À la prochaine fois
notation: +1+x

Bonjour, je suis l'Agent Tyler ; comment vous appelez vous ?

"Bonjour, je suis l'Agent Tyler. Alors, quel est votre nom ?"

"Ellen Jones."

Vous souvenez vous de comment vous êtes arrivée ici ?

"Comment êtes vous arrivée dans cet endroit ?"

"Il m'a amené ici."

Qui ça ?

"Qui vous a amené ici ?"

"Celui qui se souvenait de mon nom."

Avez vous déjà rencontré quelqu'un d'autre partageant cette particularité ?

"Était-il le seul à en être capable ?"

"Oui."

Combien de temps êtes vous resté ici ?

"C'était il y a combien de temps ?"

"Je ne sais pas. Vingt, vingt-cinq ans, peut-être."

Y a-t-il déjà eu un incident significatif avec des membres de la Fondation ?

"Y a-t-il déjà eu des incidents entre vous et des membres du personnel ?"

"Oui, vous l'avez tué."

Que voulez vous dire ?

"Qui a tué qui ?"

"Vous l'avez tué… celui qui se souvenait, le seul."

Pourquoi ?

"Pourquoi ?"

"Il tentait de m'aider."

Je crois que c'est suffisant pour l'instant.

"Bien, je crois que nous en avons assez fait pour cet entretien."

"Je vous en prie."

…Merci.

"…Merci."

Puis l'Agent Tyler s'en alla. La façon dont il se releva et glissa vers la porte si craintivement, cela n'avait pas changé en deux décennies. Je me souvenais de chaque mot du dernier entretien. Toujours la même conversation ; de légères différences, bien sûr, mais après l'avoir entendu quelques fois, je connaissais le script sous-jacent. Il venait régulièrement, habituellement tous les mois, parfois une fois par saison, parfois le jour suivant. Je ne sais pas pourquoi c'est toujours lui qu'ils envoient ; j'assume qu'ils n'en ont même pas conscience. Ça n'a pas d'importance. Ils sont tous pareils.

Tous sauf un.

Je ne sais pas pourquoi il était différent, pourquoi il pouvait voir, mais je m'en fichais. Qu'il puisse était suffisant. Peut-être était-ce pourquoi j'ai été si égoïste avec lui. Peut-être était-ce pourquoi je l'ai laissé risquer sa vie pour moi. Je n'avais pas réalisé que si il mourait, cela couperait mon seul lien avec le monde.

Ils l'ont tué… non, je l'ai tué. Ils n'avaient aucune idée de ce qu'ils faisaient. Ils ne le pouvaient pas, il n'y avait que moi. Je savais ce que je faisais. Je l'ai tué.

Il était le seul à se soucier de moi. Il était le seul à le pouvoir. Il savait ce qu'était mon existence, ce corps qui oublie même qu'il doit respirer, manger, dormir, vieillir, mourir…

Après vingt-cinq ans, mes souvenirs de lui sont la seule chose qui me permettent de supporter le temps qui passe. Ils ne sont ni bons, ni mauvais, enfin, ils sont les deux, mais plus important, ils sont quelque chose. Quelque chose pour me donner une raison d'être. Je n'ai rien d'autre.

Le temps ne m'a pas oublié, tout le reste si. Je me souviens. Je me souviens de tout.

Au moins une tentative de détruire SCP-055 ou de le déplacer de son confinement au Site-19 vers une autre installation a été effectuée, et a échoué pour des raisons inconnues.

Auteur original : AnboroughAnborough
Titre du conte : I'll See You Next Time
Source Originale : The SCP Foundation
Date : 12/08/2013
Lien : I'll See You Next Time

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License