La corruption au sein de l’industrie clownesque : une opinion controversée par Bambousio Lancétoile
notation: +3+x
blank.png

Les clowns, par où commencer ?
Si vous êtes un éleveur de clowns agréé comme moi, vous devriez être familier avec les débats houleux qui animent l’industrie clownesque. De nombreux individus ignares pourraient penser que toute cette discussion n’a aucun intérêt, mais je pense que ces sujets doivent être abordés par un professionnel chevronné qui sait faire la différence entre les races de clowns effrayants et de clowns horrifiques.

Moi, Bambousio Lancétoile, éleveur et vendeur de clowns, blogueur et monsieur loyal en activité, possède des opinions sur la corruption dans l’industrie clownesque que certaines personnes pourraient trouver polémiques et plus libérales que celles d’autres propriétaires de clowns.

1. Vendre des clowns difficiles à gérer à des propriétaires inexpérimentés.

Commençons par une évidence. Il y a des éleveurs de clowns qui ne sont ici-bas que pour l’argent. Ils peuvent très bien vendre un clown rodéo (qui sera sans aucun doute déformé en raison des révoltantes méthodes d’élevage qu’utilisent ces charlatans) à quelqu’un sans expérience dans l’élevage clownesque, sans rien leur dire sur tous les besoins de ces espèces (beaucoup d’espace dans leur tente, une grande piscine à boules, de nombreuses tartes à la crème, etc.) avant de s'enfuir avec leur argent. Et maintenant vous avez un clown malheureux qui sera bientôt abandonné par son propriétaire parce qu’il n’a pas l’environnement nécessaire pour son clown.

Cela se produit partout, des grands clowns horrifiques aux plus délicates porcelaines. Les éleveurs sans permis sont légion dans l’industrie clownesque et il n’y a encore eu aucune action légale prise à leur encontre. Quand est-ce que les élites comprendront qu’un clown heureux est un clown en bonne santé ? Et ne me lancez pas sur les difformités occasionnées chez certaines espèces…

2. Les caractéristiques malsaines introduites chez certaines espèces pour ‘l’esthétique’.

Dites que je suis vieux jeu si vous le voulez, mais je ne comprends pas l’intérêt de l’esthétique. Et spécialement quand cela concerne les clowns. Le charme du clown est dans son état naturel, avec un nez rouge loufoque et des couleurs rigolotes. C’est à cette formule toute simple que l’espèce des clowns doit sa popularité d’aujourd’hui.

Je n’apprécie PAS ces nouvelles caractéristiques introduites chez certaines espèces de clowns, comme les clowns pierrots que l’on reproduit sélectivement pour avoir un certain type de petit visage, ce qui les empêche de bien respirer. C’est la même chose avec les mimes, les bouffons, les clowns blancs, et avec tous les autres

Ces difformités sont introduites pour l’apparence du clown et non pas pour son bien-être. C’est pour ça que certains clowns meurent jeunes. Vous pouvez acheter un clown pour les marques sur son visage, mais ce qui vient toujours en premier c’est la personnalité du clown. J’ai des clowns sous mon chapiteau qui peuvent paraitre repoussants au premier abord, comme mes hybrides de Vagabonds Américains, mais ils ont le plus gros cœur de tous les clowns.

3. Le Cirque d’Herman Fuller ne doit pas être soutenu.

À tous mes amis de l’industrie clownesque, ceci devrait aller de soi. Le Cirque de l’Inquiétant d’Herman Fuller n’est pas un environnement sûr pour les clowns. Je sais que je vais recevoir de nombreuses critiques pour ça, mais quelqu’un devait le dire.

Mon plus gros problème avec le Cirque d’Herman Fuller est la manière dont il bouleverse l’état naturel des clowns. Il leur donne des capacités anormales et crée des choses qui ne devraient même pas être considérées comme des comportements de clowns normaux.

Les clowns sont imprévisibles et dévier de la norme quand vous vous occupez de clowns est la dernière chose que vous devriez faire. J’ai entendu dire que les clowns d’Herman Fuller deviennent violents et instables sous son égide, et honnêtement je trouve que c’est un environnement néfaste pour les clowns, leurs carrières et leur audience.

…Sans parler du fait que leur lait de clown a un goût atroce.

4. Le lait de clown ne doit pas être produit en masse.

Oh, je vois arriver les rageux et les puristes du lait de clown. Avant de me "doxxer" ou quoi que ce soit, laisser moi m’expliquer. Aussi bon que soit le lait de clown élevé en plein air soit, il devrait uniquement être réservé à certaines occasions spéciales.

Les clowns doivent être traits, c’est une évidence, mais commercialiser leur lait est exactement ce qui normalise leurs mauvais traitements. DES CLOWNS STRESSÉS NE PRODUISENT PAS DE BON LAIT. DES CLOWNS MALHEUREUX NE PRODUISENT PAS DE BONS ŒUFS.

La production en masse de lait de clown est un pas en arrière pour tout ce que les bons propriétaires de clowns se sont battu durant des années. Nous ne voulons pas de traitement non éthique des clowns. Nous ne voulons pas que les clowns deviennent un produit (en omettant la viande de clown), et nous ne voulons pas de clowns tristes et mauvaise santé. Qu’est-ce que je pourrais demander de plus ?

5. Tant qu’on parle de viande de clown…

Bon. Celui-là est sujet à controverse. Il y a de nombreux arguments pour et contre la viande de clown, alors laissez-moi commencer par dire que je suis contre la consommation de viande de clown. Oui, c’est comestible, mais je n’en mange pas moi-même, donc je ne suis peut-être pas impartial.

La viande de clown est un autre secteur de cette industrie où les choses peuvent tourner au vinaigre très rapidement. Les clowns élevés pour être massacrés, les clowns nourris avec des produits mauvais pour la santé pour qu’ils prennent plus de poids, et même des clowns ayant de la viande insalubre.

Il y a plusieurs espèces dont on ne peut digérer la viande : les clowns effrayants, les clowns vagabonds, et il me semble également que les clowns boxeurs et les pierrots n’ont vraiment pas bon goût.

Certaines espèces cependant, sont élevées de manière non éthique pour leur viande. J’ai entendu parler de Contre-Pitres et de Nez-Rouges élevés pour l’abattoir et franchement cela me dégoûte.

Les clowns méritent de vivre heureux et en bonne santé dans de grands chapiteaux avec plein de jouets – PAS dans une cage ! Dès que vous commencez à considérer les clowns comme un business, comme quelque chose à vendre, vous êtes morts à mes yeux et à ceux de tous les autres propriétaires de clowns qui se respectent. Trouvez un autre métier. Comme je l’ai dit précédemment, les clowns ne doivent pas uniquement être un produit. Les clowns sont gentils, amicaux, amusants, loufoques et attachants. Les clowns font partie de la famille.

6. Concernant la consommation des œufs de clowns…

Ne faites pas ça.

Vous devriez savoir.

Juste… ne faites pas ça.

Et nous y voilà. Il se peut que je perde quelques amis après ceci, mais honnêtement j’avais besoin d’établir des limites depuis un moment déjà. Si vous n’êtes pas d’accord avec moi et voulez bien débattre avec un éleveur professionnel, lâchez-vous. Mais pour tous les autres, je vous souhaite de passer une magnifique journée.

- Bambousio Lancétoile

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License