Herman Fuller présente : L'Envoyée de Dieu
notation: +4+x
blank.png


L'Envoyée de Dieu

ELLE VOLE !

ELLE SOIGNE !

ELLE REND LA VIE !

ELLE AIDE !

VIE !



HUMAINE ?

OISEAU ?

MIRACLE ?

ANGE ?

ÂME !

Envoyée du ciel et jetée dans les rues, elle a décidé de créer le plus beau spectacle du monde.

Préparez-vous à voir la vertu personifiée et vous délecter de sa présence, laissez-la vous soigner et sauver !

Soyez prêt à voir votre vie améliorée avec cette expérience unique !

Ne la ratez pas !

UN JOUR SEULEMENT
22h ce dimanche.
Venez nombreux !


La page suivante provient d'une publication intitulée "Nés pour le Cirque : la Ménagerie des Monstres d'Herman Fuller". Ni l'identité de l'éditeur, ni celle de l'auteur ont été établies, et des pages éparpillées ont été retrouvées insérées dans des livres ayant pour thème le cirque dans des bibliothèques de par le monde. La ou les personnes à l'origine cette dispersion est/sont inconnue(s).

L'Envoyée de Dieu

La pauvre fille n'a présenté que peu de numéros, raté le plus important de tous, et a perdu tout ce qu'elle avait au cirque, ça m'a fait très mal. Elle était gentille et toujours serviable, mais elle se forçait trop, et ça lui a coûté sa pureté et sa vie.

Son numéro était pour le moins dire "particulier" : il consistait à la faire entrer par la porte principale, après quoi elle s'inclinait devant tout le public, pendant qu'Herman la présentait au haut-parleur. Ensuite, elle s'élevait dans les airs, et elle passait au-dessus des gradins, et elle choisissait la personne avec le plus de douleur dans le public (étrangement, c'était son pouvoir qui me fascinait le plus, de pouvoir observer toute la douleur des gens). Une fois qu'elle avait sélectionné quelqu'un, elle venait lui faire un câlin, et la personne brillait intensément, avant de repartir très "libérée", et ça en impressionait tout plein, mais c'était que le bout de l'iceberg. Le plus ahurissant, c'est quand on lui amenait une bête morte, qu'on la laissait par terre pour qu'elle la soigne. Tous les spectateurs étaient déjà ahuri, vu la taille de ce qu'on lui avait amené, mais le soigner n'était même pas le clou du spectacle, parce qu'après, elle laissait le monstre attaquer les spectateurs (enfin, essayer de les attaquer, plutôt). Ils avaient toujours tous la frousse de leur vie, mais la belle arrêtait la bête de ses ailes, elle l'embrassait dans son envergure et l'animal devenait doux comme un chiot. Avec ça, la foule devenait folle d'émotion, et elle de joie.

Pour son numéro stellaire elle devait faire quelque chose de plus grandiose, quelque chose qui laisserait tout le monde sous le choc, alors elle a tout donné pour être spéciale à nos yeux, briller pour le spectacle, pour le public, et c'est précisément ce qu'elle a fait. 6 mois avant le numéro, elle s'entraînait déjà, jour et nuit, ne s'arrêtant que pour manger. Elle n'était plus aussi douce et gentille, elle ne pensait qu'au spectacle et à son merveilleux numéro, qui l'élèverait parmis les étoiles. Plus personne ne traînait avec elle, elle devint apathique et asociale.

Le jour du spectacle, elle a avait tout préparé, tout brillait de mille feux… Enfin, tout sauf une chose, quelque chose d'extrêmement sombre, qui avait été corrompu par le temps et le cirque. Notre jolie dame était devenue une créature corrompue et sinistre, son âme n'était plus pure et douce. Tandis qu'elle marchait sur scène avec un air fatigué et amer, elle s'inclina, et cette fois-ci le public était confus, pas un seul applaudissement ne retentit. Surprise, elle vola rapidement dans les airs avant d'approcher un homme dans la trentaine. Elle lui donna le câlin, mais cette fois ci aucune lumière n'émana de lui, et à la place, des ténèbres s'en échappèrent, ses yeux s'éteignant alors que sa vie prenait fin. Le public cria, horrifié, mais le spectacle doit continuer, et elle poursuivit en volant vers le centre de la scène, où quatre bêtes de 3 mètre de haut l'attendaient. Elles furent toutes embrassées, et toutes se levèrent froidement, sans vie, les êtres bondissant dans le public et tuant tant de personnes. Au centre de la scène détruite, on pouvait voir celle qu'on appelait "l'Envoyée de Dieu", accroupie, pleurant, ses ailes complètement brisées.

Le jour se termina, et le désastre était immense. Des milliers de morts, et toutes de sa faute. Personne ne vint la réconforter, elle avait perdu ses ailes, sa douceur, sa chance se succès, elle avait été corrompue. Après cela, Herman la laissa là où elle était, elle n'était rien, personne, rien qu'une meutrière qui avait ruiné l'un des plus beaux numéros de l'histoire du cirque.

289


289

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License