Écartez-vous de son chemin
@import url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3law/station-font.css);
 
/*
    Third Law Canon Theme
    [2016 Wikidot Theme]
    Created by GreenWolf, with technical assistance from Randomini and aesthetic assistance from Dr Kens and tawny.
    Based on SCP Sigma 9 Theme created by Aelanna and Dr Devan.
    The Station font was created by Nick Matavka and is licensed under the SIL Open Font License.
    The Prometheus Labs/Third Law Flame Logo was created by GreenWolf and is licensed under CC-BY-SA 3.0.
     Revised by stormbreath.
*/
 
:root {
    /* 2 Header */
    --ct_bg_header-image: url('http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3law/body_bg_7.png');
    --ct_bg_header-logo: url('http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3law/PL_3Law_Logo_2.png');
 
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: #222e59;
    --ct_col_rate-secondary: #404d7e;
    --ct_col_rate-cancel: #e9ebf0;
    --ct_col_rate-link-hover: #c1bccd;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px #312259;
}
 
/* COMMON */
h1, #page-title {
    color: #315B7D;
}
 
#page-title {
    border-color: #315B7D;
}
 
/* links */
a {
    color: #4682B4;
}
 
a.newpage {
    color: #86bbd8;
}
 
a:visited {
    color: #054a91;
}
 
body {
    background-color: #E3E7EA;
    color: #000000;
}
 
/* HEADER */
#search-top-box-input {
    border: solid 1px #0c1121;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #222e59;
}
 
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus {
    border: solid 1px #bfc3d4;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #404d7e;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit] {
    border: solid 1px #0c1121;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #222e59;
    background: linear-gradient(to bottom, #263464,#1e284e);
}
 
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    border: solid 1px #bfc3d4;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #222e59;
    background: linear-gradient(to bottom, #1e284e,#263464);
}
 
#login-status {
    color: #e9ebf0;
}
 
#login-status a {
    color: #e9ebf0;
}
 
#login-status ul a {
    color: #4057a7;
}
 
#account-topbutton {
    background: #CCCCCC;
    color: #4057a7;
}
 
#header h1 a {
    color: transparent;
    font-family: 'stationmedium', Arial, sans-serif;
    font-size: 180%;
    text-shadow: none;
}
 
#header h1 a::before {
    content: "Troisieme Loi ";
    color: #e9ebf0;
    text-shadow: 3px 3px 5px #000000;
}
 
#header h2 span {
    color: transparent;
    text-shadow: none;
}
 
#header h2 span::before {
    content: 'Scientia potentia est ';
    color: #F1F1F1;
    font-style: italic;
    text-shadow: 1px 1px 1px rgba(0,0,0,.8);
}
 
/* TOP MENU */
#top-bar a {
    color: #e9ebf0;
}
 
#top-bar ul li ul {
    border: solid 1px #4B4194;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a,
#top-bar ul li:hover a {
    background: #E3E7EA;
    color: #4682B4;
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a,
#top-bar ul li:hover ul li a {
    border-top: 1px solid #6A7194;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a:hover,
#top-bar ul li:hover a:hover {
    background: #E2E4E7;
}
 
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: #4682B4;
}
 
/* SIDE-MENU */
 
#side-bar a:visited {
   color: #4682B4;
}
 
.side-block .menu-item > .image {
    filter: hue-rotate(210deg);
    -webkit-filter: hue-rotate(210deg);
}
 
#side-bar .side-block {
    border: 1px solid #315B7D;
    background: #E2E4E7;
    box-shadow: none;
}
 
#side-bar .side-block.media,
#side-bar .side-block.resources {
    background: #E2E4E7;
}
 
.scpnet-interwiki-frame {
     filter: hue-rotate(200deg) saturate(180%) brightness(90%) opacity(75%)
}
 
#side-bar .heading {
    color: #315B7D;
    border-bottom: solid 1px #315B7D;
}
 
#side-bar div.menu-item.inactive a {
    color: #315B7D;
}
#side-bar div.menu-item .sub-text {
    font-size: 80%;
    color: #315B7D;
}
 
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link {
    border-bottom: solid 1px #315B7D;
}
 
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link .collapsible-block-link {
    color: #315B7D;
}
 
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link .collapsible-block-link:hover {
    color: #4682B4;
}
 
/* YUI-TABS */
.yui-navset .yui-content{
    background-color: #E2E4E7;
    padding-left: 2em;
    padding-right: 2em;
}
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav a {
    background-color: #36648B;
}
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus, /* no focus effect for selected */
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover { /* no hover effect for selected */
    background: #36648B; /* selected tab background */
    color: #eeeeee;
}
.yui-navset .yui-nav a:hover,
.yui-navset .yui-nav a:focus {
    background: #bfc3d4;
}
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border-color: #36648B;
}
 
/* FOOTER */
#footer {
    background: #7F7C94;
    color: #C1BCE0;
}
 
#footer a {
    color: #E0E0E0;
}
 
/* SOME NICE BOXES */
div.sexy-box {
    background: #E0E0E0;
    border: 1px solid #C1BCE0;
}
 
div.sexy-box div.image-container img {
    border: 1px solid #E0E0E0;
}
 
.content-panel {
    background-color: #1F1F1F;
    margin: 10px 0 15px;
}
 
.content-panel.standalone {
    background: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .panel-heading {
    color: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .panel-body {
    background: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .panel-footer {
    color: #E0E0E0;
}
.content-panel .panel-footer a {
    color: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .content-toc {
    background-color: #E0E0E0;
}
 
/* Standard Image Block */
.scp-image-block {
    border: solid 1px #4B4194;
}
 
.scp-image-block .scp-image-caption {
    background-color: #E0E0E0;
    border-top: solid 1px #4B4194;
}
 
@media (min-width: 767px) {
     #header {
             background-position: 10px 20px;
     }
}
 
@media (max-width: 767px) {
    #side-bar {
        background-color: rgb(54, 100, 139);
    }
}
notation: +3+x
blank.png

« Quand des situations dégénèrent || Écartez-vous de son chemin || Ils apposèrent la loi »

Iris Black allait être en retard à l'école.

C'était, pour être honnête, pas entièrement sa faute. Le jeudi c'était la nuit du derby, ça avait toujours été le cas ; ce qui signifiait que le jeudi était aussi la nuit de l'after post-Derby, que ce soit pour célébrer une victoire ou compenser une défaite. Normalement, elle y allait quelques heures, buvait un peu, fumait un petit peu, et allait au lit à 1 ou 2 heures du matin, avec suffisamment de temps pour arriver au cours de 10h30. Cette fois-ci, cependant, les Double Dees avaient battu la Légion ; et les Discordiennes faisaient toujours la fête à fond parce qu'elles avaient toujours des défaites à compenser. Quelqu'un avait épicé le punch avec de l'AUM, quelqu'un d'autre faisait tourner des joints d'Or Kallisti, et pour faire cout, Iris s'était réveillée à 10h dans une baignoire remplie de canettes de bières vides avec que son casque de Derby sur elle et les sous-vêtements de quelqu'un d'autre.

Après s'être frayée un chemin au travers les détritus de la nuit précédente, elle parvint à localiser son pantalon, complet avec clefs, portefeuille et portable, à l'arrière d'un congélateur ; elle vola un t-shirt qui pendait du ventilateur du plafond, et se précipita vers la porte avec seulement 20 minutes pour y aller. Elle vérifia son téléphone. Deer n'était pas trop loin ; si elle allait vite, elle pourrait y être en 15 et pouvait toujours se rafraichir dans les toilettes avant le cours. Ses rollers étaient toujours là où elle les avait laissés, noués non loin du sommet d'un arbre du jardin ; un claquement de doigts défit le nœud, et ils tombèrent juste dans ses mains ouvertes. Elle enfila les roulettes, boucla son casque, et partit en direction de l'école.

Iris se faufila dans le trafic du milieu de la matinée en esquivant furieusement les piétons et les cyclistes ; elle manqua de renverser un androïde qui portait une pile de cartons, et cria un rapide "Pardon !" par-dessus son épaule alors qu'elle le laissait dans son sillage. Son raccourci favori s'approchait : une paire de Voies qu'elle pouvait, si elle était prudente, ouvrir à haute vitesse, parcourant seulement un demi-quartier dans l'Oregon pour passer un kilomètre de TroisPorts. Elle accéléra directement vers un mur de briques solides, criant "Ouvre Sésame !" à tue-tête ; au tout dernier moment, elle s'ouvrit en s'articulant, et elle surgit d'un mur de briques similaire à Portlands en Oregon, juste à temps pour rentrer à pleine vitesse dans le capot d'une limousine qui était, inexplicablement, garée pile entre deux bennes à ordure derrière une pizzeria.

L'élan envoya Iris de l'autre côté du capot, et elle s'écrasa contre l'asphalte de l'autre côté. Elle entendit son poignet gauche se briser avant de le sentir ; puis la douleur se répandit dans son bras, et elle se mit en boule autour du membre blessé, criant des bordées de jurons qui gagnaient en volume alors qu'elles perdaient en diversité. "PUTAIN de pute ! Putain de fils de putes ! Putain de merde putain !" Une porte de voiture s'ouvrit et se referma, et au moins deux personnes s'approchèrent d'elle. Peut-être trois. Elles ne disaient rien, ce qui signifiait soit qu'il s'agissait d'immenses trous du culs, soit qu'elles l'attendaient. Elle arrêta de jurer, et ouvrit les yeux.

C'était trois. Un gamin à l'air baveux, peut-être un peu plus vieux qu'elle, dans un costume à carreaux vert-et-or hideux, flanqué de deux hommes qui avaient l'air d'avoir été achetés directement sur le rack au magasin des gardes du corps. Les gardes du corps, comme on s'y attendait, ne dirent rien, mais le gamin sourit et offrit sa main. "Bonjour." Point numéro un : anglais. Riche. Arrogant à mort. Clairement un gros putain de trou du cul. "Puis-je vous aider, Mlle Black ?" Point numéro deux : connaissait son nom. L'attendait clairement.

"Je pense que je m'en sortirai seule, merci," répondit-elle, grimaçant alors qu'elle se levait en utilisant ses coudes. "Vous semblez me rencontrer avec un désavantage, M… ?" Le cliché pur de la phrase avait presque déclenché un réflexe nauséeux chez elle, mais elle se retint. Ses deux paumes étaient éraflées et saignaient ; ça pourrait être utile.

Le fumier lui offrit une courbette flamboyante. "Chrysophilus Marshall, à votre service. Mais je vous en prie—mes amis m'appellent Rampant."

Iris se remit sur ses roulettes, et se tint du haut de son mètre quatre-vingt, tenant toujours son poignet blessé près de son torse. "Enchantée, j'en suis sûre." Elle essuya un peu de sang de sa paume droite avec un doigt, et commença à dessiner un sceau sur son bras gauche, faisant attention à le garder caché des trois hommes. "Et qui, si je puis me permettre, sont ces deux gentlemen ?"

"Je ne les appellerait pas gentlemen," dit-il. "Voilà Trois, et Voilà Quatre. Dites bonjour les gars."

Trois et Quatre aboyèrent un "bonjour" parfaitement synchronisé, et iris remarqua enfin les codes-barres tatoués sur leurs fronts. Peut-être ont-ils été réellement achetés dans un magasin de gardes du corps. Le sceau était presque complet ; elle n'avait besoin que de gagner un peu plus de temps.

"Eh bien, à quoi je dois le plaisir, M. Marshall. Je suppose que notre rencontre n'était pas un accident ?" Elle hocha la tête vers le mur qui dissimulait la Voie. "Vous semblez m'avoir attendue exactement là où cela m'incommoderait le plus."

Rampant rit, douchant Iris de postillons. "Non, Iris—puis-je vous appeler Iris ?—ce n'était pas un accident. Je suis ici pour vous offrir une opportunité d'affaires. Une qui va, sans un doute, vous rendre riche au-delà de vos rêves les plus fous. Si vous voulez bien me rejoindre dans la voiture ?"

Le sceau était fini. "Eh bien, Chrysophilus, j'adorerais, mais malheureusement, no'oley bugud gegrasacog nohadz hacar-ficar!" Alors que les syllabes ouraniennes explosèrent depuis ses lèvres, Iris sentit ses os se réparer et changer. Elle replia son bras, et une épée jaillit de son poignet ; le contrecoup l'enflamma. Elle envoya une taillade vers Rampant, qui bondit hors d'atteinte avec une agilité troublante, puis elle fit un rapide 180 et descendit l'allée en courant, dissipant l'épée d'os brûlante et laissa son radius et son cubitus retourner à leur forme naturelle. Si elle était honnête avec elle-même, c'était probablement plus douloureux que la fracture, mais ce sort était toujours très populaire sur la piste de derby, et elle était contente qu'il ait fonctionné dans une véritable situation de combat.

Rampant cria quelques instructions aux gardes du corps, et la porte de la limousine claqua. Il y avait toujours juste assez de sang sur les paumes d'Iris pour créer un autre petit sort sans drainer ses réserves internes ; elle agita sa main derrière elle, l'éparpillant sur l'asphalte, et cria une rapide incantation. "Nobo dokez ch'haz!" Des épines jaillirent du sol, inclinées vers ses poursuivants ; ils auraient des difficultés à passer par-dessus ça avec leurs pneus en un seul morceau.

La limousine démarra, et ils mirent les gaz en accélérant vers elle. Alors qu'Iris tournait au coin de l'allée dans la rue, elle entendit les pneus éclater. Ça devrait les retarder suffisamment longtemps pour lui permettre de s'échapper. La prochaine voie était juste devant elle, dans la statue de Jeanne d'Arc au milieu d'un rond-point. Il y avait deux autres gardes du corps supplémentaires qui se tenaient à côté d'elle, le long d'un autre trou du cul en équipement suprême hypebeast complet.

"Mademoiselle1 Black," cria-t-il, ôtant son bob, "c'est fort urbain de votre part de nous rejoindre !"

"Oh, chierie de chienne," jura Iris alors qu'elle fit une embardée vers une ruelle. La seconde Voie la plus proche vers TroisPorts était à presque un kilomètre et demie, et celle-là l'enverrait à Prometheus Plaza, incommodément loin du campus. Elle allait clairement être en retard en cours. Enfin, il y avait bien une autre option, mais elle allait emmerder les fédéraux, et être simplement élève à Deer la mettait de toute façon sur les listes de surveillance. C'était une sorte de mesure de dernier recours.

Rampant Marshall arriva sur la route ventre à terre, ses yeux brillant de jaune. Il se leva, et sourit plus largement qu'un humain devrait être capable de le faire ; ses dents étaient devenues des pointes d'aiguilles, et sa salive sifflait quand elle goutait sur son costume. "Je voulais faire cela de la manière simple," dit-il, sortant une seringue pleine de liquide rouge de la poche de sa veste et la plantant dans son cou, "mais vous deviez tout foutre en l'air pour nous deux."

C'est l'heure du dernier recours. Iris ne voulait pas s'éterniser à côté de ce que cette drogue lui ferait. Elle exécuta un demi-tour parfait, et se redirigea vers Jeanne. Hpebeast et ses gorilles s'empilaient dans une Rolls Royce rose barbe à papa ; Iris leur fit un bras d'honneur en les dépassant. Elle tourna au sud sur Chavez, et se prépara à commettre quelques crimes fédéraux.

"Fiaco nowole! A'epalizage! Tajnachef'so cho thu fof'widayo shabbe!" Les mots asséchèrent la gorge d'Iris et gercèrent ses lèvres, chaque syllabe du chant se construisant sur la dernière. Elle se gratta les paumes, rouvrant les égratignures, et imprima une trace de main sanglante sur chaque cuisse ; cette œuvre était dangereuse sans source externe d'EEV, mais un petit peu de contrecoup était préférable au fait de se faire kidnapperpar le genre de personnes qui achètent les gardes du corps par paquets de quatre. "Lofo segwar dibuq udinbak noy renkeb!" Le chant ne signifiait rien, bien sûr ; mais l'ouranien était un langage construit, conçu expressément pour la thaumaturgie. C'était du babillage sans contexte, chaque train de syllabes à peine moyen mnémotechnique pour un certain motif éthérique ou une fréquence énergétique, et—de l'expérience d'Iris—ça marchait vraiment, vraiment bien. "Zametus nabagaf hrov'leiko ptau!" L'incantation finale brûla son chemin dans son esprit, et elle commença à accélérer.

Le sort était un variant de la Fronde de Rhadamanthe, modifié pour lancer une personne plutôt qu'un projectile. Il empruntait un peu de l'inertie d'un gros objet en mouvement—disons, une voiture, ou un bloc de joueuses de derby—et le déversait dans Iris, la projetant en avant à des vitesses irresponsables. Une fois qu'il était lancé, il se maintenait essentiellement via l'Élan-Vital ambiant, mais la première poussée requise pour le jeter était toujours une saloperie. Elle devrait y aller mollo pour le reste de la journée ou risquer le surmenage complet ; mais si il l'amenait à l'heure en cours et sauvait son cul de Rampant et Supreme, il valait le coup.

Bien sûr, c'était bien plus risqué en-dehors de la piste de derby. Toutes les pistes de Portlands avaient divers cercles, runes, et sceaux peints sur le sol, de sorte que le contrecoup des sorts des compétiteurs pouvait être canalisé de la manière la plus sécurisée possible. La route à Portland en Oregon n'avait pas de telles protections. Autour de l'endroit où elle lança le sort, un cercle d'un mètre de rayon fondit dans une piscine de pétrole brut et de graviers, l'asphalte réduit à ses composants bruts ; alors qu'elle accélérait en avant, des runes brillaient sur le bitume là où ses roulettes le touchait, les incantations ouraniennes répétées encore et encore dans un manuscrit arcanique. Heureusement, elles s'évanouissaient après quelques instants, laissant seulement un résidu charbonneux qui serait nettoyé par la pluie—elle ne voulait pas expliquer des inscriptions runiques sur un kilomètre et demie au FBI, ou pire, à son conseiller académique.

Iris entendit un pop bruyant derrière elle, et quelque chose siffla en passant au niveau du torse. Ils lui tiraient dessus. Elle risqua un coup d'œil par-dessus son épaule, et vit Hypebeast penché à la fenêtre de la Rolls, brandissant une collaboration Desert Eagle x Louis Vuitton—tourné de côté, style gangsta. Il lui criait quelque chose, mais elle ne pouvait pas l'entendre par-dessus le le vent dans ses oreilles et le rugissement de son moteur ; puis il tira un autre coup, et Iris décida de se concentrer sur le fait de foutre le camp d'ici.

Elle avait eu beaucoup de chance avec le trafic jusqu'à présent—suffisamment de voitures pour s'en servir comme fronde et comme boucliers, mais pas trop pour qu'elle ait à utiliser plus de matière grise à les éviter qu'à éviter les balles. Malheureusement, il n'y en avait pas assez pour causer des problèmes à ses poursuivants. La Rolls Royce naviguait au milieu de la route, les autres voitures faisant des embardées hors de son chemin ; quelques écarts de justesse avaient laissé de petites éraflures sur sa peinture pepto-bismol hideuse, mais le clone gorille était un conducteur suffisamment doué pour éviter quoi que ce soit de pire. Ils gagnaient clairement sur elle.

Puis le feu devant elle vira au rouge. Les voitures devant Iris ralentirent ; elle pompa un peu plus de jus dans son sort, et accéléra. Un semi-remorque arriva dans l'intersection, indiquant qu'il allait tourner à gauche. Iris continua de se diriger directement vers lui, comme le fit la Rolls. Juste avant de s'écraser la tête la première dans la remorque, elle se pencha en arrière et fit un limbo sous elle à 40 kilomètres par heure. La Rolls Royce n'était pas aussi agile, et heurta la remorque dans un craquement qui fit trembler le sol. Pour un moment, juste avant l'impact, Iris et Hypebeast se regardèrent dans les yeux ; puis elle se releva et poursuivit sa route.

Quelques immeubles plus loin, et elle y était presque. Le sort d'Iris s'épuisa juste avant qu'elle prenne un virage en épingle à droite pour descendre la colline ; elle esquiva deux voitures et une moto, et entra dans le campus de Reed. Il y avait des foules d'étudiant sortant des leçons du matin sur tous les chemins ; elle slaloma entre eux, et navigua vers une arcade en direction du patio de la librairie. Le séquoia était droit devant. Une rafale finale de force mystique, la drainant presque complètement, l'envoya voler par-dessus les têtes des ordinaires confus. Elle atterrit sur une table de pique-nique, éparpillant les déjeuners et les livres des occupants, et plongea les poings en avant dans le tronc de l'arbre, ses mains croisées dans un geste qui l'enverrait de l'autre côté. Plusieurs moments de vertige horrible, et elle était tirée d'affaire.

Enfin, presque. Iris vérifia son téléphone. 10h29. Une minute pour arriver en classe. Elle accéléra vers les portes de la bibliothèque, qui s'ouvrirent juste à temps. Un nouveau était sur son chemin ; il plongea à couvert, son café se répandit au sol, et elle était à l'intérieur. Cinquante secondes. Pas le temps de prendre l'ascenseur, mais la classe était au sous-sol. Il y avait une table pliante installée dans le hall—RE Pour Tous, le groupe de maxwelliste du campus, proposait de la littérature sous licence libre et des clef USB gratuites. Iris se roula en boule et rebondit sous elle. Quarante secondes. Par les portes de la cage d'escalier, entre quelques seniors se disputant au sujet de la numérologie Pythagoréenne, et par-dessus la rampe. Ce n'était qu'une chute de cinq mètres, et il restait juste assez d'énergie magique à Iris pour arrêter sa chute en toute sécurité—un petit ruissellement d'énergie activa les runes d'amortissement de ses patins, et l'énergie cinétique de l'impact fut converti en un jaillissement d'étincelles dramatiques mais sans danger. Trente secondes. Un coup direct dans le couloir, un virage à droite dans un autre, et elle glissa au travers de la porte de la classe avec vingt secondes d'avance.

"Mlle Black, c'est fort urbain de votre part de nous rejoindre," dit le Dr Greenberg, regardant ostensiblement à sa montre. "Et à l'heure ! Incroyable."

Iris soupira et s'assit. "Longue nuit. Longue matinée."

"Maintenant, Mlle Black, j'attends de mes étudiants qu'ils arrivent préparés pour le cours." Il fixa ostensiblement la table vide devant elle. "Où sont vos matériaux ?"

Iris déboucla son casque, et fit quelques passes par-dessus lui de sa main libre. "Abracadabra." Elle mit la main à l'intérieur, et récupéra son manuel et ses fournitures scolaires de la déformation spatiale intégrée. "Autre chose, Professeur ?"

"Juste une dernière question, et nous pourrons commencer. "Il fit un geste vague en direction du torse d'Iris. "Qu'est-ce qu'est un 'Futanari Titwhore Fiasco'?"

Elle regarda son t-shirt emprunté. "Honnêtement, Professeur ? Je n'en ai aucune idée."

« Quand des situations dégénèrent || Écartez-vous de son chemin || Ils apposèrent la loi »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License