...Mais tu ne peux jamais partir

:root {
    --bg: #111111;
    --bg-medium: #292929;
 
    --fg: #efefef;
    --fg-muted: #666;
 
    --fg-accent-light: hsla(28, 85%, 58%, 1);
    --fg-accent: #e47412;
    --fg-accent-dark: hsla(28, 85%, 38%, 1);
 
    --fg-accent-2-light: hsl(285, 65%, 58%);
    --fg-accent-2: hsla(285, 65%, 48%, 1);
    --fg-accent-2-dark: hsla(285, 65%, 38%, 1);
 
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: var(--fg-accent-2-dark);
    --ct_col_rate-secondary: #fff;
    --ct_col_rate-cancel: #fff;
    --ct_col_rate-link-hover: #e9c9f3;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px var(--fg-accent-2-dark);
}
 
/* Couleur texte creditbox */
.credit {
    color: #000;
}
 
div#container-wrap:before {
    content: "";
 
    display: block;
    width: 100%;
    height: 38px;
 
    position: absolute;
 
    border-bottom: 8px solid var(--fg-accent-dark);
 
    background: var(--fg-accent);
}
 
body, div#container-wrap {
    background: linear-gradient(var(--bg-medium), var(--bg)) repeat-x, var(--bg);
    background-size: 1px 180px;
    color: var(--fg);
}
 
div#content-wrap {
    margin-top: 3em;
}
 
h1, h2, h3, h4, h5, h6,
div#page-title {
    color: var(--fg-accent);
}
 
a, #side-bar a {
    color: var(--fg-accent);
    transition: 0.2s;
}
 
#side-bar a {
    color: var(--fg-accent-2)
}
 
a:visited, #side-bar a:visited {
    color: var(--fg-accent-dark);    
}
 
#side-bar a:visited {
    color: var(--fg-accent-2-dark)
}
 
a:hover, #side-bar a:hover,
a:focus, #side-bar a:focus {
    color: var(--fg-accent-light);
}
 
#side-bar a:hover,
#side-bar a:focus {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
del {
    color: #660000;
}
 
ins {
    color: #006600;
}
 
/* header */
 
#header {
    background: none;
    padding-top: 40px;
}
 
#header h1, #header h2 {
    margin-left: 0;
}
 
#header h1 {
    background: url(/local--files/theme:halloween/scp-halloween-fr.png) no-repeat top left;
    background-size: contain;
 
    display: block;
 
    height: 130px;
    max-height: 130px;
 
    width: 100%;
    max-width: 550px;
 
    font-size: 0;
    position: relative;
    top: 32px;
}
 
#header h1 a {
    display: block;
 
    margin: 0;
    padding: 0;
 
    height: 130px;
    max-height: 130px;
 
    width: 100%;
    max-width: 550px;
}
 
#header h2 {
    display: none;
}
 
/* top bar */
 
#top-bar {
    margin-top: 60px;
    border-bottom: 1px solid var(--fg-muted);
 
    padding-top: 4px;
    padding-bottom: 4px;
}
 
#top-bar a {
    transition: unset;
}
 
#top-bar ul li ul {
   border-color: var(--fg-accent-dark);
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a, #top-bar ul li:hover ul li a {
    border-top-color: var(--fg-accent-dark);
    border-color: var(--fg-accent-dark);
}
 
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: var(--fg-accent);
}
 
#top-bar ul li.sfhover a, #top-bar ul li:hover a {
    border-color: var(--fg-accent-dark);
 
    color: var(--fg-accent);
    background-color: var(--bg-medium);
}
 
#top-bar ul li.sfhover a:hover, #top-bar ul li:hover a:hover {
    border-color: var(--bg-medium);
 
    color: var(--bg);
    background-color: var(--fg-accent);
}
 
/* side bar */
 
#side-bar .side-block {
    background-color: transparent !important;
 
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
 
    box-shadow: 0 2px 6px var(--fg-accent-2-dark);
}
 
#side-bar .heading {
    color: var(--fg-accent-2-light);
    border-bottom: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
}
 
#side-bar .menu-item img {
    display: none;
}
 
#side-bar .menu-item::before {
    display: inline;
    position: relative;
    top: -1px;
    font-size: 10px;
    content: "> ";
    color: var(--fg-accent-2-dark);
}
 
/* side bar: social media links workaround */
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] .menu-item::before {
    content: "";
}
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] img {
    display: inline;
}
 
/* side bar: user resources workaround */
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #fff0f0;"] div:nth-child(2) {
    display: none;
}
 
/* rating module */
 
.page-rate-widget-box .rateup a:hover,
.page-rate-widget-box .ratedown a:hover,
.page-rate-widget-box .cancel a:hover {
    background-color: var(--fg-accent-2-light);
    color: white;
}
 
/* footnote hovers */
 
.hovertip {
    width: 20em;
    padding: 0.5em;
 
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light) !important;
    border-radius: 0.5em;
 
    background-color: #000000ee !important;
    box-shadow: 0 0 6px 1px #000000aa;
    z-index: 100;
}
 
.hovertip .f-heading {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
/* inputs */
 
input.text, input.button,
#search-top-box-input,
#search-top-box-form input[type=submit],
div.buttons input, input.button, button, file, a.button {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-dark);
    border-radius: 0;
    font-size: 1em;
    outline: 0;
}
 
div.buttons input:hover, div.buttons input:focus,
input.button:hover, input.button:focus,
button:hover, button:focus,
file:hover, file:focus,
a.button:hover, a.button:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    background: transparent;
    color: var(--fg);
}
 
input.text:hover, input.button:hover,
input.text:focus, input.button:focus,
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus,
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    color: var(--fg);
    background: transparent;
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
    outline: 0;
}
 
/* wikidot page elements */
 
#page-title {
    border-color: var(--fg-muted);
}
 
table.wiki-content-table th,
table.wiki-content-table td,
#toc,
blockquote,
.scp-image-block .scp-image-caption {
    border-color: var(--fg-muted);
    background-color: transparent;
}
 
table.wiki-content-table th {
    background-color: var(--bg-medium);
}
 
hr {
    background-color: var(--fg-muted);
}
 
.code {
    border: 1px dashed var(--fg-muted);
    background-color: transparent;
 
    font-family: "Consolas", "Courier New", "Roboto Mono", monospace;
    font-size: 14px;
}
 
/* user login */
 
#login-status {
    color: var(--bg);
}
 
#login-status a {
    border: 0;
    color: var(--bg);
}
 
/* footer */
 
#footer, #license-area {
    background: var(--fg-accent);
    color: #111;
}
 
#license-area {
    background: var(--fg-accent-dark);
}
 
#footer a, #license-area a {
    color: #fff;
}
 
/* code highlighter stuff */
 
.hl-identifier, .hl-code, .hl-brackets {
    color: var(--fg);
}
 
.hl-var {
    color: #21ff00;
}
 
.hl-special {
    color: #ffff00;
}
 
.hl-reserved {
    color: #00b2ff;
}
 
.hl-number, .hl-string {
    color: #ff0020;
}
 
/* tabs */
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-nav a em {
    border-color: var(--bg-medium);
    transition: unset;
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a em {
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-nav a:focus,
.yui-navset .yui-nav a:hover {
    color: var(--fg);
    background: var(--bg);
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus,
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover {
    background: var(--bg);
}
 
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border: 0;
}
 
.yui-navset .yui-content,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-content {
    background-color: var(--bg);
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
/* popups */
 
.owindow {
    background-color: var(--bg);
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.title.modal-header {
    background-color: var(--bg);
}
 
.owindow .button-bar a {
    background-color: transparent;
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.owindow .button-bar a:hover, .owindow .button-bar a:focus {
    background-color: transparent;
    border-color: var(--fg-accent-light);
}
 
/* editor */
 
textarea {
    font-family: "Verdana", sans-serif;
    padding: 2px;
    font-size: 100%;
    border: 1px solid var(--fg-accent-2);
    background-color: var(--bg);
    color: var(--fg);
    outline: 0;
}
 
textarea:hover, textarea:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
.change-textarea-size a {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border-color: var(--fg-accent-2)
}
 
.change-textarea-size a:hover, .change-textarea-size a:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    text-decoration: none;
}
 
.edit-help-34 a {
    color: var(--fg-accent-2);
}
 
.edit-help-34 a:visited {
    color: var(--fg-accent-2-dark);
}
 
.edit-help-34 a:hover,
.edit-help-34 a:visited:hover {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
input.text, input.button,
#search-top-box-input,
#search-top-box-form input[type=submit],
div.buttons input, input.button, button, file, a.button {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-dark);
    border-radius: 0;
    font-size: 1em;
    outline: 0;
}
 
div.buttons input:hover, div.buttons input:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    background: transparent;
    color: var(--fg);
}
 
#lock-info {
    background: transparent;
    border: 0;
}
 
#lock-info #lock-timer {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
/* home page elements */
 
.content-panel, .content-panel .panel-body,
.international-entry:nth-child(even),
.alternate:nth-child(even) {
    box-shadow: unset;
    background: #141414;
    color: var(--fg);
}
 
.news-block .news-title > p,
.news-block .news-content > p,
.feature-block .feature-title > p,
.feature-block .feature-subtitle > p {
    color: var(--fg);
}
 
iframe.scpnet-interwiki-frame {
    filter: invert(1) hue-rotate(85deg) saturate(13) brightness(80%);
}
 
iframe.html-block-iframe {
    filter: invert(1);
}
 
div[style="text-align: center; color: #600;"] {
    color: var(--fg-accent) !important;
}
 
/* mobile rules */
 
@media (max-width: 767px) {
 
#side-bar, #side-bar:target {
    border: 0;
    background: var(--bg);
}
 
#search-top-box {
    top: 174px;
}
 
}
notation: +4+x

Cassandra Pike se réveilla dans une chambre d'hôtel avec un mal de crâne. Elle s'assit et observa la chambre. Elle possédait deux lits et un canapé-lit, tous trois couverts de draps mauves. La lumière était d'un jaune terne et une télé à écran plat était accrochée sur le mur d'en face. Au dessus de la télé se tenait un miroir triangulaire.

Elle ne reconnaissait pas les environs mais elle reconnut les personnes présentes avec elle. Le Dr Juliette Hobb, une femme bien bâtie d'une trentaine d'années, était sur le canapé-lit et sur l'autre lit se trouvait Frederick Engelhardt, un homme dans la soixantaine aux cheveux gris, des rides sur le visage indiquant que son air était la plupart du temps renfrogné.

"Fred ?" souffla Cassandra. "Jules ? Ça va ?"

"Mnnn…" Hoss fut la première à se réveiller en baillant. "Hein ? Cass ? On est où ?"

"Je ne sais pas," dit-elle en déglutissant. "Mais je n'aime pas ça." Elle se leva de son lit et fixa le bureau, cherchant le tiroir. Elle sentit ses forces l'abandonner quand elle vit les fournitures à l'intérieur : un œil dans un triangle mauve avec les mots "L'Hôtel Pyramid" imprimés dessous. "Oh, putain."

Fred se réveilla brutalement. "O-on est où ? C'est quoi ce bordel ?"

"On est à l'Hôtel Pyramid." répondit Cassandra. "Quelqu'un a une montre ?"

Fred sortit son iPhone et fronça les sourcils. "01/01/1969. C'est…" Il se frotta le visage. "C'est pas possible. Les iPhones ne peuvent pas être mis à cette date."

"On a été hypnotisés," dit Jules. "C'est pas bon."

"Faisons le point," Fred regarda Juliette. "Tu nous as emmenés jusqu'à Equinox Ridge…"


24 octobre

Le Wisconsin n'était pas connu pour ses paysages montagneux, mais de temps en temps des collines sortent de terre. En face de cette colline singulière était planté un panneau en décomposition sur lequel était écrit "CAMPEMENT EQUINOX", sur lequel Juliette Hobb avait failli rouler dans sa précipitation.

"Bordel, Jules !" lança Pike en se massant l'épaule où la ceinture de sécurité lui frottait la peau. "Qu'est-ce qui t'a pris ?"

"Le nom Isimeria ?" Juliette rendit son téléphone à Cassandra. "C'est grec. Je le reconnais de la fête d'anniversaire de Krys le mois dernier. Ça veut dire Équinoxe."

"D'accord, et alors ?" demanda Engelhardt. "C'est un nom bizarre mais il ne peut pas avoir grand rapport avec…" Il regarda par la fenêtre la colline alors qu'ils passèrent devant. "Cette horreur."

"C'est Sloth's Pit, Fred." Juliette tourna sur la route qui menait à la crête. "Les coïncidences n'existent pas dans les limites de la ville."

"Ce truc est là depuis des lustres ! Il n'est pas sorti de terre pendant les années soixante !" protesta Engelhardt.

"Je… suis d'accord avec Fred sur ce coup," dit Cassandra. "C'est un peu tiré par les cheveux, Jules."

"Juste… faites-moi plaisir, OK ?" Elle prit le virage et peu de temps après, ils se trouvèrent au sommet de la colline. Elle coupa le moteur et descendit du véhicule, le regard vers l'horizon.

Cassandra fit de même, regardant vers le crépuscule constant, le regard inquiet. "On est en haut. Tu pensais qu'il allait se passer quoi ?"

"Cherchez peut-être quelque chose ? Un genre d'indice ?" soupira Juliette. "Je… l'un d'entre nous s'est presque fait arracher la jambe. On doit trouver quelque chose qui pourrait aider."

Fred mit la main en visière afin de se protéger d'un éblouissement inexistant et regarda au loin vers le nord. Il fronça les sourcils et tapota l'épaule de Cassandra. "Qu'est-ce que tu vois par là-bas ?"

"Hein ?" Pike plissa les yeux en regardant, apercevant à peine le fantôme d'une grande roue à environ trois kilomètres de là. "C'est quoi cette merde ?"

"Est-ce que c'est la fête foraine ?" Juliette sortit son téléphone et commença à zoomer le plus loin possible. "Bordel. La résolution de ce truc est à chier. Mais…" Elle prit une photo et la leur montra. "Vous voyez quoi là ?"

"On dirait un truc enchevêtré dans les rayons de la roue." Engelhardt ajusta ses lunettes. "Du lierre peut-être ? Ça a l'air organique."

"Attends." Cassandra s'accroupit et commença à creuser un trou dans le sol, marquant la terre autour de différents symboles arcaniques. Dans le trou, elle versa un peu d'eau d'une bouteille accrochée à sa ceinture.

"Qu'est-ce que tu fais ?" demanda Engelhardt en penchant la tête.

"J'ai assisté à quelques séminaires inter-disciplines que Sinclair avait organisé. Elle nous avait appris la divination, donc peut-être qu'on verra mieux avec ça ?"

"Tout le monde ne peut pas faire de magie, Cass," fit remarquer Jules. "Et… et bien, sans vouloir t'offenser tu n'aurais pas besoin de… volonté pour ça ?"

La parazoologiste regarda sa collègue, levant un sourcil. "Pardon, qu'est-ce que tu dis ?"

"J'veux dire…" Jules toussa. "Tu n'es pas exactement la plus raisonnable d'entre nous."

"Ce qu'elle dit c'est que tu as le pire score de tout le département sur tous les tests de résistance mentale à l'anormal."

"FRED !" s'indigna Jules.

"J'ai compris, j'ai compris." soupira Cassie. "Je ne suis pas la plus… saine. Mais j'ai appris. Et je me suis adaptée. Et j'ai suivi une thérapie." Elle s'agenouilla à côté du cercle et se concentra, insufflant de la Volonté dans ce dernier. Ce n'est pas grand chose, mais c'était suffisant.

L'eau dans le bassin scintilla et afficha une image de la foire. Elle vacillait comme si elle venait d'un satellite de télévision pendant une tempête. Malgré cela, elle réussi à montrer une grande masse orange dans le parc.

"Bordel de merde, tu l'as fait fonctionner." lança Juliette en s'agenouillant à côté d'elle puis regardant dans le bassin. "C'est quoi ce truc orange ?"

"On dirait une cit—" Cassie fut interrompue par une main surgissant du bassin de divination et attrapant Juliette par le cou, l'étranglant et tentant de la tirer dedans. Juliette Hobb hurla.

Cassandra recula, son mouvement brisant le dessin du sort de divination et sectionnant le bras de ce qui avait attrapé sa collègue.

Juliette se releva et courut vers le fourgon. Engelhardt et Pike la suivirent, sans prendre la peine de s'attacher quand le véhicule redémarra et dévala la pente.

Quelque chose atterrit sur le toit de la camionnette dans un grand bong. Une silhouette, entièrement vêtue de noir aux dents pourries et aux yeux à la couleur des dernières lueurs de l'été, s'accrochait au toit. Juliette se déporta et la fit chuter tandis que Cassandra pianotait sur son téléphone.

"Claude ? J'ai besoin— J'ai besoin d'aide. Appelle la force d'intervention."


"Et maintenant on est au même endroit où six membres de Sigma-10 ont disparu." soupira Fred. "Génial."

"Disparu. On n'est pas sûr qu'ils soient morts," lui rappela Juliette. "Aux dernières nouvelles leurs fonctions vitales étaient à leur maximum."

"On doit trouver un moyen de sortir." dit Cassandra en courant vers la porte et l'ouvrant— seulement pour trouver un grand espace noir là où le couloir devait se trouver. Elle claqua violemment la porte. "Ah d'accord."

La télévision s'alluma. Les trois collègues la fixèrent, figés, tandis que le bruit blanc parlait d'une voix sombre, au genre non déterminable. "Bonjour."

"C'est quoi ce bordel ?" lança Cassandra en fixant l'écran.

"Vous êtes Nina, n'est-ce pas ? Son goûter était fortement apprécié mais j'ai toujours faim et cette ville… je suis bloquée ici depuis trop longtemps." Les lumières vacillèrent. "Jouons à un jeu. Trois personnes sont entrées. Dans trois heures, deux d'entre vous partiront." L'écran de la télévision devint un décompte numérique. "Un mourra. N'essayez pas de tricher."

"Êtes-vous Martha ?" demanda Cassandra.

"Martha ? Ah, oui, Nina a dû mal entendre mon nom. Les téléphones de cet hôtel sont horribles." La voix rit et la pièce trembla. "Mon nom est Marva."

La voix diminua.


02:51

Les trois collègues étaient assis dans une pièce, contemplant ce qui pourrait bien être leurs derniers instants. Le Dr Pike se tenait la tête dans les mains et le Dr Hobb était en boule sur son lit. Engelhardt s'était précipité sur le mini-frigo et en sortit une canette de cola à la vanille. "Mon préféré," dit-il. "Le service est au poil dans l'hôtel au moins."

Cassandra s'assit. "Je… on doit voir ça de manière pragmatique." Elle se frotta le visage. "Vous avez des recherches plus importantes. J'ai fait une pause de six mois et j'ai à peine repris sur mon dernier projet depuis."

"C'est pas une bonne évaluation." dit Engelhardt en secouant la tête. "J'ai soixante-dix ans l'année prochaine. Vous savez ce que j'ai accompli pendant tout ce temps ?" Il vida le soda. "Scientifiquement, mes recherches ne signifient que dalle. Comme celles de tout le monde."

"Dis pas ça," désapprouva Hobb.

"Regardons les choses en face !" Engelhardt écrasa son soda sur la commode à côté de la télévision. "Qui lira nos rapports ? D'autres membres de la Fondation. Qui va améliorer notre travail ? D'autres membres de la Fondation. Qui va en avoir quelque chose à foutre de nous après notre mort ?" Il s'appuya sur le meuble. "À moins d'un miracle, on va tous crever dans l'anonymat et le rapport d'autopsie ne dira même pas comment on est vraiment morts. Attaque cardiaque pour toi, anévrisme pour toi, cou brisé pour lui, ton père s'est fait faucher par une voiture en rentrant du travail, elle a inspiré un gaz dans le labo, ton fils est mort à cause d'un EEI posé par une milice au Michigan, je les ai tous entendus, expliqués à des parents et des enfants endeuillés qui ne sauront pas que leur mère ou leur père ou leur fils ou leur fille ou leur nièce ou leur neveu est mort en les protégeant de quelque chose dont ils ne connaîtront jamais l'existence !" Il lança la canette au sol.

"Fred," lança Cassie en se levant. "Tu dois te calmer, bordel. Et c'est moi qui dis ça."

Il se frotta le visage et soupira. "C'est vrai par contre. Quand j'ai débuté ce boulot dans les années soixante-dix, ils avaient un formulaire que tu pouvais remplir si tu voulais une cause de mort plausible. L'option 'suicide' était la plus populaire."

"Sur le formulaire ?" demanda Hobb.

"Sur le formulaire et aussi en tant que politique de mise à la retraite. Sauter d'un toit, sortir de la capsule sans combinaison, se tirer une balle, peu importait. Ta famille touchait des indemnités, tu pouvais cesser d'exister et on serait responsable de récupérer ton bordel." Il soupira. "Juliette. T'as déjà rempli les formulaires de déclarations familiales ?"

Elle secoua la tête. "Pour ce que Krys sait, je travaille à l'agence de protection pour l'environnement. Même si ça devient de moins en moins plausible en ce moment."

"Dis-lui la vérité. Survis à ça et dis-lui."

Cassandra se passa la main sur le visage. "Joue pas au preux chevalier, Fred. Aucun d'entre nous ne veut mourir."

"Et bien l'un d'entre nous va bien devoir !" lança Engelhardt en jetant un œil au temps. "L'un d'entre nous va mourir. Ça devrait être moi. Je suis vieux, je n'ai pas de famille autre que ma chatte !"

Juliette se frotta le front. "Je… c'est ma faute si on est là. Rationnellement je devrais être celle qui nous fasse sortir."

"Dis pas de conneries." Cassandra se tira les cheveux. "Ce truc. Il t'a attaqué la première. Il aurait pu me choper moi mais il t'a attrapé en première. Pourquoi ?" Elle commença à faire les cent pas alors que l'horloge tournait derrière eux.


02:21

"T'es en train de faire un trou dans le tapis." Engelhardt regardait Pike alors qu'elle continuait à faire les cent pas. Il avait trouvé un paquet de cartes dans la pièce et était en train de jouer au solitaire.

"Pourquoi voulait-elle ta mort ?" Elle s'était murmuré cette question plusieurs fois pendant la dernière demi-heure. Elle fusilla Engelhardt du regard. "Tu pourrais aider !"

Juliette se gratta la tête. "C'était peut-être simplement parce que j'étais la première chose qu'elle a vu. Mais…"

"Tu es celle qui nous a amené là-bas en premier lieu," précisa Pike. "Je… Mavra. Ce serait pas un nom grec par hasard ?"

Juliette écarquilla les yeux et se frappa le front, fouillant dans sa poche de l'autre main et sortant une liste de noms, la même que Hastings lui avait envoyée. "Je suis débile ! M. Isimeria ! Mavra Isimeria ! L'Équinoxe Noir !"

"L'Équinoxe d'Automne." dit Cassandra en écarquillant les yeux à son tour en regardant ses collègues.

"L'Automne Noir !" lança Fred en oubliant sa partie de solitaire affichant un léger sourire. "On connaît son nom !" Il se ravisa. "Grand bien nous fasse."

"Plus que tu ne peux l'imaginer." Cassandra regarda dans le mini-frigo, sortant une bouteille de Racinette et en buvant une gorgée. "Cherchez dans les tiroirs, trouvez-moi un truc pour écrire et rappelez-moi de remercier le Dr Sinclair quand on rentrera."


01:49

"Elle a réellement donné un séminaire pour ça ?" s'étonna Engelhardt. "Comment maîtriser les démons et les esprits ?"

"En prenant en compte les trucs bizarres contre lesquels on se bat en ville, Fred ? C'est bien d'avoir quelques connaissances en-dehors de sa discipline." Cassie dessina la dernière partie du sceau, une petite corne sur le haut du symbole du mercure, avant de tendre le crayon à Juliette. "Tu sais écrire en grec ?"

"Un peu, ouais. Assez pour écrire le nom." Elle prit le crayon et commença à écrire soigneusement le nom dans le sceau.

"Et t'es… allée à combien de ces séminaires ?"

"Six ou sept." répondit Cassie en haussant les épaules. "Je devais bien faire quelque chose pendant que je récupérais mes autorisations après ce truc avec le collier."

"Et voilà." dit Juliette en reculant, le nom finalement écrit. "J'ai fait de mon mieux. Tu sais comment faire le reste ?"

"Je me suis jamais entraînée mais je connais la théorie." dit Cassandra en faisant craquer ses articulations et plaçant la main sur le bord du cercle. Elle n'avait jamais fait de magie auparavant. Elle serra les dents et sentit quelque chose circuler dans son bras ; une légère poussée de son corps, l'effort de son esprit de ne pas céder à l'être les gardant ici pour voir ses amis à nouveau, pour voir ses amis vivre. Sa Volonté.

Les lignes dessinées au crayon brillèrent d'une puissante lumière blanche et pendant un court instant, de petites spirales noires semblaient se faire aspirer dans l'air, tirées dans le cercle, remplissant le nom au centre.

Fred sourit et frappa des mains, regardant le plafond en faisant lire sur ses lèvre un 'merci' silencieux à quiconque leur avait donné sa grâce. Enfin. Ils allaient sortir.

Ou c'est ce qui semblait jusqu'à ce que la lumière du cercle disparu, le nom seulement rempli à moitié d'essence noire, comme une barre de chargement bloquée sur un vieil ordinateur. Le nom de Mavra Isimeria commença à se faire effacer par une main invisible et disparut complètement.

La voix rit tout autour d'eux. "Ça a pris finalement une bonne partie de mon essence. Vous auriez fait un bon mage. Gideon vous aurait adoré."

"Gideon ?" répéta Juliette en regardant les murs. "Quel Gideon ?"

"Richard Gideon. Le pauvre idiot qui m'a invoquée, piégée dans cette ville et liée à cet hôtel. Ce traître."

La voix s'arrêta de parler et murmura, des vibrations résonant dans l'air, avant d'exploser, "INCROYABLE ! Vous avez maîtrisé une assez grande partie de moi pour que je doive vous dire des vérités !" Elle ria. "Vous êtes tous tellement plus intéressants que les casse-croûtes que Nina avait envoyé."

Les trois chercheurs reculèrent à cause du volume de la voix, se bouchant les oreilles. "Nous savons qui vous êtes !" hurla Cassandra. "Nous connaissons votre nom !"

"Oui et les noms ont un pouvoir. Mais vous n'avez pas mon nom complet et de toute manière la majorité de mon essence est confinée dans cette maudite foire. Et bien du coup par rapport à votre temps…"

Le volume de la télévision monta. Ils se retournèrent tous et virent que les presques deux heures étaient devenues vingt minutes. "C'est quoi ce bordel ?!" hurla Juliette. "C'est de la triche !"

"Vous m'avez enervée." entonna Mavra. "J'aimerais voir l'un d'entre vous mourir plus vite qu'avant. Maintenant l'un d'entre vous a encore vingt minutes à vivre. Réconciliez-vous, écrivez vos testaments."

La voix s'estompa et les trois collègues étaient encore plus seuls qu'auparavant.


00:15

Les quelques minutes qui suivaient étaient silencieuses. La mort, encore moins une exécution comme ce que Mavra offrait, n'était pas quelque chose auquel les humains faisaient face avec facilité. Au moins les trois collègues avaient le luxe de savoir que quelque chose les attendait après que la douleur et un fondu au blanc. Le prochain grand mystère, celui qu'ils n'avaient jamais pu étudier. Peut-être qu'il y aurait des fantômes, peut-être iraient-ils au Nirvana, peut-être que Mekhane les prendrait dans sa poitrine de métal.

"Je vais le faire," lança Frederick en se levant.

"Non," répondit Cassie en se levant à son tour, essayant de le rasseoir. "Tu ne peux pas."

"J'ai passé plus de quarante ans ici. Personne ne va venir me chercher." Il regarda Cassandra. "Je veux que tu t'occupe de ma chatte. Elle s'appelle Moxie, c'est une bleue russe. Elle ne veut pas manger de poulet et n'aime pas avoir de bicarbonate de soude dans sa litière."

"Fred—" commença Cassie.

Juliette Hobb se leva et posa sa main sur son épaule avant de s'avancer avec lui. "On se tournera quand… quand elle le fera."

"Faites un rapport de tout ça à Mattings, Hennessy… quiconque ayant un intérêt personnel là dedans." Il se leva face à la télévision. "Nous avons fait notre choix." Frederick Engelhardt resta fier, tremblant entièrement. "Je m'offre à vous pour que mes collègues puissent vivre."

"Oh ?" Mavra ricana, puis gloussa, puis ria. "J'ai dit que deux d'entre vous allaient vivre et qu'un devait mourir. Je n'ai jamais dit que vous pouviez choisir qui allait mourir. Mais c'était tellement, mais tellement amusant de vous voir vous chamailler et supplier."

"Non !" Juliette s'élança vers la télé et la frappa du poing. Une dernière vaine action alors que le plastique se craquela et le fit rien d'autre que faire saigner son poing. "Espèce de salope !"

"Je suis l'Automne Noir." La pièce devint sombre. "Et l'hiver est venu pour Cassandra Pike."

Il y eu un fort son humide derrière eux. Ils se retournèrent pour trouver le tibia de Cassandra Pike transpercé par un long couteau noir tenu par un être voilé de noir. Cassie hurla et tomba au sol, l'entité tournant le couteau dans sa jambe. Elle aurait dû s'évanouir à cause de la douleur mais quelque chose la gardait éveillée.

"Tu n'es pas encore inconsciente ?" demanda Mavra, la voix dégoulinant de sadisme. "Oh, quel délice. Tu es éveillée pour ressentir chacun de tes derniers battements de cœur. Tu ne pourras même pas mourir dans ton sommeil !" Le couteau tourna dans la jambe de Pike et du sang gicla dans la bouche de Mavra. Elle se lécha les lèvres.

"C-Claude," arriva-t-elle à articuler. "Claude…"

Engelhardt hurla en direction de Mavra, laissant sortir un cri incohérent de rage. Il fut bloqué par un autre couteau dirigé vers sa gorge. "Ah-ah-ah." lança Mavra. "Je vous montre de la pitié. Vous devriez partir, sans quoi je décide de revenir sur ma décision." Le couteau la transperça à nouveau et Mavra lapa le sang de Cassandra. "Vous êtes parvenus à me lier. Des êtres aussi pathétiques que vous, me lier, moi."

Cassandra Pike grogna, attrapant le couteau avec sa paume. "T-tu ne connais pas le pathétique." lança-t-elle, la douleur la tiraillant. "Pathétique c'est. Pathétique c'est… a-aller dans une chambre de confinement, toutes les nuits, pour j-jouer avec le fantôme de ton ch-chat mort." Elle commença à dessiner quelque chose avec son sang, colorant le tapis. Pat… Pathétique c'est… vouloir fuir… parce que t'as trop peur, complètement terrifiée de quel…qu'un que t'aimes, qu…qui a l'air de te trahir, parce que…" elle termina un cercle avec son sang. "Parce que vous êtes tous les deux des personnes furieuses, mauvaises AAAH !" Elle cria quand elle sentit le couteau entailler son artère.

"Tu sens ça ?" la nargua Mavra. "C'est une ostéophyte, qui monte vers l'artère, directement jusqu'au cœur. Tu es morte, Cassandra Pike. Seule, mal aimée, pathétique."

Les yeux de Cassandra se remplirent de larmes. Elle vit le monde devenir blanc, sa vue devint floue, son cœur ralentit. Puis quelque chose sortit de la lumière. C'était la silhouette d'un chat gris écailles de tortue avec un bavoir blanc sur le ventre, le flanc légèrement de travers dû à une côté cassée par le coup de pied d'un inconnu sur le côté.

"Non," dit Cassandra en crachant alors que le chat commençait à se frotter contre elle. Elle attrapa sa fourrure d'une main ensanglantée et le tint fort. "Je vais pas mourir ici. Je ne suis plus pathétique."

Une main grattouillait l'arrière des oreilles de son chat tandis que l'autre insufflait de la Volonté dans le cercle qu'elle avait fait avec son sang. "Tu as mon sang en toi, Mavra," dit-elle en haletant. Sinclair lui avait dit que cela nécessitait une incantation. Le mieux qu'elle pouvait faire c'était le nom de son chat qu'elle répétait encore et encore. "Oliver. Oliver. Oliver."

Mavra fut frappée par l'énergie sortant du cercle, se faisant propulser contre le mur et la faisant pousser un hurlement aigu. À ce moment, Cassandra Pike n'était pas sûre si le chat qui était apparu face à elle était réel, mais il lui sauta par dessus et elle entendit quelque chose griffer l'Automne Noir.

Frederick Engelhardt lui attacha sa chemise autour de la jambe du mieux qu'il le pouvait et la porta vers l'extérieur avec l'aide de Juliette Hobb supportant le haut de son corps. Ils coururent dans un couloir qui était soudainement apparu à l'extérieur, au bout duquel se trouvaient les agents d'une force d'intervention. L'un d'entre eux demanda un brancard.

Les yeux de Cassandra Pike se fermèrent alors qu'elle marmonnait des excuses. Pas à la force d'intervention, pas à Fred ou Jules, mais au chat à l'air solitaire à l'autre bout du couloir assis à l'extérieur de la chambre 13.

"Désolée, Oliver," murmura-t-elle. "Maman ne peut pas jouer avec toi tout de suite."

Cassandra Pike s'effondra dans les bras de ses collègues.


27 octobre

"Comment va-t-elle ?" demanda Frederick Engelhardt alors qu'il regardait au travers des vitres des portes métalliques.

"Mal," lui répondit Claude Mattings d'une voix faible, adossé contre le mur face à la salle d'opération. "Très mal. Ils… Ils devraient pouvoir reconstruire le fémur. Le doc a dit qu'il n'avait jamais vu quoique ce soit de pareil." Il enleva ses lunettes et les frotta furieusement. Des résidus de sel étaient collés dessus. "Tu sais quelle force il faut pour briser un fémur humain ?"

"Elle va survivre ?" demanda Juliette.

"Ils lui ont donné assez de sang pour ne pas qu'elle meure de son artère percée au moins. Et ils ont retiré les bris d'os." Il se posa les mains sur le visage et secoua la tête. "On doit arrêter ça. Tout de suite. On- on a presque la totalité des éléments." Claude baissa une main et serra le poing, les ongles perçant sa peau. "Ça… Ça s'est déjà stoppé auparavant. On doit trouver comment l'arrêter à nouveau. On doit… On doit trouver Gideon."

Il fusilla Hobb et Engelhardt du regard avec des yeux qui tueraient un Basilic. "On va montrer à ce truc pourquoi 'faut pas faire chier Sloth's Pit."

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License