Joséon
notation: +3+x
blank.png

Eun Mi étouffa un bâillement tout en continuant de marcher, en souhaitant silencieusement être encore couchée. Le Grand Dirigeant (le second Grand Dirigeant, ce qui était bizarre quand on prenait en compte le fait que l'ancien pensait vivre éternellement) était assez généreux pour assurer la scolarité pour tous. Elle aurait juste souhaité qu'il l'assure à des heures plus raisonnables de la journée. Éventuellement midi ? Assez de temps pour qu'une jeune femme (pas une petite fille, malgré ce que sa mère disait) dorme suffisamment.

Au moins, le petit-déjeuner était bon. Du riz, de la soupe et du kimchi. Il n'y a rien de pire que d'aller en cours en ayant faim. Elle espérait juste qu'elle n'avait pas trop mangé. La cuisine de sa mère était bonne, mais son père insistait sur le fait que personne ne voulait d'une gloutonne à la maison. Il souriait peut-être en le disant, mais c'était quand même inquiétant.


"Comment ça va Joe ?" Beth sirotait son café en s'appuyant sur la cloison, tout en regardant les mouvements sur le grand écran. Leurs bureaux n'était peut-être qu'une pièce, mais la mince cloison de métal entre chaque section permettait de rendre le tout plus ordonné… bien qu'un petit peu plus encombré.

"Bon, j'aimerais juste que R-445 arrête de faire des siennes tout le temps. On a dû embêter les russes pendant des semaines avant d'être raccordé, et maintenant ce putain de truc arrête pas de s'éteindre toutes les 20 minutes."

"D'après eux, en achetant l'alimentation, on a accepté de s'occuper de sa maintenance. Je suis presque sûr qu'ils voulaient juste s'en débarrasser." Elle se mit à sourire en voyant la frustration de son employé. Elle lui avait dit qu'ils n'avaient pas besoin du vieux satellite russe, mais il avait insisté pour obtenir une couverture absolue.

"Eh bien, j'espère qu'il va tomber et s'écraser sur le trou du cul qui l'a construit." renifla Joe, ses lunettes scintillant à la lumière des moniteurs. "Au moins, K-332 fonctionne bien maintenant."

"Quoi, Pyongyang vous autorise à vous brancher? C'est étrange de leur part." Les nord-coréens sont affreusement secrets, et ça s'applique même à leur satellite météo. Ils avaient essayé d'obtenir quelque chose au-dessus de 38° de latitude pendant des semaines, mais ils avaient fini par laisser tomber. L'objectif annoncé par Thelmann System était la possession d'un système de prévision météorologique à couverture totale ; il devrait se passer de la Corée du Nord pour le moment.

"Bien, si vous voulez savoir Mademoiselle Thelmann…" Il sourit à son boss. "Ils ne l'ont pas fait. Je l'ai piraté. Ils ont des systèmes vraiment obsolètes là-bas."

Beth était plus que consternée. "Joe ! Putain, tu cherches à provoquer un incident diplomatique ?!" Bien sûr, elle savait que Joe était obsédé par ce projet, c'est pour ça qu'elle l'avait mis sur le coup. Mais l'espionnage informatique était le genre de merde qui pouvait amener tous les pays qu'ils avaient en vue à se retirer le plus vite possible.

"Roh, arrête-" Le ton charmeur de Joe, qui était d'habitude amusant, lui tapait soudainement sur les nerfs.

"Non. Éteins-le et déconnecte-toi tout de suite. On va être obligé d'effacer les données et espérer qu'ils ne réalisent pas qu'on était dans leur système." Elle se mit à grogner, en se frottant le front. "Et commence à sérieusement réfléchir à la façon dont tu vas t'excuser pour toute cette merde."

Joe éteignit l'écran, en boudant en silence… Avant que sa voix ne revienne, très sèche "Hé patron."

"Bordel qu'est ce qu'il y a encore-"

"Regardez ça." Elle releva la tête, prête à le réprimander, mais les mots ne quittèrent pas sa bouche. Au-dessus de la péninsule coréenne venait de se développer un énorme tourbillon d'air. Suffisant pour faire passer même les pires des ouragans et typhons pour une simple brise.

"Nom de Dieu-"


Les rêveries d'Eun Mi concernant son poids qui ne cessait de changer furent interrompues par le vent. Balayant tout autour d'elle alors qu'elle marchait sur la route, amplifié par les bâtiments, il se mit à déchirer ses vêtements et à l'attirer. Elle se sentit déplacée de plusieurs centimètres juste par la force du vent. Criant de surprise, elle se jeta avec difficulté dans l'allée la plus proche, en regardant en l'air. Les nuages au-dessus d'elle étaient une masse tourbillonnante et déchaînée.

Que se passait-il ? De toute sa vie dans cette ville, elle n'avait jamais vu un temps pareil- Elle entendit des cris et des hurlements, tandis qu'une autre rafale de vent frappait. Le vent émettait un hurlement perçant à travers les bâtiments et elle s'accrochait au bord de la ruelle, de peur d'être emportée par un coup de vent.


"Mon Dieu, qu'est ce qu'il se passe bordel- pourquoi personne n'a encore appelé l'ONU ?! On doit s'assurer qu'ils vont envoyer des équipes de sauvetage sur les lieux à l'instant où la situation s'éclaircira !" Beth essayait désespérément de contacter le gouvernement sud-coréen. Pendant ce temps, la tempête apocalyptique se comportait de manière erratique, évoluant au-dessus du pays, comme si elle se préparait à frapper.

"Je sais pas d'où ce truc pourrait venir ! Pas la moindre de nos données recueillies sur les dernières semaines n'a montré quoi que ce soit de ce genre-"

"Restez à l'affût ! Les tempêtes ne viennent pas de nulle part-… oh merde." Beth sentit son téléphone lui glisser de ses mains lâches à l'instant où la gigantesque tempête s'arrêta… avant de s'écraser sur le pays.


Les mains d'Eun Mi s'engourdissaient en raison de la tension ; elle s'agrippait si fort au bord en béton de l'immeuble que ses doigts se mirent à saigner. Des larmes coulaient sur ses joues et s'envolaient au vent tandis que celui-ci augmentait, hurlant et rugissant comme une bête sauvage. Les quelques piétons qu'elle voyait étaient en train d'hurler et de crier. Un homme essaya de traverser la rue en courant mais fut emporté par le vent.

Ensuite, la pression douloureuse dans sa main disparut, tandis que le bâtiment qu'elle agrippait parut devenir transparent, jusqu'à disparaître. Le vent emporta Eun Mi, et elle vit les autres bâtiments disparaître eux aussi. Le sol sous ses pieds devint immatériel lui aussi, disparaissant de sa vue. Son cri de terreur fut de courte durée. La perte soudaine de millions de tonnes de masse créa un vide si grand qu'elle, et tous les autres citoyens de Pyongyang, furent soudainement et brutalement projetés au sol. Eun Mi fut tué presque instantanément par le choc, son cou se brisant sous la pression du changement de vitesse.


"… cinquième jour de l'opération de sauvetage, et d'autres corps sont récupérés dans l'océan. Le nombre de pertes est estimé à plusieurs millions, et il continue d'augmenter. L'ONU a publié une déclaration sur l'incident récent en Corée du Nord, affirmant qu'ils croyaient qu'il s'agissait d'un "acte de la nature". La récente fuite de documents confidentiels provenant de la Diète du Japon et indiquant un vol ayant frappé une organisation connue sous le nom de "La Fondation" suggère une autre version de l'histoire…"

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License