Content de l'entendre encore.
notation: +1+x

Équipe 10 : Gaboniv, Hinault, Judas.

Hinault

Jour de la chute d’Aleph.

- Donc là je lui dit que non, les pommes ne sont pas des coléoptères.

- Blblblblblblbllbl.

- Tout à fait d’accord, et là il m’a rétorqué que si vu qu’ils sont tous les deux trognons.

- …

- Ouais, j'ai dit la même chose.

Dans le couloir de l’aile C du Site Aleph, la routine s'installait pour moi et le Dr Hinault. Comme tous les jours, je lui raconte un peu ce qui s’est passé alors que huit heures nous séparent, comme tous les jours. Heures durant lesquelles je côtoie d’autres Classe-D, un peu plus bavards que moi. Et beaucoup plus bavards que mon collègue. Enfin il est plus bavard si on considère les bulles comme des mots et l'aquamental comme une langue.

Celui-ci, comme d’habitude, frétillait dans son aquarium tandis que je poussais le chariot le contenant. Le tout en chantonnant doucement et en tapotant le bocal de mon ongle. C’était une belle journée à Aleph.

Tout allait bien.

Une journée classique.

Tout était calme pour moi, tout était vague pour le poisson.

Celui-ci commença à en produire de plus en plus, comme si quelque chose allait se passer. Haha, c’était ridicule, rien n'allait se passer voyons ! C’est la meilleure année pour les Classe-D après tout ! On a pas eu à déplorer beaucoup de pertes en ce moment. Et mon supérieur m’a laissé entendre que mes talents pourraient me permettre de réintégrer rapidement la vie active de docteur. D’abord Classe-E, puis Classe-A, et enfin directeur de Site ! C’est sûr que tout va bien se passer ! Qu’est-ce qui pouvait empêcher ça ?

Mais pourquoi cette mauvaise impression, nom de Dieu ?

Je sais qu’il se passera quelque chose aujourd'hui… je le sais et c’est pour çaque je me rongeais les ongles. Pour oublier que cette journée était trop calme. Trop paisible. Trop parfaite, aucune brèche.

Non, je m'inquiètais sûrement pour rien, le Dr Hinault fait de l’exercice, c’est tout… il ne cherche pas du tout à me transmettre un message en tournant cinq fois à gauche, puis deux à droite, puis en…

Ah, quelqu'un essaye de me parler. Faut croire que c’est un nouveau et il sait pas à qui il a affaire… oui c'est bien un nouveau. Teint hâlé, crâne rasé, petite arme semi-automatique typique du garde lambda. Oui, il a dû arriver aujourd'hui. Je ne l’ai jamais vu en poste ce jour de la semaine, et lui ne m’a pas vu du tout.

Aaahhhh, encore la routine… ils sont deux cette fois. Deux nouveaux.

Ils nous voient, nous, l’étrange duo, évoluer dans les couloirs, en étant sûrement très dubitatifs sur la raison pour laquelle un Classe-D se baladait tranquillement dans les couloirs, poussant un chariot contenant un poisson. Et ils s'interrogèrent sûrement encore plus quand celui-ci leur sourit, une lueur sadique et joueuse dans les yeux. Ah non, Hinault ne sourit pas cette fois-ci. Il continue à faire ses tours, effectuant le même paterne comme pour me prévenir de…

Roh, il va arrêter de me crier dessus lui, il voit bien que je ne l’écoute pas… Bon, il se calme quand je lui montre mon oreille de l'index, et se calme encore plus quand je lui montre le document dans ma poche intérieure. Le blabla administratif sur le pourquoi du comment de la vie, de l’univers et de tout le reste, résumant vite fait ce qu’il s’était passé il y a trois ans.

Bordel, trois ans. Ça fait trois ans qu’on arpente les couloirs sobres et épurés du Site Aleph. Trois ans que j’attends ma réinsertion à la vie active. Trois ans que j’habite dans ce site, le plus grand de France… et normalement le plus sécurisé.

Hmm, pourquoi cet halo rouge et ces gens qui courent autour de moi ? Oh, Hinault refait le paterne, il voulait me dire quoi depuis le début lui ?

Cinq fois à gauche, deux à droite, deux bulles et un coup de queue… ce qui veux dire :

Danger.

Ou

Alerte.

Ou

Alerte pour signifier un danger.

Ou plus sobrement…

MORT

Bon, il était temps de courir apparemment. Oh non, encore quelqu'un qui me pousse…


Judas

L’alarme XK.

J’ai connu assez d’exercices pour connaître la conduite à tenir. Je suis pas vraiment non plus du genre à paniquer facilement.

Mais faut dire que des cadavres au sol, du sang sur les murs et un halo rouge qui clignote, c’est pas le meilleur plan pour que tout se déroule calmement. C’est stupide de faire une alarme aussi criarde, pourquoi ne pas diffuser de la musique apaisante pour éviter que tout le monde ne court dans tous les sens, paniqué par ce son strident qui leur vrille les oreilles tandis que les… autres veulent les manger ? Ah effectivement, il s'est fait boulotté lui.

Et surtout, pourquoi ce gars reste au milieu du couloir en portant un chariot avec un… oh, c’est lui. Le Classe-D sourd. Il semble plongé dans ses pensées en regardant la morue s’agiter dans le bocal… bon, je dois peut-être l’amener au bunker B, c’est le plus proche de la salle des archives. Une tête connue de plus avant qu’il ne perde la sienne malencontreusement à cause de ce… oh, un lézard géant, fantastique.

- Toi, viens avec moi !

- Euh.. Je…

- ALLEZ !

Sans en dire plus, j’empoigne l’animal qui se demanda sûrement pourquoi je faisais ça, puis le chariot du saumon, et commence à avancer à vive allure, me dirigeant rapidement vers le tournant du couloir, vers le bunker.

- BLBLBLBLBLBLBLLBLBLBLLB

- Gh-Gh-Gh-Gh…

- Ah bah ça c’est pas banal…

Sortant d’une salle laissant derrière elle un parfum de putréfaction et de mort,… et surtout de poisson pourri, une table vintage du dix-huitième siècle se tourne vers nous… et nous la regardons en retour.

Elle tape du pied avant de s’apprêter à retourner dans sa cellule de confinement… puis elle voie le Dr Hinault… la morue…

Notre trio court… enfin notre-duo-portant-un-saumon-paniqué-de-se-faire-manger-par-une-table-folle court à perdre haleine tandis que celle de la table se fait plus proche, encore plus proche, plus… une table ?

Me retournant d’un coup, je change brutalement de direction en tirant par le col de sa combinaison le Classe-D, toujours en train de pousser le chariot, prenant lentement conscience de la situation.

La table s’écrase contre le mur dans un grand bruit de bois brisé, tandis qu’une écharde atteint le Classe-D à la tempe. Le problème de cette écharde, c’était qu’elle mesurait trente centimètres. Et le problème du Dr Hinault, c’était le cadavre de son ami de longue date en plein sur son chariot. Et mon problème quant à moi, c’était l’armoire et la lampe qui se dirigèrent ensemble vers moi tandis que je rebroussais chemin… non.

Je savais que j’avais affaire à deux instances de SCP… quel numéro déjà ? Peu importe, ce ne sont que des meubles Ikea mangeurs de poissons. Ridicule mais cela l’est un peu moins quand manger un poisson permet de créer une autre instance pouvant potentiellement infecter le mobilier aux alentours. Cela incluait les murs ou le sol par exemple. Et ils pouvaient malencontreusement boulotter un humain dans le lot. Et aussi me manger moi.

Mais je ne risquais rien à m'enfuir loin d’ici après tout. L’animal était mort de toute façon…

- Blblblblblblblblbl !

Oui. Il était mort. Ce n’est que mon imagination qui me fait croire que…

- Blblblblbllblbbl !

- Et merde…

Courant vers le chariot, je dégage sans ménagement du pied le cadavre du Dr Salmon tout en prenant la mini-cellule de confinement à deux mains et la pousse avec une force que je ne me croyais pas capable de posséder, vers le bunker B du Site Aleph.

Il ne doit pas être si loin que ça si je m’en souviens bien… non ?

La lampe était à moins d’un mètre de moi tandis que l’armoire écrasa sans ménagement le cadavre du Classe-D, avide de poissons frais.

Les couloirs s'enchaînaient, me montrant successivement du sang, des instances de cette anomalie mobilière, le lézard géant de la dernière fois, des collègues qui courent, d’autres qui étaient sur le mur, à l’état de membres démembrés. Puis je tourne encore et vois la porte du bunker. Elle est à moins de cinq mètres de moi maintenant, … si proche. Et le lézard aussi. Il nous a vu et se remet sur ses quatre pattes avant de se diriger vers nous à toute allure.

- MERDEMERDEMERDEMERDEMERDE !

Les poignées de ce foutu chariot glissaient avec ma sueur. Il m’échappe des mains et s'écrase contre cette porte dans un bruit sourd, tandis que le judas permet aux agents à l’intérieur de mettre le chariot contenant le saumon dans le bunker, puis de me pousser sans ménagement à l’intérieur, tandis que le lézard frappe au même moment la porte, qui se referma dans un bruit sourd.

Le bunker était plein. Surtout des hommes bien qu’il y ait quelques femmes dans le lot. Mais ce qui était sûr, c’est que c'étaient tous des agents.

Oh ma tête, j’ai dû recevoir un coup… faut que je m'assoie.

Je le fais sur le sol du bunker froid, le souffle court et de la sueur collant mes vêtements à ma peau tachée de sang et de poussière, me demandant toujours pourquoi j’avais sauvé la vie d’un saumon sans importance en négligeant ma survie, un poids en trop, une simple nourri…

-Blblblbllblbllbl !

-Ferme-la…

Puis, alors que l’agent me menaça de son arme en me demandant gentiment, mais sûrement, de me lever et de tout lui raconter depuis le début, je m’exécute avant que lui ne le fasse pour moi.

Je lui raconte ma course du début jusqu’à la fin, du déclenchement de l’alarme à mon entrée dans ce bunker rempli à craquer.

- Donc, vous nous dites que vous avez échappé à du mobilier, que vous avez… repêché ce saumon dans un couloir et que vous avez survécu à un XK tandis que tous ceux de ce bunker sont des agents surentraînés ?

- Hmm je sais que ça peut paraître fou, mais c’est la vérité.

- BLBLBLBLBLBLBLBL

Le garde se tourne vers l’origine de ces… “mots”, et il regarda d’un air surpris mon collègue d’infortune, qui lui retourna son regard en le fixant bizarrement.

L’agent baissa les yeux et me demanda, légèrement surpris :

- Pourquoi vous l’avez gardé lui ?

- Honnêtement, j’en ai aucune idée. Et en parlant d’agents surentraînés, c’est qui lui là-bas ?

Dans un coin du bunker, visiblement en état de choc, un homme au costard déchiré et au teint blême, regardait en l'air en riant doucement.

- C’est un agent lui ?

- … Non, lui aussi a eu de la chance apparemment. C’est un membre des Ressources Humaines. Et lui aussi nous a raconté n’importe quoi… enfin pas sûr. On est à Aleph après tout.

- Plus pour longtemps vu que cette alarme sonne.

-J’aurai vécu assez longtemps pour l’entendre finalement.

-Espérons juste que ce ne soit pas la dernière alarme de l’histoire de l’Humanité.

-… Profitons-en tant qu’on peut encore l’entendre.

Et comparé aux différents bunker du Site Aleph et de ceux des autres sites à travers le monde, le bunker B fit silence pour écouter l’alarme, l’écouter… tant qu’ils le pouvaient encore.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License