Fae va au refuge

Centre des Canons Anglais » Centre de What a Wonderful World / Centre de Ces pins tortueux » Emporte-le, ma Chérie » Fae va au refuge

notation: +4+x
blank.png
@import url('http://scp-wiki.wdfiles.com/local--files/component%3Awilsons-theme/national-park.css');
 
/*
    Thème des Solutions Fauniques Wilson
    [2018 Wikidot Theme]
    Créé par stormbreath et DarkStuff.
    Basé sur le Thème SCP Sigma 9 créé par Aelanna et Dr Devan, et le Thème MC&D créé par Randomini.
    Le logo WWS a été créé par DarkStuff.
    Le nouveau logo a été créé par DrAnnoyingDog.
    La police National Park est sous licence SIL Open Font License et peut être trouvée ici : https://nationalparktypeface.com/
*/
 
:root {
    /* 1 Common */
    --ct_col_link: #148c14;
    --ct_col_link-visited: #036403;
    --ct_col_link-newpage: #c8e293;
 
    /* 2 Header */
    --ct_cnt_alt-header-txt: "Solutions Fauniques Wilson";
    --ct_cnt_alt-slogan-txt: "Où toutes les bêtes sont les bienvenues";
    --ct_col_header-txt: #fff;
    --ct_col_slogan-txt: #fff;
    --ct_fnt_header-txt: 'national_parkregular', sans-serif;
    --ct_fnt_slogan-txt: 'national_parkregular', sans-serif;
    --ct_shd_header-txt: 3px 3px 5px #000;
    --ct_fns_alt-header-txt: 43.8px;
    --ct_fns_alt-slogan-txt: 13.4px;
    --ct_fns_header-txt: 0;
    --ct_fns_slogan-txt: 0;
 
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: #a3c162;
    --ct_col_rate-secondary: #d1ed9a;
    --ct_col_rate-cancel: #f1fff0;
    --ct_col_rate-link-hover: #665731;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px #665731;
}
 
/* Couleur texte creditbox */
.credit {
    color: #665745;
}
 
/* RECOLOR THE TITLE */
h1, #page-title {
    color: #6C7F41;}
 
#page-title {
    font-weight: lighter;
    border-color: #6C7F41;
}
 
/*RECOLOR THE LINKS
#side-bar a, #side-bar a:visited {
    color: var(--ct_col_link);
}*/
 
/*HEADER IMAGES*/
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Awilsons/body_bg.png) repeat-x;
}
 
#header {
    background: url("http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Awilsons/WWS_Logo_2.2_abrv.png") 15px 40px no-repeat !important;
    background-size: 6rem !important;
}
 
/* RECOLOR THE SEARCH BAR */
#search-top-box-input {
    border: solid 1px #665731;
    color: #665731 !important;
    background-color: #a3c162;
    font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus {
    background-color: #d1ed9a;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit] {
    border: solid 1px #665731;
    color: #ffffff;
    background: #665731;
    font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    border: solid 1px #665731;
    background: #c8e293;
    color: #665731;
}
 
/* LOGIN STUFF */
#login-status {
    color: #665731;
}
#login-status a {
    color: #897543;
}
#login-status ul a {
    color: #665731;
}
#account-topbutton {
    background: #ccc;
    color: #665731;
}
 
/* IMAGE BLOCK RECOLORING */
.scp-image-block {
  border: solid 1px #665731;
}
.scp-image-block .scp-image-caption {
  background-color: #d1ed9a;
  border-top: solid 1px #665731;
}
 
/* MODULE RATE RECOLOR */
.page-rate-widget-box .rate-points {
  background-color: #a3c162 !important;
  border: solid 1px #665731;
}
.page-rate-widget-box .rateup,
.page-rate-widget-box .ratedown {
  background-color: #d1ed9a;
  border-top: solid 1px #665731;
  border-bottom: solid 1px #665731;
}
 
.page-rate-widget-box .rateup a,
.page-rate-widget-box .ratedown a {
  background: transparent;
  color: #a3c162;
}
.page-rate-widget-box .rateup a:hover,
.page-rate-widget-box .ratedown a:hover {
  background: #a3c162;
  color: #665731;
}
.page-rate-widget-box .cancel {
  background: transparent !important;
  background-color: #a3c162 !important;
  border: solid 1px #665731 !important;
}
.page-rate-widget-box .cancel a {
  color: #f1fff0 !important;
}
.page-rate-widget-box .cancel a:hover {
  background: #c8e293 !important;
  color: #f1fff0 !important;
}
 
/* INFO MODULE */
.rate-box-with-credit-button .creditButton {
    background-color: #a3c162 !important;
    border-color: #665731 !important;
}
.creditButton a {
    color: #fff6f0;
}
.creditButton a:hover {
    color: #665731;
}
 
/* BEARITAGE RATING MODULE */
.heritage-rating-module {
  background-color: #a3c162;
  border: solid 2px #665731;
  box-shadow: 0px 0px 0px 2px rgb(204,192,102);
}
 
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .rate-points {
  border: solid 1px #a3c162;
}
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .rateup,
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .ratedown {
  border-top: solid 1px #a3c162;
  border-bottom: solid 1px #a3c162;
}
 
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .cancel {
  border: solid 1px #a3c162;
}
 
/* AYER'S INFO MODULE */
:root {
--barColour: #a3c162;
}
 
/* TAB RECOLORING */
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border-color:#d1ed9a; /* color between tab list and content */
}
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav a {
    background-color:#a3c162! important; /* tab background */
    border-color:#665731;
    color:#665731;
    transition: 0.125s;
}
 
.yui-navset .yui-nav a em {
background-color: #fdfdfd;
box-shadow: 0px 1px 2px rgba(0,0,0,0.7);
border-color: #b7a9a9;
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus,
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover {
    background-image: none;
    background-color: #a3c162; /* selected tab background */
    color:white;
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a em {
    border-color: transparent;
    box-shadow: 0px 1px 2px rgba(90,134,50,0.5);
    background-color: #a3c162;
}
 
.yui-navset .yui-content {
    background-color: #F7F7F7; /* content background color */
}
 
.yui-navset .yui-content,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-content {
    border-color: #b7a9a9; /* content border */
    border-top-color:#b7a9a9; /* different border color */
}
 
.yui-navset-left .yui-content {
    border-left-color: #b7a9a9; /* different border color */
}
 
/*SIDE BAR RECOLOR AND STUFF */
#side-bar {
   font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#side-bar .side-block {
    border: 1px solid #665731;
    box-shadow: 0 2px 6px rgba(0,51,0,.5);
}
#side-bar .heading {
    color: #665731;
    border-bottom: solid 1px #665731;
    font-size: 10pt;
}
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e7e5e8;"],
#side-bar .side-block[style="background-color: #e7e5e8;"] .heading p {background-color: #E5E8E5 !important; }
#side-bar .side-block[style="background-color: #fff0f0;"],
#side-bar .side-block[style="background-color: #fff0f0;"] .heading p { background-color: #FFF6DD !important; }
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"],
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] .heading p { background-color: #D2E2C5 !important; }
 
.side-block .menu-item > .image {
    filter: hue-rotate(70deg);
}
 
/* TOP BAR RECOLORING*/
#top-bar {
   font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#top-bar ul li ul {
    border: solid 1px #3d2b1f;
}
#top-bar ul li.sfhover ul li a,
#top-bar ul li:hover ul li a {
    border-top: 1px solid #665731;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a,
#top-bar ul li:hover a {
    background: #82a016;
    color: #ffffff;
}
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: #8db600;
}
#top-bar ul li.sfhover a:hover,
#top-bar ul li:hover a:hover {
    background: #c8e293; /* top bar hover background color */
    color: #665731;
}
 
/* FOOTER STUFF */
#footer {
    background: rgb(80, 68, 37);
    color: #d1ed9a;
}
 
/* RECOLOR THE TABLES */
#page-content .wiki-content-table tr th {background-color: #a3c162; color: white; border: 1px solid #665731;}
 
/* RECOLOR THE QUOTEBLOCK */
blockquote {border-color: #dcf2b0; background-color: #dcf2b0; color:#665731;}
 
#toc{border-color: #dcf2b0; background-color: #dcf2b0; color:#665731;} 
 
/* RECOLOR THE LINE BREAKS */
hr {
    background-color: #665731;
}
 
/* SCROLLBAR */
::-webkit-scrollbar-track {
    background: #DAEAB9;
}
 
::-webkit-scrollbar-thumb {
    background: #755400;
}
 
/* MOBILE REFORMATTING */
@media (max-width: 767px) {
    #header h1 a::before {font-size: 60%;} 
}
 
@media (max-width: 767px) {
#side-bar{background-color: #d1ed9a}
 
.open-menu a {
    border: 0.2em solid #6C7F41 !important;
    background-color: #83994E !important;
    color: #665731 !important;
}
}
 
/* TRANSLATION BLOCK */
iframe.scpnet-interwiki-frame {
    filter: hue-rotate(70deg);
    -webkit-filter: hue-rotate(70deg);
}
 
/* WILSON'S DIVS */
div.wilson-border {border: 1px solid #665731;}
 
div.wilson-header {color:white; background: #a3c162; padding: 15px; font-size: 150%; font-weight: bold; text-align: center;}
 
div.wilson-subtitle {color:#665731; background: #c8e293;padding: 5px; text-align: right; font-weight: bold;}
 
div.wilson-body {color:#665731; background: #d1ed9a; padding: 15px;}

Chapitre I.XIV

"M'dame, vous êtes bien consciente que vous vous dirigez vers Boring ?"

"Comment ça, c'est quoi cette question. Oui, j'en suis complètement consciente."

J'étais garée sur le bas-côté d'une route goudronnée en forêt mais pas particulièrement bien entretenue, quelque part dans le nord de l'Oregon. D'habitude, je n'étais pas si irritable — est-ce que je m'étais arrêtée pour faire autre chose que le plein depuis que j'avais quitté San Diego ?

"Une raison particulière pour que vous y alliez ?"

"Écoutez, est-ce qu'il vous faut mon permis et ma carte grise ? Ça ne me dérange pas de prendre un PV pour excès de vitesse, j'ai été assez nerveuse dernièrement, et ça a pu me faire rouler un peu trop vite."

L'agent ne dit rien pendant un instant. Je tentai de lire son expression, mais je trouvai que c'était étrangement difficile. C'était un homme quelconque, nullement extraordinaire, mais il y avait quelque chose d'impossible à exprimer par écrit à son sujet. Ça ne m'a vraiment frappée qu'après coup, lorsque j'ai essayé de le décrire à d'autres, mais sur le moment, je n'y ai pas vraiment fait attention.

"Oui, permis et papiers du véhicule s'il vous plaît."

Je sortis obligeamment mon permis de ma poche et le tendis à l'agent, puis me penchai pour extirper la carte grise de la boîte à gants lorsque :

"Faeowynn Wilson ?"

"Oui ?"

"De la famille de Tim Wilson ?"

"Euh — oui, c'est ça."

"Pas de problème alors," il me rendit mon permis, "bon voyage."

"Hein—" Mais il avait déjà commencé à s'éloigner. Je me penchai par la fenêtre pour lui crier : "Mais pourquoi vous m'avez fait m'arrêter ?"

Il me fit un signe nonchalant de la main sans se retourner, remonta dans sa voiture de patrouille et fit un demi-tour avant d'accélérer. Je regardai jusqu'à le voir disparaître à un virage, puis remontai ma vitre. Hmm, waow, me dis-je en mon for intérieur. La police par ici est vraiment aussi bizarre que ce que Tim avait dit. Bon à savoir.

Puis je repris ma route en ayant déjà presque oublié ces évènements.


* * * * *


Je ne sais pas s'il existe une façon parfaite de décrire à quel point j'ai été surprise lorsque j'ai enfin vu le bâtiment des Solutions Fauniques Wilson. Peu importe quel était le consensus sur la taille habituelle d'un refuge faunique, le bâtiment aux couleurs vert avocat et menthe était bien plus grand que ça. Dire qu'il était imposant aurait été faux — c'était, en fin de compte, une esthétique très accueillante. Ce style de murs que j'appellerais presque mexicain ; cette même texture, à ceci près qu'elle était verte, qu'avaient les pueblos, avec ces angles à quatre-vingt-dix degrés pourtant arrondis et ces toits plats sans bardeaux. Il se tenait au sommet d'une colline boisée de bonne taille, visiblement planquée derrière une zone résidentielle plus densément peuplée, ce qui en faisait un bâtiment non seulement inhabituellement grand, mais aussi inhabituellement isolé — comme un ensemble de bureaux de centre-ville qu'on aurait fourré là où il y avait la place de les mettre. D'un coup d'oeil rapide, je comptai deux étages, mais le bâtiment s'étendait tellement sur les côtés qu'il me rappelait le Pentagone.

Je me garai sur leur parking en terre, qui, étrangement, avait des réverbères mais n'était pas goudronné, et restai assise dans ma voiture immobile pendant un moment, simplement pour apprécier ce qui avait été construit ici. Après avoir vu une telle structure, la dernière chose qui venait à l'esprit était "caritatif". Tim était-il donc un homme d'affaires si sournois pour avoir réussi à faire quelque chose d'aussi grand à partir d'une organisation si petite par nature ? Ils avaient clairement plus d'argent que nécessaire — le panneau qui proclamait haut et fort Solutions Fauniques Wilson avait l'air fait de plusieurs couches de métal, avec des lettres couleur brun chocolat et un motif de feuilles vertes et blanches en fond. Si j'étais une citoyenne de cette ville qui avait donné au Refuge, je me serais demandée où mon argent partait pour être tout à fait honnête.

Je sortis de ma voiture et gravis un petit chemin pavé qui menait à l'entrée en remarquant qu'une autre route sortait du parking et conduisait à l'arrière du bâtiment. Je supposai qu'une telle route devait être utilisée pour charger et décharger des animaux, ainsi que déployer tous les véhicules qu'ils pouvaient avoir.

Les portes d'entrée étaient en verre, ornées du même motif blanc de feuilles sur leurs bords et émaillées de silhouettes d'animaux marrons.

Je posai ma main contre le verre et hésitai, arrêtée par un soudain blocage mental. Mais je poussai la porte. La réception était d'une taille plus raisonnable, sentis-je, bien qu'elle comportait un nombre exorbitant de ce qui ressemblait à des trophées de chasse, mis à part qu'elles avaient toutes un nom sur une plaque. Mais étaient-ils importés ? Le pygargue à tête blanche était natif d'Amérique du nord, tout comme le daim, l'ours brun et la loutre, mais j'aperçus également une autruche, un atèle, et est-ce que c'était un éléphant de mer ?

"Bonjour, comment puis-je vous aider ?"

Mon attention se porta d'un coup sur l'unique réceptionniste, une femme rondelette aux cheveux bruns lissés et affichant un sourire accueillant (comme le font tous les bons réceptionnistes). Je m'avançai vers le guichet et vis qu'elle avait une béquille posée contre le comptoir et qu'elle était en réalité assise sur une chaise vraiment haute, contrairement à ce que l'on pourrait croire en entrant.

"Bonjour, euh," je lus le nom sur son badge, "Sarah. Je suis Faeowynn Wilson et je viens voir mon père."

"Oh ! Fae ! J'ai tellement entendu parler de toi !"

Je souris poliment. "Je n'en doute pas."

"Le bureau de Tim est juste de ce côté-là." Elle commença à péniblement se relever.

"Oh, non, vous pouvez juste m'indiquer le chemin, vous n'avez pas à, hmm…"

"Pas de souci, pas de souci. Je suis censée t'accompagner."

"Oh, euh, ok." Elle se dirigea vers le couloir à ma droite et à sa gauche et je la suivis de près, tout en veillant à ne pas la devancer. "Alors, que font tous ces animaux dans le hall ?"

"Ce sont nos « chers défunts », des animaux décédés sous notre garde, mais pas sans avoir trouvé une place dans nos cœurs. La vedette étant sans aucun doute Copper. Il sera en plein centre du hall dès qu'on y aura installé une petite fontaine."

"Et qu'est-ce que c'était que cette, euhh… autruche ?"

"Oh, Miracle Jr ? Qu'est-ce qu'elle a ?"

Je fis la moue face à cette remarque, mais préférai changer de sujet. "Qu'est-ce que Copper a de si spécial ?"

"Sa prise en charge a été en quelque sorte un tournant pour toute notre organisation. Ça nous a poussés davantage vers le côté soins que vers le côté capture, récupération et libération. Maintenant, nous servons d'hôpital et de maison pour ceux que nous ne pouvons pas relâcher. Mais je suis sûre que tu sais déjà tout ça. Tim ne t'a jamais parlé de Copper ?"

Je me souvins brièvement avoir eu une discussion à ce propos avec ma mère et Tim, il y avait de ça plus d'une demi-décennie. "On en a parlé une fois. Je devais avoir oublié."

"Mhmm. C'est pratiquement l'animal le plus important que l'on ait jamais eu en charge. Enfin, celui dont on se souvient le plus. Tu dois être au courant pour… eh bien, tu sais." Sarah montra sa jambe droite estropiée. "En fait, je l'ai perdue dans la même explosion que celle qui a emporté Copper. Copper a beau être mort, il est toujours en parfait état. Quant à moi, je suis vivante, mais j'ai encore beaucoup de choses à soigner. Heureusement, je me suis liée d'amitié avec un lapin guérisseur, Apple, mais elle fait partie des animaux que nous allons bientôt relâcher dans la nature. En fait, ils ont justement prolongé la durée de son séjour à cause de moi. Je me sens un peu mal par rapport à ça."

Tous les voyants étaient au rouge. Je n'avais aucune idée du type de réponse que j'obtiendrais en lui posant des questions sur les parties les plus folles de son histoire, mais je réalisai soudain que "guérison" devait vouloir dire "thérapeutique", et je me détendis un petit peu. "Quelle, euh, quelle explosion ?"

"Tu n'es pas au courant… ? Pour l'ours polaire ?"

Putain mais qu'est-ce qu’elle raconte me demandai-je. Une partie de cette réflexion devait se lire sur mon visage, puisqu'elle afficha aussitôt une mine abattue, et détourna le regard. "Hmm, voilà le bureau de Tim." Elle se tourna brusquement et repartit dans le couloir en boitant, pour rejoindre la réception. Ça semblait effectivement être le bureau de Tim — une porte couleur cacao avec son nom et tout le reste inscrit dessus.

Des pensées inquiètes traversaient ma tête, mais celles-ci restaient sans réponse. Elles étaient inquiètes uniquement parce que je l'étais. La première de ces pensées fut, Qu'est-ce qui se passe ici ? et celles qui suivirent constituaient une fractale, se tordant et se développant autour de cette première pensée, se renfermant sur elles-mêmes et élaborant à l'infini. Ça n'avait pas de fin. Pas de conclusion. Je ne trouvais pas une seule réponse qui puisse vraiment expliquer ce que je voyais et expérimentais.

"Tu devrais lui rendre visite un jour", m'avait dit ma mère. Est-ce que c'était ce qu'elle avait vu ? Je considérais ma mère comme une personne pleine de bon sens. Et cette histoire n'en avait aucun.

Mais, encore une fois, je la considérais comme étant pleine de bon sens, et elle était venue lui rendre visite. Elle en était revenue et je n'avais pas remarqué de changement significatif. Elle en était sortie indemne. Il en irait de même pour moi. Et il fallait que je parle à Tim. Bon, très bien. Je pris une grande inspiration. Je m'étirai le dos. Je mis une main sur la poignée, et ouvris la porte.

L'intérieur était celui d'un bureau, comme je m'y attendais. Au centre de la pièce, se trouvait un bureau en bois aux contours irréguliers, soigneusement poli mais présentant encore tous les sillons et les protubérances de l'arbre dont il provenait. Les murs étaient couverts d'étagères, remplies de dossiers et d'objets personnels, tels que des photos de personnes que je reconnus comme étant ma belle-mère Alice et mes demi-frères Anders et Robin. La pièce était peinte du même vert que tout le reste du bâtiment. Je notai dans ma tête que c'était la palette de couleurs de Tim.

Mais je n'eus pas le temps de tout observer, puisque quelque chose d'autre attira mon attention. Tim était assis derrière son bureau ; une plaquette dorée portant son nom était placée juste devant lui, aux côtés d'un pot rempli de stylos, d'un mug et d'un petit bol de mastic. Mais à ma gauche, se tenait une autre personne. Un homme, au style presque militaire. Ma première pensée, après avoir considéré sa coupe au rasoir, sa musculature et son uniforme d’un vert camouflage, fut qu'il devait être un garde du corps.

Nos yeux se croisèrent. Un garde du corps ? Pourquoi ? Cela semblait être ma deuxième chance de partir. Je n'avais pas même pas envie d'être là pour commencer. J'étais venue à cause d'un sentiment d'obligation, comme si cette conversation que je devais avoir avec Tim était totalement inévitable.

"John, voici ma euh, ma fille, Faeowynn Wilson. Fae, voilà le capitaine John Schut."

John se leva et me tendit brusquement la main, que je secouai de manière plutôt timide.

"Ravi de vous rencontrer", grommela John d'une manière me faisant douter de sa sincérité. Il se rassit et Tim me fit signe de m'installer en face de lui. Je m'assis sans un mot, tandis que mes sourcils se plissaient de plus en plus du fait de cette expression dont je n'arrivais pas à me défaire. Cette expression de "bordel-mais-qu'est-ce-qui-se-passe-ici".

"Est-ce que j'ai interrompu une réunion ?" dis-je lentement et avec précaution.

"Non, non, ahh, on est tous les deux là pour toi !"

"Pour moi ?"

"Yup", répondit John, sa voix forte et grave me rappelant un acteur des années 60 que je n'arrivais plus à retrouver.

"Je n'ai dit à personne que je venais."

"N-non, effectivement. Excepté à ce policier, lorsque tu es arrivée."

Je vis flou. "Tu travailles avec la police ?"

"Allons, allons, F-Fae, écoute, je pense pas qu'on ait bien commencé. Si tu nous avais prévenus que tu arrivais, on aurait pu préparer ça un peu mieux, mais bon, tout ça est un peu soudain, tu vois, et… ce n'est pas une réunion aussi… aussi élégante que ce que je souhaitais, heheh !"

Tim tremblait tout du long, serrant et relâchant la main qu'il avait sur la poitrine. Je le dévisageais lui et le "Capitaine" Schut. Une chose n'avait pas changé ; je sentais que Tim avait beaucoup de choses à expliquer.

"Très bien, dans ce cas. Qu'est-ce qui se passe. Dis-moi."

Tim soupira. "Eh ben, non. T'en parler ne prouvera rien pour toi. J'ai déjà essayé, et tu… ne m'as pas cru. Même si c'est en partie dû au fait que certaines preuves avaient disparu. C'est une longue histoire, heheh ! Ahh… donc, non, tu dois le voir de tes propres yeux, sinon tu ne me croiras pas. Qu'est-ce que tu en dis… ?"

Tim se leva, et me regarda d'un air suppliant. Je me relevai et le suivis par la porte avant même d'avoir pu y penser. Schut marchait juste derrière moi, tandis que je suivais Tim de près. Depuis l'extérieur, j'avais imaginé que le bâtiment devait être un véritable labyrinthe, comme je m'imaginais tous les bâtiments gouvernementaux, mais pourtant il y avait des fenêtres dans toutes les directions et des panneaux indiquant clairement où aller. Apparemment, nous nous dirigions vers l'extérieur, à l'arrière du bâtiment, au niveau des enclos. Nous arrivâmes bien vite et j'eus droit à une vue du bâtiment de l'autre côté.

Il avait la forme d'un grand U, l'avant du bâtiment correspondant au bas de la lettre, ce qui faisait que je me trouvais dans une clairière entourée des deux côtés par les branches du quartier général ; une clairière remplie de décorations florales, de sentiers sinueux faits de terre et de pavés, d'un petit nombre d'arbres exceptionnellement grands et, un peu partout, de ces petites structures. Les enclos. Un chemin de terre traçait un cercle tout autour et procurait un accès pratique à chaque bâtiment pour permettre le chargement et le déchargement de ce que j'imaginais être des animaux, de la nourriture et toutes sortes d'équipements.

"Tu aurais dû voir à quoi ça ressemblait avant, les travaux pour aménager tout ça étaient exceptionnels, heheh !" Je me suis demandée pourquoi Tim parlait de ça, avant de réaliser que je devrais la fermer. "On n'a plus parlé d'animaux depuis que tu étais beaucoup plus jeune, puisque… c'est ce que tu avais demandé… du coup je ne sais pas quels sont tes préférés, mais je crois me rappeler que tu aimais beaucoup les oiseaux, alors on va aller à la volière !"

Alors que nous avancions le long du chemin, je réalisai que la clairière n'était pas complètement plate, mais légèrement concave, comme s'ils avaient creusé un Cratère Faunique Wilson. "La volière est tout près, parce que… Salut, Feather !"

"Bonjour !" Une jeune femme, plutôt petite, aux cheveux teints en mauve et portant un bon nombre de piercings, était en train de sortir un tuyau de l'arrière d'une camionnette de couleur vert menthe. "Comment ça va aujourd'hui ?"

"Merveilleusement bien ! Voici mon, ah, ma fille, F-uh, Faeowynn !"

"Ta quoi ?"

Elle cessa ce qu'elle était en train de faire et vint me saluer. Je lui tendis la main pour une simple poignée de main, mais elle se jeta sur moi pour me faire un câlin trop rapidement pour que je puisse l'arrêter. "Tu es enfin venue ! Ça fait des années que Tim parle de ton passage."

"…Également ravie de vous rencontrer, Feather."

"Feather", intervint Tim, "quel oiseau Fae devrait-elle voir en premier ?"

"Je n'ai pas de favori et tu le sais bien."

"Je sais, je sais. Je veux juste dire… lequel est le plus spectaculaire ? Le plus dingue ?"

"Le plus dingue ?"

"Oui, c'est bien ça."

"Eh bien, ça ne peut être qu'Henry."

"Henry ?" marmonnai-je.

"Ouais, Henry", murmura Tim en signe d'approbation. "C'est parti pour Henry dans ce cas !"

"Allons-y !"

Nous nous mîmes alors à suivre Feather, qui sortit ses clés et ouvrit le bâtiment intitulé 1-5 et portant le sous-titre volière. À peine la porte était-elle ouverte de quelques centimètres que je commençai à entendre les piaillements, les gazouillis, les chants et les croassements de ce qui semblait être un millier d'oiseaux différents.

"Coucou les loulous !" chantonna Feather en entrant, ce qui me donna l'impression d'avoir augmenté le nombre de gazouillis. À l'intérieur, je pus contempler un déluge de plumes ; le bâtiment était en forme de O, avec au centre la plus grande cage à oiseaux que j'avais jamais vue. Elle couvrait plus de la moitié du rez-de-chaussée, et au travers, je constatai qu'il y avait non seulement un deuxième étage, mais également un accès à la cage depuis le toit, ce qui voulait dire que la cage en elle-même faisait trois étages. Je n'avais même pas remarqué, lors de cette première visite, que la cage était divisée en sections, de sorte que les oiseaux qui pourraient s'attaquer les uns les autres ou se disputer étaient séparés. Sur le moment, j'étais trop impressionnée par les dimensions de cette structure. Enfin, les dimensions et autre chose.

"Est-ce que ce sont des kiwis ?"

Les petits oiseaux terrestres brun et dodus parcouraient le sol recouvert d'herbe — semblant si naturel que je n'eus d'autre choix que de supposer qu'il s'agissait de véritable sol de forêt et qu'ils avaient construit le bâtiment autour de celui-ci sans y toucher.

"Eh oui !" répondit Feather. "Même si, vu qu'ils sont incapables de voler et tout ça, on envisage de les déplacer dans un autre enclos. Le 18… je crois ?"

Tim acquiesça. "Mais on en est encore qu'à la préparation pour leur arrivée. Une fois…" Tim s'éloigna.

"Une fois Emma adoptée, les kiwis restants pourront être renvoyés en Nouvelle-Zélande."

"Emma ?" demandai-je. "Lequel d'entre eux est Emma ?"

"Je crois qu'Henry nous attend", dit Tim avec enthousiasme.

"Oh, euh, bien sûr !" Feather nous fit signe de la suivre en haut des escaliers. Je dus détourner mes yeux de l'un des énormes projecteurs assurant que chaque étage de l'enclos ait l'impression de recevoir la lumière du soleil, quelle que soit l'heure de la journée. Au deuxième étage, je fus doublement surprise de découvrir qu'il y avait un "anneau extérieur" — la volière se trouvait juste à côté de l'un des immenses séquoias, et, en utilisant celui-ci comme fondation, une passerelle avait été construite autour de lui, sur laquelle se trouvaient d'autres cages à oiseaux, mais cette fois-ci destinées à de petits groupes ou à des oiseaux solitaires. Nous fîmes le tour de l'arbre, et au fur et à mesure que nous avancions, je vis plusieurs autres spécimens extrêmement inhabituels.

Il y avait un cacatoès ; trois perruches ondulées ; une espèce que je ne fus pas capable de reconnaître et que je ne pourrais qualifier que de "serpentine" ; un pélican ; un toucan ; quelques chauves-souris (je suppose qu'elles comptent) ; des mouettes ; environ huit colibris ; ce qui ressemblait à des rats ailés (je fis une pause devant ceux-ci mais le capitaine Schut me poussa plus loin) ; et quelques autres curiosités inconcevables avant que nous n'arrivions devant :

Un paon.

"Coucou, Henry !" roucoula Feather.

L'oiseau n'avait rien de remarquable en lui-même. Surtout après avoir vu toutes ces autres espèces exotiques, un paon était plutôt normal, à vrai dire. Je me souvenais avoir déjà interagi avec des paons en liberté dans un zoo, donc j'en avais non seulement déjà vu en personne, mais j'avais aussi été tout près d'eux. Non, ce qui attirait le regard, c'était ce qui l'entourait.

Il se lissait les plumes sur un coussin de satin d'un pourpre royal, ignorant humblement les belles barres d'argent poli tout autour de lui qui brillaient comme si elles avaient été trempées dans de l'huile quelques instants avant que je n'arrive. Le sol de la cage était incrusté d'émeraudes verdoyantes, de rubis de feu, d'opales océaniques et de cristaux que je ne savais nommer. En regardant de plus près les barres les plus proches de moi, je réalisai qu'elles n'étaient pas juste brillantes, mais recouvertes de minuscules spirales sur toute leur surface, de petites gravures si subtiles qu'elles semblaient timides à l'idée de montrer leur élégance impénétrable.

"Pourquoi avez-vous… ?" commençai-je à dire, mais sans finir ma phrase, en remarquant que je frottais les barres pour voir si je pouvais ressentir les gravures.

"Henry est un sacré artiste, n'est-ce pas ?"

Je me tournai vers Feather. "Vous êtes vraiment en train de me dire qu'un oiseau a fait ça ?"

Feather allait dire quelque chose quand Tim la coupa : "Ma chenille, s'il te plaît, accorde-moi un instant. Y a-t-il quelque chose que tu accepterais de… faire changer ?"

"Changer ?"

"Ce serait très facile de te montrer ce que je veux te montrer, mais il faut que tu donnes de ton propre gré un objet à Henry. Si tu vois l'un de nous le faire, tu penseras que c'est un tour de magie ou que ça a été préparé à l'avance. Donc, s'il te plaît. Est-ce qu'il y a quelque chose que tu voudrais changer ?"

"Attendez, vous voulez dire que…" Feather mit une main devant sa bouche. "Elle n'est pas au courant pour…"

Je regardai Tim, qui avait de l'écorce de séquoïa dans les cheveux, et fis quelques simulations dans ma tête. Mais aucune d'elle ne donnait quoi que ce soit. En fait, la seule pensée cohérente que j'arrivais à retenir était que j'avais du mal à réfléchir. Donc, sans réfléchir, je sortis mon téléphone de ma poche et le retirai de son étui. "Qu'est-ce que je dois faire ?"

"Ton bras passe entre les barreaux, donc tiens-le juste dans la cage d'Henry."

On n'est pas censé ne pas mettre ses bras ou ses jambes dans les cages des animaux ? Mais malgré cette pensée, j'obéis tout de même machinalement. J'agitai silencieusement mon étui dans la cage ornée, en croyant — mais le croyais-je vraiment ? — que quelque chose allait inévitablement arriver. Pendant quelques secondes, rien ne se produisit. Je sursautai en sentant quelque chose bouger sous mes doigts.

L'étui me glissa des mains lorsque je sursautai et tomba sur le sol de la cage. C'était juste un étui noir tout ce qu'il y avait de plus normal, mais je commençai à le voir changer sous mes yeux. Des gravures en spirale d'un blanc éclatant, les mêmes que celles qui ornaient les barres, commencèrent à apparaître sur toute sa surface, puis commencèrent à dévier, des spirales plus petites sortant des plus grosses, et je finis par réaliser qu'elles formaient un visage.

C'était le mien.

Faeowynn, ou une caricature d'elle, me fixa au milieu d'une oeuvre d'art incroyablement stylisée. Le processus ne prit pas plus de trente secondes, après quoi le paon commença à se lisser les plumes de nouveau (je n'avais pas remarqué qu'il fixait l'étui avant qu'il ne s'arrête de le faire).

Il y eut un moment de silence pendant lequel je fixais simplement la façade, en m'attendant presque à ce qu'elle commence à bouger et à parler. Le fait que je puisse me reconnaître dans ces spirales était une prouesse pour cette oeuvre. Je n'arrivais parfois pas à me reconnaître dans le miroir. Je réalisai soudainement que mon bras était trop près de celui qui avait apparemment gravé un nouveau motif sur mon étui. Je le repliai à vitesse grand V et commençai rapidement à l'inspecter pour voir s'il y avait des blessures.

"Henry adore les spirales !" débita Feather, mal à l'aise. "Cela dit, il ne fait pas toujours des spirales. Il n'a pas été très expérimental ces derniers temps."

"Tu n'as jamais menti." Mon ton mit cela pile entre une question et une affirmation. Je le croyais, enfin, vraiment ? Pouvais-je croire ce que je voyais ? Tout cela était-il réel ?

"Non, jamais."

Je regardai mon père et sentis, pour la première fois depuis longtemps, une honnêteté totale. Une pureté de coeur. Je voulus tout à coup m'excuser d'avoir été tout ce temps un être humain rationnel et cartésien, avec des doutes logiques et des questions sans réponse. Je voulais revenir dans le passé et rejouer toutes ces conversations, par email ou en personne, dans lesquelles je l'avais ignoré ou refusé de le croire. Il me semblait que tant de temps avait été perdu, tant de méfiance déplacée, que la confusion s'effaça et laissa place à la honte.

Et j'aurais bien pu. J'aurais très bien pu m'effondrer à ce moment précis, mais en regardant Tim, un chat se coinça dans ma gorge parce qu'une main était sur son épaule, et que derrière lui se tenait la montagne qu'était le Capitaine John Schut, les dents serrées, et qui aurait pratiquement pu avoir un énorme cigare fumant à son bec.




« Déconnecter | Histoires que mon Père m'a racontées | Les Années qui séparent »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License