Comment ne pas détourner les ressources de la Fondation
notation: +4+x
blank.png

La Dr Ames était assise en face des deux Agents, qui portaient des tenues décontractées. Elle laissa le dossier dans ses mains tomber sur la table et alluma la lampe de bureau. Elle feuilleta vite fait les pages du dossier pour la forme, puis releva la tête. "OK. Sam, Jim. Vous êtes tous deux des agents expérimentés. Qu'est-ce qui s'est passé, bordel ?"

Sam Denton et Jim McDowell échangèrent un regard. Tout penaud, Sam haussa les épaules, "Vous voyez, on ne l'a pas fait exprès. Il y a eu un appel de détresse officiel. Voilà comment ça s'est passé…"


T-8 minutes avant l'incident en question

Le Directeur Desai tapait furieusement des codes d'accès sur son smartphone. Chaque pression de son pouce devenait de plus en plus rapide et frénétique alors que les créatures de l'autre côté de la porte la martelaient. "Allez, allez, envoie envoie envoie…"

Une goutte de sueur chaude perla de son front pendant qu'il appuyait sur le bouton encore et encore. Un D-25-E complet le sortirait de là. Il ne savait pas quoi faire d'autre, et il était désormais coincé ici, de tous les endroits possibles.

"Par tous les diables de l'enfer ENVOIE !" cria-t-il à l'écran, alors que le petit cercle tournoyant se transformait en coche.

Une tonalité sortit des haut-parleurs du téléphone. Sur l'écran, les mots "Agents dépêchés en urgence. Restez à votre position." clignotèrent. Le Directeur Desai regarda la porte fragile. La porte se secouait furieusement sur ses gonds. Les petits monstres au-dehors allaient finir par la franchir. "Sors de là, on veut joueeeeeer."

À travers la ville, le petit relais électronique fit rebondir plusieurs fois un cercle noir de la Fondation avant de le faire rebondir joyeusement vers les téléphones des deux agents les plus proches.


Les Agents Denton et McDowell étaient assis autour d'une table en carton, envoyant oisivement chacun leur tour des cartes à jouer dans un seau. Sam regarda le plafond et poussa un soupir, "Mais on se fout vraiment de notre gueule. D'abord le bus, puis Las Chupacabras, et maintenant rien ? Je m'ennuie teeeeeeeeeellement."

Jim haussa les épaules. "Écoute, on devait avoir un peu de repos. Tu as décidé que nous n'en avions pas besoin, connard. Et donc maintenant on est ici à babysitter quelques huiles pendant le sommet." Jim envoya l'as de pique dans le seau et fit un petit sourire narquois. "L'as dans le trou !" Il sourit largement et se tourna vers Denton. "Essaye de battre ça, Sam."

Sam poussa un grognement d'agonie. "'Chier. Il sert à quoi ce sommet, de toute façon ?" Il plia un peu le deux de trèfle entre ses doigts et le propulsa d'une pichenette. La carte glissa par terre et finit sa course dans une pile de cartes similaires.

Jim posa sa main droite sur sa tempe, "Utilise ton cerveau, Sam. Après le fiasco à Oaxaca, Las Chupacabras et Kalikos ont demandé à faire une réunion formelle. Qu'est-ce que ça pouvait être d'autre ?"

Sam secoua la tête et fit signe à Jim, "À ton tour, mec. J'sais pas, j'espérais que ça se tasserait tout seul."

Jim regarda Sam le sourcil haussé, "Se tasser ? Sam, ils ont volé sa piñata. C'est genre… un truc nettement plus gros que ce que j'ai fait comprendre, apparemment." Il plia le roi de carreau et l'envoya d'une pichenette vers le seau. Elle atterrit à plat sur le bord du seau sans y tomber. "Eh bien. Chiotte. Première fois que ça arrive en quatre paquets."

Sam leva les yeux vers le plafond et grogna, "Allez, si quelque chose de bien pouvait arriver !" Presque à point nommé, son téléphone vibra. Il le prit, plus surpris qu'inquiet et regarda l'écran. Ses yeux parcoururent les mots, une adresse et un code de statut. C'était sur le canal officiel, bien que sans rapport avec leur mission actuelle. Il ne reconnaissait même pas le code.

"Hé, Jim, c'est quoi un D-25-E ?" dit Sam, en passant à une des applications de réseaux sociaux internes de la Fondation. Le fil de DuMourne défila sur son téléphone, avec une photo de lui et du Directeur Diaghilev debout à côté de quelqu'un en robe, en train de lui serrer la main. "Putain de poseur…"

"Directeur de Site en détresse, ordre de déploiement immédiat. Pourquoi ?" dit Jim, en expédiant d'une chiquenaude la reine de carreau pour essayer de faire tomber son mari dans le seau.

Sam se leva précipitamment et ramassa sa ceinture, "Putain de merde, Jim, D-25-E, tout près ! C'est pour nous !" Il tendit la main et appuya sur les interrupteurs de verrouillage sur l'équipement autour d'eux, les écrans de protection recouvrant les divers terminaux et serveurs. La petite pièce dans laquelle ils avaient été postés redevint rapidement un placard à balais.

La ventilation se coupa, et la pièce devint silencieuse pendant une demi-seconde.

L'Agent Denton cligna des yeux un instant puis se leva précipitamment en prenant sa ceinture d'armes. "Oh bordel, allons-y."

Les deux agents sortirent en trombe de la petite pièce et glissèrent dans le hall d'entrée des bureaux secondaires de Soap from Corpses Products qu'ils utilisaient comme lieu sûr. Sam enfonça la barre de la porte d'un coup de pied et sortit en courant de la porte secondaire du bâtiment, avec Jim sur ses talons. Le parking était complètement vide, tous les gros bonnets avaient pris les véhicules lourdement blindés et armés pour le sommet.

Jim se frappa le visage de la paume. "Mais bordel de merde, qu'est-ce qu'on va faire maintenant ?" Au loin, une mélodie commença à se faire entendre à travers le pâté de maisons noir de monde.

Sam regarda de tous les côtés en faisant cliqueter la ceinture d'armes à sa taille. Ses options étaient plutôt limitées. Il y avait quelques vélos attachés au range-vélos, et un Segway attaché au bureau du hall d'entrée. "Vélo ou Segway, Jim ?"

Jim s'arrêta un instant, ébahi. "Sam, t'as la fièvre des radiations ou quoi, en fait ? C'est à un bon kilomètre !" La mélodie s'approcha pendant que les deux agents se disputaient.

Sam leva ses mains et se tourna vers Jim, "Alors on va faire quoi, putain ? C'est tout ce qu'on a sous la main, mec. C'est ça ou on se tape un bon sprint dans toute la ville !"

La mélodie parvint enfin clairement à leurs oreilles. L'interprétation joyeuse de The Entertainer aurait aussi bien pu être une bénédiction, tandis qu'un camion Mr Softee tournait au coin de la rue et s'arrêtait pile en face du parking. Un jeune homme plein de fraîcheur se pencha par la fenêtre et sourit aux deux agents. "Salut les mecs, vous voulez une glace ?"

Le visage de l'Agent McDowell se transforma en un sourire tranquille. "Tu penses ce que je pense, Sam ?"


La camionnette de glaces roulait à tombeau ouvert sur la rue principale pendant que McDowell dictait des instructions à Denton. "Putain, à gauche, pas à droite ! Double !" Denton esquiva autour d'une voiture stationnée et faillit rentrer dans un camion en faisant une embardée pour contourner la circulation.

"Je te jure, putain, Sam, y a genre cinq cents gamins dans chaque pâté de maisons COMPLÈTEMENT ACCROS AU MR SOFTEE. Tu peux juste préparer ces putains de flingues ?!" La voix de Denton était sèche et tendue. L'appel les avait tous deux mis à cran. La chose qui avait piégé le directeur devait être vraiment affreuse pour qu'il ait dû envoyer une demande de déploiement.

"Je me dis juste, mec, putain," dit McDowell, en enfonçant un chargeur de balles explosives expérimentales dans les deux pistolets devant lui sur la glacière, "Il est peut-être en train de se faire torturer, sinon pourquoi il enverrait un signal de détresse aussi évident ?" Il glissa une petite cartouche bleue dans la fente juste au-dessus du talon de sa botte de combat droite. Une petite pression sur les boutons de sa montre lui confirmèrent le statut des diverses pièces d'équipement sur son corps. "OK, la carte dit que c'est genre… à un pâté et demi, donc si on— BORDEL SAM, LE PUTAIN DE FEU ROUGE !"

Un semi-remorque fit crisser ses pneus dans le carrefour en se dirigeant droit vers la camionnette de glaces. Denton tourna le volant à gauche et le camion de glaces poussa un grincement torturé tandis que la musique continuait à être diffusée joyeusement par le haut-parleur, déformée par l'effet Doppler. "OH PUTAIN DE MERDE, PAR TOUS LES DIABLES ACCROCHE-TOI À UN TRUC !" hurla Sam tandis qu'ils percutaient le bord arrière du semi-remorque, envoyant la camionnette de glaces sur la voie d'en face.

McDowell s'accrocha à la glacière au fond du camion. Les portes s'ouvrirent à la volée, et des barres de glace et de sucreries s'envolèrent de l'arrière du camion. "Ahhhhh !" ajouta-t-il, très utilement, en claquant sa main droite sur la surface métallique de la glacière, étendant d'un coup de poignet l'ancre magnétique cachée sous sa manche droite. Elle bourdonna en s'allumant et empêcha l'agent de devenir un animal écrasé sur la route. Le camion se remit d'aplomb tandis que plusieurs voitures les klaxonnaient et faisaient des embardées autour d'eux.

Denton écrasa la pédale de frein en s'approchant de l'adresse, passant de 130 à 30 aussi vite que le petit camion torturé le leur permettait. "On y go, Jim ! C'est parti !" Il sauta par la porte côté conducteur et commença à courir en touchant terre.

À l'arrière du camion, McDowell désactiva l'ancre magnétique et dit une petite prière à n'importe quel dieu qui aurait pu l'entendre. Il leva les pieds et sauta du mieux qu'il le pouvait avec juste ses muscles du dos en sortant par l'arrière du camion. Il atterrit légèrement sur ses pieds et continua en courant, "Oh putain j'aurais jamais pensé que ça marcherait !"

La camionnette de glaces s'encastra dans un van de passage tandis que les deux agents sprintaient vers la porte de devant. Jim leva le poing, puis fit un pas en arrière en plantant le talon dans le sol. Il tendit l'autre arme à Sam sans regarder en arrière. Sam prit le pistolet et se tourna pour couvrir leurs arrières.

Le talon de la botte de Jim brillait de traces de circuits tandis qu'un léger thonk en émanait. Il donna un gros coup de pied dans la porte, et le talon produisit une onde de choc qui propulsa la porte dans la petite maison.

Jim fit immédiatement une roulade arrière pour dégager la ligne de vue de Sam, qui s'avança, baissé, à travers la porte. Sam braqua son arme vers l'indicateur brillant sur le petit GPS qu'il portait passé à son poignet. Il garda le petit appareil dans son champ de vision en scrutant la pièce.

"NE BOUGEZ PLUS, OU JE FAIS SAUTER VOS PUTAINS DE TÊ—" hurla Sam à pleins poumons.

Dans la pièce, trois petites filles crièrent et sortirent en courant de la maison avec divers cris de "Maman !". La poussière de la porte quasi-vaporisée retomba, laissant Sam cligner des yeux, confus. "Je vais aller voir, je crois que la voie est libre."

McDowell entra, cligna des yeux de surprise et baissa son arme. Il s'avança jusqu'à la porte que les petites filles avaient été en train de frapper, et frappa doucement. "Euhh… Directeur Desai ?"

De l'autre côté de la porte, une petite voix sortit comme un couinement, "Euh… oui ?"

"Agent Jim McDowell, Niveau 3. Vous euhh… vous allez bien ? J'entre."

"Non n'entrez pas, je sors tout de sui—" Denton actionna la poignée et ouvrit la porte, révélant le Directeur de Site et double détenteur de doctorats avec son pantalon aux chevilles, aux toilettes. Il tira sa chemise pour se couvrir et tourna rouge pivoine. "Euh. Bonjour, Agent."

Les sourcils de Denton se haussèrent entre choc et amusement. Il referma la porte sans bruit et se tourna vers Jim, qui peinait à se retenir de rire. "Encore une mission d'importance critique pour la Fondation terminée, Jim."


La Dr Ames leva les yeux vers Denton et McDowell en secouant la tête. "Vous n'êtes pas sérieux ?"

Jim sourit en riant doucement, "Apparemment, le directeur a paniqué."

Sam haussa les épaules, ses doigts sur la table entre eux, "Il est resté dans sa famille pendant des jours et des jours, et apparemment ces petites filles étaient en train de l'amener au bord de la dépression nerveuse. Nous euh… nous avons remplacé leur porte pour eux, c'était la moindre des choses."

La Dr Ames se pinça le nez et poussa un gros soupir, "D'abord, il doit donner un séminaire sur les bouteilles à bite, et maintenant sur "Comment ne pas détourner les ressources de la Fondation quand on a peur de couler un bronze." Pauvre Gears. Merci, Agents."

Denton et McDowell se levèrent. Sam hocha la tête et sourit, tout penaud. "Pas de problème, Doc. Ne soyez pas trop dure avec lui. Ces filles étaient vraiment de petites terreurs."

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License