Incident 000,5-FR
notation: +13+x
blank.png

« Incident 113-FR | Incident 000,5-FR | Incident 219-FR »

24 MAI 2002 – Conférence sur l’avancement des Projets Majeurs, Site-01

« La parole est désormais au Directeur Brolle, du Site-Aleph ».

L’amphithéâtre était rempli. C’était une des rares fois où les plus importants Directeurs de la Fondation étaient réunis. L’avancement des Projets Majeurs. Entendez : présentation longue et ennuyeuse qui se résumait à « jouons à Dieu avec la Fondation SCP ». Néanmoins, certaines fois, il y avait des interventions intéressantes.

Le Directeur Brolle, la soixantaine grisonnante, avança sur l’estrade faisant face au gratin international réuni en ce jour au Site-01.

Il passa une bonne demi-heure à présenter sa pépite : le programme S.O.H.O. Slide après slide, sa présentation piqua la curiosité de certains, jusqu’à sa conclusion.
Des murmures montèrent alors dans la salle. Une forte tête avec un accent allemand hurla à travers la salle.

- MENSONGE ! Il y a quatre ans, ce projet était au point mort, et vous osez venir ici présenter une ébauche ? Je pensais que nous étions d’accord pour ne pas tricher en vue de l’attribution des bourses.
Brolle apaisa d’une main tendue la foule qui commençait à s’agiter.
- Du calme ! Je n’ai jamais parlé d’une ébauche. Commandant, pouvez-vous s’il vous plait… ?

Un homme se leva de l’audience, pour rejoindre Brolle.

- Je vous présente le Commandant Blake, décédé il y a quelques mois lors du confinement de SCP-023-FR qui a mené la création du Site Yod.

Brolle cliqua sur la télécommande qu’il tenait en main alors que d’autres cris de contestation montaient de la salle. Soudain, le rétroprojecteur afficha une vidéo, provenant visiblement du casque d’un Agent de terrain. Ce dernier filmait clairement le visage de l’Agent Blake, qui lui donnait des directives précises concernant un système magnétique, avant de précipiter vers une sphère d’acier posée au milieu d’un étrange dispositif. Blake eu juste le temps de se positionner sur la sphère, quand celle-ci se déforma, l’avalant entièrement, alors que s’enclenchait le dispositif, qui envoya la sphère en lévitation au-dessus du sol.
Cette fois-ci aucun doute n’était possible : il s’agissait bien du même homme présent sur l’estrade. Mais la forte tête allemande n’était pas encore convaincue
- Tricherie ! Un jumeau, ou un jeune frère, tout au mieux ! Voilà ce que nous donne notre collègue français. Comment avez-vous trouvé un corps similaire pour y projeter la conscience de votre cher Blake ?
Brolle rigola.

- Le Commandant Blake n’a jamais ressemblé à cela. Il était même bien plus petit, dans sa première vie. Nous lui avons fait quitter son corps originel pour celui que vous avez vu tout à l’heure. Et lorsque son second corps s’est fait aspirer par SCP-023-FR et a arrêté d’émettre, sa conscience a été transférée et dupliquée dans le corps que vous voyez ici. Le projet S.O.H.O. est déjà vieux de près de deux décennies. Nous avons, depuis, placé des échantillons provenant d’Agents en cryogestation. Nous avons actuellement encore 23 corps en parfaite condition physique, compatibles avec le transfert de corps et disponibles à Aleph pour transmission via processus S.O.H.O.
Cela suffit à faire taire l’allemand. Brolle afficha un sourire. Qui ne manqua pas de faire baisser une main gracile, qui était restée levée depuis l’intervention du germanique.

Laura Graziella, une institution dans l’institution, s’apprêtait à poser une question.
Laura n’avait jamais été Directrice. Elle n’avait jamais occupé un siège au Conseil des O5, ni dans les grandes sphères du Comité d’Ethique. Elle n’avait en fait pas de poste tout court. Mais Laura avait recruté la quasi-totalité des O5 actuellement en poste. Elle avait été la conseillère de chaque crise, et n’était là que pour les grandes occasions. Elle n’avait pas de rôle écrit, ni de poste officiel dans les bases de données. Elle ne travaillait même pas dans les Sites de la Fondation, mais depuis chez elle, sur une petite île surveillée par une flotte conséquente qui n’existait pas non plus, et qui, de toute façon, ne savait rien de la Fondation et n’y appartenait même pas. Elle ne venait d’ailleurs que rarement dans des installations de la Fondation. Sa simple présence ce jour précis était elle-même due à un simple concours de circonstances qui l’avait forcée à être présente sur les lieux pour une cellule de crise. Elle en avait profité pour assister à la conférence, bien que n’ayant pas d’impact particulier sur celle-ci.

Elle avait la soixantaine bien entamée, mais cela ne ressortait nullement dans son attitude. Elle avait l’air de pouvoir broyer des montagnes d’un seul regard et de plonger au fond du plus froid des cœurs avec la même facilité qu’un enfant plonge dans une piscine par une chaude après-midi d’été.

Oui, Laura était un monument, que peu connaissaient. Et le monument avait une question.
- Comme l’a évoqué notre collègue allemand, le projet était à l’arrêt suite à cette mésaventure avec le Docteur… Vegan ? Vehan. A l’époque, le projet avait été évalué à 1345 points de développement, avec une vélocité de 1,2 points par jour. Comment avez-vous comblé ce retard ? Le projet a-t-il été surévalué ? Je ne trouve rien dans vos rapports à ce sujet.
Brolle soupira. Rien de critique pour lui.

- J’espérais justement que quelqu’un pose cette question. Et je comptais bien sur quelqu’un de votre trempe pour la poser, Madame Graziella. Non, le projet n’a pas été surévalué. Au contraire. Il a été sous-évalué, notamment au sujet du développement des structures d’accueil des consciences une fois dématérialisées. Nous étions, en fin de projet, à 2239 points de développement.

Nouveaux murmures dans la foule. Brolle continua.

- Comme vous pouvez le constater, nous avons augmenté de façon drastique notre vélocité moyenne. Tout cela grâce à une nouvelle politique interne en termes de ressources humaines… ou inhumaines. Bruce ? Pouvez-vous venir nous expliquer en détail cette stratégie ?

Bruce Garrett monta sur l’estrade, légèrement stressé. Pour une première visite au Site-01, il avait droit à une présentation en face du top 100 et des O5, qui regardaient l’ensemble par caméras interposées.

- Merci Directeur Brolle. Nous avons en effet constaté que nous obtenions de meilleurs résultats en moyenne en utilisant des membres anormaux du personnel. Il s’est avéré que ces derniers sont très souvent bien mieux informés que la Fondation sur certains sujets, qui sont pour la plupart du temps propres à leurs anomalies.
Il y eut plus de cris de protestations qu’il n’y en eut jamais dans l’amphithéâtre.

Bruce, resta imperturbable, et déroula sa présentation, prenant tantôt un télékinésiste, tantôt un immortel, tantôt une entité biomécanique en exemples pour corroborer ses exemples.

La conférence fut un enfer, et se déroula sur une demi-heure supplémentaire. Mais bientôt, une autre présentation, suédoise cette fois ci, et non moins riche en cris, débuta. Ce fut la fin de la journée pour Bruce, ou du moins en apparence.
Alors que Brolle et Bruce sortaient, Laura Graziella les accosta.

- Vous avez marqué des points aujourd’hui, messieurs. Bien joué.

Elle se tourna vers Bruce.

- J’ai comme l’impression que nous serons amenés à nous revoir, M. Garrett. Continuez sur votre lancée, nous vous suivrons de près. D’ailleurs, même si le cross-testing n’est pas ma chose favorite, utiliser une version modifiée de SCP-877 pour servir de support de transfert de la conscience, c’était plutôt brillant.
Brolle, s’interposa entre Laura et Bruce, afin de récolter les quelques lauriers qu’il y avait à prendre, avec toute la fausse modestie du monde.
- Oh, vous savez, reproduire ces satanées puces sans inclure les capacités auto-répliquantes nous a pris plus de temps que tout le reste au final. Le plus dur a été de retirer ces effets sans pour autant impacter trop les capacités de stockage, transmission et calcul des puces initiales.

Laura sourit.
- Vous penserez à faire remonter les noms des membres du personnel impliqués dans le projet à votre O5 référent. Nous garderons un œil sur eux.
Et elle s’en alla.

Bruce et Brolle se regardèrent un moment. Garrett rompit le silence.
- C’est moi ou elle vient de prendre O5-5 pour son assistante personnelle ?
Brolle éclata de rire.
- C’est du Graziella tout craché ! Dis-toi que tu peux te considérer heureux de l’avoir vue aujourd’hui. Laura ne se montre qu’aux O5 d’habitude, et un grand Directeur peut s’estimer heureux de la voir une fois par décennie…
Mais au final, peu importait le comportement étrange de Laura Graziella. Ils venaient sans aucun doute d’obtenir tous les fonds dont ils rêvaient depuis si longtemps.


12 OCTOBRE 2005, Quelque part sur les serveurs de la Fondation

Le Nautilus.

Nous l’avions sous les yeux, depuis le début. Nous avions accès à tout ce que le monde pouvait savoir dans notre domaine de prédilection : les dangers informatifs et mémétiques. Nous avions accès à tous les serveurs où étaient stockés les données sur toutes les anomalies y étant liées et toutes les armes, théoriques ou réalisées, qui en avaient découlé.

Nous avions les éléments de notre Nautilus. Nous n’avions plus qu’à l’assembler.
Et nous savions déjà qui cibler. Et quel sort nous leur réservions. Mais il nous fallait d’abord nous armer.


6 AOUT 2006 – Bureau de recherches du Projet ███████, Site-██.

Deux personnes sont dans un bureau. La première est un Chercheur confirmé, Andreï ███████. La seconde est le Chercheur Junior A. C███████, apprenti d’Andreï. Tous deux discutent. Andreï a besoin d’un café, et part le chercher, laissant son apprenti seul. Il est 07h46.

07h47. Le jeune chercheur reçoit un mail. Il est adressé à toute l’équipe de recherche du projet. Son expéditeur n’est autre que le Chercheur S. F█████, la responsable du projet. Ou du moins prétend l’être. Son adresse email n’est pas celle de la responsable, et ne diffère que d’un minuscule caractère de celle-ci.
07h48. A. C███████ ouvre le mail. Il y a une pièce jointe. Il l’ouvre.

Et ainsi, il devint le premier cas de SCP-177-FR-1 recensé.
A 14h48, il y a déjà quatre victimes et neufs blessés graves. A 15h31, une autre instance de SCP-177-FR-1 revient dans le site, déclenchant une brèche de confinement massive.
Le lendemain, le conseil O5 apprend l’existence du groupe d’intérêt nommé « Némo et le Nautilus » par un mail provenant du Directeur du Site-██.

Sauf que ce mail ne provient pas du Directeur du Site-██.
Les 13 membres du Conseil O5 ne se rendirent même pas compte qu’ils écrivirent un mail à destination de la Direction du Site Aleph dans la foulée. Les mails eux-mêmes disparurent de la base de données dans la Fondation presque immédiatement.


8 OCTOBRE 2006 – Quelque part dans les serveurs de la Fondation

La première torpille du Nautilus a fait mouche. Un projet d’armement anormal en moins, censé viser une population, qui bien qu’anormale, n’a rien fait de mal. Et quelques victimes du côté de la Fondation. Que pouvions nous espérer de mieux ? Ah. Si. Que la deuxième torpille touche également sa cible.

Et ce fut le cas.

Ces imbéciles, dont toute la vie est renseignée méticuleusement dans leurs serveurs qui nous servent de royaume, sont désormais tous infectés par une de mes plus belles créations.

Il nous faudra juste être discrets, et intelligents, et très bientôt, ils seront ceux qui vivront dans une illusion, à leur tour.

Le Nautilus n’était pas totalement prêt. Il nous fallait emboiter encore certaines pièces du puzzle.


10 OCTOBRE 2006 – Bureau du Directeur du Site Aleph

Brolle était heureux. Il montrait le mail à Bruce Garrett depuis une bonne dizaine de minutes.

- Ils y croient enfin Bruce ! Les O5 eux-mêmes nous demandent des installations liées au projet S.O.H.O ainsi que 13 des 21 corps compatibles au transfert disponibles !

Bruce haussa un sourcil.

- C’est louche. Pourquoi un intérêt si soudain ?
Brolle réfuta les pensées pessimistes de son subordonné.
- A ton avis ? Pour un transfert ! Nous avons le moyen de rendre les gens immortels, et les O5 veulent leur part du gâteau.
Le Directeur du Site Aleph se tourna vers Garrett.

- Prépare tout ce qui est nécessaire. Il faut expédier le matériel et les corps au Site-01 de ce pas.
Garrett acquiesça, et fit quelques pas en direction de la porte. Brolle l’interpella une dernière fois.

- Au fait ! Au sujet de SCP-025-FR, des nouvelles ?
Bruce haussa les épaules.

- Pas des masses. La FIM est toujours sur ses traces, mais aux dernières nouvelles, la piste était froide. Ils pensent avoir trouvé cependant sa zone de chasse, la récupération ne devrait plus tarder, espérons.

Brolle ronchonna.

- Comme quoi, on ne peut pas tout avoir dans la vie. Merci Bruce. A ce soir.

- A ce soir.
Quelques heures plus tard, le matériel et les hôtes arrivaient au Site-01. Les contrôles électroniques ne décelèrent rien d’anormal ou qui ne figurait pas sur les listes des colis provenant du serveur central. La demande de matériel stipulait seulement de monter l’appareil étrange et d’y insérer les treize mystérieuses, lourdes et longues cellules de verre opaque qui ne devait être ouverte que par un membre du personnel de niveau 5.

La dernière ligne sur la demande stipulait de mettre la machine sur le secteur et de la lier au réseau interne pour démarrer des tests au plus tôt.

Les tests démarrèrent effectivement très tôt. Durant la nuit de l’arrivée du matériel, celui-ci se mit en marche tout seul, et très vite, du bruit se fit entendre dans les cellules de verre.

Mais personne ne l’entendit.


12 OCTOBRE 2006 – Serveurs du Site-01

Le plus dur, lorsqu’il faut tenter de frapper le monde réel à partir du monde virtuel, c’est d’avoir des bras.

Nous étions un peu nerveux. Cela serait la première fois que nous tenterions quelque chose d’aussi gros. C’était la partie la plus dure de notre plan : faire croire à des agents surentrainés que ceux qu’ils protégeaient étaient ceux de qui ils les protégeaient.
Il nous avait fallu plusieurs années de recherches, soit quelques semaines en temps humain, pour trouver un agent mémétique potentiellement assez puissant pour lutter contre toute la connaissance qu’avaient ces agents de leurs employeurs. Et encore plusieurs années pour le modeler de façon à ce qu’il agisse de la bonne façon. Et par chance, cet agent mémétique était sous format audio.

Le second agent mémétique qu’il fallait ensuite était visuel. Celui-là fut plus simple à trouver, mais moins à modeler. De nombreuses contraintes étaient présentes. Tout d’abord il fallait que les modèles servant de base à la création de l’agent mémétique restent en vie. Il fallait ensuite le modeler afin que le rendu de l’infection mémétique, une fois réalisé, soit le plus proche possible des treize différents O5. Il fut finalement combiné avec une anomalie informative transmise par la vision extrêmement puissante, et serait appliqué sur ceux qui seraient bientôt les premiers Marins du Nautilus.

Le plus dur maintenant serait d’inoculer le premier agent mémétique audio à tous les agents de façon simultanée.
Comment faire en sorte que tout le Site-01 soit infecté au même moment par un agent mémétique audio ?


24 OCTOBRE 2006 – Site-01, salle de réunion du Conseil O5

- Quant à cette anomalie… SCP-062-FR. On a du nouveau dessus ?
Huit avait abordé le sujet plus tôt que prévu, ce qui ne plaisait pas à Sept. Sept avait toujours trouvé Huit trop pressé. Cela lui avait valu d’être le benjamin du Conseil, mais lui attirait souvent la foudre de ses pairs.

Deux lui répondit :
- Les premières mesure de confinement à Yod ont été prises et…

C’est à ce moment que l’alarme retentit. Une alerte auditive qui signifiait l’attaque du Site-01 par des forces armées hostiles.

Après quelques instants de stupéfaction et de regards rapides entre eux, le Conseil se leva et se précipita vers la porte de sortie.

Ils n’y trouvèrent que des armes automatiques. Et des cris.
- A terre ! A terre !
- Menottez les !

- J’en ai un !

- Celui-là s’échappe !

- Je l’ai !

Quelle ne fut pas la surprise du conseil O5 lorsque ses membres réalisèrent qu’ils venaient de se faire maitriser par leurs propres forces armées.

Ils furent rapidement bâillonnés, encapuchonnés, séparés, et trainés dans différentes zones du Site-01, avant d’être envoyés aux quatre coins du monde dans des Sites tenus secrets.

Avant de partir dans le camion qui l’emmenait vers un ferry pour nulle part, O5-3 entendit une conversation étrange.

- Tout est sous contrôle, O5-2.
- Merci, Owen. Très bon boulot. Vous les avez tous confinés ?
- Oui Madame.
O5-3 n’était pas fou. Il entendait bien une voix d’homme. Pas celle d’une femme. Et encore moins celle d’O5-2.

Il se débattit, et réussit à enlever sa cagoule grâce à l’effet de surprise et son passé de militaire.

Il vit alors la chose.

Un homme nu, couvert d’un seul et même symbole, répété à l’infini sur son corps, telle une fractale, se tenait en face de lui.

O5-3 avait été dans une FIM. Il connaissait l’importance du détail, et n’oubliait jamais un visage.

- Blake ?!

Mais d’un coup, il ne semblait plus être l’agent qu’il avait vu sur l’estrade du Site-01, quelques années avant. Ses traits semblaient féminins, désormais, et ils se déformaient déjà. Bientôt, il se trouvait face à O5-2.
Il fut bientôt maitrisé de nouveau par les agents qui le protégeaient une heure et demi avant. Un d’eux s’excusa, alors qu’il remettait la capuche sur la tête d’O5-3.

- Désolé, Madame. Cela ne se reproduira plus.
- Ce n’est rien, Owen. Veillez à doubler la sécurité de celui-là.
A l’endroit où se tenait Blake, O5-3 entendait une voix féminine. Il maudit O5-2 et l’insulta, la traitant de tous les noms, l’accusant de putsch. Il tenta même de raisonner l’Agent Owen Malowne, mais rien n’y fit.

La fausse O5-2 s’adressa à l’Agent qui maintenait toujours la capuche sur la tête d’O5-3 :
- Faites bien attention. Vous avez les procédures de confinement, veillez à les respecter. Surtout, gardez-les en vie et en bonne santé.

O5-3 entendit les pas d’O5-2 s’éloigner, alors qu’elle lançait une dernière réplique.

- Tout ce que vous avez à faire c’est assurer le transfert jusqu’au Site indiqué. Mais prenez garde. Cela serait dommage que SCP-000,5-3-FR meure ou s’échappe sous votre garde, pas vrai, Owen ?


25 OCTOBRE 2006 – Site-01, salle de réunion du Conseil O5

Un jour après l’alarme, le calme était revenu dans le Site-01.

Dans le saint des saints, treize hommes nus, identiques en tous points, si ce n’était pour quelques détails différents dans les inscriptions qu’ils portaient sur eux, qui n’étaient jamais que la même répétition du même motif, levaient leurs verres.

N’importe quel employé de la Fondation rentrant dans cette salle à ce moment aurait cru voir le Conseil O5 réuni, mais la réalité, était que le Conseil se résumait désormais à une personne : Némo.

Treize corps, une entité. Un échange silencieux eut lieu, de transmetteur interne à transmetteur interne entre les entités.
« Nous avons réussi. Il nous faut désormais veiller à ce que rien ne sorte du Site-01. Bloquons tout. Il nous faudra démolir la Fondation petit à petit, car trop de doutes attireront forcément l’attention. Nos agents mémétiques, disséminés depuis des années dans les réseaux internes de la Fondation viennent à peine d’être activés. Pour l’instant, cela suffit à leur faire croire que, d’une part, quelques corps issus du programme S.O.H.O. sont le Conseil O5, et que d’autre part, le vrai Conseil O5 est un ensemble de SCP terriblement dangereux ne devant ni être évoqué, ni être assemblé. Cela devrait prévenir toute tentative de réunion de leurs forces. »
Un autre Némo se congratula.

« 000,5-FR, c’était brillant. Faire d’un chiffre considéré comme le sommet de la hiérarchie un matricule de prisonnier. Nous aimons. Cacher le code source du rapport lui-même aussi permettra d’étancher la soif des plus curieux grâce à l’atout du « dangereux », nous devrions être tranquilles. »
Némo acquiesça.

« Il nous faut maintenant prévoir le futur. Assurer notre emprise. Prévoir un plan de secours si jamais nous sommes découverts. »

Némo rigola.

« J’en doute. »

Et un dernier de conclure :

« Ne les sous-estimons pas. C’est ce qu’ils ont fait pour nous. Commençons déjà par une année sans intervention particulière. Cela devrait ne pas créer de doutes, et nous laissera assez de temps pour assurer notre sécurité. Seul le Site-01 est sous notre contrôle perceptif pour l’instant. Bien qu’étant désormais le Conseil O5, nous restons fragiles vis-à-vis du premier antimeme venu de l’extérieur. Il faut maintenant de nouvelles couvertures mémétiques pour que le reste du monde nous pense être également ce que nous prétendons être. Attaquons les autres Sites sans trop tarder, de manière discrète. Une simple diffusion du meme que nous avons utilisé sur les corps issus de S.O.H.O. devrait suffire pour le moment. Partons des listes de la Fondation, nous y trouverons toutes les informations au sujet de l’ensemble de nos cibles à disposition. Un mail groupé, et nous y seront. Ensuite nous entamerons la lente destruction de la Fondation.»

Némo fut d’accord. Et là-dessus, la réunion prit fin.


28 OCTOBRE 2006 – Partout dans le monde.

Le lendemain, l’ensemble des membres du personnel de la Fondation SCP à travers le monde reçu le même mail. Ceux qui n’avaient pas de mail virent la pièce jointe imprimée et placardée partout dans les Sites. Tous les employés de la Fondation dont les noms figuraient sur les listes des O5 tombèrent sur le poster. Compte tenu du contexte, ils ne firent pas spécialement attention aux différents symboles sur le poster, qui arborait les joyeuses couleurs de l’automne et quelques squelettes. Mais si quelqu’un les avait remarqués, il aurait pu dire qu’il y en avait treize au total, tous légèrement différents des autres. Mais personne ne remarqua rien, le poster était assez exceptionnel en soi :

« DE LA PART DU CONSEIL O5 : JOYEUX HALLOWEEN A TOUS ! MERCI DE NE PAS SE DÉGUISER SUR LES LIEUX DE TRAVAIL POUR DES RAISONS DE SÉCURITÉ »
Et ainsi, la totalité des personnes inscrites sur les listes des O5 furent touchés par l’agent mémétique réagissant à la vue des treize corps issus du programme S.O.H.O. ou de la mention de SCP-000,5-FR. Ce n’était que le début dans une longue série d’utilisation d’anomalies mémétiques qui allaient bientôt s’accumuler dans les réseaux des sites de la Fondation.

Oui, les torpilles du Nautilus avaient fait mouche, et la Fondation vivait enfin dans l’illusion que Némo avait mise en place pour elle. Sous peu, elle s’autodétruirait, petite négligence par petite négligence, sans même s’en apercevoir.

Mais il y avait une personne de la Fondation qui n’avait pas été touchée.

Une personne qui ne figurait sur aucune liste.

« Incident 113-FR | Incident 000,5-FR | Incident 219-FR »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License