Gazette d'Aleph : Numéro 21
notation: +17+x

Gazette d'Aleph

Mai 2020

didier.png



L’Édithaumiel

par Didier Vertefeuille, chroniqueur de la Gazette d'Aleph

Sommité littéraire déchue des années 70, Didier Vertefeuille a collaboré avec de nombreux magazines de littérature et côtoyé les cercles de Saint-Germain des Prés les plus bons enfants. Grand ami d'écrivains tels que Gabriel M. et Yann. M., il a disparu de la scène publique dans les années 80, lorsque son goût de la provocation ne suffit plus à masquer son absence totale de talent. Il fait son grand retour en exclusivité dans notre journal, dans l'objectif honorable de payer les multiples pensions alimentaires dont il est comptant.


Si j'ai bien compris, la mode est au confinement. Cet objet fashion s'affiche partout et, loin d'être réservé à quelques anomalies nanties, il est désormais à la portée de chacun (mais toujours à un mètre de distance). Gageons que le Comité d’Éthique saura conseiller efficacement le gouvernement en ces temps de crise : celui-ci a déjà adopté un slogan - Protéger, Tester, Isoler - éhontément copié sur le nôtre, tout en manquant du charme caractéristique de son "Contenir" qui sait susciter les passions les plus enamourées.

Pourtant, si j'ai bien compris, la population n'est pas particulièrement enamourée, elle, de ce confinement. Gageons qu'il ne s'agit que des difficultés initiales qui disparaîtront avec l'habitude : les foules d'individus anormaux cordialement hébergées dans nos locaux n'émettent elles aucune protestation après quelques décennies de mise en état comateux profond, pas même lors de quelque vivisection effectuée dans l'intérêt de la science. Dès lors, peut-être devrions-nous concentrer notre production industrielle structurellement décimée par des années de délocalisations sur la production d'un sédatif efficace et pas cher (à la morphine, le goût est meilleur et l'endormissement plus rapide) plutôt que sur des masques, qui ne sauront guère protéger la population de sa propre imbécillité profonde.

J'entends tout un chacun appeler à la recréation d'un monde nouveau lors de notre sortie de notre cage éphémère, comme si, en ouvrant la porte, le vent frais et pur de New Paris ferait voler dans les airs nos crinières chevelues alors que nos yeux se poseraient sur un nouveau territoire vierge à rebâtir. Pourtant - si j'ai bien compris -, le confinement n'a pour autre objectif que de conserver un état de fait, que cela soit la normalité du Voile ou la santé publique. Gageons que les initiatives concernant la récupération massive des données, le traçage géolocalisé et l'augmentation drastique du temps de travail sauront rappeler à ces quelques idéalistes espoirs que la réalité dépasse toujours la fiction : alors que la Fondation SCP ne peut le faire qu'une personne par une personne, nous réussirons à faire voyager dans le temps nos sociétés pour les ramener toutes entières au XIXe siècle.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License