Scrotum, Chimichangas et Pistolets
notation: +25+x
blank.png

Il y avait une vingtaine d'hommes de l'Insurrection du Chaos dans le hangar. La nuit était tombée depuis peu. Un téléphone portable sonna et les soldats se regardèrent avec étonnement car ils n'avaient normalement pas le droit d'en emporter sur le terrain.

Le gradé sortit un Nokia de sa poche.

- Quoi ? Ma femme va accoucher, faut bien que je me tienne au courant…

- Mais chef, je pensais que vous étiez gay…

- FERMEZ-LA KOWALSKY ! Hier soir quand on a fini j'ai dit "no homo" donc ça compte pas.

- Ah bah oui bien sûr chef, je suis con.

Le chef soupira et décrocha son téléphone.

- Allo ?

- Salut les Idiots Consanguins, c'est un ami qui vous parle. Enfin, "un ami", je suis là pour tous vous buter jusqu'au dernier donc je sais pas vraiment si ça compte. Mais on est pas obligés d'en arriver là. Si vous vous rendez, peut-être que vous allez survivre. Peut-être.

- Qui êtes-vous ?

- Tu vas le savoir quand je viendrai pour te botter le cul mon salaud.

- Vous êtes combien ?

- Alors, il y a toi… toi… toi… et toi… ah et il ne faut surtout pas t'oublier toi… Donc ça nous fait… je multiplie par 2… je retiens 1… Ce qui nous donne… bah que moi en fait.

- Attendez, vous êtes seul ?

- Ouais, aux dernières nouvelles. Après vous pouvez compter Maurice, mais Maurice ne compte pas.

- Qui est Maurice ?

- IL COMPTE PAS JE VOUS DIS ! Hum… bref. Oui seul.

- Et vous espérez pouvoir neutraliser vingt soldats surentraînés de la milice anormale la plus puissante du monde ?

- C'est pas Primordial ça ?

- Qui ça ?

- Ah oui merde, c'était pas encore canon au moment de l'écriture du conte. Ouais non, pas vous neutraliser, je fais pas ça moi, quelle horreur. Je pensais plutôt vous faire crever dans d'atroces souffrances.

- Vous êtes fou.

- Possible mais bon, on est pas là pour faire de la psychiatrie hein ? C'est donc un non ?

- Oui.

- Ah non, ça c'est un oui.

- Euh… non ?

- À la bonne heure, j'ai le sabre qui me démange.

- Attendez… vous venez nous attaquer à vous tout seul ?

- Non, je ne viens pas vous attaquer. Je suis déjà là.

Avant que le gradé ne puisse répondre, la verrière qui se trouvait au-dessus de lui explosa et un homme sauta dans la pièce avec un ralenti on ne peut plus stylé. L'officier n'eût hélas pas l'occasion d'apprécier l'épicness ultrabadass du moment, l'entrée fracassante de l'intrus se soldant par une lame de katana en acier inoxydable d'un mètre de long se logeant dans son crâne dégarni.

La lumière de la lune révéla l'assaillant. Il était armé jusqu'aux dents. Un Desert Eagle sur chaque cuisse, un sabre à la main, un autre dans le dos et tout un tas d'autres gadgets en tous genres accrochés à sa ceinture. Ce n'était pas le plus surprenant avec le nouveau venu, les tueurs à gages avec ce genre d'attirail étant des plus communs. Ce qui le différenciait était sa tenue rouge et noire en kevlar et fibres de bullshitium enrichi. Un masque de même couleur recouvrait sa tête, ne révélant que des yeux entièrement blancs.

Un garde lâcha :

- D-Deadpool ?!

- Ah ! Enfin quelqu'un qui a de la culture !

- C'est pas possible… Vous êtes un personnage de Marvel…

- Et ceci est un épisode crossover avec la Fondation. On est sur Internet mec, tout est possible.

Passé ce moment de stupeur, un des gardes hurla :

- MAIS QU'EST-CE QUE VOUS ATTENDEZ ? BUTEZ-MOI CET ENCULÉ !

- Ah bah c'est pas trop tôt je commençais à m'enuy- AÏE !

Ce bruit était celui d'une cartouche d'AKM traversant son entrejambe.

- OH PUTAIN ! QUI EST L'ENCULÉ QUI M'A TIRÉ DANS LES COUILLES ?

Un des sbires leva timidement la main.

- Comment tu t'appelles ?

- Franci- BOOM

Une balle de Desert Eagle traversa son crâne.

- Désolé mec, réflexe. Bon on commence ?

Une rafale traversa son torse.

- Cool, dit il en faisant une roulade pour se mettre à l'abri derrière une caisse. (C'est là que commence la scène de combat les enfants. Je vous conseille de mettre une musique épique parce que ça va l'être.)

Les tirs de fusil d'assaut emplissaient l'air puis un cri retentit.

- GRENAAAAAAADE !

Un objet traversa à toute vitesse la pièce avant d'atterrir à côté des soldats.

- A COUVERT.

Il y eut un click et l'objet se mit… à vibrer ?

- Attendez, est ce que c'est un vibromasseur ?

- Oh merde, je crois que je me suis trompé1

- Continuez à tirer bande de- blargh

Une balle impolie lui coupa la parole et la gorge.

- AHAH ! DANS TA GUEULE FILS DE PUTE !

POOM POOM POOM

Trois coups au but de la part du Pool.

- Le quoi ?

C'est pas comme ça qu'on t'appelait dans ce film de 2009 ?

- J'ai été dans aucun film dans les années 2000, tu dois confondre.

Si, si, c'était X-men Wolverine machin truc.

- Non, je te dis que ça n'existe pas.

Bon, c'est pas grave, ça me reviendra.

- J'espère pas.

Deadpool vida ses chargeurs sur ses adversaires et réussit à en abattre cinq de plus.

- Bon bah il semblerait qu'on va devoir passer en mode ninjasamurailbiduledemoncul.

Il dégaina ses sabres et sauta par-dessus la caisse en hurlant ce cri de guerre issu des profondeurs mystérieuses du Japon féodal :

- TAMAAAGOOOCHIIIIIIIIIIIII !!!

Le temps était comme suspendu alors qu'il volait les jambes écartées à travers la pièce et atterrit pile sur la tête d'un des gardes.

- Hmpf ! lâcha t-il alors que les testicules mutants lui cassaient le nez sous l'impact.

Il n'eût pas le temps de développer sa protestation, sa nuque ayant été brisée d'un mouvement de cuisse bien sentit avant qu'il n'ait touché le sol.

Deadpool fit un salto et atterrit derrière un garde avant de le transpercer de son sabre.

- Wow, c'est comme le combat de l'épisode I de Star Wars. Décidément, c'est vraiment le meilleur film de toute la sag- gaarg

- JAR JAR BINKS EST UNE ABOMINATION ! dit Deadpool en venant chercher le couteau de lancer qui s'était planté dans la tête du garde cinéphile.

Il se releva et coupa en tranche deux autres gardes d'un seul coup de sabre.

Un petit objet atterrit entre ses jambes.

- Ah, ça c'est pas un vibromasseur.

Il donna un coup de pied dans la grenade qui atterrit sur la tête d'un garde qui fut assez surpris de l'explosion sortie de nulle part, emportant également son collègue, tout aussi surpris que lui.

Il se jeta sur les deux derniers gardes, coupa le bras puis la tête du premier et dit à l'autre :

- Au moins là où t'iras peut-être que tu le verras ton mega-hub.

Et il lui trancha la gorge.

- Bien bien bien, tout le monde ici est aussi mort que leur site. Bon je vais pouvoir m'en aller… Attends une minute… 1, 2, 3, 5, 4… merde, il en manque un.

- Je suis derrière toi enculé.

Deadpool se retourna.

- Ah oui, je vois ça. Et je vois aussi tu as dans les mains un truc pas très sympa.

En effet, le garde avait braqué un lance-roquette RPG-7 sur son visage.

- Oui, un truc pas très sympa qui va t'éparpiller aux quatre coins de la pièce, régénération ou pas, putain de mutant. Quand je reviendrai avec ce qu'il restera de ta tête, je vais avoir une méga promotion et à moi le coke et les pu…

Avant qu'il ait pu finir, Deadpool avait nonchalamment retiré la roquette de l'arme avant de la désamorcer.

- …utain ! C'est possible de faire ça ?!

- Aucune idée, l'auteur est une bite en armes à feu.

Et il abattit la fusée sur le crâne du soldat qui s'écroula, assommé.

- Bien, maintenant qu'on est tranquille je pe-

C'est à ce moment-là que la porte explosa, laissant place à un groupe d'hommes armés entièrement habillés en noir.

- FONDATION SCP ! PERSONNE NE BOUGE !

- Putain, est-ce-que c'est pas bientôt fini ces retournements de situation ?

- A GENOUX ET LES MAINS SUR LA TÊTE ! OÙ EST L'ANOMALIE ?

- Je suis venu la chercher moi aussi, pour vous la donner en plus.

- Chef, je l'ai trouvée.

- Ah très bien, elle était où ?

- Dans une caisse avec marqué "Attention, McGuffin à l'intérieur, manipuler avec précaution".

- Putain tu parles d'une référence…

- Et vous vous êtes qui ?

- Euh… alors c'est un peu compliqué…

- C'est Deadpool chef ! Je le connais je l'ai vu dans X-men Origins Wolverine.

- Oh putain…

Ah, je me disais bien que tu avais été dans un film dans les années 2000.

- N'en rajoute pas.

- Enlevez ce masque tout de suite.

- C'est obligé ?

- Oui.

- S'il vous plait…

- Non.

- Oh allez…

- Non.

- Allez !

- Enlevez ce masque ou on vous embarque.

- D'accord, d'accord, pas la peine d'être aussi violent, j'vous jure…

C'est avec précaution qu'il défit la fermeture éclair de son masque et l'enleva, laissant apparaître une chevelure blanche et un visage pâle maculé de cicatrices.

- D-DOCTEUR GRYM ?!

- Bah ouais, répondit-il en haussant les épaules, autant assumer le plagiat jusqu'au bout hein ?

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License