C : SCP-132-FR

Objet # : SCP-132-FR

Niveau de Menace : Rouge

Classe : Keter Non-confiné

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-132-FR est à l'heure actuelle en liberté dans un lieu inconnu à ce jour. La cellule de recherche 132-FR est chargée d'étudier les traces et témoignages susceptibles de mener à l'entité et d'informer la direction du Site Mayim-VS de tout progrès.

Description : SCP-132-FR est une entité humanoïde plieuse de réalité de Niveau 3 dotée de plusieurs capacités anormales. L'entité peut mesurer de 1,20 à 2,10 mètres selon l'état de son enveloppe corporelle, pour une masse non anormale correspondant à la quantité de matière qui la compose. L'entité se montre ouvertement hostile à la Fondation SCP ainsi qu'à tout individu ou organisme tentant de la confiner ou de limiter son utilisation de ses capacités, et sa capture puis le cas échéant son confinement efficace sont à considérer comme une priorité.

L'enveloppe corporelle de SCP-132-FR est initialement celle d'un être humain normalement constitué, à l'exception près que l'entité est cliniquement morte. Les données biométriques de celle-ci attestent que ses organes ne fonctionnent plus, que son système cardiovasculaire n'assure plus leur irrigation et que son système respiratoire ne filtre plus d'air. De ce fait, SCP-132-FR est en état de perpétuelle décomposition, l'obligeant à se procurer divers composants organiques sur des sujets humains vivants pour assurer sa capacité à se mouvoir et à rester conscient. En dehors des répercussions physiques logiques de ce fait (comme l'impossibilité de marcher si l'une de ses jambes est brisée ou que plusieurs tendons se décomposent et se rompent), l'entité ne semble jamais souffrir de son état.

Les capacités anormales de SCP-132-FR se manifestent d'abord quand il prélève des parties du corps sur des sujets humains : l'entité est capable de séparer et souder les tissus humains de manière anormale, lui permettant de faire fonctionner un membre arraché à un autre individu puis rattaché à son propre corps. Il est à noter que, bien que SCP-132-FR semble préférer une forme humanoïde à toute autre organisation corporelle, il est capable de rattacher et faire fonctionner des parties du corps humain n'importe où sur sa propre enveloppe : l'entité a ainsi pu être observée avec un bras supplémentaire au niveau de l'omoplate droite, ainsi que trois à quatre côtes dépassant de la peau au-dessus de son genou.

De plus, SCP-132-FR possède une capacité anormale encore méconnue à ce jour qui lui permet d'extraire de chaque être vivant un élément inconnu de l'apparence d'une sphère lumineuse, l'extraction dudit élément ayant invariablement pour cause la mort de l'être concerné. Une fois celui-ci extrait, SCP-132-FR place l'élément dans un récipient quelconque pour le conserver, et parfois le consommer. Il est à noter que SCP-132-FR n'est capable d'effectuer cette opération que sur des sujets gravement affaiblis physiquement et/ou psychologiquement, et que le procédé semble nécessiter de sa part un grand investissement d'énergie et de concentration. Mise à jour du 12/03/2019 : consulter l'Addendum 2 pour plus d'informations.

SCP-132-FR a également été observé pliant la réalité à des niveaux modérés pour altérer les propriétés physiques de certains objets ou surfaces, et il semble capable de créer des poches dimensionnelles de petite taille. L'entité semble néanmoins réticente à faire usage de ces capacités, et il est supposé que cela lui demande de grands efforts et entraîne une fatigue conséquente.

Addendum 1 — Historique : L'entité a été découverte suite à l'ensemble événementiel 132-FR. Pour plus d'informations, contacter l'ASIA pour l'accès à la précédente itération de ce document.

Addendum 2 — Événement 132-FR-2 :

Rapport d'investigation


Date : 12 mars 2019

Membre(s) du personnel impliqué(s) : Agent Luca Esposito, Classe C, Niveau 2

Sujet de l'investigation : Recherche de SCP-132-FR (SA|15/FR)

Avant-propos : Après la fuite initiale du Site Mayim de SCP-132-FR, alors supposé à tort être un enfant civil, une cellule de recherche fut mise sur pied pour suivre sa trace et le confiner. Cette cellule, dirigée par le Dr Abu-Nijmeh, analysa des rapports de police et témoignages divers présentant des similitudes avec les caractéristiques anormales de SCP-132-FR, sans grand résultat jusqu'au 10 mars 2019 où une notice provenant du Site Aleph laissa supposer la présence d'une entité proche de SCP-132-FR sur le territoire français. L'agent Esposito fut envoyé sur place pour accompagner le détachement d'intervention du Site Aleph.


La mission est partie du Site Aleph pour se rendre dans une forêt à une heure de trajet environ. Ça confirmait nos spéculations sur les préférences de SCP-132-FR, il semble favoriser les environnements boisés. Sur le trajet, le lieutenant Orsse m'a expliqué ce qui les avait amenés à s'intéresser à l'entité : le personnel du site avait identifié plusieurs disparitions qui semblaient reliées par certains éléments communs (principalement l'absence quasi systématique de cause de décès certaine), plusieurs dizaines réparties sur un peu plus d'une année, et ils en avaient déduit qu'il s'agissait probablement d'une anomalie.

Après deux mois de recherche, un agent avait fini par recueillir un témoignage d'un habitant de Freytet dans la commune de Riom-ès-montagnes qui déclarait avoir vu un être doté de "trop de jambes" marcher dans un champ la nuit. L'individu, faisant de la course à pied de nuit au moment des faits, a été jugé sain d'esprit et de bonne foi, et le personnel d'Aleph a relayé sa description détaillée à tous les centres de croisement des installations de la Branche Francophone.

Après un récapitulatif complet de la situation sur le trajet, nous sommes arrivés sur les lieux. Le point d'habitation supposé de l'entité était un réseau de grottes naturelles dont l'entrée la plus accessible se trouvait à flanc d'une colline boisée, dans un renfoncement qui la dissimulait à la majorité des observateurs non avertis. Nous sommes descendus de nos véhicules et avons pénétré dans la forêt, équipés de divers types d'armes susceptibles de fonctionner sur une entité cliniquement morte.

Arrivés devant la grotte, le lieutenant Orsse a donné le signal et nous nous sommes tous engouffrés dans l'ouverture avant de dévaler la descente en pente douce qui menait à la première grande cavité. Aucune trace de l'entité à l'intérieur, mais un de nos agents a glissé sur le sol et a été précipité dans la rivière souterraine qui coulait une dizaine de mètres en contrebas. Il a été emporté avant qu'on puisse lui venir en aide en nous avons continué.

En parcourant les boyaux serrés qui menaient jusqu'à la dernière grotte, l'agent Juilly s'est soudainement effondré en pleurant et en demandant à faire demi-tour. Le lieutenant a jugé qu'il s'agissait probablement d'un effet anormal et a ordonné à un autre agent de le raccompagner jusqu'à la sortie. Si cette information peut avoir une quelconque valeur, je me suis aussi senti très mal en descendant dans ces galeries sombres, elles avaient presque l'air de se resserrer derrière nous.

Finalement, nous sommes tous arrivés à la dernière grotte, dans laquelle le boyau débouchait à deux mètres du sol environ. Et je n'ai aucune idée de ce qui s'est passé depuis.


Conclusion : Seul survivant de l'expédition de récupération de SCP-132-FR, l'agent Esposito a été retrouvé aux alentours du Site Aleph, demandant à voir un responsable du DAE. Il déclare avoir perdu tout souvenir des circonstances qui ont mené l'expédition à sa perte, mais se rappelle de l'apparence de l'entité, qu'il décrit comme "un petit homme à la peau grise qui ne ressemble plus à un homme, avec les membres mal alignés et dépourvu d'yeux". Cette description concorde avec les précédentes et confirme les capacités anormales de l'entité.

Niveau de Menace de SCP-132-FR réévalué en Rouge.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License