Des Nuages
notation: +1+x
blank.png

Regarder les nuages d'en bas est une expérience plutôt absorbante. L'esprit humain érudit voit les panaches majestueux de blanc comme de simples volutes de vapeur d'eau cristallisée et de particules de poussière dans la haute atmosphère, mais au fond, il reste une étincelle précoce de curiosité et d'émerveillement, comme celle que manifestent les singes avancés et les très jeunes enfants. Cette étincelle ne voit pas des volutes de vapeur et des formations cristallines complexes, mais des oiseaux et des bêtes et des visages, des carrosses et des palais, des montagnes entières et des forteresses en mouvement dans le ciel bleu azur.

D'en haut, ce sentiment ne fait que croître. Alors que l'on vole dans un tube de métal branlant à dix mille mètres au-dessus du sol s'élevant vers le ciel, l'esprit humain érudit cède la place à la fleur enfantine de l'émerveillement. En dessous de vous, une mer de nuages ondule et se déplace vers les rivages d'une terre lointaine, et de vagues formes de dieux des arcanes dérivent devant le triple vitrage, où vous êtes en sécurité, sous pression et en bonne santé. Et pendant ce temps, des cumulonimbus flous et fumants sont observables de loin avec leur sommet en forme d'enclume s'élevant de plus en plus haut dans l'espace.

C'est ce que j'ai dit à mon voisin de siège pendant le vol de deux heures en direction de Sydney, alors que je remontais les fenêtres et que je m'émerveillais de la vue. Le vol s'était jusqu'à présent montré calme, le seul amusement étant le malheureux incident de Greg à l'enregistrement, toute distraction de l'intérieur stérile de l'avion était donc la bienvenue pour moi. Greg, cependant, ne partageait pas mon enthousiasme et mon appréciation de ces merveilles naturelles et se contentait de grogner en réponse avant de prendre une longue gorgée de Dieu sait quoi qu'il avait réussi à faire entrer clandestinement dans l'avion.

Rapidement, même les nuages n'ont plus réussi à me divertir et j'ai fait glisser l'obturateur au moment où l'avion faisait une embardée à gauche au-dessus du Pacifique ; la lumière éblouissante du soleil m'a frappé à travers les panneaux de verre. À partir de ce moment, j'ai commencé à feuilleter le magazine de bord, à tripoter la télécommande et à fixer mes mains pour passer le temps. Le temps s'est écoulé, il ne s'est rien passé de notable, et je me suis endormi en hochant la tête sur la tablette.

C'est Greg qui m'a réveillé quand les ennuis ont commencé. "Hé. Hé, mec", chuchota-t-il, en me frappant légèrement pour me réveiller. "Debout, debout, debout. Le capitaine a parlé de mauvaises turbulences, alors tablette, télécommande, stores, tout en haut. Et essuie-toi la bouche."

Je me suis relevé, vaseux, en me passant une main sur le menton. "Ça fait combien de temps ?"

"L'heure locale de la côte ouest est 7h23, ce qui fait environ 4 heures. Je pense que nous avons changé de fuseau horaire ou quelque chose comme ça, il fait encore jour."

J'ai remis mon siège en position verticale et j'ai jeté un coup d'œil par la fenêtre. En effet, une demi-lumière orange entrait par la fissure. "Je ne pense pas que les fuseaux horaires fonctionnent comme ça, Greg." Les longues heures de jour étaient quand même étranges. Je me suis rappelé de vérifier cela une fois la terre ferme et une connexion Internet atteintes.

Greg ne mentait évidemment pas, car alors que je rangeais la table et la télécommande, l'avion s'est mis à trembler. J'ai remonté les stores des hublots et j'ai vu un spectacle terrifiant : la majestueuse mer blanche était maintenant noire et agitée, tourbillonnant et tournoyant en silence. Le soleil brillait toujours, mais à travers un trou dans le sommet d'un nuage sombre étincelant, trop près du bout de l'aile pour être confortable. Le vent devait être violent, car le nuage ne dérivait pas sans but, mais suivait le bout de l'aile de près. Pendant un instant, mon imagination a pris le dessus, et le soleil étincelait comme un œil rouge de mauvais augure, flamboyant au milieu de tentacules noirs de vapeur et d'éclairs, s'étendant en direction l'avion comme un prédateur sorti de l'abîme.

Par le biais de l'interphone, le capitaine nous a rappelé de rester calme et de nous attacher. Au-dessus de nos têtes et en dessous de nos pieds, le placage d'aluminium et les bagages égarés vrombissaient et tremblaient. Les informations de vol à l'écran montraient des chiffres décourageants— altitude, 13 000 mètres. Vitesse, 900 km/h. Vent de face, 110 km/h.

Attendez un instant. Si le nuage suivait l'avion, alors par quel mystère céleste de Dieu pouvait-il affronter un vent de force ouragan ?

Cette pensée coïncida avec un bruit tout aussi épouvantable : comme des cailloux dans un enjoliveur, mais plus grossier et plus fort, enveloppant tout le cadre en titane de l'avion jusqu'à ce que même le souffle des moteurs soit noyé dans cette statique surréaliste. Le nuage avait maintenant atteint une taille terriblement énorme, avec des fouets électriques en colère qui clignotant tout autour de l'avion. Le soleil était à peine visible, juste une tache de brume rouge au milieu d'un tourbillon de noir étincelant. L'avion s'est soudainement soulevé, soulevé, soulevé, et le système de sonorisation a explosé dans un grincement. Greg était appuyé contre le siège avant, sa tête enveloppée dans ses mains, tandis que je m'accrochais à l'accoudoir, recroquevillé en quatre. Plusieurs personnes crièrent. Il y a eu un cri de tonnerre, et l'avion entier a été projeté comme un simple jouet, titubant en raison d'un impact invisible. Puis un autre cri, cette fois-ci depuis le siège devant moi.

Je me suis tourné pour regarder le doigt fin et manucuré follement appuyé contre la vitre, suivant le contour de la chair pointant la vitre triple vitrage ("Diamant de Qualité A Scellé Sous Vide", proclamait la marque du vendeur), traînant mon regard vers l'air inconnu au-delà. Il y avait quelque chose en moi qui m'empêchait de regarder, de ne jamais regarder, mais il était trop tard et mes yeux étaient fermement posés sur une chose à l'extérieur de l'avion. Au début, je n'ai rien vu. Puis mon esprit s'est illuminé, et tout s'est mis en place.

Quelque chose était plaqué contre le verre, laiteux et flasque, le teint d'une limace engorgée. Elle était tapissée d'un bon nombre de ventouses, pressées contre la vitre et palpitant au rythme d'un battement de cœur extraterrestre. En regardant de plus près, les ventouses étaient dentelées, et de façon terrifiante, car elles étaient bien trop pointues et bien trop nombreuses. Puis la chose à la fenêtre a frissonné, et les nombreuses dents ont griffé la vitre comme des chats affamés, et les cris ont repris, cette fois-ci de ma propre gorge. Je me suis éloigné de la fenêtre en pressant mon corps aussi loin que possible, et j'ai claqué le volet de la fenêtre d'un coup sec. Autour de moi, la panique et la terreur se sont emparées de l'avion qui gémissait et se compressait sous le bruit parasite des bavardages. Greg pleurait.

Ce qu'il s'est ensuite passé reste flou dans ma mémoire. Je me souviens d'une puissante fissure le long de l'allée 32, alors que de l'air sous pression sifflait et que des dizaines de choses nuageuses pulsantes sifflaient dans le fuselage, d'innombrables petites bouches cliquetant et claquant. Je me souviens que les passagers étaient arrachés de leurs sièges comme des raisins, alors que ces choses glissantes s'enroulaient et mâchaient autour d'eux. La section dans laquelle je me trouvais commençait à chuter, sortant du terrible nuage grinçant, et j'ai aperçu le corps derrière la chose : moitié fumée, moitié chair, grotesquement gonflé d'un gaz vaporeux inconnu. Et les yeux, grands, horribles et humains, regardant à travers les brumes sombres, examinant attentivement sa proie. Puis je suis tombé plus loin, à travers la mer nuageuse et dans un ciel bleu et brisé.

Je pense que j'ai peut-être détaché ma ceinture de sécurité, car tout à coup, je tombais seul, vers l'océan écumant. L'impact avec l'eau m'a laissé inconscient, et la prochaine chose dont je me souviens est d'être assis dans un lit, le dos dans un appareil orthopédique et la jambe dans une attelle. On m'a dit que c'était un vrai miracle qu'un bateau de pêche solitaire m'ait retrouvé, délirant et murmurant à propos de nuages vivants et de tentacules dentées. C'est à l'hôpital que j'ai commencé à faire des cauchemars et parfois à me réveiller d'un ciel onirique en hurlant de terreur.

Il n'y a pas eu d'autres survivants, ni de corps retrouvés. Une grande partie de l'épave a été emportée par le courant, mais un fragment de taille importante a été rejeté sur une rive fidjienne plusieurs semaines après l'incident. La partie qui m'a fait vomir dans mon journal était l'image, montrant une ligne de petits trous soigneusement poinçonnés le long du métal. Des marques de dents.

Je reste à l'intérieur si cela facilite mon rétablissement, et ma colocataire m'apporte des provisions chaque semaine. Elle n'a pas entendu l'histoire complète de l'attaque dans le ciel et de la chose dans les nuages, et personne d'autre ne l'entendra non plus, à l'exception de plusieurs pêcheurs fatigués au milieu du Pacifique. Ce manuscrit restera scellé jusqu'à l'heure de ma mort, qui, je crois, arrivera bientôt et rapidement. D'ici là, je prendrai mes pilules, je dédirai mes prières à tout Dieu qui restera là-haut et je me tiendrai à bonne distance des fenêtres.

Il y a un orage juste au-dessus de nos têtes depuis hier matin, et il ne s'est pas encore dissipé.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License