Joey l'Taré construit une machine volante
notation: +2+x
blank.png
désert

Joey l'Taré s'alluma trois cigarettes et regarda en l'air le ciel bleu et chaud, se demandant ce qu'il pouvait bien y avoir là-haut.

Il était logique pour lui qu'il devait y avoir quelque chose qu'il ne pouvait pas voir là-haut. Le ciel était la plus grande chose qu'il connaissait. Il était certain que le ciel était plus grand que le sol, qui était déjà immense. Et il savait qu'il y avait des choses là-haut. Il y voyait tout le temps des choses. Il y en avait même certaines qui restaient dans les airs, ce qui était bizarre parce que lui ne pouvait pas le faire. Il avait bien essayé de lancer des choses et de les faire rester en l'air, mais ça n'avait jamais marché.

Il avait commencé une liste de tout ce qui était là-haut à sa connaissance, pour organiser ses pensées quand elles devenaient trop grosses pour sa tête. Elle était écrite avec de la graisse à roulement, sur un mur de la ruine du Resto de Vic Vulture. Joey avait déjà vu des outils d'écriture avant, mais les avait oublié après sa mort. La graisse remplissait très bien son rôle, et permettait aux lettres d'être plus grandes et plus faciles à lire.

1 - OISEAUX

PETITS. DESCENDENT DES FOIS. MANGENT DES TRUCS. UTILISENT BRAS DE OISEAUX POUR RESTER EN HAUT ??? LEUR DEMANDER COMMENT FAIRE.

Joey avait déjà vu beaucoup d'oiseaux et constaté qu'ils pouvaient monter dans le ciel plus ou moins quand ils le voulaient. Il savait qu'ils étaient vivants, presque de la même manière que lui. Il savait cependant qu'ils descendaient, probablement parce qu'ils étaient obligés. Il en déduisait que tout ce qui pouvait rester à volonté dans le ciel ne redescendrait probablement jamais volontairement. Il déduisait aussi que si les oiseaux étaient vivants, pouvaient bouger partout et mangeaient des trucs comme lui, le plus simple serait de simplement parler à l'un d'entre eux et de lui demander comment il montait si facilement dans le ciel, ou au moins de lui demander où il l'avait appris, pour que Joey puisse apprendre aussi.

Joey aimait apprendre, c'était pour ça qu'il était maire.

2 - NUAGES

PROBABLEMENT GRANDS. VRAIMENT HAUTS. DESCENDENT PAS. S'EN VONT DES FOIS. CHANGENT DE FORME TOUT LE TEMPS. FONT UN PEU PEUR ? PROBABLEMENT MAGIQUES AUSSI.

C'était là que Joey commençait à entrer sur un territoire intellectuel dangereux et quelque peu effrayant. Les nuages rendaient Joey mal à l'aise, parce qu'ils désobéissaient ouvertement à ce qu'il pensait être des constantes universelles. Tout ce qu'il connaissait, à quelques exceptions critiques près, descendait après être monté. Pas les nuages. Les objets qu'il côtoyait ne changeaient pas de forme, à moins qu'on leur fasse quelque chose. Les nuages ne semblaient pas en avoir grand-chose à faire. Il leur arrivait aussi de disparaître et de réapparaître au hasard, refusant d'adhérer à quoi que ce soit qui pourrait ressembler au bon sens ou à l'ordre que Joey comprenait. Joey ne leur faisait pas confiance et suspectait que les nuages étaient des choses créées par des sorciers, ou, plus horrifiant encore, étaient eux-mêmes des sorciers.

3 - SOLEIL

MERDE MERDE MERDE PUTAIN AÏE MERDE

Joey avait passé un jour entier, de l'aube au crépuscule, à observer le soleil pour voir ce qu'il pouvait bien faire toute la journée et s'était fait mal aux yeux. Ça l'avait énervé au début, parce qu'il n'avait rien fait au soleil et qu'il ne voyait aucune raison pour qu'il lui fasse mal. Et ça l'avait terrifié, parce que s'il pouvait lui faire mal sans même le toucher, qu'est-ce qu'il pouvait faire d'autre. Il avait alors passé du temps à regarder directement dans le jet d'un tuyau d'arrosage pour refroidir ses yeux, se demandant à quoi il pouvait bien avoir affaire et s'il devait arrêter. Le soleil était plus mystérieux et menaçant même que les nuages, et il commençait à penser que le soleil était probablement le patron des nuages. C'était sûrement pour ça qu'il était tellement fort et brillant, comme son Patron à lui.

4 – TRUCS EN FLÈCHE DANS LE CIEL

UN PEU COMME OISEAUX, MAIS VRAIMENT HAUTS ET BATTENT PAS DES AILES. BRUYANTS. PAS SÛR GRAND COMMENT. DESCENDENT PAS. ILS POINTENT QUOI ???

C'était peut être les choses les plus mystérieuses que Joey avait pu voir. Ces objets apparaissaient souvent en faisant un énorme bruit, grondant comme du tonnerre, et pointaient une direction dans le ciel tout en se dirigeant dans cette direction. Il était évident qu'ils essayaient d'attirer son attention, mais il n'avait aucune idée du message qu'ils pouvaient bien essayer d'envoyer. Ils pointaient des fois dans des directions différentes, ce qui était très déroutant. Joey supposait que des parties du message lui échappaient, mais il était déterminé à découvrir ce que ces choses cherchaient exactement à lui dire.

Joey était assis sur une pile de pneus en feu, appréciant la manière dont il sentait la chaleur sur ses fesses, et regardait la liste qu'il avait écrite sur le coté du bâtiment. Il fumait, et pensait. Il y avait tellement de choses qu'il ne comprenait pas. Il voulait toutes les comprendre un jour, alors il pourrait être intelligent et rendre l'Patron fier de lui. Mais c'étaient les choses dans le ciel qui l'intriguaient le plus. Il était quasiment certain qu'apprendre tout ce qui est dans le ciel le rendrait heureux, et rendrait l'Patron heureux aussi. Ça serait bien.

Mais il n'avait aucune idée de comment arriver là-haut.

"Joey ! Joey, à l'aide !"

Deux hommes et une femme morts approchaient Joey sur son trône de caoutchouc brûlant. L'un des hommes avait quatre bras et un tablier de cuisinier. C'était Chef, et il faisait les meilleurs soupes d'huile et burgers de ferraille de la ville. L'autre mesurait 2,40 mètres et avait assez de muscles pour déchirer une voiture en deux, ce qu'il accomplissait sur demande dès que quelqu'un était trop impatient pour dévisser normalement. Son nom était Génial, parce qu'il était génial.

La femme portait une robe d'été jaune que Joey trouvait très mignonne et avait un parapluie avec un petit lance-flamme installé dessus. Ce dernier, avait-elle expliqué à Joey, était censé brûler la pluie avant qu'elle ne la mouille. Joey trouvait ça plutôt malin. Son intelligence naturelle et humble, combinée à ses yeux laiteux et ses lèvres absentes, la rendait irrésistible. Son nom était Fleur, parce qu'elle était très belle. Joey en pinçait pour elle, mais était trop timide pour lui en parler.

Chef était devant, il portait une petite boîte en carton sur laquelle figurait des images et des inscriptions. Il la tendit à Joey.

"Joey, on a trouvé c'truc, mais on sait pas c'que c'est. Tiens, attend, regarde ça."

Chef secoua la boîte, qui faisait un bruit de cliquetis.

"Joey, qu'est c'que c'est que ce foutu machin ? J'veux même pas l'ouvrir au cas où il y aurait des bestioles dedans, ça me fout les j'tons les bestioles. Mais il y a des mots dessus, alors pt'être que tu pourrais regarder et nous dire c'qui a dedans ?"

Joey acquiesça, il ne voulait avoir l'air stupide devant Fleur. "Okay, fait voir."

Chef la lui remit, et Joey l'inspecta.

Il était écrit : "LEGO" en lettres blanches sur un fond rouge et jaune, ainsi que les mots "Boeing 787 Dreamliner", ce qui ne faisait aucun sens pour lui. Mais au fond et sur d'autres parties il pouvait voir les mots "construction", "kit" et "jouet", qu'il connaissait.

L'image de couverture ressemblait presque exactement à un de ces trucs en flèche dans le ciel. Et il était dans le ciel. Il volait.

Génial disait très fort, "Qu'est-ce q'ça dit, Joey ?! Il y a des bestioles dedans, ou alors c'est, genre, d'la bouffe ? Attends, est ce que les bestioles ça peut être d'la bouffe ?"

Fleur rigola. "Non, abruti, les bestioles c'est pas de la bouffe."

Le rire de Fleur tira Joey de ses pensées.

"C'est un jouet. C'est fait d'un tas de petites pièces, et quand tu mets toutes les pièces ensemble ça fait … ce truc."

Fleur leva les poings en l'air. "Cool ! Ça va sûrement être trop marrant !"

Génial craqua ses phalanges, provoquant des claquements aussi forts que des coups de feu, et répondit, "Ouais ! Et une fois construit, on l'explose ! L'explosage c'est toujours l'plus marrant."

Chef plissa les yeux. "Attend. Mais c'est fait de tout p'tites pièces, pas vrai ? Donc ça veut dire … qu'après l'avoir explosé, on peut l'reconstruire."

Fleur écarquilla les yeux et secoua Chef par sa chemise. "Oh putain Chef ! On peut juste faire ça en boucle ! C'est comme pour les voitures ! Okay, je m'occupe de la construction, Génial s'occupe de l'explosage et Chef peut être le patron !"

Le trio s'éloigna, parlant avec excitation de la perspective d'une après-midi passée à s'amuser à construire et détruire des choses.

Joey était confus.

C'était un truc en flèche dans le ciel, il le savait. Et cette boîte avait des pièces qui, d'une manière ou d'une autre, permettait d'en fabriquer un. Si c'était le cas, et que des gens faisaient des jouets à partir des trucs en flèche dans le ciel, alors il était possible que ces trucs en flèche soient en fait des machines.

Et on peut fabriquer des machines.



Réfléchis Joey. Tu peux le voir. Ramasse tes outils.


Forge les ailes de ton peuple à partir du fer étincelant, et envole-toi.


Je sais que tu peux le faire.




Joey souffla une bouffée de fumée par son nez absent, et se renfrogna de détermination.

"J'vous laisserai pas tomber, Patron."




Joey l'Taré construit une machine volante | Joey l'Taré s'élance vers les cieux »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License