Consolidation
notation: +3+x

On est là. Je vous enverrai une réponse quand la tension sera retombée. J'espère que vous avez un plan B, parce que je m'attends honnêtement à ce que tout ça foire complètement.

Votre préoccupation est notée, mais je pense que vous découvrirez que nous avons une meilleure position que vous ne le réalisez. Bonne chance.


Alors qu'ils se tenaient seuls dans un parking près d'un sentier pour Forest Park, Sasha Merlo regardait simplement la douce pluie de novembre autour d'eux et remit son téléphone dans sa poche. Ses cheveux bruns étaient fourrés sous un petit bonnet alors qu'elle inspirait profondément. De l'autre côté du parking, Daniel Navarro finissait sa cigarette. Une fois qu'ils seront au Site-64, il n'y aura plus de cigarettes, donc il s'assurait de profiter de cette dernière opportunité. Finalement, le grand homme s'approcha, prenant quelques instants pour regarder la pluie avec Merlo avant d'enfin parler.

"Donc…" commença-t-il. "Comment se passent ces SCP ?"

Merlo le frappa immédiatement dans le bras.

"Hé," dit Navarro à travers un rire en sautant en arrière, frottant son bras avec sa main libre. "C'est un peu extrême tu ne penses pas ?"

Merlo secoua sa tête.

"Quatre ans," dit-elle. "Tu aurais au moins pu envoyer un email. "Salut Sasha, juste pour te prévenir, je ne suis pas mort ou amnésique.""

"Que puis-je dire," Il haussa les épaules. "La nouvelle force d'intervention me submergeait. C'est la première fois que je suis de retour en Oregon depuis 2014."

"Tu vois, ça aussi ça m'embête," dit sèchement Merlo, "Je t'ai offert un poste dans Gamma-13 au moins quatre fois, et chaque fois tu as dit, "les FIMs c'est pour les ringards". Et portant tu es là en tant que Bibliothécaire. Sérieusement, c'est quoi ce bordel ?"

"Ils ont mis un sac sur ma tête," répondit Navarro avec un sourire narquois. "Clairement, ils me voulaient plus. Essaie le kidnapping la prochaine fois."

Merlo poussa un soupir frustré et se retourna vers la pluie. Elle réussit à maintenir son froncement de sourcil pendant quelques instants de plus avec qu'il ne se transforme en sourire.

"Ils ont vraiment mis un sac sur ta tête ?"

"Absolument."

Les deux agents laissèrent échapper un bref rire avant de se diriger vers le sentier de maintenance menant vers l'ouest dans la forêt. Un kilomètre après, ils trouveront encore un autre sentier qui mènera à une des entrées du Site-64.

"Tu penses que Holman va mordre ?" demanda Navarro. Les pensées de Merlo se concentrèrent sur le dossier dans son sac à dos, détaillant le plan complexe que Phineas avait partagé avec eux à Fort Charles.

"J'en doute," soupira Merlo. "Mais en ce moment il est le seul qui pourrait ne serait-ce qu'accepter une réunion avec moi, sans compter une autre combine pour capturer Anderson. Holman est notre seule chance, aussi mauvaise soit-elle. J'espère juste que l'incident avec Sacre-13 est assez pour lui montrer que Phineas est prêt à jouer le jeu."

"Je veux dire, que pourrait-il vouloir d'autre ? Deux membres du Congrès morts ?"

"Avec notre chance, sûrement."


Le Directeur du Site Edgar Holman examinait le dossier silencieusement. Navarro et Merlo étaient assis devant lui, chacun restant immobile dans les deux chaises qu'il gardait en face de son bureau. Alors qu'il continuait de lire, Merlo examina Holman. Les années n'avaient pas été douces, l'usure de plus de deux décennies à la tête de l'établissement de la Fondation commençait enfin à se montrer. Ses cheveux plaqués en arrière, autrefois noirs, présentaient des mèches grises. Merlo avait assez de mal à gérer la FIM qui lui avait été assignée. Elle ne pouvait pas commencer à imaginer comment on pouvait réussir à dormir quand on était responsable d'un site entier.

Après un moment, Holman enleva ses lunettes de lecture et ferma le dossier. Il leva les yeux vers les deux agents avant de lâcher un petit rire.

"Je ne sais pas ce qui m’impressionne le plus, le fait que tu m'aies apporté ce petit projet ou le fait que tu l'as fait avec Dan Navarro comme si ça aiderait," dit-il. Il secoua alors la tête. "On n'aura jamais l'approbation pour quelque chose comme ça, Sasha."

"Mais qu'est-ce que vous en pensez ?" questionna Merlo.

"Ce que je pense ne vaut rien," répondit Holman. "Je pourrais être convaincu que ce plan est un cadeau divin à la Fondation et nous ne pourrions quand même pas avoir l'approbation, l'aide de Phineas à part. Ils ne réunissent Gamma-13 que pour des descentes sur des lieux connus d'Anderson. Pas de pièges à appâts, surtout ceux dépendants de PdI connues."

"Donc c'est tout ? On y met un terme ?"

"J'en ai bien peur," dit Holman avec un soupir. "Vaillante tentative, mais pas de chance."

Merlo fit un hochement de tête démoralisé et se leva.

"Merci pour votre temps, monsieur," dit-elle en se dirigeant vers la porte. Navarro la suivit. Peu après, les deux agents étaient dans les couloirs du Site-64, errant lentement vers le bureau de Merlo.

"Et maintenant…" demanda Navarro, restant dans le rythme des foulées de Merlo.

"Je n'en ai aucun idée…"

"Il y a toujours ma manière…" dit Navarro avec un ricanement. Merlo rit brièvement puis secoua la tête.

"Je n'ai pas l'avantage d'être un magicien, Dan," dit-elle. "Si je fais ça sans accord, même si je réussissais, ils effaceraient mon esprit et me laisseraient sur la rive de la Willamette. J'ai dit à Phineas que ce serait compliqué, et imagine donc, j'avais raison."

Merlo soupira en sortant son téléphone pour envoyer un seul message.

Pas possible.

Elle remit encore son téléphone dans sa poche et les deux continuèrent en silence, arrêtant leur démarche solennelle seulement quand ils entendirent Holman les appeler derrière eux. Le vieil homme courait presque, sa respiration bruyante quand il les rattrapa enfin.

"Monsieur ?" demanda Merlo.

"Vous deux… au labo MATA… tout de suite !" dit Holman en haletant. Finalement, il reprit son souffle et poussa un dernier soupir. "Il y a du nouveau."

Merlo sentit son téléphone vibrer. Alors qu'elle suivait Holman, elle regarda discrètement le nouveau message.

La poussière n'est pas encore retombée.


Le laboratoire des Matériaux Anormaux du Site-64 était l'un des plus récents laboratoires du complexe. En conséquence de quoi, lorsque Holman, Merlo et Navarro entrèrent, ils furent accueillis par les sons de nouveaux jouets scientifiques tournoyant, bourdonnant, bref se comportant scientifiquement. Une poignée de chercheurs vrombissait en virevoltant à leurs affaires, discutant avec excitation entre eux avant de remarquer les trois intrus se tenant sur le seuil tanière académique.

Un homme maigre dans une blouse de laboratoire s'avança vers eux, les cheveux blonds en bataille et les yeux privés de sommeil. Ses lèvres dessinaient un sourire aux anges alors qu'il offrait une poignée de main à Holman.

"Directeur," dit-il avec un ton légèrement monocorde, "merci d'avoir fait le voyage ici-bas."

"Bien sûr, Conwell," dit Holman en œillant les chercheurs gazouillant derrière lui. "Ce sont les Agents Sasha Merlo et Daniel Navarro, voulez-vous bien leur dire ce dont vous m'avez fait part au téléphone plus tôt ?"

Conwell leur fit un vif hochement de tête, son sourire disparaissant brièvement.

"Nous nous sommes déjà rencontrés."

"Ça fait un bail, Tristoune," répondit Navarro. "Qu'est-ce que t'as pour nous aujourd'hui."

"Une clé USB a été laissée sur mon bureau ce matin. À l'intérieur se trouvaient des instructions pour synthétiser un variante stable de SCP-1360-1," dit Conwell. Il prit ensuite un petit plateau posé sur une paillasse proche. Nul doute, un morceau du tissu familier qui couvrait toujours les androïdes d'Anderson, noir et solide, se trouvait dessus. Conwell leur tendit ensuite une petite feuille de papier. "Cela a été trouvé avec la clé USB."

Merlo l'arracha de ses mains et la dévora des yeux, Navarro lisant derrière son épaule.

Conwell,
Toi et Johnson ont été plutôt proches de la solution. J'ai le sentiment que vous méritez une réponse.
Dites à vos supérieurs que toutes mes cartes sont désormais sur la table.
Phineas

"On est en train de faire une grande série de tests," ajouta Conwell en regardant Holman. "Mais une fois que nous aurons votre accord, j'aimerais envoyer ça aux devs de paratech. Des gilets pare-balles qui s'auto-réparent pourraient être un outil utile. Cependant, je pense que vous serez plus intéressés par cette petite info.”

Conwell sortit un petit flacon vaporisateur, et envoya immédiatement quelques gouttes d'un liquide inconnu sur le tissu. En quelques secondes, les fibres aramides tombèrent en poussière.

"Phineas a aussi fourni des instructions pour le détruire. Je suppose que ceci, utilisé comme une arme, pourrait être pratique pour Gamma-13, ou tout autre force d'intervention qui s'occupe des robots d'Anderson."

Merlo et Navarro se tournèrent vers Holman, leur visage arborant un grand sourire. Holman répondit par un soupir.

"Combien de temps avant la fin des tests préliminaires ?" demanda-t-il.

"J'ai dégagé notre programme de tests pour aujourd'hui," répondit Conwell avec un sourire. "Donnez-nous un jour ou deux pour tout vérifier, et vous aurez le rapport complet sur votre bureau."

"Ayez une copie prête à envoyer aux devs de paratech," répondit Holman, avant de se tourner vers ses agents et de faire un signe vers le couloir. Merlo aperçut du coin de l’œil les techniciens du laboratoire MATA s'agiter avant que la porte se ferme, laissant le trio dans le couloir.

"Dooooooonc…" dit Merlo en se tournant vers Holman avec un rictus. "Phineas nous a fourni un Sacre mort, des noms, des lieux, et vient de nous armer. Il veut clairement qu'Anderson soit arrêté. Si nous n'acceptons pas son offre, il va trouver quelqu'un d'autre. C'est notre chance, Edgar."

Holman se frotta l'arête du nez. Il laissa échapper un soupir exaspéré.

"Je vais passer cela à mes supérieurs," finit-il par dire après quelques instants de silence. "Je ne promets rien du tout, cependant. Nos antécédents ne sont pas exactement incroyables."

Le Directeur s'en alla lentement, se frottant la tempe droite avec deux doigts.

"Et pour l'amour de Dieu et de tout ce qui est bon, tenez-vous à carreau," ajouta-t-il. "Ou je vous jure que je jetterai personnellement vos corps dans la Willamette."


Très intelligent. Votre pari a payé. Gamma-13 a été autorisée à lancer l'opération.

J'ai supposé que cela ferait suffisamment d'arguments pour mettre la machine en route.

En effet. Et donc, cet appât que vous avez mentionné…

Le Dr Contos et son fils. Deux personnes qui feraient sortir du bois Anderson si capturées. Je suis encore en d'assez bons termes avec eux pour qu'ils acceptent de me rencontrer. Votre équipe pourra les avoir là. Cela devrait être simple.

Dites-nous juste où nous devons nous trouver, et nous y serons.

Conformément à notre accord initial, ils ne devront pas être blessés lors d'aucune partie de ce processus, ou les identités de pas moins de cinq de vos agents infiltrés dans les opérations de MC&D seront révélées.

Je croyais que vous aviez dit avoir mis toutes vos cartes sur table.

J'ai gardé un as dans ma manche.


L'agent Clarissa Shaw était assise seule dans un petit café du centre-ville de Seattle, le monde extérieur trempé de la pluie de l'automne de Washington. Ses longs cheveux blonds étaient soigneusement cachés sous un perruque rouge. Ses habituelles lunettes à fine monture avaient été remplacées par des lentilles qui changeaient la couleur de ses yeux de bleu à vert. Tout en buvant sa tasse de café, elle observa sa montre.

D'une seconde à l'autre… pensa-t-elle. La porte du café s'ouvrit alors. Shaw cacha son sourire derrière la tasse.

Comme l'avait promis Phineas, un mince jeune homme avec une serpillière de cheveux blonds frisés et d'épaisses lunettes entra, une femme d'âge mûr avec des cheveux bruns à hauteur d'épaule et des yeux bleus clairs derrière lui. Quatre hommes en costumes les suivaient, chacun examinant la salle de manière en apparence aléatoire. Jason Contos et le Dr Medea Contos étaient arrivés.

Shaw tourna sa tête et se gratta l'oreille. Un homme dans un coin lointain de la salle plia son journal, tandis que deux femmes dans des coins différents fermèrent leurs ordinateurs portables. Le groupe de six venaient juste de s'asseoir après avoir obtenu leurs boissons quand Shaw et les autres se levèrent à l'unisson en lançant plusieurs nébuliseurs au sol, couvrant la salle d'une fin couche de poudre blanche. Les quatre hommes en costumes essayèrent de se lever et de dégainer des pistolets dissimulés sur leur personne mais tombèrent rapidement en morceau alors que la poudre les couvrait. D'épaisses flaques noires étaient tout ce qui restait.

Shaw et ses camarades agents ne perdirent pas de temps et dégainèrent leurs pistolets, les canons pointés vers Jason et Medea. Les deux scientifiques levèrent les mains en l'air, Medea tremblant de peur alors qu'elle observait les agents en approche. Jason les fixa avec haine.

"On vous a eu," dit Shaw avec un sourire narquois avant de tapoter le nez de Jason.


Nous détenons le Dr Contos et Jason. Nous avons l'appât, et Navarro a mis en place le piège. Nous sommes prêts quand vous l'êtes.

Dans un studio aux abords de Trois Portlands, un vieil homme chauve avec une grande barbe blanche regardait la pluie tomber. De temps en temps, il jetait un coup d’œil à son téléphone, son cœur sombrant un peu plus à chaque fois qu'il voyait son écran vide de tout message.

"Quelque chose est arrivé," se dit Phineas en se retournant avant d'aller dans la cuisine où il commença à préparer de l'eau pour le thé. Sacre-45 et Sacre-32 aurait dû se manifester à cette heure-ci, de même que Douglas Walker et Tessa Kim. Avec Jason et Medea désormais détenus par la Fondation, il y avait beaucoup à faire avant de pouvoir porter le coup final. Tout le monde devait être sur le pont.

La bouilloire siffla alors que l'eau atteignait la bonne température. Phineas puisa dans son évier débordant et en sortit une tasse sale dans laquelle il plaça plusieurs sachets de thé à la menthe poivrée. Alors que l'eau prenait sous la lumière une teinte jaune-verte, Phineas soupira. Il venait juste de secouer le nid de frelons.

"J'espère que personne d'autre n'a été piqué," se dit-il à lui-même en baissant les yeux vers son thé infusé.

Shikt

Il y avait une douleur acérée dans son dos. Il y avait une longue et fine lame qui sortait de son ventre. Phineas se sentit poussé en avant, un puissant choc électrique le parcourant et détruisant le fonctionnement de ses membres mécaniques. Il utilisa ses bras pour éviter de percuter le plan de travail de la cuisine, ses systèmes s'éteignant en se verrouillant en place.

"Espèce d'enfoiré…" dit une voix métallique derrière lui. "Pensais-tu qu'il y avait un endroit où tu pourrais te cacher sans que je finisse par te retrouver ? Ne te souviens-tu pas de tout ce que nous avons fait pour construire cette entreprise ? Ne te souviens-tu pas de tout ce que j'ai fait ?!?"

Phineas toussa. Il pouvait sentir le sang dans sa bouche. Il tourna la tête et Vincent Anderson entra dans son champ de vision, son masque de tragédie en argent scintillant sous la faible lumière de la pièce.

"Salut Vince," dit Phineas avec un petit sourire. "Je vois que tu as finalement réparé ce module de voix."

"Silence…" siffla Anderson en faisant tourner la lame, qui délivra une nouvelle vague de douleur. "Comment as-tu pu faire ça à Jason et Medea ? De toutes les personnes…"

La voix d'Anderson s'éteignit. Il fouilla le sac qu'il portait et en sortit un gros casque noir couvert de fils, puis le posa soigneusement sur la tête de Phineas. Le casque commença rapidement à vrombir.

"Initier."

Le vieil homme sentit une piqûre à la base de son crâne.

"Qu'est-ce que tu prévois ?" demanda Phineas. Il sentit ses membres mécaniques devenir rigides alors que son lui biologique devenait plus faible. Même un cyborg de son calibre avait besoin de ses organes internes.

"C'est un des bidules de Wilson. Ça crée un genre d'empreinte neurale électronique ou quelque chose comme ça." dit Anderson d'une voix nonchalante. "Je ne sais pas vraiment, Wilson l'a fait avant de nous rejoindre. Le truc, c'est que je numérise ta mémoire. Ça demandera quelques modifications, mais je vais récupérer mon ami. Ensuite on récupérera Jason et Medea, et on laissera tout ça derrière nous."

Anderson s'arrêta pendant quelques instants.

"Puis tout ira bien à nouveau."

Phineas eu un petit rire avant de tousser une grosse quantité de sang.

"Je me demandais quand on en arriverait là," dit Phineas en crachant le liquide rouge sombre. "Tu ne peux pas juste supprimer les parties des gens que tu n'aimes pas, Vince."

"Ne me dis pas ce que je peux et ne peux pas faire, vieil homme," répondit Anderson. Il y eut un son statique. Phineas imaginait que son vieil ami serait en train de pleurer s'il le pouvait. "À très bientôt."

Anderson pointa alors son index droit vers la tête de Phineas. Il y eu un éclair brillant, comme de la foudre. Puis Phineas devint immobile.

Anderson resta immobile immobile pendant un certain temps, puis il glissa lentement vers le sol. Il enleva son masque de tragédie, mit sa tête dans ses mains, puis se balança d'avant en arrière.

"Tout va bien…" se dit-il à lui-même. "Je peux réparer ça. Je peux tout réparer. Tout va bien… tout va bien…"

Anderson se remit alors sur pieds et tapota son masque de tragédie avec son index. L'expression du masque passa à la comédie. Anderson le reposa sur son visage et retourna vers la porte, en attrapant le téléphone de Phineas au passage. Il examina silencieusement les messages et envoya une réponse.

Prêt ou pas, il arrive.

Anderson sortit sous la pluie de Trois Portlands alors que l'appartement de Phineas prenait feu.


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License