Groupes d'Intérêt Italiens
@media only screen and (min-width: 767px) {
.desktop {
     display: block;
     visibility: visible; }
.portable {
     display: none;
     visibility: hidden; }
}
 
@media only screen and (max-width: 767px) {
.desktop {
     display: none;
     visibility: hidden; }
.portable {
     display: block;
     visibility: visible; }
}

GROUPES D'INTÉRÊT ITALIENS


La Fondation n'est pas la seule organisation qui s'intéresse au paranormal et à la métaphysique, et qui s'y investit. Il y a bien d'autres groupes déjà existants qui possèdent, utilisent ou tentent de tentent de créer des objets SCP, que ce soit pour leur bénéfice personnel ou pour la protection de l'humanité. Certains sont des organisations rivales, d'autres sont des groupes dissidents de la Fondation, et d'autres encore sont des associés sur lesquels nous pouvons compter.

Il a été jugé nécessaire de créer et publier un petit catalogue sur ce que la Branche Italienne sait de ces organisations et de notre position vis-à-vis d'elles. Le document suivant fait donc référence aux Groupes d'Intérêt (nommés ci-après “GdI”) qui opèrent exclusivement ou principalement sur le sol italien.

La Fondation n'est pas la seule organisation qui s'intéresse au paranormal et à la métaphysique, et qui s'y investit. Il y a bien d'autres groupes déjà existants qui possèdent, utilisent ou tentent de tentent de créer des objets SCP, que ce soit pour leur bénéfice personnel ou pour la protection de l'humanité. Certains sont des organisations rivales, d'autres sont des groupes dissidents de la Fondation, et d'autres encore sont des associés sur lesquels nous pouvons compter.

Il a été jugé nécessaire de créer et publier un petit catalogue sur ce que la Branche Italienne sait de ces organisations et de notre position vis-à-vis d'elles. Le document suivant fait donc référence aux Groupes d'Intérêt (nommés ci-après “GdI”) qui opèrent exclusivement ou principalement sur le sol italien.

L'Ordre de Janus

~ OI/01 ~

Description : L'Ordre de Janus1, également connu sous son nom latin Ordo Iani, est la plus vieille organisation dédiée à l'étude des anomalies en Italie. Elle fut fondée par l'empereur Titus en 70 après J.-C., rassemblant scientifiques et philosophes de l'époque. Au cours des siècles suivant, en raison de la diffusion du christianisme, l'Ordre est resté caché, cataloguant un grand nombre d'entité et d'événements anormaux. Malgré cela, l'Ordre de Janus a collaboré avec l'empereur Fredéric II de Suède pour la construction du Site Deus (connu du public comme le Castel del Monte et cédé à la Fondation en 1985) et à son mantien après la fin de la monarchie.

Organisation : Actuellement, l'Ordre de Janus compte une petite centaine de membres, divisés en huit sièges.

Attitude envers la Fondation : L'Ordre entretient d'excellents rapports avec la Fondation. Cela a conduit à beaucoup d'actions conjointes et d'échanges d'informations utiles aux deux organisations.

Implications :


Le Conseil Fasciste de l'Occulte

~ CFO ~

cfologo_vrs4.png

Description : Le Conseil Fasciste de l'Occulte (CFO) est une organisation née à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, quand une partie des membres du RIDAI encore fidèles au fascisme a réussi à éviter l'administration d'amnésique et s'est échappée avec une partie des anomalies qu'ils détenaient.

Outre ses origines fortement liées à l'occulte, le CFO est actuellement en possession de biotechnologies anormales qu'ils utilisent principalement pour créer des entités biologiques et biotechnologiques. À l'heure actuelle, l'origine de ces technologies est inconnue de la Fondation.

Organisation : L'individu à la tête du Conseil Fasciste de l'Occulte porte le titre de “Dictateur”. Il est probable qu'il s'agisse d'un individu possédant des caractéristiques anormales. L’organisation du CFO est décentralisée : de petits groupes de recherche sont disséminés sur tout le territoire italien et se déplacent beaucoup, ce qui rend leur localisation extrêmement difficile.

Objectif : Actuellement, il est admis que leur objectif principal est d'utiliser — et, quand il le leur est possible, de créer — des anomalies pouvant provoquer une grand nombre de dégâts et/ou de victimes, de manière explicitement anormale, et si possible de manière répétée et autonome. Le but d'une telle activité serait de déstabiliser l'ordre public, de compromettre la sensation de sécurité et l'intégrité physique de la population, en attaquant l'intégrité émotive, en montrant l'existence et la dangerosité d'entités qui ne devraient pas être exister.

Ces déstabilisations sociales servent à prendre le pouvoir sur toute la nation. Les détails de telles opérations sont inconnus, mais il est supposé qu'en cas de succès, les membres du CFO pourraient se présenter comme étant capables de protéger les gens des anomalies, soulignant à l'aide d'une manœuvre politique et médiatique l'incompétence des forces de l'ordre et de l'État en ce qui concerne le contrôle des anomalies, et en révélant aux yeux du monde l'existence de la Fondation, la pointant du doigt comme une ennemie.

Attitude envers la Fondation : Le CFO est considéré comme extrêmement hostile. Il est supposé qu'à l'heure actuelle, ils n'ont pas de forces d'action offensive suffisantes pour attaquer directement les sites de la Fondation, mais ils n'hésitent pas à attaquer indirectement, le plus souvent au moyen d'anomalies créées ad hoc. Les preuves retrouvées dans les bases du CFO, dont la Fondation a réussi à prendre le contrôle, suggèrent que le CFO cherchait à créer des unités offensives productibles en masse, au moyen de leur technologie anormale.

Implications :

Pour approfondir :


La Confrérie des Chevaliers de Saint Georges 

~ CCSG ~

Logo_CCSG_ic-Recuperato.png

Description : La Confrérie des Chevaliers de Saint Georges (CCSG) est un ordre secret de l'Eglise Catholique, fondé en 453 après J-C sur ordre du pape Léon I, dans le but de confiner ou détruire les anomalies présentes dans l'Empire Romain et, en même temps, d'éliminer les groupes païens qui pourraient les utiliser. Son influence a grandi en même temps que celle du Pape, atteignant son apogée durant les croisades et la conquête de l'Amérique. Cependant, la réforme protestante a causé une perte d'influence, quand une partie de l'ordre s'est allié à Martin Luther. Cela a rendu le pape Paul III très méfiant et l'a conduit à prendre le contrôle direct de l'ordre.
Actuellement, le nombre de membres est inconnu, mais la Fondation pense que des milliers sont dispersé dans ██ autres sièges en Italie et dans le monde.

Organisation : Les sièges de la CCSG sont dirigés par les Patriarches. Ils répondent au Concilium sanctōrum inter sanctos (Concile des Saints parmi les Saints), formé du pape et de quatre cardinaux sélectionnés par le souverain pontife. Le Concilium a la tâche d'élire les Patriarches une période de dix ans, d'administrer la Confrérie et de gérer les relations avec les autres groupes d'intérêt.

Buts : La CCSG est l'organe de l'Eglise qui qui s'occupe des anomalies, qu'il classifie en deux types : les angeli anomali (anomalies angéliques) et les diaboli anomali (anomalies démoniaques). Les premières sont considérées comme des reliques liées à des figures de culte et conservées au Vatican ou dans les autres sièges, alors que les secondes sont liés à des cultes, de nature païenne ou diabolique, et sont donc détruites ou éliminées.

Attitude envers la Fondation : Les rapports entre la Fondation et la CCSG sont plutôt froids : bien que la CCSG accepte de collaborer, elle ne se montre ni hostile ni amicale. Les rapports se sont cependant améliorés avec l'admission au Concile du Quatrième Surintendant, qui a amorcé une politique de dialogue avec la Confrérie, et qui a amené à une série d'actions avantageuses pour les deux organisations.

Implications :


ROYAL INSTITVT

DES ANOMALIES

ITALIENNES

~ IRDAI ~

[DISSOUT]

RIDIA.png

Description : Fondé en 1871 par le roi Victor Emmanuel II de Savoie, le RIDAI était une organisation sous contrôle du roi d'Italie, dont l'influence s'étendait sur tout le pays et ses colonies. Il avait pour fonction de trouver et de confiner les objets anormaux pouvant représenter un danger pour la monarchie ou les civils. A partir de 1926, le RIDAI a été placé sous le contrôle de Benito Mussolini. Sous le commandement du Duce, le RIDAI a été dénaturé de sa fonction de recherche originelle, devenant un groupe extrêmement violent et agressif, utilisé pour créer des armes anormales destinées à la guerre.

Comme la Fondation SCP, le RIDAI cataloguait toutes les anomalies qu'il rencontrait (qu'elles soient confinées ou détruites) et en étudiait les propriétés et les effets. La majeure partie des documents étaient envoyés dans de grandes Archives pour y êtes stockés. Le bâtiment d'archives le plus important est le site Plutone, actuellement utilisé par la Fondation.

Organisation : Le RIDAI était dirigé par un Directeur Général nommé par le roi, et était divisé en trois sections, une quatrième s'étant rajoutée suite à l'avènement du fascisme : la Division des Etudes sur l'Anormal (DEA), dédiée à la compréhension des anomalies, la Division Administrative Interne (DAI), qui s'occupait de l'administration des structures, la Division de Recherche de l'Anormal (DRA), qui se chargeait d'identifier et de capturer les anomalies, et la Division Militaire (DM), créée dans les années 1930, et qui utilisait les anomalies sur les champs de bataille.

Attitude envers la Fondation : Le RIDAI a été officiellement dissout en 1946, et est devenu la branche italienne de la Fondation SCP. Une partie de ses membres, hostile à la Fondation, a fondé le Conseil Fasciste de l'Occulte.

Documentation :


L'Académie Médicis Des Arts Occultes

~ MADAO ~

Logo%20Madao.png

Description : Fondée par le dirigeant et mécène de Florence Laurent de Médicis en 1484, l'Académie Médicis des Arts Occultes (appelée Académie Médicis par les membres de la Fondation par souci de brièveté) est une organisation privée qui s'occupe de cataloguer et de recenser des œuvres d'art pré-modernes qui présentent des capacités anormales. À l'heure actuelle, la Fondation a connaissance de l'existence de ██ sièges dans █ pays d'Europe, chacun avec divers degrés d'autonomie par rapport au siège principal. La Fondation ne sait actuellement pas d'où viennent les fonds permettant à l'Académie de fonctionner. Le siège principal se trouve au Palais Médicis-Riccardi, actuellement utilisé comme musée et résidence du Préfet de Florence, fonctions servant de couverture à la véritable nature de l'édifice. Dans les souterrains du palais s'étend une structure de profondeur inconnue, organisée comme une exposition permanente des œuvres récupérées sur le territoire italien. D'après les images prises par les agents de la Fondation lors de rares visites, on estime qu'il n'y a pas moins de ██ objets anormaux détenus dans la salle centrale.  

Organisation : Le chef de l'Académie Médicis porte le titre de "Conservateur", alors que les directeurs des sites étrangers portent le titre de "Tuteurs", parmi lesquels seuls █ ont une pleine liberté d'action à l'intérieur de la nation qui les abrite. Les Tuteurs restants sont subordonnés au Conservateur en personne.

Attitude envers la Fondation : L'Académie n'est pas hostile envers la Fondation et a plusieurs fois collaboré avec nous pour la récupération d'artefacts. Bien qu'il soit extrêmement réticent à révéler son identité, l'actuel Conservateur a apporté son soutien total pour utiliser l'expérience de l'Académie dans le domaine de l'art anormal, afin de mieux identifier les capacités anormales des œuvres possédées par la Fondation. La proposition a été soumise au directeur de la branche italienne et est en attente d'approbation.

Note du Dr ██████ : "Malgré l'amour de cette académie pour l'art sous toutes ses formes, il a été mis plusieurs fois en évidence par des rencontres variées avec les membres de l'Académie que ces derniers nourrissent une haine profonde envers le GdI "Et Maintenant, On Est Cool ?" et définissent cette organisation comme "minable, dépourvue de goût"."

Implications :


Culte du Grand Œil Méditerranéen

~ CGŒM ~

CGOM.png

Description : Peu de choses sont connues quant aux origines du Culte, mais de récentes découvertes archéologiques à l'échelle méditerranéenne indiquent que ce Groupe d'Intérêt aurait été actif dès les premières civilisations humaines, sous la forme d'un ordre fanatique ultra-religieux aujourd'hui dissout. Ces premiers hommes s'étaient tous convertis à la foi envers leur objet de culte, que ce groupe semble vénérer sous le nom de "Grand Œil".

On soupçonne que ce culte soit resté inactif jusqu'aux premières décennies du IXe siècle avant J.-C. où il prit la forme de société "secrète" après s'être heurté aux peuples de Phénicie et de Grèce antique sous le pseudonyme de "Peuples de la mer". Ces attaques furent probablement liées à une volonté de contrôle sur tout ce qui était né/avait prospéré sur les côtes de la Méditerranée. Depuis, le culte a perdu une grande partie de la puissance militaire dont il disposait et s'est réduit à quelques milliers d'adeptes disséminés autour du bassin méditerranéen, ce qui le rend aujourd'hui encore particulièrement insidieux.

Au moment où est rédigé cet article, aucun contact diplomatique ou pacifique n'a encore été établi entre des représentants du Culte et le personnel de la Fondation. Le Culte reste toujours dangereux en raison de son utilisation de créatures anormales et d'adeptes aux pouvoirs ésotériques n'étant pas entièrement connus de la Fondation. Toute découverte, capture ou récupération d'objets/personnes connectés à ce dernier doit être immédiatement confiée à la Section d'Etudes Thaumaturgiques pour étude approfondie et être rapportée à la SSM-I.

Une documentation complète et mise à jour concernant le Culte est accessible au Département d'Archéologie Sous-Marine du Site Nettuno.

Organisation : Au fil de ses longs siècles d'inactivité, le Culte a frôlé la dissolution à plusieurs reprises, perdant d'innombrables adeptes au passage. À cause de cela, ce Groupe d'Intérêt s'est principalement dédié au secret de ses opérations afin d'éviter un effondrement total et semble être divisés en plusieurs rangs :

  • LES GARDIENS - Entités qui, grâce à l'énergie contenue dans leurs propres "sépulcres" et dans [DONNÉES SUPPRIMÉES] semblent être dotées de pouvoirs ésotériques liés à l'eau et à la mer, avec lesquels ils contrôleraient l'existence même de la vie autour de la mer Méditerranée. Leur nombre effectif et l'étendue de leurs capacités sont actuellement inconnus.
  • LES CHERCHEURS - Dirigeant de groupes d'adeptes pouvant compter plus de 100 membres, ces intermédiaires semblent être les plus fidèles à la cause du Culte et sont soumis à un procédé connu comme "l'Illumination", qui les relie directement au Grand Œil" et leur fournit une part du pouvoir des Gardiens.
  • LES ADEPTES - Ce sont les plus humains. Tout en bas de l'échelle hiérarchique, ils constituent la force de travail du Culte et la colonne vertébrale des opérations. Ils accomplissent les tâches les plus diverses et semblent être choisis seulement parmi les plus intelligents, les plus capables et les plus fort. Il est possible que des adeptes aient été recrutés suite à des enlèvements de personnes à la surfaces, qui ont été ensuite "reconditionnés" pour servir le Culte, mais en raison du manque d'indices ne permet pas d'affirmer quoi que ce soit.

Les autres informations concernant les "habilités" que peuvent posséder certains membres du Culte sont contradictoires et au moment de la rédaction de cette fiche, rien ne peut les étayer. La seule chose certaine est leur capacité inhabituelle à survivre au fond de la Méditerranée, où ils ils ont plusieurs bases qui sont parvenues à résister à la pression aquatique ou à l'érosion.

Buts : Le but principal du Culte du Grand Œil est de protéger sa divinité des yeux impurs qui, selon lui, pourraient endommager son existence même ; son but secondaire est d'imposer la volonté des Gardiens à la mer elle-même, en se préparant à la conquête du continent si nécessaire. En raison de leur fanatisme religieux, il est à soupçonner que certaines formes d'hypnose et d'endoctrinement de masse soient utilisées pour qu'aucun Adepte ne trahisse ou ne révèle des informations confidentielles (au moins dans la plupart des cas). L'activité du CGŒM est très sporadique, difficile à détecter et très variable, atteignant quelques pics d'activité sur des décennies. Depuis 2006, cependant, ses implications sont devenues beaucoup plus fréquentes, ce qui pourrait être dû à l'éveil de sa "divinité".

Attitude envers la Fondation : Le CGŒM est actuellement hostile envers la Fondation et tout autre Groupe d'Intérêt cherchant à entraver ses objectifs ou à tenter d'entrer en contact avec lui. Ces relations devraient rester telles quelles pour le moment, étant donné l'absence de contacts entre les deux camps.

Implications :


Sérénissime Collège des Entités et Merveilles de la Commune

~ SCEMC ~

[DISSOUT]

SCEMC2.jpg

Description: Le Serenissimo Colejo degli Estri e dei Maùchi del Comùn (le Sérénissime Collège des Entités et Merveilles de la Commune) était une organisation secrète de la Sérénissime République de Venise, active entre la première moitié du IXe jusqu'au traité de Campo Formio en 1797. La naissance du Collège a probablement été motivée par la nécessité d'atténuer l'impact de l'usage d'anomalies fait par les puissances rivales de la République vénitienne. Durant son apogée (entre le XIIIe et le XVIe siècles, le SCEMC gérait également un commerce d'anomalies que Venise ne considérait pas comme dangereuses pour sa survie, ou inutilisables à ses propres fins.

Organisation : Les deux sièges connus jusqu'à présent étaient près de Costanziaco (qui fut actif jusqu'en 1435) et sur l'île de Poveglia. Le SCEMC était un collège composé de 10 membres, présidé par le Doge de Venise, dont les pouvoirs étaient délégués au Magistrat des Estri, primus inter pares2 nommé parmi les conseillers en fonction selon un système de rotation. Chaque conseiller était membre du Collège à vie. Sept d'entre eux étaient nommés parmi les patriciens et trois parmi le peuple.
Les membres du Collège étaient organisés en deux groupes : les secretadori ("occulteurs"), qui avaient pour mission d'effacer toute trace d'anomalies ou d'objets d'intérêt, et le maùcarioli ("vendeurs de singularités"), qui s'occupaient de collecter des intérêts envers anomalies en vente. Les études sur les phénomènes anormaux étaient menées par l'organisme de recherche du SCEMC, l'Académie Popilia.

Buts : Le SCEMC a été fondé avec deux objectifs principaux : l'indépendance de la Sérénissime République de Venise et son enrichissement à travers le commerce d'anomalies et d'artefacts anormaux. C'est précisément cette double nature qui a permis au SCEMC de devenir à la fois un puissant levier pour les émissaires vénitiens et une source considérable de recette fiscales.

Attitude envers la Fondation : Le SCEMC ayant disparu en 1797, il n'a aucun rapport direct avec la Fondation. Son existence est cependant connue des principaux Groupes d'Intérêt italiens, en particulier le RIDAI et le CFO.

Implications:


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License