Flexibilité
notation: +1+x

Quand nous avons rencontré les Artistes pour la première fois, nous avons suivi la procédure standard. Tirer d'abord, poser les questions après, ensuite, distribuer des amnésiques comme des bonbons à une fête d'anniversaire.

Ça n'a pas marché longtemps.

La stratégie traditionnelle que nous employons est spécifiquement conçue pour lutter contre des groupes organisés. Vous regardez nos politiques contre la CMO, nos politiques contre l'Insurection du Chaos, MC&D, l'Église, à peu près toutes les forces avec lesquelles nous échangeons des balles, et nos interactions sont dictées par cette stratégie. Putain, nos interactions avec eux sont ce qui a aidé à concevoir la stratégie. Avec toutes ces personnes, la stratégie est de mener une guerre d'usure. Nous sommes capables de leur tenir tête, parce que peu importe à quel point ces groupes sont grands, nous sommes plus grands, et nous allons continuer à tirer jusqu'à ce qu'ils aient épuisé tous leurs chargeurs métaphoriques. Mais cette stratégie ne marche pas avec les Artistes.

Ce n'est pas parce qu'ils sont plus grands que nous, ils ne le sont pas. C'est parce que la guerre d'usure implique que les deux camps aient une organisation centralisée ; il faut qu'il y ait un unique point de contrôle, constamment en conflit avec l'autre camp. Mais les Artistes ne sont pas comme ça. Les Artistes ne sont pas centralisés. Les Artistes ne sont pas unifiés. Et, le plus important, les Artistes ne répondent pas avec des balles.

Ainsi, nous ne pouvons pas les engager de la même manière que les autres 'joueurs'. La guerre contre les Artistes est, malheureusement, menée sur leur propre terrain. Alors qu'ils nous envoient un skip de temps en temps, la majeure partie de ce qu'ils font n'est pas dirigée directement contre nous. C'est relâché dans la nature, présenté comme de l'art, puis sommairement oublié. Il est de notre devoir de sécuriser cet 'art', et, si possible, les Artistes eux-mêmes. Ils sont une culture, pas une organisation. Notre meilleure hypothèse est que les Artistes sont une mode passagère, et que si nous sommes chanceux, le cool d'aujourd'hui sera fade demain. Oui, nous allons toujours en avoir quelques-uns, mais ils ne sont pas gérables pour le moment. Le mieux que nous puissions faire est de limiter leur portée, et même là, nous sommes perdants.

Le but de ce jeu n'est pas de capturer et de détenir les Artistes. Vous ne serez pas capables de les retenir. Néanmoins, ce jeu requiert que nous sachions où vont se trouver les Artistes, et la plupart du temps, nos renseignements se situent quelque part entre le néant et la baise totale. La stratégie actuelle est d'attraper un Artiste esseulé quand l'occasion se présente, le droguer à mort, lui faire cracher tout ce qu'il sait à propos d'expositions locales, puis le bourrer d'amnésiques standards. Ensuite, le réintroduire naturellement dans son evironnement. Si vous avez fait votre boulot correctement, votre Artiste n'aura aucun souvenir de s'être fait prendre en premier lieu, et on aura du temps pour s'occuper discrètement des foules.

N'oubliez pas ça, parce que c'est sacrément d'important : n'amenez JAMAIS un Artiste sur un site. S'ils essaient d'y rentrer, ils AURONT un plan, et ce plan impliquera de voler tout ce qui peut être volé, et libérer tout ce qu'ils peuvent libérer. Vous avez besoin d'un endroit pour stocker un Artiste, vous le mettez dans une planque. On ne garde les localisations des planques sur aucun fichier. Une fois que vous serez tous assignés, je vous dirai où se trouvent les planques de votre secteur. N'écrivez PAS les positions des planques, vous les mémorisez, et vous n'en parlez pas en dehors de cette salle. Pour ce qu'il en est en dehors de cette salle, la dénomination 'planque' ne fait pas partie de la structure de la Fondation, et vous devez faire en sorte que ça reste comme ça.

Comme je l'ai dit, les Artistes sont décentralisés et incohérents, et donc la guerre contre les Artistes est une guerre culturelle. Mais, aussi lâche que leur organisation puisse être, ils ont quand même tendance à s'organiser en plus petites 'cellules'. Ces cellules sont celles qui organisent les expositions, ils choisissent un endroit, et la nouvelle se répand de bouche à oreille. Cela mène à notre seconde stratégie, plus controversée. L'infiltration à long terme.

Oui, certains d'entre vous vont se faire passer pour des Artistes. Oui, vous irez à leurs expositions, oui, vous fumerez leur herbe, et oui, si c'est nécessaire pour votre couverture, vous devrez faire de l'art vous-mêmes. C'est cela, vous allez enfreindre la sainte loi de la Fondation, et vous allez créez des skips. Bien sûr, comme - je présume - personne ici n'est capable de créer des objets anormaux en agitant ses mains et avec des mots magiques, vous aurez besoin d'aide. Ce sujet sera couvert par le Dr. Samuels après le déjeuner. Tout ce que vous créez vous-mêmes, vous devez le détruire vous-mêmes.

De l'autre côté de ça, on enfreint aussi l'autre loi sacrée de la Fondation : vous allez détruire des skips. Quand on ne savait pas à quoi on avait affaire, on contenait tout ce qu'ils nous envoyaient. Ça a été un gaspillage massif de main-d'oeuvre et de ressources. La plupart de ce qui est conçu par les Artistes est inamovible, des installations permanentes en banlieue. Si on en était resté à boucler la zone et à contenir chaque oeuvre, on aurait la moitié de New York en quarantaine. Oui, oui, oui, je sais ce que vous pensez, on viole toutes les règles établies. Mais c'est le seul moyen de s'occuper d'eux, et le temps a montré que ça marche infiniment mieux que la procédure standard. C'est le seul moyen pour que ça fonctionne, et de toute manière, on est basé sur les résutats.

Maintenant, ça NE veut pas dire que vous allez tout détruire à vue. C'est le boulot de la CMO. Notre principal objectif reste le confinement. Vous êtes d'abord supposés utiliser votre jugement pour déterminer si c'est quelque choe qui peut être raisonnablement contenu, et si ça ne l'est pas, vous le cassez. Si c'est quelque chose que vous pouvez ramasser et mettre dans votre poche, c'est ce que vous faites. Si c'est une installation mémétique géante dangereuse plaquée sur le côté d'un ballon, vous explosez le ballon et vous voyez si vous pouvez le récupérer. Si c'est quelque chose d'inamovible qui va violer la loi de causalité au beau milieu de Times Square, vous le réduisez en miettes. De plus, et c'est la règle qu'on essaye vraiment de pas briser, ne le tuez pas si c'est en vie. Oui, vous allez probablement voir des installations vivantes. Non, elles ne sont pas ce que vous pensez d'elles. Elles sont pires.

Dernier truc. Une des plus grandes cellules que l'on connait est dirigée par un homme appelé le Critique. Personne ne sait grand chose à propose de lui, donc si vous apprenez QUOI QUE CE SOIT à son sujet, vous nous le transmettez, parce qu'actuellement on sait seulement qu'il existe.

Voilà, c'est tout pour moi, il y a des bagels près de la porte, la partie du Dr. Samuels commence dans dix minutes.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License