Histoire de fantômes
notation: +9+x
blank.png

New York, 1984

SCP-XXXX est une entité ectoplasmique…

Non. Ce n'est pas sérieux ça. Que dit l'autre équipe ?

SCP-XXXX est ce qu'on appelle communément un fantôme…

Impensable. Qui avait écrit ce torchon ? Peut-être que la troisième…

SCP-XXXX est un esprit décédé ayant pris forme physique…

Guère mieux. Il lui fallait tout reprendre de zéro…

La chercheuse Waterson soupira et se prit la tête entre les mains. Aucune des tournures des trois rapports qu'on lui avait remis n'était digne de figurer dans la version finale. AUCUNE ! Trois équipes différentes, composées de scientifiques parmi les plus éminents de la planète, et après dix semaines d'investigations et de recherches, aucune n'était arrivée à rendre un compte-rendu potable. AUCUNE !

Elle se leva et fit quelques pas dans son bureau. Waterson respira un grand coup et entreprit de résumer la situation, histoire d'avoir enfin une base claire sur laquelle se lancer.

Une affaire banale qui avait peu à peu tourné en Scénario-BK1, malgré les efforts surhumains du Département de Censure et de Désinformation pour camoufler les différentes occurrences de ces… choses. Fuites de gaz, hypnose de masse, hallucinations visuelles et auditives… Son collègue Walter Peck, directeur régional du Département, donnait tout ce qu'il pouvait pour convaincre la population de l'absence de fant…

Non. Ce ne sont pas des fantômes. Les fantômes, ce sont des contes et des légendes. Là, ce sont plutôt des… manifestations physiques d'esprits décédés. Bref.

Ces apparitions se faisaient de plus en plus nombreuses, les stocks d'amnésiques diminuaient à vue d’œil et les habitants commençaient peu à peu à se rendre compte que quelque chose clochait avec la normalité.

Il fallait donc vite réagir. Mais étudier un phénomène imprévisible, intangible, parfois invisible, demandait beaucoup de précautions, pour ne pas endommager les maigres éléments qu'ils arrivaient à ramener qui consistaient la plupart du temps en des échantillons plus qu'abimés ; de retenue, pour ne pas sombrer dans la facilité d'appeler cela des fantômes ; et surtout de courage, car ces apparitions étaient trop effrayantes pour à peu près n'importe qui : les équipes d'intervention les mieux préparées revenaient en courant, ces satanées entités n'hésitant pas à surgir d'endroits incongrus pour leur hurler dessus ou leur jeter des objets lourds.

Respirant un grand coup, elle alluma le poste de télévision. Peut-être qu'une chaîne quelconque diffusait de la musique qui pourrait la distraire…

"Et profitez de nos réductions à moins cinquante-six pourcents sur tous nos pantalons !"

Raté, la publicité. Elle zappa deux ou trois fois avant d'abandonner. Tant pis.

La chercheuse Waterson retourna s'asseoir pour poursuivre ses réflexions.

"La fatigue n'est pas acceptable à ce moment de l'année : partez en vacances aux îles Maurice !"

Et après dix semaines de recherche, rien du tout n'était sorti des laboratoires. Ni des archives. Ni même des équipes de terrain. Le rapport qu'elle s'apprêtait à rendre à ses supérieurs lui paraissait bien vide… Vide d'informations, vide de certitudes, mais surtout vide de solutions.

"Trop cher ? Optez plutôt pour le dernier modèle de pantoufles !"

Mais bon, en attendant, ce rapport n'allait pas s'écrire tout seul. Elle reprit son crayon et entama un résumé.

SCP-XXXX est…

Mais c'est quoi bon sang ce truc ? Comment décrire avec des termes scientifiques précis ce que la culture populaire avait déjà maintes fois remâché ?

"Êtes-vous dérangé par des bruits étranges au milieu de la nuit ?"

Une entité consciente ? Intangible ?

"Avez-vous jamais eu la chair de poule dans votre cave ou votre grenier ?"

Une enveloppe physique capable de télékinésie ? Une agglomération de particules singulières ? Une projection post-mortem ?

"Vous êtes-vous jamais retrouvé nez à nez avec un revenant, un spectre, un fantôme ?"

CE NE SONT PAS DES PUTAINS DE FANTÔMES.

Elle releva la tête. Que venait de dire la télévision ?

"Si la réponse est oui, n'attendez plus. Décrochez votre téléphone et appelez des professionnels !"

Trois individus en blouse grise avec des appareils étranges sous les bras. Ils s'avancent en même temps et crient à la caméra :

"SOS FANTÔMES !"

Non, impossible…

"Nos spécialistes sont à votre disposition vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Là où SOS Fantômes passe, les spectres trépassent.

Qu'est-ce que c'était que cette blague ?

"Osez parler, nous sommes prêts à vous croire !"

La chercheuse Waterson resta ébahie plusieurs minutes avant de subitement reprendre conscience et de composer un numéro sécurisé.

"Peck ? C'est Waterson. Je crois que nous avons une brèche de couverture."

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License