Protocole de dévoilement familial
notation: +2+x
blank.png

Protocole de Dévoilement Familial : Révision 90

Jeremiah Cimmerian, Phillip Foster, Jeffery Jacobs


Résumé : Les humains, par leur nature même, sont des créatures sociales. Nous nous rassemblons, nous trouvons des partenaires, et nous formons des familles. Ce n'est pas moins vrai pour les membres de la Fondation que pour ceux de tout autre groupe. Malheureusement, en raison de la nature de notre travail, de telles relations ont le potentiel de créer des brèches de sécurité massives, et dans de nombreux cas, ont nécessité l'utilisation d'amnésiques. En accordant aux proches de certains membre de la Fondation une classe spéciale d'accréditation de Niveau 0, ce qui pourrait être considéré comme une brèche de sécurité sera diminué, l'usage d'amnésiques réduit, et, dans de nombreux cas, cela aidera à soulager le stress et la fatigue mentale et physique que la tromperie constante de leurs proches crée chez les membres de la Fondation…

"Mais en fin de compte, Ed n'était pas qu'un bon ami. C'était une bonne personne. Gentil, compatissant, et attentionné, il se donnait corps et âme non seulement à son propre travail, mais aussi en aidant ceux avec qui il travaillait."

La Directrice de Site Sasha Merlo examina dans la foule tous les visages perdus dans leurs pensées pendant qu'elle parlait. Elle se tenait sous un parapluie dans la pluie printanière, parmi un demi-cercle d'environ quatorze hommes et femmes habillés solennellement qui s'étaient rassemblés dans le Parc Forestier de Portland. Au centre du demi-cercle se trouvait une simple urne métallique, dans laquelle se trouvaient les restes de l’ancien Directeur du Site-64 de la Fondation SCP, Edgar Holman.

Sasha reconnaissait la plupart des visages. Il y avait le fils d'Edgar et sa belle-fille, Ted et Karen, ses petits-enfants, le chercheur Jacob Conwell et sa femme, la Directrice Assistante Clarissa Shaw, une petite ménagerie d'autres anciens et présents Directeurs de Site, et un représentant de la branche locale de l'Unité des Incidents Inhabituels. Elle avait toujours imaginé les funérailles d'Holman bien plus grandioses, mais finalement, vivre une vie dans les ombres rend les amis rares.

"Tu vas me manquer, Ed," conclut finalement Sasha, des larmes s'étant formées dans ses yeux. "Vraiment."

Elle sentit son époux, Gabe, placer une main sur ses épaules tandis qu'elle se séchait les yeux et fit un signe de la tête en regardant le fils d'Holman. Tous les autres avaient déjà dit ce qu'ils avaient à dire. Ted acquiesça en retour, attrapa délicatement l'urne et la porta jusqu'à un trou déjà creusé. Sans un bruit, il déposa les cendres de son père dedans et planta un jeune arbre dessus.

Edgar Holman reposait en paix.


L'activation de ce protocole nécessite le respect des critères suivants :
* Accord du Commandement du Site.
* Accord de l'Intermédiaire du Comité d’Éthique du Site.
* L'employé a une accréditation de Niveau 2 ou supérieur.
* L'employé ne sert pas activement dans une Force d'Intervention Mobile ou un projet similaire.
* L'employé ne sert pas dans un projet impliquant un danger-sensitif, mémétique, ou danger biologique de BSL-3 ou plus.
* L'employé a réussi ses deux derniers Tests de Santé Mentale de Routine.
* Le sujet doit avoir 18 ans au minimum.
Avec l'accord du Comité d’Éthique, les Directeurs de Site peuvent inclure des critères supplémentaires pour l'activation du protocole. Les sujets activés par des employés qui respectent ces critères au moment de l'activation, mais qui deviennent par la suite inéligibles, par un changement d'affectation ou d'une autre manière, n'aurons pas leur statut actif révoqué…


"Je ne sais jamais quoi dire dans ces moments," marmonna Gabe Merlo à Sasha tandis qu'ils participaient à la réception des funérailles.

"Peut-être que c'est pour le mieux," répondit Sasha. "On n'a pas vraiment besoin d'un grand extraverti dans ces moments."

Les différents participants se tenaient en petits groupes, parlant entre eux à voix basse. Parfois, un petit rire mélancolique s'élevait au-dessus de la basse clameur avant de disparaître aussi rapidement qu'il était arrivé.

"C'était un magnifique discours que tu as donné," continua Gabe. "Approprié que tu aies le dernier mot sur Ed."

"Ed aurait probablement pensé que c'était bien trop sentimental." Sasha sourit tendrement. "Mais bon, on ne choisit pas comment les gens font ton éloge à tes funérailles."

"Je suis sûr que mon père l'aurait adorée."

Sasha se retourna pour faire face à Ted Holman, qui avait fait le tour des autres groupes avant de les rejoindre.

"En tout cas, moi je l'ai aimée," continua Ted, avant de s'arrêter pour émettre un rire triste et fatigué.

"Je suis désolé de votre perte." Sasha lui fit un câlin. "Je pensais chaque mot. Votre père est l'un des hommes que j'ai eu le plus de plaisir de rencontrer."

"Merci," répondit Ted. "Ça compte beaucoup, d'entendre beaucoup de personnes dire ça."

"Bien sûr." Sasha acheva l'embrassade et détourna son regard en direction de Karen Holman, qui discutait, elle et les petits-enfants d'Edgar, avec un autre invité. "Vous avez une famille magnifique, d'ailleurs ; quels sont les noms de vos enfants ?"

"Arthur et Laura," dit Ted avec un sourire. "Des jumeaux. Les deux s'en vont à l'université à l'automne."

"Nous avons une fille qui va bientôt avoir cet âge," commenta Gabe. "Le temps passe vite, n'est-ce pas."

"En un éclair," gloussa Ted. "C'est bien dommage, parce qu'ils viennent d'atteindre l'âge auquel ils acceptent de nouveau de sortir avec moi."

"En parlant de filles, où est Linda ?" demanda Sasha.

Le sourire de Ted s'évanouit.

"Ma sœur et mon père ont eu une grosse dispute à la mort de ma mère," expliqua-t-il. "Elle l'a toujours vu comme quelqu'un qui mettait le travail d'abord, même lorsque sa femme était en soins palliatifs. Il a tenté plusieurs fois de la contacter, mais sans succès. J'aurais aimé qu'elle vienne aujourd'hui et entende toutes les choses que vous avez dites sur lui. Peut-être… je ne sais pas, peut-être qu'elle aurait arrêté d'être aussi amère."

"Je ne voulais pas ouvrir d'anciennes blessures." dit Sasha en fronçant les sourcils. "Je suis désolée."

"Ce n'est rien," dit Ted avec un sourire triste. "Ce n'est pas de votre faute. Vous ne saviez pas."

Ted soupira et regarda les autres invités.

"Je devrais y aller. Merci encore pour vos gentils mots."

"Je vous en prie," dit Sasha, en regardant pensivement le sol alors que Ted s'en allait.

Son esprit commença à vagabonder en direction de sa propre fille, Jessie.


À aucun moment un membre du personnel ne devra se sentir obligé d'activer un proche, s'il estime que les bénéfices du maintien du Protocole Voile surpasse les bénéfices de l'activation. Dans le cas d'un désaccord entre plusieurs parties sur l'activation d'un proche, le maintien du Protocole Voile prévaut…


Deux jours plus tard, Sasha Merlo se trouvait sur le canapé du salon de son appartement, les cheveux attachés en arrière et des lunettes sur le nez, en train d'écrire sur son ordinateur. Dans la chaise à côté d'elle était assis un jeune homme qui semblait mal à l'aise, que Jessie leur avait introduit sous le nom de Desmond. De temps en temps, Merlo le regardait du coin de l’œil et souriait pour elle-même en le voyant éviter son regard d'un air gêné.

"On sera rentré avant le couvre-feu," dit Jessie Merlo en marchant dans l'autre pièce. Elle était habillée d'un jean moulant et d'une flanelle ; comme sa mère, ses cheveux bruns étaient attachés en arrière.

"Amusez-vous bien," répondit Sasha en regardant Desmond se précipitant nonchalamment en direction de la porte. "Ne faites rien que je ne ferais pas."

"Ouais, non," cria Gabe depuis la cuisine attenante. "Ne faites rien que je ne ferais pas."

"Ouais ouais," dit Jessie en roulant des yeux, avant de partir avec Desmond dans son sillage.

"Ce garçon est bieeeeeeeeen trop intimidé par nous," dit Sasha à voix haute en recommençant à écrire sur son ordinateur.

"Je l'aime bien, en fait," dit Gabe avec un gloussement en émergeant de la cuisine avec deux bols de sauté. "Il a l'air d'être un garçon bien."

"On verra…" Sasha écarta son ordinateur et accepta un bol avec un sourire. Ils commencèrent à manger en silence pendant quelques instants, avant que Sasha ne laisse échapper ce qu'elle avait à dire. "Je veux activer le Protocole DF90 pour Jessie."

Gabe s'arrêta à mi-bouchée.

"Tu… quoi… pourquoi ?"

"C'est juste… voir ce qui est arrivé entre Holman et sa fille," commença Sasha, "Je ne supporte pas l'idée que cela arrive à toi ou moi. En plus… en tant que Directrice de Site, c'est comme si j'avais une cible sur ma tête, et, pour le meilleur et pour le pire, c'est le cas par association pour toi et Jessie. D'une manière ou d'une autre, notre monde va la rattraper. Tant qu'à faire, on pourrait choisir l'option qui nécessite le moins d'amnésiques. Elle est plus que qualifiée pour l'autorisation."

Gabe soupira.

"Tu ne penses pas que c'est un peu trop dans la réaction ?" demanda-t-il. "C'est cliché de dire ça, mais tu sais bien que l'ignorance signifie le bonheur dans notre métier."

"Nous avons tous les deux accepté lorsque nous nous sommes mariés," rétorqua Sasha, "que si nous avions des enfants, et que l'un de nous deux voulait activer DF90, on le ferait. Je joue cette carte. Si quelque chose m'arrive, ou à toi, tu ne voudrais pas que Jessie sache les sacrifices que nous avons faits ?"

Gabe hocha la tête.

"Bien sûr," acquiesça-t-il, "C'est juste… Je ne veux pas amener quelqu'un de notre côté du Voile imprudemment. Encore moins notre fille."

Puis il soupira.

"Tu ne t'es pas trompée sur ce genre de décisions auparavant… donc je te fais confiance, mais s'il te plaît, avant de le faire, est-ce qu'on peut au moins parler à des personnes qui ont activé DF90 ?"

Sasha acquiesça avec un sourire penaud.

"Je connais quelques personnes…"


Les membres du personnel doivent compléter les étapes suivantes avant la complétion de l'activation :
1) Un script pour l'activation doit être complété par le Membre du Personnel.
2) Le script d'activation doit être soumis au Commandement du Site pour approbation.
3) Après l'approbation du Commandement du Site, le script d'activation doit être soumis à l'antenne sur Site du Comité d'Éthique.
4) Après l'approbation de l'antenne sur Site du Comité d'Éthique, une demande pour des amnésiques de Classe A doit être effectuée, et un programme d'entraînement pour une utilisation appropriée doit être complété.
5) Le Membre du Personnel doit activer le Sujet conformément au script d'activation.
6) Immédiatement après l'activation, un représentant du Comité d'Éthique doit effectuer l'Orientation DF90, en expliquant les droits et restrictions du Niveau d'accréditation 0.
7) Une semaine après la complétion de l'Orientation, le Sujet activé doit subir une évaluation de santé mentale. Si le Sujet passe l'évaluation, l'activation est considérée comme complète jusqu'au prochain renouvellement requis. Si le Sujet échoue à son évaluation, des amnésiques de Classe A doivent être utilisés, conformément aux procédures du protocole Réinitialisation…


Follow my light
Follow my lead
Never listen to me
Never listen to me
Fall by my side
I only needed to see
Never listen to me
Never listen to me

Le son de la musique perçait à travers la porte lorsque la Directrice de Site Sasha Merlo passa sa tête à l'intérieur du Bureau du Chef de Projet du Labo des Matériaux Anormaux du Site-64. À l'intérieur, un homme dégingandé avec des cheveux blonds en bataille écrivait sur un clavier tout en fredonnant sur l'air de la chanson. Sasha l'observa pendant quelques instants avant de se racler la gorge. L'homme se redressa d'un coup en réalisant qu'il était observé, avant d'éteindre rapidement l'iPod à proximité.

"Directrice Merlo," dit-il en se levant de sa chaise. "Désolé, je ne vous ai pas entendu entrer. Si vous êtes là pour les résultats sur les phéromones de 2849, je vais avoir besoin de quelques jours de plus pour…"

"Conwell," dit Sasha en levant une main. "Je ne suis pas ici pour quelque chose de ce genre, relax. Tu finis toujours dans les temps."

Conwell hocha la tête et fit un soupir soulagé.

"Ah… eh bien, pourquoi êtes-vous là ? Ne le prenez pas mal, mais on ne voit pas beaucoup de personnes des bureaux administratifs ici bas."

Sasha ne répondit pas. À la place, elle entra dans le bureau et approcha le bureau, avant d'attraper une photo encadrée sur sa surface. L'image montrait Conwell lors de ce qui semblait être une randonnée. À côté de lui se trouvait une petite femme avec de longs cheveux roux, un bras entourant son torse. Un adolescent, entièrement habillé de noir malgré ce qui apparaissait être un climat chaud se tenait entre eux, avec à ses côtés une fille pré-adolescente habillée d'un éventail excentrique de couleurs lumineuses.

"Comment va Kate et les enfants ?" finit par demander Sasha en reposant la photo avec un sourire.

"Je peux pas me plaindre," répondit Conwell en levant un sourcil. "Zach est entré dans une sorte de phase gothique. Carrie… non. Ce sont de bons enfants… mais ce ne sont pas pour eux que vous êtes ici. Sérieusement, que se passe-t-il ?"

"Je prévois de DF90 Jessie," dit Sasha avec un soupir. "Je sais que tu as fait pareil avec Kate, donc je voulais t'en parler."

"Tu vas dé-Voiler ta fille ?" Conwell secoua sa tête. "Pourquoi ?"

"Pourquoi as-tu dé-Voilé Kate ?"

"Parce que je ne supportais plus de mentir quotidiennement à quelqu'un qui ne me disait que la vérité. Et puis, en tant qu'épouse du CP d'un labo majeur de la Fondation, Kate était qualifiée pour l'accréditation. Et vous ?"

"Parce que, si quelque chose arrivait à moi ou Gabe, je veux que Jessie sache au moins que nous ne l'avons pas abandonné. Je ne veux pas qu'elle finisse comme la fille d'Holman."

Conwell acquiesça, avant de faire un geste en direction d'une chaise devant son bureau et de retourner à son propre siège.

"Avez-vous demandé à quelqu'un d'autre avant moi ?"

"J'ai passé un coup de fil à Ralph au 77, et à quelques autres personnes de ce site."

"Donc vous savez que tout ça n'est pas du gâteau," soupira Conwell. "De nombreuses personnes ne prennent pas bien le dé-Voilement. J'ai parlé à Kate peu après être retourné de mon congé qu'Holman m'avait obligé à prendre. Lorsqu'elle a appris, en gros, que je lui ai menti pour les sept premières années de notre mariage, elle m'a frappé au visage, m'a brisé le nez, a pris les enfants et est partie. Je ne l'ai pas vu pendant quatre jours. J'ai pensé à lui administrer les amnésiques. Cependant, elle a fini par appeler, on s'est rencontrés dans un café, et les choses se sont lentement raccommodées à partir de là."

Conwell marqua une pause et eut un gloussement mélancolique.

"Amener des gens de ce côté du Voile change leur manière de voir le monde et vous, pour le meilleur et pour le pire. Si votre plan est de soulager le stress pesant sur vous et votre mari, cela n'arrivera pas. Cela ne va certainement pas réduire le stress de votre fille. Il y a une raison pour laquelle il n'autorise pas les agents de FIM en service à activer DF90. Tout ce que ça va faire, c'est vous mettre dans le même bateau. Mais eh, parfois c'est tout ce dont vous avez besoin."

"Regrettes-tu de l'avoir fait ?" demanda Sasha. Conwell répondit en souriant largement et secouant la tête.

"Pas une seule seconde."


Contrairement à des membres du personnel de Niveau 0 typiques employés par la Fondation, qui occupent généralement des postes administratifs mineurs, de bureau, d'entretien, de maintenance et de santé au sein des Sites de la Fondation, les droits et privilèges des membres du personnel de Niveau 0 créés par ce protocole sont bien plus restreints. Les individus activés via ce protocole :
* Ont une compréhension basique de ce que la Fondation est et fait.
* Connaissent leur position de Membre du Personnel activé au sein de la Fondation.
Un dévoilement supplémentaire au-delà de ce niveau n'est ni nécessaire ni désiré…


Tous les sites de la Fondation ont une antenne du Comité d'Éthique sur place. Le Site-64 n'était pas une exception, ce pourquoi Sasha se trouvait dans le bureau de la Dre Lily Campbell, une femme à la peau pâle avec d'épaisses lunettes et des cheveux courts, blonds et bouclés.

"Eh bien… c'est en effet une manière de faire tomber le Voile," gloussa Campbell en regardant les papiers de la procédure DF90 de Sasha. Une signature du Comité d'Éthique était tout ce qui manquait avant qu'elle et Gabe ne puissent mettre en place leur plan. "Je suppose que vous avez lu tous les éléments requis ?"

"Bien sûr."

"Donc vous savez qu'une fois commencé, il n'y a pas de retour possible ou d'arrêt en plein milieu. Votre fille finira par être techniquement considérée comme un membre du personnel de Niveau 0, sera sujette aux restrictions s'y rapportant, ou à des amnésiques si elle les transgresse," continua Campbell. "Vous êtes, en gros, au point de non-retour."

"Je comprends."

"Très bien," dit Campbell en signant le formulaire et le faisant glisser vers son interlocutrice avec un sourire. "Bonne chance, Directrice. Laissez-moi savoir quand vous souhaitez activer le plan. Après que vous aurez fini, moi ou un autre CE devra faire son baratin."

"Demain," répondit Sasha. "Vers 6 heures. Qu'est-ce que, euh, qu'est-ce qu'est exactement le baratin du CE ?"

"Rien d'amusant, je vous l'assure," soupira Campbell. "Nous devons d'abord expliquer pourquoi le Voile existe et quelles seraient les conséquences de le déchirer. Rien ne rend les gens plus excités à propos d'un monde rempli d'horreurs eldritchs et de magie horrible que de l'honnêteté brutale, ce qui me rappelle que…"

Le Dr Campbell tapa rapidement quelque chose sur son ordinateur. Quelques instants plus tard, l'imprimante à proximité éjecta un formulaire qu'elle signa.

"Une requête pour un spray d'amnésiques de Classe A standard," expliqua Campbell. "Vous en aurez besoin dans le cas où les choses tournent mal, je suis sûr que vous le savez."

Sasha acquiesça et prit le formulaire, le parcourant des yeux avant de soupirer.

"Eh bien, advienne que pourra."

"Comme je l'ai dit," dit Campbell en souriant. "Bonne chance, Directrice."


En raison de la nature parfois imprévisible des civils lors de la divulgation du Voile de la part d'un proche, les protocoles "Réinitialisation" ont été établis afin de permettre d'exclure du programme les individus estimés inappropriés pour l'accréditation de Niveau 0 ou qui décide de la refuser d'eux-mêmes.
L'activation automatique des Protocoles Réinitialisation doit avoir lieu lors des situations suivantes :
* Le sujet échoue à son évaluation de santé mentale lors de la complétion de son activation.
* Le sujet échoue à un renouvellement de son évaluation de santé mentale et à une évaluation supplémentaire.
Les Protocoles Réinitialisation peuvent également être utilisés sur demande du sujet lors de l'activation, s'il décide de refuser l'accréditation. Le membre du personnel chargé de l'activation ne doit pas interférer avec ce processus…


Le jour suivant vint et se traîna, les heures précédant l'activation de DF90 s'éclipsant à un rythme glaçant. Finalement, cependant, le soir arriva, et les Merlo s'assirent pour dîner, comme ils l'auraient fait pour tout autre soir où Sasha n'aurait pas dû rester au Site-64. Ce fut à la moitié du repas qu'un coup fut entendu à la porte. Sasha et Gabe se regardèrent, la première donnant un hochement de tête confiant. C'était l'heure du show.

"J'y vais," dit Gabe en se levant et sortant de la cuisine d'un pas rapide.

"On attend quelqu'un ?" demanda Jessie en regardant son père partir et en levant un sourcil.

"Plusieurs quelqu'un," répondit Sasha avec un rictus.

"… qui ?"

"Tu vas voir."

Jessie regarda curieusement en direction de la porte d'entrée. Une série de trois voix basses pouvait être entendue dans l'entrée. Quelques instants plus tard, Gabe revint. Derrière lui se trouvait quelqu'un que Jessie avait déjà rencontré : un homme dégingandé et négligé au visage recouvert d'une barbe de trois jours sombre, dont le nom était Daniel Navarro, ou Oncle Dan, comme l'appelait Jessie en grandissant. Il lui fit un petit sourire en s'asseyant à côté d'elle.

"Et moi qui pensais que j'aurais besoin d'un problème avec la drogue avant qu'une intervention ait lieu," blagua Jessie en regardant l'ami de ses parents. "Qu'est-ce qui, euh, qu'est-ce qui se passe ?"

Tous les yeux se tournèrent vers Sasha.

"Eh bien Jess," commença-t-elle. "Il y a quelque chose que ton père et moi devons te dire."

Sasha sortit ensuite sa carte d'identification de la Fondation et la plaça sur la table. Gabe et Daniel firent de même, le logo SCPF familier se tenant derrière le plastique à la manière d'une marque.

"Il se peut," reprit Gabe là où Sasha s'était arrêtée, "que nous ne t'ayons pas dit toute la vérité ces 18 dernières années sur notre métier."

Jessie regarda les badges variés avec curiosité, son front se sillonnant alors qu'elle lisait les différents titres.

Agent Spécial, Accréditation de Niveau 3
Chef Comptable, Accréditation de Niveau 2
Directrice de Site, Accréditation de Niveau 4

"Nous tous," continua Sasha, "moi, ton père et Dan, nous travaillons tous pour une organisation dont l'objectif est de confiner et étudier des phénomènes qui existent en dehors du champ de la connaissance scientifique moderne, ou comme nous les appelons, des anomalies. Pense à "Cabin in the Woods", mais au lieu d'utiliser les monstres pour commettre des sacrifices rituels d'étudiants à un dieu mystérieux, nous les confinons afin de garder les gens en sécurité, et cherchons à les comprendre sur le plan scientifique."

Jessie reporta son regard sur le badge de sa mère pendant un moment, assimilant les mots avant de jeter le badge sur la table.

"Donc quoi, vous êtes les X-files ?" ricana Jessie. "Fox et Dana Merlo ? J'apprécie à quel point cette blague est élaborée, mais je ne vois pas quelle pourrait être la chute."

Daniel réprima un rire à ce commentaire. Gabe et Sasha soupirèrent tous les deux.

"Ce n'est pas une blague, Jess," les interrompit Daniel. "Aussi dur que cela puisse être de le croire, cette merde est vraiment réelle."

"Ok, mettons que vous dites la vérité," dit Jessie en roulant des yeux. "Pourquoi me le dire ? Pourquoi maintenant ?"

"Parce que tu as 18 ans, et que nous sommes finalement autorisés à le faire," dit Gabe en soupirant.

"Avec tes parents dans cette position, tout cela aurait fini par te rattraper," ajouta Sasha. "Crois-le ou non, je suis en fait un peu un gros bonnet de notre organisation, et, étant ma fille, ça fait de toi une personne d'intérêt. Si quelque chose nous arrivait, nous voulons que tu connaisses la réalité des choses. Dans quel genre de monde nous vivons vraiment, pour que tu puisses être prête. Les personnes vivant sur des bases militaires savent que leur famille fait partie de l'armée. C'est la même chose."

Jessie haussa les épaules.

"Je ne sais pas quoi vous dire. Désolé. Je ne vous crois pas. Cette blague n'est pas drôle."

"On a amené des preuves," dit Gabe. "Tu veux les voir ?"

"Je… ouais…" soupira Jessie. "Montrez-moi ce que vous avez."

Gabe sortit un penny de sa poche, montrant à Jessie les deux côtés avant de lui glisser.

"Vas-y, tire à pile ou face, je sais pas… dix fois ?" lui proposa-t-il.

Jessie accepta. Son expression passa d'ennuyée à déconcertée alors que la pièce atterrissait toujours côté face.

"Elle atterrit toujours côté face," commenta Gabe. "Toujours et pour toujours."

"Donc, vous avez une pièce truquée…" Jessie secoua la tête. "Ce n'est pas vraiment une preuve."

Sasha répondit en tendant à Jessie une montre de poche.

"Essaie celle-ci pour voir," dit-elle avec un sourire. "Tu remarqueras qu'elle a six minutes de retard. Vas-y, essaie de la remettre à l'heure."

De nouveau, Jessie fit ce qu'on lui disait et remonta la montre, pour observer que celle-ci continuait d'être en retard de six minutes. Sasha lui demanda par un geste de la poser sur la table.

"Et maintenant, on attend…"

Sans surprise, six minutes plus tard, la montre se remit d'elle-même à l'heure. Jessie regarda la montre avec un air choqué.

"Elle est coincée six minutes dans le passé," expliqua Sasha. "Pas mal, hein ?"

Jessie secoua la tête.

"Ou elle est juste cassée…"

Avant que Jessie ne puisse finir, Daniel sortit une petite lame de rasoir de la poche de sa veste et la passa le long de la paume de sa main droite, ce qui fit apparaître une petite flamme bleue alors qu'il la regardait avec un sourire espiègle. Il entreprit de faire tournoyer le feu magique entre ses doigts avant de le dissiper avec un craquement sourd. Jessie resta bouche grande ouverte, l'air ébahi.

"Je voulais faire ça depuis longtemps," expliqua Daniel en plaçant rapidement un bandage sur la coupure de sa paume, "depuis que tu es une enfant en fait, mais "Tu ne peux pas montrer de la magie à des civils, Navarro," et "On ne veut pas administrer des amnésiques à notre fille de cinq ans, Dan." Mais eh, nous y voilà."

"C-Comment…" Jessie déplaçait son regard de Daniel à la montre, à la pièce, à sa mère et son père, puis de nouveau à Daniel.

"Daniel est ce qu'on appelle un thaumaturge," expliqua Sasha. "Ou en termes techniques, un magicien."

"Tu nous crois maintenant ?" demanda Gabe.

Jessie plongea dans le silence, puis acquiesça. Son visage devint pâle, alors que le poids invisible de la prise de conscience tombait sur elle. Elle ressemblait à quelqu'un qui allait être malade.

"Qu'e… qu'est-ce que ça fait de moi alors… Je… Je ne suis pas un…"

"Tu es maintenant un type spécial de ce qu'on appelle les "membres du personnel de Niveau 0"," répondit Sasha à sa fille bégayante. "En gros, tu sais comment sont les choses, mais tu restes techniquement une civile. Il y a quelques règles que l'on va t'apprendre, mais à part ça, pas grand-chose ne va changer."

"Pas grand-chose ne va changer ?!" répliqua Jessie. "Vous venez de me dire que toute ma vie jusqu'à maintenant était un mensonge, que ma compréhension du monde est fausse, et pas grand-chose ne va changer ? Et qu'est-ce que sont ces fichues règles dont vous me parlez ?"

"C'est à la Dre Campbell de te le dire." Sasha prit la main de sa fille, mais celle-ci la retira précipitamment.

"Qui est cette foutue Dre Campbell ?" dit Jessie d'une voix qui continuait à s'élever. "Vous avez un autre ami traînant dans le coin qui va faire sortir du feu de sa main, maman ?"

"Ahem…"

Jessie se retourna pour voir la Dre Campbell se tenant dans l'entrée de la cuisine. L'intermédiaire du Comité d'Éthique fit un sourire amusé et un petit salut de la main.

"Je crains de ne pas être aussi douée que l'Agent Navarro sur ce point," dit-elle. "Bonsoir tout le monde."

Puis elle proposa une poignée de main.

"Dre Lily Campbell, Jessie, enchantée de te connaître. Je suis une sorte spéciale de représentant pour l'organisation dont nous faisons tous partie. Maintenant que l'on t'a expliqué comment marchait le monde tel qu'il est, je dois te parler de quelques règles de base. Veux-tu bien venir avec moi ? Nous pouvons parler en privé dans ta chambre. Je peux répondre à toutes tes questions."

Jessie accepta précautionneusement la poignée de main et hocha la tête. Les deux femmes partirent ensuite pour la chambre de Jessie, laissant Sasha, Gabe et Daniel seuls face aux conséquences de leur petit spectacle.

"J'ai l'impression que ça s'est plutôt bien passé," commenta Daniel avec un petit rire. Mais vous avez besoin de trouver de meilleurs accessoires. Une pièce statistiquement verrouillée et une montre temporellement décalée, c'est un peu nul."

"Ça s'est bien passé ? Comment ça ?" demanda Gabe en levant un sourcil. "On aurait dit qu'elle allait vomir."

"Ouais, mais elle a pas renversé la table ou lancé une cuillère à la figure de Sasha, elle t'a pas frappé à la gorge. Ce que je veux dire, c'est que ça aurait pu être bien pire."

"Mais ça aurait pu être bien mieux aussi…" soupira Sasha.

"Certainement," acquiesça Gabe. "Mais nous devons gérer les choses au fur et à mesure qu'elles arrivent. Dan a raison. Ça aurait pu être bien pire, et puis au moins, elle dispose d'un scepticisme qui est sain."

La pièce plongea dans le silence pendant quelques instants avant que Sasha ne soupire de nouveau.

"Vous voulez ouvrir une bouteille de vin, ou un truc dans le genre ?"


Les individus activés par ce protocole sont éligibles pour un emploi au sein de la Fondation s'ils répondent aux conditions du poste souhaité. Un entraînement supplémentaire sur les conflits d'intérêts doit être fourni en de tels cas de la manière jugée appropriée par le Commandement du Site…


Sasha se leva d'un bond au son de clés agitées, son corps se relevant d'un coup tandis que sa main cherchait son arme de poing qu'elle ne possédait plus. Se tenant dans l'entrée de la porte, figée en plein mouvement, se trouvait Jessie, un sac rempli sur son épaule.

"Donc, c'est ta solution ?" soupira Sasha en se levant et en approchant sa fille. "Fuir ? Tu as entendu ce qu'a dit la Dre Campbell lors de ton entretien, n'est-ce pas ? Quelqu'un viendra te chercher. Je viendrai te chercher."

"Et donc ?" siffla Jessie en retour. "Ton secret est enfin révélé, et maintenant tu vas me menacer ? Je n'ai pas peur de toi, maman."

"Et je ne veux pas que tu le sois," dit Sasha en secouant lentement la tête. "Mais il y a des choses là-dehors dont il faut avoir peur. Des choses là-dehors dont j'ai peur. Le but de tout cela, c'est que tu saches qu'elles existent."

"Pour que je vive ma vie dans la peur ?" répondit Jessie dans un murmure sec. "Est-ce que tu ne t'es jamais arrêtée pour te demander si, peut-être, j'étais heureuse avec les choses telles qu'elles étaient ? Que je ne voulais pas ce genre de fardeau, que je ne voulais pas être enchevêtrée dans ta toile secrète ? Papa et toi m'avaient dit que vous vouliez que je sois au courant pour que si quelque chose arrive à vous deux, je sache pourquoi… mais bordel, c'est une raison plutôt égoïste, tu ne trouves pas ?"

"On te l'a dit pour que tu continues sans vivre dans l'ignorance et en affrontant la peur," répliqua Sasha. "Nous avons retourné ce moment dans notre tête depuis que tu es née, et je ne veux pas te décevoir, chérie, mais tu es enchevêtrée dans notre toile depuis ce jour-là. Mon poste pose une grande cible au-dessus de ta tête, et je ne sais pas pour toi, mais je préfère personnellement savoir que cette cible existe afin de faire en sorte que personne ne la voit !"

Les deux femmes se regardèrent dans un silence furieux pendant plusieurs instants avant que Sasha ne secoue la tête et retourne sur le canapé.

"Et bon sang, où est-ce que tu étais sur le point de partir ?" demanda-t-elle.

"Desmond est dehors," répondit Jessie. "Il allait me conduire chez Leanne."

"Et bien vas-y."

"Quoi ?" Jessie marqua un temps d'arrêt.

"J'ai dit que tu pouvais y aller," expliqua Sasha. "Je ne vais pas te forcer à affronter ça si tu ne le veux pas. Tu as 18 ans. Tu peux prendre ta propre décision."

Jessie regarda sa mère, puis la porte.

"Qu'est-ce qui se passera si je pars ?"

"Tu dois participer à une évaluation de santé mentale dans un futur proche, comme l'a dit la Dre Campbell. Si tu la rates, tu seras officiellement considérée comme une désertrice et tu seras traquée par un agent qui te traitera avec un composé spécial qui te fera oublier les deux dernières semaines. Pareil pour toutes les personnes avec qui tu es restée. Après ça, eh bien, tout reviendra à la normale."

Sasha leva ensuite en l'air la petite bouteille de spray amnésique.

"Cependant, si remonter le temps est vraiment ce que tu souhaites, je peux nous faire gagner à toutes les deux beaucoup de temps et de chagrin. J'ai un peu de ce composé ici."

Jessie regarda la bouteille avec curiosité, puis se retourna et commença à ouvrir la porte d'entrée.

"Juste…" soupira Jessie. "Pourquoi ne pas me l'avoir dit plus tôt. Pourquoi ne pas m'avoir fait confiance…"

"18 ans est l'âge minimum," dit tristement Sasha. "Je voulais te le dire depuis longtemps. On le voulait tous les deux."

"C'est des putain de conneries !" répondit Jessie. "Ça fait 6 mois que j'ai 18 ans ! Vous n'aviez pas l'air d'être si pressés !"

"Très bien !" répliqua Sasha. "Tu veux savoir ce qui s'est passé ? Je suis allé aux funérailles d'un de mes collègues il y a deux semaines. Là-bas, sa fille n'est pas venue parce qu'elle avait grandi en le haïssant. Elle le voyait comme un homme plus intéressé par son travail que par sa famille, même si dans les faits, c'est celui qui avait ce job avant moi ! Il n'a jamais dit à sa famille ce qu'il faisait, et un de ses enfants a grandi en le détestant, et… je ne pouvais supporter l'idée que cela nous arrive à toi et moi… Tu veux que ta mère admette qu'elle est une femme égoïste ? Très bien, Jessie. Voilà. Les gens ne veulent pas que leur famille soit entraînée dans ce monde, Jessie, sauf s'ils ont absolument besoin de leur soutien. C'est l'une des choses les plus égoïstes qui soit."

Jessie ferma les yeux, sa main toujours sur la poignée de la porte ; elle se figea pendant quelques instants.

"Je vous verrai, toi et papa, très bientôt," dit-elle, avant de sortir dans la nuit.

Sasha regarda la porte se fermer et laissa échapper un soupir en plaçant sa tête dans ses mains. Ce fut à ce moment qu'elle sentit un bras familier s'enrouler autour de son épaule.

"Doit-on la suivre ?" demanda Gabe. "La maison de Leanne n'est pas loin."

Sasha secoua la tête.

"Donne-lui du temps…" murmura-t-elle. "On a merdé, Gabe. On a vraiment merdé. J'ai vraiment merdé."

"Quelle famille impliquée dans la Fondation ne merde pas ?" répondit Gabe en serrant doucement son épaule.


Conclusion : Il n'y a simplement aucune manière d'échapper au fait que le personnel de la Fondation va fonder des familles, et potentiellement avoir des enfants. La nature même de ces relations va obliger de nombreux membres du personnel de la Fondation à vivre constamment dans la duperie, avec tous les effets négatifs sur la santé associés. Cependant, comme le protocole ci-dessus le montre, il existe une meilleure solution.
Ceux qui vivent dans des bases militaires autour du globe savent que leurs proches servent dans l'armée. Les familles de membres du FBI, de la CIA et d'autres agences de renseignement connaissent les règles de sécurité qu'elles doivent observer. La Fondation ne doit pas être différente sur ce terrain, et elle y gagnerait une somme approximative de 1,8 million de dollars en amnésiques de Classe A, et 0,6 million de dollar en amnésiques de Classe B chaque année en implantant à grande échelle ce protocole.
Il y a un adage populaire au sein de la vieille garde. "Nous mourons dans l'ombre, pour que vous puissiez vivre dans la lumière." À un certain niveau, c'est vrai pour le personnel de la Fondation. Cependant, nous n'avons pas nécessairement besoin d'entrer dans l'obscurité sans soutien…


Lorsque Sasha Merlo se réveilla le matin suivant, elle était toujours sur le canapé, et les rayons de soleil matinaux l'atteignaient à travers les rideaux avec ce qui lui semblait être une forte intensité. En frottant ses yeux pour faire disparaître le sommeil, elle entreprit de se traîner jusqu'à la cuisine, où les sons et les odeurs d'une machine à café l'attendaient.

"Je ne sais pas toi," dit Sasha à la masse assise à la table de la cuisine dans son champ de vision périphérique, "mais j'ai à peine dormi. Ça va être l'enfer au boulot aujourd'hui."

Sasha finit de se verser et de préparer sa tasse de café, prit une gorgée et se tourna vers la silhouette. Lorsqu'elle vit qu'il s'agissait d'une Jessie aussi fatiguée qu'elle, et non pas Gabe, elle faillit lâcher sa tasse.

"Tu fais toujours du café le matin avant d'aller travailler…" dit doucement Jessie. "Je me suis dit que ça te ferait plaisir que quelqu'un d'autre le fasse pour toi pour changer."

Sasha posa immédiatement sa tasse, traversa la pièce et enveloppa sa fille dans une étreinte serrée.

"Je suis désolé…" dit Jessie. "C'était juste… trop de choses à encaisser… et j'avais peur…"

Sasha ne répondit pas. Elle maintint sa prise sur sa fille, alors que des larmes commençaient à rouler sur sa joue. Alors qu'elle prenait une grande inspiration, elle entendit Jessie faire un autre commentaire.

"Est-ce que ça veut dire que je vais aussi avoir le droit à un de ces supers badges d'identification ?"


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License