Itération B

Nous reposons dans le noir ensemble, la pluie tombant doucement dehors. Ce fut une longue journée, et nous avons dû conduire Sophie chez le vétérinaire au matin. Tu étais inquiète ; tu avais lu quelque part que certains chiens sont allergiques aux anesthésiques, que certains chiens meurent pendant les nettoyages dentaires de routine. Je t'ai dit que ça allait aller, qu'elle s'en tirerait certainement bien, mais la possibilité que Sophie soit en danger m'a terrifié aussi. Nous avions simplement tenté de parler d'autres choses, à propos de n'importe quoi.

"Objet numéro ?" t'entendis-je murmurer.

"SCP-1893," répondais-je. "Classe ?"

"Euclide," répondais-tu, endormie.

Je ne savais pas quoi répondre, donc je changeais de sujet. "Procédures de confinement spéciales ?"

"Toutes les histoires contenant ou référençant SCP-1893 doivent être contenues dans l'unité centrale du Site 38 jusqu'à ce que les chercheurs de la Fondation découvrent une méthode pour les transférer sans risquer de contaminer d'autres systèmes informatiques", dis-tu. "De multiples histoires redondantes doivent être conservées sur l'unité centrale en permanence. Si SCP-1893 commence à montrer un comportement agressif ou autrement anormal, de nouvelles histoires supplémentaires écrites dans le style utilisé par SCP-1893 doivent être téléchargées sur l'ordinateur. Des copies matérielles de chaque histoire avant sa contamination par SCP-1893 sont conservées dans le bureau du directeur dans un coffre fermé à triple tour ; aucune autre copie ne doit être conservée en aucun autre lieu sous aucune forme afin d'éviter de possibles contaminations. Autant que possible, les discussions sur SCP-1893 sont restreintes à des formes non-électroniques, et les références au numéro d'objet SCP-1893 doivent être interdites sur les serveurs ou ordinateurs de la Fondation autres que celui mentionné ci-dessus."

"Description," commençais-je à répondre. "SCP-1893 est un phénomène totalement incompris, supposé être de nature électronique ou numérique. Le phénomène a démontré au moins une forme primitive d'intelligence, en s'adaptant aux nouveaux environnements et en évitant les plus inhospitaliers ainsi qu'une habilité rudimentaire à communiquer avec les chercheurs de la Fondation, bien qu'indirectement. Il est inconnu si l'entité est sapiens ou même consciente."

Tu t'es mise en colère dès que j'ai dit cela. Tu as toujours été si têtue, même lorsque ce n'était pas nécessaire. Parfois c'est ce que j'aimais chez toi ; parfois, je souhaitais seulement que tu reviennes à la raison.

Je sortis et allais à la cuisine prendre un verre d'eau. Comme la lumière du réfrigérateur éclairait les coins du séjour, je regardais la maison que nous avions construite ensemble. Les canapés en cuir que ta mère trouva sur le bord de la route, la télévision que j'ai reçu pour Noël presque dix ans plus tôt, les étagères pleines de nos livres à tous deux, mélangés. Nous avions une famille, toi et moi et Sophie, et un endroit que nous pouvions appeler un chez-nous. En me retournant, je passais près de l'homme dans le coin de la chambre, confiant dans le fait qu'il n'y avait pas besoin de se battre. Pas ce soir.

"La caractéristique principale de SCP-1893 est sa qualité mémétique," dis-je, "il est impossible de percevoir, interagir avec, ou discuter avec l'entité autrement que via des narrations fictives. Spécifiquement, tout message électronique concernant SCP-1893 sera altéré par l'entité avec une prose de longueur, ton et contenu variables. Toutefois, les messages altérés par SCP-1893 conserveront toujours certaines qualités constantes."

Tu approuvas et poursuivis mes pensées, comme tu l'as toujours fait. "Premièrement," dis-tu, "le contenu du message original sera gardé intact, conservant tout dialogue entre les personnages de l'histoire. Deuxièmement, les histoires contiendront de deux à trois personnages ; si le dialogue entre eux restera constant, la personnalité et le ton des personnages et leur environnement sont supposés souvent refléter "l'humeur" de SCP-1893 au moment de l'accès. Troisièmement, les composants du fond de l'histoire peuvent changer en fonction de ce que SCP-1893 peut on non déterminer l'identité du lecteur, bien que les chercheurs n'ont pas été capables de déterminer un modèle dans les modifications à ce jour."

Je terminais par l'évidence : "Finalement, toutes les instances des histoires altérées par SCP-1893 contiendront un personnage inconnu, décrit comme exceptionnellement grand et bien constitué, souvent décrit avec des tatouages de cornes de taureau sur ou près du visage. Le niveau d'interaction de ce personnage avec les autres reflète souvent le niveau d'agression de SCP-1893 à ce moment ; lorsque l'entité est calme, le personnage sera rarement invoqué ou évoqué. Lorsque SCP-1893 se sent en danger ou se prépare à attaquer, le personnage remplira un rôle de plus en plus important voire central dans l'histoire."

Nous commencions à nous assoupir. Nous nous sommes souhaité une bonne nuit, les pensées du jour à venir s'éteignant rapidement. Une dernière pensée t'est venue à l'esprit. "Addendum 1893-A ?" demandais-je.

"Bien qu'aucun effort entrepris à ce jour n'ait réussi à totalement confiner SCP-1893, toutes les preuves suggèrent que la décision de la Fondation de classer cette entité comme telle lui a fait adopter ce "nom" et réagit spécifiquement à toute mention de ce numéro d'objet dans les médias électroniques. Considérant que ceci est vrai, un plan théorique a été élaboré dans l'éventualité où l'élimination de SCP-1893 se révèle nécessaire. Selon ce plan, le personnel de la Fondation devrait d'abord…"

Tu t’effondrais de sommeil. Je regardais ta poitrine s'élever et retomber en une seconde, puis m'endormis moi-même.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License