, j'ai lu vos travaux scientifiques. Un cerveau tel que le votre ne peut pas rester au service du projet d'Hynkel. Vous méritez mieux. Venez travailler avec nous ! Au moins le temps que la Belgique retrouve sa liberté.
— Je n'ai aucune idée de qui vous êtes, enfin ! Comment voulez-vous que je travaille pour vous ?

L'Anglais jeta un œil autour d'eux puis se pencha pour chuchoter quelques mots à l'oreille de Pacôme. Celui-ci écarquilla les yeux. L'Anglais lui tendis ensuite une main gantée, qu'il serra après un instant d'hésitation.

— Pâcome Ladislas de Champignac, soyez le bienvenu parmi nous.


Un silence de mort planait ce matin-là sur Szohôd. Autrefois capitale de Bordurie, la ville ployait maintenant sous l'implacable autorité du Reich allemand. L'emblème de la double-croix était placardé partout, et des zones de contrôles avaient été installées à toutes les entrées du quartier juif. Les soldats de la milice s'y tenaient, fusil à l'épaule, et discutaient en Allemand en grignotant des sandwichs.

Dans la rue les phares d'un camion beige éclairèrent soudain le checkpoint et les soldats mirent leur main en visière en criant "Halte !". Le chauffeur baissa sa fenêtre et, cigarette en bouche, présenta sans un mot un document aux miliciens. L'un d'eux s'en empara, le parcouru rapidement et le rendit avant de faire un salut raide : "Heil Hynkel !". La barrière fut écartée et le camion pénétra dans le ghetto.

Quelques rues plus loin, le passager se tourna vers le chauffeur :

— Une carte de la milice ? Comment avez-vous eu ça ?
— Nous avons des alliés un peu partout.

Toujours aussi évasif. Pacôme reporta son regard sur la route en mordillant sa pipe. Depuis trois mois qu'il avait quitté son château pour devenir un fugitif, son guide n'avait pas daigné lui donner beaucoup d'informations sur l'organisation qu'il représentait.

Il l'avait conduit à un laboratoire sous-terrain doté d'outils technologiques très pointus, et même futuristes. Une dizaine de savants y travaillaient, dont plusieurs que Pacôme avait cru morts, comme le grand cryptozoologue George Challenger ou l'éminent docteur Jules de Grandin. Là, à l'aide de cheveux de l'enfant, de ses témoignages et de diverses connaissances occultes disponibles sur place, Pacôme avait créé le géolocalisateur atmosphérique, une petite machine destinée à localiser toute chose ayant baignée dans l'atmosphère de l'astéroïde B-612. Suivant les judicieux conseils du professeur Philip Mortimer, un écossais barbu qui semblait très familier avec l'Anglais, la machine utilisait du sang de l'enfant des étoiles placé dans une centrifugeuse.

Pacome aurait aimé que le géolocalisateur atmosphérique, une fois en marche, désigne un point aux États-Unis ou au Brésil. Ou n'importe où qui aurait été loin du Reich. Malheureusement, c'était vers le cœur de ce petit ghetto bordure que l'engin les avait dirigés. Comment et pourquoi une créature extraterrestre avait-elle pu élire domicile ici ? C'était ce qu'ils devaient déterminer.

Sur une indication de Pacôme dont la machine, posée sur ses genoux, émettait des sonneries stridentes, l'Anglais gara enfin le camion devant une petite échoppe. Il interrogea longuement une passante en bordure, puis se tourna vers Pacôme :

— La créature s'est visiblement reconvertie dans l'esthétique.
— Ah ?
— C'est un cabinet de barbier. Le type a débarqué de nulle part il y a un mois. Il prétend avoir été blessé dans la guerre contre l'Allemagne, et perdu la mémoire. Pas de famille connue, une vraie page blanche.
— Vous croyez que c'est Elle ?
— Tout est possible. Attendons.

L'habitacle était imprégné d'odeur de tabac, à la fois de la cigarette de l'Anglais et de la pipe de Pacôme. Ils n'eurent pas à patienter longtemps, car bientôt une silhouette coiffée d'un chapeau melon sorti de la boutique pour en lever le rideau de fer. L'Anglais fit tomber sa cigarette de surprise et Pâcome se redressa d'un coup en s'exclamant :

— Hynkel !
— Impossible !

La petite moustache carrée, les cheveux noirs, le gros nez. Pacôme les avait vu partout à Champignac-en-cambrousse, sur les murs et dans les journaux. Un visage qui avait fini par être familier. Et voilà que l'infâme dictateur se tenait devant eux, en veston à carreau.

— Qu'est-ce qu'il fait là ?
— Cela ne peut pas être lui.

L'Anglais se lissa les moustaches, les mains légèrement tremblantes. Sans quitter l'homme des yeux, il tapa sept fois, en rythme, contre la cloison qui les séparait de l’intérieur du camion. Pacôme déglutit :

— Vous croyez que c'est la… ?
— Le Führer doit venir faire un discours à Szohôd dans une semaine. Cette Chose veut sûrement prendre sa place. Une créature extraterrestre à la tête de l'empire le plus puissant d'Europe, vous imaginez ?
— Oui je… Qu'est-ce que vous allez faire ?
— Ne sortez pas du camion, Monsieur Champignac, sous aucun prétexte. Compris ?
— D'accord.

L'Anglais sorti, claqua la portière et interpela l'individu en bordure. Lorsque celui-ci se retourna, un coup de poing ganté l'envoya contre le trottoir. Au même instant sept soldats vêtus de noir et cagoulés descendirent du camion. Sans un mot, ils se rassemblèrent autour de l'homme et le maintinrent à terre en plaçant leurs genoux sur son dos et en lui faisant des clés de bras. Puis sur un geste de l'Anglais, il fut mis sur ses pieds, le nez saignant et un œil au beurre noir.

Le visage à quelques centimètres de celui du prisonnier, l'Anglais craqua une allumette qu'il approcha de son visage sanglant. De là où il était, Pâcome n'arrivait pas à voir ce qu'il se passait, mais l'Anglais eu un ricanement.

C'est alors que l'horreur apparut. Une expression de rage couvrit soudain la face du barbier et son visage s'ouvrit verticalement en deux pour révéler un amas de chair humide rougeâtre. Quatre tentacules en sortirent vivement, chacun allant s'enrouler autour du cou d'un soldat pour l'étrangler. Ceux-là se débâtirent un instant avant de tomber comme des pantins. Quant aux deux survivants, ils ouvrirent en vain le feu sur le monstre, changeant ses vêtements en charpie. Peut-être en réaction à cette attaque, les tentacules se résorbèrent puis, lentement, le buste de la Chose bascula en arrière pour lui permettre de marcher sur quatre pâtes. Trois appendices sortirent de son abdomen pour venir transpercer les corps des soldats survivants.

L'Anglais avait fui vers l'arrière du camion, où Pâcome ne le voyait plus. Tétanisés sur son siège, il pleurait en suffoquant. Son cerveau fonctionnait au ralenti. La Chose avait maintenant neuf appendices plus une dizaine de tentacules, ainsi que quelques têtes, œils et nez présents à des emplacements aléatoires. De nombreux cris d'horreur résonnaient dans la rue alors qu'elle s'avançait vers le camion.

Right here !

Par la vitre de la portière, Pacôme vit l'Anglais s'avancer. Devant lui, l'enfant des étoiles marchait sous la menace d'un revolver. Pacôme ne l'avait pas vu monter à bord ; il eut envie d'intervenir mais l'Anglais le lui avait interdit et de toute manière il doutait d'en être capable. L'enfant ne quittait pas la Chose des yeux. Il tremblait.

— Regarde ! Voici le dernier des habitants de B-612. C'est lui que tu cherches, n'est-ce pas ? C'est pour lui que tu es venue sur Terre ?

La Chose ne marqua aucune hésitation et s'avança rapidement vers eux, comme une énorme araignée. Lentement, à l’extrémité de l'un des appendices se forma une grosse fleur rouge, avec des veines saillantes sur chaque pétale et un mucus blanc qui coulait de son centre. L'enfant cria et tenta de fuir mais l'Anglais le saisit par les bras et le maintint de force face à l'abomination. Enfin la fleur se referma sur le visage de l'enfant, et l'arracha dans un bruit de craquement. Pacôme vomit dans l'habitacle et ferma les yeux, incapable d'assimiler ce qu'il voyait.

Après temps incertain, il entendit un cri inhumain, aigu comme le sifflement d'une sirène. Il tenta alors un nouveau coup d’œil et eu un haut-le-cœur : la créature agitait frénétiquement ses appendices, ses bras et ses têtes, allongée sur le sol. Des bulles de pus se formaient à certains points de sa peau, des lambeaux entiers de chair se détachaient. Bientôt elle cessa de bouger, se contentant de palpitations spasmodiques.

Alors, avec calme et sérieux, l'Anglais alla au camion chercher une grosse caisse noire qu'il déposa à côté de la bête. Trouvant enfin un peu de volonté, Pacôme sorti du véhicule :

— Qu'est-ce que vous avez fait ?

L'Anglais répondit le plus sérieusement du monde :

— Comme je vous l'ai dit, Monsieur Champignac, nous avons connaissance de l'existence de cette Chose depuis treize années. Nous avons eu le temps de nous préparer. Le Professeur Mortimer a mis au point il y a deux ans un produit capable de l'incapaciter pour au moins une journée. Effet fulgurant quelques secondes après l'ingestion, comme vous le voyez. Malheureusement, la Chose ne se nourrit qu'en absorbant d'autres créatures vivantes, et aucun Terrien ne pouvait supporter ce produit.
— Alors vous en avez fait prendre à cet enfant, parce qu'il était plus résistant ? Il vous a servi de pomme empoisonnée ? C'est ça ?
— Vous avez compris.

Après un court silence il ajouta :

— C'est ainsi, Monsieur Champignac. Certains doivent parfois mourir dans l'ombre pour que d'autres puissent vivre dans la lumière. Aidez-moi, voulez-vous ?

Avec une grimace de dégoût Pâcome l'aida à soulever la Chose inerte et à la faire tomber dans la caisse. L'Anglais bascula un couvercle dessus et verrouilla le tout avec un cadenas à code. Puis, ensemble, ils portèrent la caisse au camion. Pâcome pu lire dessus un matricule en blanc sur noir. Trois lettres suivies de trois chiffres, dont le sens lui échappait.

— Je suis sûr que vous auriez pu brûler cette Chose, ou l'écraser, ou la couper en petit morceau. Vous l'avez empoisonnée pour pouvoir la capturer vivante. Pourquoi ?
— Ordre du Conseil, Monsieur Champignac. Vous apprendrez que souvent, essayer de détruire une entité supraterrestre n'est pas la meilleure option.
— Qu'allez-vous en faire, qui mérite que vous sacrifiez un enfant ?

Sans répondre, l'Anglais porta un à un les corps de ses collègues dans le camion, puis celui, sans tête, de l'enfant des étoiles. Enfin, il se remit au volant sous l’œil inquisiteur de Pacôme.

— Montez, nous ne pouvons pas rester ici.

Des années plus tard Pacôme eut l'occasion de se demander ce qu'il se serait passé si, à l'époque, il avait été plus fort, plus ferme avec ses convictions, plus courageux. Si il avait osé envoyer valser ce tueur d'enfant aux prétentions de sauveur de l'humanité et qu'il avait pris ses jambes à son cou. Toute la suite de sa vie, et de l'Histoire en aurait été bouleversée. Mais être un héros n'est pas toujours à notre portée. C'est sans doute pour cela qu'en ce froid jour de février 1944, Pacôme Ladislas, comte de Champignac, sachant ce qu'il avait vu et comprenant ce que cela impliquait, monta dans le camion beige qui bientôt disparut dans la brume entourant Szohôd.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License