Document 001-O5
notation: +6+x

Si vous lisez ça, alors félicitations. L'un de nous est mort. Quelque chose a tué l'un d'entre nous. Peut-être un monstre, ou un rival de la CMO. Ou bien peut-être nous sommes-nous juste un peu trop approchés de la flamme, comme Aaron. Pas morts de vieillesse bien sûr. Nous faisons attention à cela, n'est-ce pas? Néanmoins, l'un des vieux gardes est parti. Peut-être Jason. Peut-être Agnes. Peut-être moi. Bordel, je serais surpris si je n'étais pas le prochain à mourir. J'ai toujours été le plus sacrifiable.

Je m’apprête à vous écrire ceci comme si vous étiez un autre être humain. Ce sera la dernière fois que quiconque se montrera courtois avec vous, j'espère donc que vous appréciez le geste.

Qui que vous soyez, quoi que vous ayez fait avant, vous deviez être quelqu'un de haut rang lorsque vous avez été entraîné la-dedans. Vous avez peut-être remarqué les contradictions, les incohérences. J'ignore ce qu'on a déjà pu vous révéler, ou ce que vous avez déjà deviné par vous-même. Voici ce que vous devez savoir: les découvertes et les récupérations d'objets SCP sont mises en scène, ou inventées de toutes pièces. Nous n'avons jamais "découvert" un SCP dans toute l'histoire de la Fondation.

Je devrais commencer depuis le début. Laissez-moi vous raconter une histoire.

Aaron Siegel était un physicien étudiant à Cornell en 1891. C'était quelqu'un de vraiment talentueux, et si sa vie avait pris un autre tournant, je crois que son nom aurait été avec ceux d'Edison, Einstein, et Hawking. Je le connaissais très bien. Il était, et est peut-être encore, mon frère.

Il était aussi un grand amateur de naturalisme, et aimait se promener dans les bois. Un jour, alors qu'il allait rendre visite à notre famille dans le comté d'Essex, il arriva devant un chemin de gravier. Il décida de le suivre un moment, et remarqua qu'il continuait de monter bien plus haut qu'il ne l'aurait du. Il aurait du le mener au dessus des collines avoisinantes. Au lieu de cela, il se retrouva à son point de départ, sans jamais avoir cessé de monter.

N'importe qui d'autre en aurait conclu que ses sens le trompait et serait parti. Mais Aaron était un homme entêté. Il l'examina un peu plus. Il découvrit que le chemin n'était pas conforme à la géométrie d’Euclide. Comme Saccheri avant lui, il avait trouvé quelque chose ne respectant pas la nature des lignes droites.

Il l'étudia. Les équations qu'il découvrit font partie du fichier que vous avez reçu. Vous finirez par les apprendre par cœur. Il construisit une petite cabane à proximité qui lui servit de laboratoire de fortune. Ses premières expériences produisirent une clé capable d'ouvrir n'importe quel verrou, maintenant contenue sous le nom de SCP-005.

Il se mit à chercher des personnes pour l'aider. Étant son frère, je fus l'un des premiers qu'il contacta. J'étais un étudiant en médecine à Harvard à cette époque. J'ai d'abord pensé qu'il était fou, mais après qu'il m'eut montré le chemin, la clé, je devais en apprendre plus. Il y avait d'autres gens avec nous, des amis et des collègues. La plupart d'entre eux ne sont plus là à présent, mais… Nous étions le noyau. Nous avions créé la Fondation tout autour de nous.

Au début, nous cherchions juste à découvrir, à trouver les choses que nous pouvions faire. Nous avions des rêves, des plans. Nous allions changer le monde. Nous allions le sauver de lui-même. Nous pouvions nourrir les affamés, abriter les sans-abris, soigner les malades et les mourants.

Thomas Carter nous trouva de l'argent. Aucun de nous n'était pauvre, mais nos fortunes s'épuisèrent rapidement. Thomas se servit de ses relations à Wall Street et à Washington pour nous financer. Il leur montra ce que nous pouvions faire, et leur promit le paradis contre la menace de l'enfer.

Agnes Peterson, la fiancée de mon frère, était l'organisatrice. Nous ne savions pas comment gérer une organisation. Nous étions une horde de chats courant à l'aveuglette, et elle fit de nous une organisation, plaçant les rêveurs et les fous dans le même bateau.

Nous eûmes bientôt une installation. Mais nous étions toujours trop secrets. Plus nous avions envie de montrer au monde ce que nous avions fait, plus nous craignions que cela nous soit dérobé. Nous nous disions que c'était provisoire, que c'était en attendant que nous soyons sûrs de ce que nous allions devenir. Nous leur avons montré, finalement. Nous leur avons tout montré.

Nous étions prudents, au début. Nous crééions des petits objets inoffensifs, voir même utiles. La fontaine de jouvence. La balle rebondissante. La statue de la guerre civile. Nous étions de plus en plus confiants, et nous avons commencé à travailler sur des humains. L'homme immortel. Il était volontaire. Ou l'homme avec la planète abdominale. Juste un vagabond, mais nous avons fait de lui quelqu'un de spécial, n'est-ce pas?

C'était tellement facile. Il peut sembler absurde d'avoir obtenu tant de choses à partir de cette minuscule brèche dans la réalité, mais les découvertes se succédèrent, les unes après les autres. Il semblait presque que quelque chose nous aidait depuis le début.

Mais par la suite, les choses commencèrent à déraper. Pendant qu'il jouait avec ses équations, Aaron dériva accidentellement le nombre manquant. Dans mon laboratoire, je découvris que je venais de créer la peste zombie. Mais nous étions trop investis dans nos projets, nous continuâmes donc. Puis vinrent les tuyaux du cauchemar et la cage d'escalier. Nous savions que nous avions besoin d'aide.

Thomas montra nos créations aux militaires. Il leur dit que nous avions "trouvé" ces choses, que nous les avions découvertes. Nous inventâmes des noms comme le "Laboratoire Prométhée", et l'"Insurrection du Chaos". Ils nous donnèrent de l'argent, du personnel. Nous avons continué à nous étendre. Nous avons fait la même chose dans d'autres pays. Certains nous écoutèrent, d'autres non. Assez écoutèrent. Nous étions devenus une organisation internationale. Nous recrutâmes plus de chercheurs, bien que très peu suspectaient que nous étions la source des objets qu'ils étudiaient. Parfois nous nous arrangions pour qu'un objet soit "trouvé" par une équipe de terrain, parfois nous écrivions simplement les rapports. Nous écrivions les documents, nous étions les surveillants. Si nous disions que quelque chose était vrai, ça l'était. C'est toujours le cas aujourd'hui.

Il y avait toujours des problèmes, bien sûr. Jeremy et Thomas volèrent l'une de nos créations, s'enfuirent avec et créèrent leur club ridicule. L'un de nos chercheurs devint fou et commença à vouer un culte aux machines, s'échappant avec assez d'informations pour être dangereux. Aujourd'hui encore nous devons nous occuper des conséquences de la création de ces groupes isolés.

Alors nous les avons contenus. Nous les avons mis sous contrôle. Nous ne pouvions pas nous arrêter, vous comprenez ? Plutôt que d'être devenus prudent, nous nous sommes enhardis. J'ai découpé un petit garçon et en ai fait la Chair Détestable.

Il y avait des raisons. Il y avait toujours des raisons. Deux trente-et-un. Nous l'avons créée, elle et ses sœurs. Nous les avions enlevées des orphelinats, et nous sommes arrangés pour ce qui suivit. Et ce n'était pas un accident. Nous savions ce que nous faisions. Il y avait une raison pour cela, mais que je sois maudit si je m'en souviens aujourd'hui. Aucun d'entre nous ne se souvient, excepté peut-être mon frère, où qu'il soit, quoi qu'il fasse aujourd'hui.

Nous continuions d'avancer. Même après Abel, après la mare rouge, après ce maudit reptile, nous continuions d'avancer dans notre travail. Que pouvions nous faire d'autre ? Notre seule chance de survivre aux événements que nous avions mis en mouvement était de mieux comprendre, d'apprendre plus. Nous sommes sur le dos d'une terrible bête, et si nous essayons de sauter maintenant nous nous écraserons en dessous. Mais ce n'est pas ce qui m’effraie, et ce n'est pas ce qui devrait vous effrayer. Nous avons tenu bon durant plus d'une centaine d'années.

Ce qui m’inquiète le plus sont les anomalies que nous n'avons pas crées. Non, je vous disais bien la vérité au début. Nous n’avons découvert aucune d'entre elles. Mais certaines d'entre elles ne sont pas notre travail. Elles étaient juste… ici, un jour. Elles étaient en confinement, et l'ont toujours été. Vous ne comprenez pas? Nous ne sommes plus aux commandes. Nous ne l'avons jamais été.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License