Projet Kashi-sei, 1961
notation: 0+x
blank.png

But : Dans le village de Tsuchibuchi (aujourd'hui Tōno, dans la Préfecture d'Iwate) au cours de l'année 1910, une instance de Zashiki-warashi se serait apparemment manifestée dans un établissement d'éducation secondaire. Malgré l'existence avérée du Zashiki-warashi, les élèves de troisième et quatrième année furent incapables de l'observer, tandis qu'une majorité des élèves de première et seconde année affirmèrent en avoir eu une parfaite visibilité.

En raison de la capacité des Zashiki-warashi à apporter la bonne fortune aux personnes qu'il occupe, l'IJIEPA a jugé bon de tenter de persuader les Zashiki-warashi de viser des cibles spécifiques, plus spécifiquement des membres importants de l'autorité impériale, afin que leur grande chance puisse bénéficier au Japon.

La capacité de persuader et/ou de contrôler complètement le choix d'un hôte à hanter par un Zashiki-warashi permettrait également à l'IJIEPA de comprendre des détails spécifiques concernant sa nature.

Les principaux buts du Projet Kashi-sei incluent :

  • Étudier en profondeur les Zashiki-warashi ;
  • Trouver des solutions pour s'affranchir de la barrière de l'âge apparente (peut-être par l'ingénierie génétique) ;
  • Manipuler les choix de hantise (lieux et/ou personnes) des Zashiki-warashi ;
  • Persuader les Zashiki-warashi de hanter de hauts-dignitaires au service du Japon.

Ressources : Les ressources nécessaires au Projet Kashi-sei incluent :

  • La technologie d'ingénierie génétique nécessaire pour étudier plus en profondeur les génotypes des individus japonais connus pour avoir été ciblés par un Zashiki-warashi ;
  • L'acquisition de propriétés connues pour héberger un Zashiki-warashi ;
  • L'installation de chambres d'amis ou de remises afin de tenter de contacter un nombre important de Zashiki-warashi ;
  • La possible militarisation des Zashiki-warashi en tant que distractions des ennemis afin d'assister les forces japonaises ;
  • Jusqu'à 150 japonais volontaires connus pour entretenir une relation domestique avec un Zashiki-warashi.

Résultats : En raison des informations confisquées par la Fondation SCP concernant le Projet Kashi-sei, les travaux ont grandement régressé. Cependant, étant donné que les Zashiki-warashi sont majoritairement présents sur le territoire japonais, l'IJIEPA a pu laborieusement maintenir les bases du Projet Kashi-sei avant de pouvoir pleinement le relancer.

En 1965, l'IJIEPA a déterminé l'habitat préféré du Zashiki-warashi, une pièce entièrement meublée maintenue à basse température. Des objets pouvant être utilisés par les Zashiki-warashi pour jouer des tours aux humains doivent être disposés dans la pièce pour augmenter ses chances d'habitation. Ces objets incluent :

  • Des symboles musicaux ;
  • Des cloches ;
  • Des appareils d'enregistrement électriques ;
  • Des bombes à eau préparées ;
  • Tout objet sûr pouvant émettre beaucoup de bruit.

En 1971, l'IJIEPA a déjoué les secrets empêchant les personnes adultes de percevoir les Zashiki-warashi, en synthétisant plusieurs composants chimiques permettant aux esprits développés adultes de passer outre la barrière de l'âge.

Une portion extrêmement petite du cerveau localisée dans le lobe occipital voit son activité et son efficacité lourdement diminuer au cours de la puberté, son pic d'activité étant atteint vers l'âge de cinq (5) ou six (6) ans.

Cette portion découverte a été baptisée "sens du yōkai" et a été associée à la capacité de visualiser et d'appréhender les manifestations de tous les yōkai, y compris des Zashiki-warashi. La baisse d'énergie du sens du yōkai est liée aux hormones et à d'autres composants chimiques relâchés dans le corps au cours de la puberté.

A cette étape du Projet Kashi-sei, des composants chimiques naturels ont commencé à être développés par le personnel de l'IJIEPA afin d'augmenter et/ou de relancer l'activité du sens du yōkai.

En 1978, l'IJIEPA a fini de développer sa formule chimique, dont des tests biologiques ont été lancés sur des spécimens vivants. Plusieurs effets secondaires importants se sont manifestés suite à l'injection de cette formule, incluant mais non limités à :

  • Insomnie ;
  • Bipolarité ;
  • Fatigue ;
  • Anxiété ;
  • Dépression ;
  • Schizophrénie.

Des tests ont immédiatement été lancés pour chercher à contrer ces effets secondaires.

En 1983, l'IJIEPA est parvenu avec succès à grandement influencer la localisation d'un Zashiki-warashi à la faveur de plusieurs représentants de l'IJIEPA, leur assurant chance et prospérité futures dans leurs recherches.

Durant les mois de septembre à novembre 1983, l'IJIEPA est parvenue à assurer la domestication de Zashiki-warashi par des représentants de l'IJIEPA et des hommes politiques soutenant l'idéologie de l'IJIEPA.

En 1991, une grande partie des éclats fracturés de l'IJIEPA ont été unifiés en une unique faction. Il est supposé que cela soit dû à la chance fournie par les Zashiki-warashi qui bénéficierait au personnel de l'IJIEPA et aux individus sélectionnés parmi le gouvernement d'après-guerre.

En 1993, un grand nombre de sujets s'étant fait injecter la substance chimique permettant de réactiver le sens du yōkai ont souffert d'arrêts cardiaques. L'IJIEPA tend à supposer que les arrêts cardiaques pourraient être un effet secondaire de la formule chimique qui n'avait encore jamais été remarqué à ce jour. Il aurait été ignoré en raison de la longue période de temps mise avant qu'il ne se manifeste.

En 2008, les quartiers généraux et d'autres locaux de l'IJIEPA ont été reconstruits dans la Préfecture d'Iwate. L'IJIEPA est désormais officiellement composée des factions restantes après s'être fracturée une nouvelle fois. Les recherches autour du Projet Kashi-sei sont toujours en cours dans le but de militariser les Zashiki-warashi au service des forces armées de l'IJIEPA et de faciliter la reconstruction de l'IJIEPA grâce à la chance fournie par les Zashiki-warashi domestiqués.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License