DR COG ET LE PLASTIQUE FANTASTIQUE
notation: +2+x
blank.png

Un jour, alors que le Dr Cog se promenait dans son laboratoire (vu qu'il est scientifique et tout), il trouva le Dr Crow qui essayait d'attirer son attention. Il n’avait jamais été difficile de le faire, car le Dr Cog s’ennuyait généralement pas mal et le Dr Crow était un chien qui parle.

“Vous devriez jeter un coup d’œil à ça”, insista le Dr Crow avec un enthousiasme certain, “C’est vraiment très intéressant.”

“Eh bien, je n’ai aucune expérience en cours en ce moment, alors montrez-moi le chemin.” répondit le Dr Cog de sa voix monotone habituelle.

Le duo traversa plusieurs couloirs et prit plusieurs ascenseurs (le Dr Crow n’était pas doué avec les escaliers), le docteur bipède déviant de temps à autre ses tentatives de conversation.

“Des hypothèses intéressantes ?” demandait parfois le Dr Crow, “Des développements concernant les crabes explosifs ou le labyrinthe de tuyaux conscient de lui-même ?” Le Dr Cog se contentait de bafouiller quelques mots ; ce n'était que travail pour lui.

Après de nombreux virages et descentes, ils atteignirent une salle d'observation assombrie. Derrière la grande vitre se trouvait un garçon, probablement âgé de moins de dix ans.

“Qu'est-ce que c'est censé être, ça ?”

“Ça,” fit le Dr Crow dans un geste de la patte, “c’est un petit garçon qui ne mange que du plastique et qui est environ trois fois plus fort qu'un enfant moyen de son âge.”

“Intéressant. Pas particulièrement dangereux. Administrez des sédatifs, effectuez un cycle de tests de quatre mois avec certains des nouveaux chercheurs et programmez la destruction de l’objet s'il présente des difficultés.”

“Vous savez, Cog, nous sommes amis depuis un long moment maintenant, partenaires de recherche en tout cas. Vous avez vu des choses si étranges que je ne pourrais les imaginer. Je n’ai jamais compris, cependant, comment vous pouviez gérer des choses comme ça si facilement.”

“Comme quoi ?”

“Comme demander à un chien à lunettes de tuer un petit enfant s’il ‘présente des difficultés’.”

Et alors qu’il se dirigeait déjà vers la porte, le Dr Cog répondit : “Il y en aura toujours un autre demain.”

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License