Tous Saints
notation: 0+x

C'est Halloween.

Le moment où les humains suivent une tradition aussi vieille qu'inutile visant à effrayer les esprits avec des costumes pourris.

D'accord, très bien. Nous avons nos traditions idiotes, nous aussi, comme celle qui consiste à crucifier notre nourriture avant de la consommer lors de la récolte. Mais au moins, on n'a pas l'air d'un paquet d'idiots mal habillés qui pensent ressembler à des monstres, et qui font du porte-à-porte pour demander du sucre.

Soupir, très bien. On ressemble à des monstres en carton, parfois. Au moins, on n'est pas idiots.

Comment ça les Halkost sont parfois débiles ? Ils oublient de temps en temps de se laisser pousser des yeux, du coup ils rentrent dans des murs et s'assimilent, mais au moins je ne fais pas ça.

Ne me regardez pas comme ça, c'était un accident.

Bien qu'il n'ait pas été très malin d'accepter ce pari, surtout le soir d'Halloween.

Oui, je suis certain que vous savez déjà comment ça se termine.

__

Les humains sont bêtes, vraiment. Je me promène, la moitié de mon corps est un constricteur, et ça ne choque personne, parce que c'est Halloween. Sérieusement, personne ne s'est seulement demandé comment je faisais bouger ce truc.

Bref, je suis ici pour, je cite, "inspecter les environs".

Je suis presque sûre que c'est juste pour me faire me promener dans une zone peuplée d'humains, et voir ce qui se passe. Rien, visiblement. Ce qui est d'un ennui, l'époque où les humains s'arrachaient les yeux rien qu'en me voyant me manque. Salissant, mais les humains n'étaient pas très appréciés de toute manière.

Tout ce que je vois, ce sont des bougies pour les morts, alignées le long de… eh bien, de tout ce qui constitue l'église. Les murs, le sol, les tables. Et il y a des gamins avec des sacs pleins de bonbons. Et il y a des paniers pleins de pommes. Je suis sûre que si j'essaie d'en prendre une, je vais mordre la moitié du seau.

C'est le début de la célébration de tous les saints, aussi. J'aimerais qu'on aie quelque chose dans ce genre, mais en fait, on n'a pas beaucoup de saints morts. Je préfère ne pas mourir, merci beaucoup. Être honorée pour être morte, c'est pas vraiment mon délire.

On s'ennuie ici, je devrais peut être repart-

Un minute, en voilà un costume intéressant.

Il a des roues apparemment implantées dans le bras et sur le visage, avec un manteau couleur cuivre assorti. C'est presque sûrement une personne normale à Halloween. Je veux dire, il y a même les cliquetis qui vont bien.

Oh mince, il regarde par là. Mieux vaut décontracter la queue. C'est sûrement une queue en bois tout à fait normale. Les cornes sont clairement en plastique, inutile de s'attarder sur la substance rouge bizarre dont elles sont couvertes. Et c'est le moment de sortir la pomme de secours.

"Excusez m- Oh, désolé ! Je vous ai pris pour quelqu'un d'autre."

Je répond nonchalamment : "Hm, oh."

La conversation n'est pas mon fort.

Silence. Il est toujours là. Je me demande pourquoi. C'est si intéressant que ça de se tenir à côté d'une femme-serpent avec des cornes et des griffes tâchées de rouge ?

Sans trop y réfléchir, je lance "Vous attendez quelqu'un ?"

"Oui, madame. Ma fille, vous voyez, m'a dit qu'elle me retrouverait ici. J'ai fait un petit tour pour collecter des bonbons, comme tout le monde. Au passage, c'est un beau costume que vous avez."

"Merci, le vôtre est bien aussi."

Encore du silence.

"Alors, qu'est-ce que je suis, d'après vous ?".

"Un prêtre."

Je n'ai réalisé mon erreur que bien plus tard. Peut être que je suis une idiote.

"Un prêtre, hein ? Intéressant. Je suppose que vous êtes déguisé en, eh bien, comment on dit… en Anglais, je dirais un saint."

Ce cliquetis est de plus en plus énervant. Je n'aime pas le tour que prennent les choses.

"Un saint ? J'ai l'air de tout le contraire, vous savez ?"

"Les saints n'ont pas besoin d'être beaux. Les nôtres ne le sont pas du tout."

Oh merde. Il l'a probablement déjà deviné.

"J'ai l'air d'un monstre. Au moins, le vôtre à l'air bien poli, littéralement."

"Vous ne l'avez clairement pas vu lorsqu'il n'est pas lustré. Nous sommes tous humains, au fond, non ? Même avec les costumes, nous sommes tous pareils. Ne jugez pas un livre par sa couverture, et ne le rangez pas en n'en ayant lu que le titre."

"Je suppose."

Ah, voilà, sa fille est de retour, elle porte un manteau et de petits crocs sortent de sa bouche. Je n'entends aucun cliquetis.

"Papa, regarde ce que j'ai eu !"

"C'est un peu trop, Émilie, tu ne crois pas ? Ça va donner beaucoup de travail au dentiste. Hé, pourquoi vous n'en prendriez pas un peu ? Je n'aime pas vraiment les sucreries."

Je suis un peu désarçonnée par ça. Personne ne m'avait offert de nourriture, encore moins de bonbons de sa fille. Pas cette Personne, ce serait vraiment bizarre.

"Merci, je pense. Et ne vous inquiétez pas, j'ai beaucoup de dents."

"Bien sûr, au revoir."

"Je suis sûr qu'on ne se reverra pas."

Je pris note, intérieurement, de qui épargner la prochaine fois. En attendant, me voilà avec plein de bonbons, et pas de papille.

Est-ce que les Archontes aiment les bonbons ?

Auteur original : HatIsMyFriendHatIsMyFriend
Titre du conte : Hallow Inside
Source Originale : Hallow Inside
Date : 26/10/2015
Lien : http://www.scp-wiki.net/hallowinside

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License