La malédiction qui vint à la salle six
notation: +3+x
blank.png

:root {
    --bg: #111111;
    --bg-medium: #292929;
 
    --fg: #efefef;
    --fg-muted: #666;
 
    --fg-accent-light: hsla(28, 85%, 58%, 1);
    --fg-accent: #e47412;
    --fg-accent-dark: hsla(28, 85%, 38%, 1);
 
    --fg-accent-2-light: hsl(285, 65%, 58%);
    --fg-accent-2: hsla(285, 65%, 48%, 1);
    --fg-accent-2-dark: hsla(285, 65%, 38%, 1);
 
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: var(--fg-accent-2-dark);
    --ct_col_rate-secondary: #fff;
    --ct_col_rate-cancel: #fff;
    --ct_col_rate-link-hover: #e9c9f3;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px var(--fg-accent-2-dark);
}
 
/* Couleur texte creditbox */
.credit {
    color: #000;
}
 
div#container-wrap:before {
    content: "";
 
    display: block;
    width: 100%;
    height: 38px;
 
    position: absolute;
 
    border-bottom: 8px solid var(--fg-accent-dark);
 
    background: var(--fg-accent);
}
 
body, div#container-wrap {
    background: linear-gradient(var(--bg-medium), var(--bg)) repeat-x, var(--bg);
    background-size: 1px 180px;
    color: var(--fg);
}
 
div#content-wrap {
    margin-top: 3em;
}
 
h1, h2, h3, h4, h5, h6,
div#page-title {
    color: var(--fg-accent);
}
 
a, #side-bar a {
    color: var(--fg-accent);
    transition: 0.2s;
}
 
#side-bar a {
    color: var(--fg-accent-2)
}
 
a:visited, #side-bar a:visited {
    color: var(--fg-accent-dark);    
}
 
#side-bar a:visited {
    color: var(--fg-accent-2-dark)
}
 
a:hover, #side-bar a:hover,
a:focus, #side-bar a:focus {
    color: var(--fg-accent-light);
}
 
#side-bar a:hover,
#side-bar a:focus {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
del {
    color: #660000;
}
 
ins {
    color: #006600;
}
 
/* header */
 
#header {
    background: none;
    padding-top: 40px;
}
 
#header h1, #header h2 {
    margin-left: 0;
}
 
#header h1 {
    background: url(/local--files/theme:halloween/scp-halloween-fr.png) no-repeat top left;
    background-size: contain;
 
    display: block;
 
    height: 130px;
    max-height: 130px;
 
    width: 100%;
    max-width: 550px;
 
    font-size: 0;
    position: relative;
    top: 32px;
}
 
#header h1 a {
    display: block;
 
    margin: 0;
    padding: 0;
 
    height: 130px;
    max-height: 130px;
 
    width: 100%;
    max-width: 550px;
}
 
#header h2 {
    display: none;
}
 
/* top bar */
 
#top-bar {
    margin-top: 60px;
    border-bottom: 1px solid var(--fg-muted);
 
    padding-top: 4px;
    padding-bottom: 4px;
}
 
#top-bar a {
    transition: unset;
}
 
#top-bar ul li ul {
   border-color: var(--fg-accent-dark);
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a, #top-bar ul li:hover ul li a {
    border-top-color: var(--fg-accent-dark);
    border-color: var(--fg-accent-dark);
}
 
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: var(--fg-accent);
}
 
#top-bar ul li.sfhover a, #top-bar ul li:hover a {
    border-color: var(--fg-accent-dark);
 
    color: var(--fg-accent);
    background-color: var(--bg-medium);
}
 
#top-bar ul li.sfhover a:hover, #top-bar ul li:hover a:hover {
    border-color: var(--bg-medium);
 
    color: var(--bg);
    background-color: var(--fg-accent);
}
 
/* side bar */
 
#side-bar .side-block {
    background-color: transparent !important;
 
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
 
    box-shadow: 0 2px 6px var(--fg-accent-2-dark);
}
 
#side-bar .heading {
    color: var(--fg-accent-2-light);
    border-bottom: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
}
 
#side-bar .menu-item img {
    display: none;
}
 
#side-bar .menu-item::before {
    display: inline;
    position: relative;
    top: -1px;
    font-size: 10px;
    content: "> ";
    color: var(--fg-accent-2-dark);
}
 
/* side bar: social media links workaround */
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] .menu-item::before {
    content: "";
}
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] img {
    display: inline;
}
 
/* side bar: user resources workaround */
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #fff0f0;"] div:nth-child(2) {
    display: none;
}
 
/* rating module */
 
.page-rate-widget-box .rateup a:hover,
.page-rate-widget-box .ratedown a:hover,
.page-rate-widget-box .cancel a:hover {
    background-color: var(--fg-accent-2-light);
    color: white;
}
 
/* footnote hovers */
 
.hovertip {
    width: 20em;
    padding: 0.5em;
 
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light) !important;
    border-radius: 0.5em;
 
    background-color: #000000ee !important;
    box-shadow: 0 0 6px 1px #000000aa;
    z-index: 100;
}
 
.hovertip .f-heading {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
/* inputs */
 
input.text, input.button,
#search-top-box-input,
#search-top-box-form input[type=submit],
div.buttons input, input.button, button, file, a.button {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-dark);
    border-radius: 0;
    font-size: 1em;
    outline: 0;
}
 
div.buttons input:hover, div.buttons input:focus,
input.button:hover, input.button:focus,
button:hover, button:focus,
file:hover, file:focus,
a.button:hover, a.button:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    background: transparent;
    color: var(--fg);
}
 
input.text:hover, input.button:hover,
input.text:focus, input.button:focus,
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus,
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    color: var(--fg);
    background: transparent;
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
    outline: 0;
}
 
/* wikidot page elements */
 
#page-title {
    border-color: var(--fg-muted);
}
 
table.wiki-content-table th,
table.wiki-content-table td,
#toc,
blockquote,
.scp-image-block .scp-image-caption {
    border-color: var(--fg-muted);
    background-color: transparent;
}
 
table.wiki-content-table th {
    background-color: var(--bg-medium);
}
 
hr {
    background-color: var(--fg-muted);
}
 
.code {
    border: 1px dashed var(--fg-muted);
    background-color: transparent;
 
    font-family: "Consolas", "Courier New", "Roboto Mono", monospace;
    font-size: 14px;
}
 
/* user login */
 
#login-status {
    color: var(--bg);
}
 
#login-status a {
    border: 0;
    color: var(--bg);
}
 
/* footer */
 
#footer, #license-area {
    background: var(--fg-accent);
    color: #111;
}
 
#license-area {
    background: var(--fg-accent-dark);
}
 
#footer a, #license-area a {
    color: #fff;
}
 
/* code highlighter stuff */
 
.hl-identifier, .hl-code, .hl-brackets {
    color: var(--fg);
}
 
.hl-var {
    color: #21ff00;
}
 
.hl-special {
    color: #ffff00;
}
 
.hl-reserved {
    color: #00b2ff;
}
 
.hl-number, .hl-string {
    color: #ff0020;
}
 
/* tabs */
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-nav a em {
    border-color: var(--bg-medium);
    transition: unset;
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a em {
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-nav a:focus,
.yui-navset .yui-nav a:hover {
    color: var(--fg);
    background: var(--bg);
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus,
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover {
    background: var(--bg);
}
 
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border: 0;
}
 
.yui-navset .yui-content,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-content {
    background-color: var(--bg);
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
/* popups */
 
.owindow {
    background-color: var(--bg);
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.title.modal-header {
    background-color: var(--bg);
}
 
.owindow .button-bar a {
    background-color: transparent;
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.owindow .button-bar a:hover, .owindow .button-bar a:focus {
    background-color: transparent;
    border-color: var(--fg-accent-light);
}
 
/* editor */
 
textarea {
    font-family: "Verdana", sans-serif;
    padding: 2px;
    font-size: 100%;
    border: 1px solid var(--fg-accent-2);
    background-color: var(--bg);
    color: var(--fg);
    outline: 0;
}
 
textarea:hover, textarea:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
.change-textarea-size a {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border-color: var(--fg-accent-2)
}
 
.change-textarea-size a:hover, .change-textarea-size a:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    text-decoration: none;
}
 
.edit-help-34 a {
    color: var(--fg-accent-2);
}
 
.edit-help-34 a:visited {
    color: var(--fg-accent-2-dark);
}
 
.edit-help-34 a:hover,
.edit-help-34 a:visited:hover {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
input.text, input.button,
#search-top-box-input,
#search-top-box-form input[type=submit],
div.buttons input, input.button, button, file, a.button {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-dark);
    border-radius: 0;
    font-size: 1em;
    outline: 0;
}
 
div.buttons input:hover, div.buttons input:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    background: transparent;
    color: var(--fg);
}
 
#lock-info {
    background: transparent;
    border: 0;
}
 
#lock-info #lock-timer {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
/* home page elements */
 
.content-panel, .content-panel .panel-body,
.international-entry:nth-child(even),
.alternate:nth-child(even) {
    box-shadow: unset;
    background: #141414;
    color: var(--fg);
}
 
.news-block .news-title > p,
.news-block .news-content > p,
.feature-block .feature-title > p,
.feature-block .feature-subtitle > p {
    color: var(--fg);
}
 
iframe.scpnet-interwiki-frame {
    filter: invert(1) hue-rotate(85deg) saturate(13) brightness(80%);
}
 
iframe.html-block-iframe {
    filter: invert(1);
}
 
div[style="text-align: center; color: #600;"] {
    color: var(--fg-accent) !important;
}
 
/* mobile rules */
 
@media (max-width: 767px) {
 
#side-bar, #side-bar:target {
    border: 0;
    background: var(--bg);
}
 
#search-top-box {
    top: 174px;
}
 
}

31 octobre
2 h 00

La salle six contenait soixante-dix âmes. Le popcorn recouvrait le sol et la moquette était imbibée de soda renversé. Les soixante-dix personnes présentes avaient essayé de s'échapper. Certaines avaient réussi environ une heure après le début du film, partant d'un air dégoûté avant que le deuxième acte n’ait commencé.

Mais à présent, l'audience entière était attachée à son siège par des paires de longs bras griffus qui avaient émergé de l'arrière de leur fauteuil. Quelqu'un au dernier rang gémit et fut réduit au silence par l'introduction d'une poignée de popcorns dans sa bouche. Il crut qu'il allait s'étouffer avec.

Les meilleures places de la salle avaient été réservées pour les invités d'honneur du Paresseux du Gouffre— Alison Carol et Robert Tofflemire. Ils avaient eu le plaisir de se voir garder les yeux ouverts en plus d'être attachés. Face à eux se tenait le Paresseux du Gouffre portant un corps qui n'était pas le sien.

"Quel était exactement votre plan ?" Le Paresseux secoua la tête. Un doigt incomplet pointa Robert. "Il est le maillon faible de votre régiment. Ce plan était le sien, n'est-ce pas ?"

"Qu'est-ce que ça change ?" demanda Alison.

"Sa tête est un réceptacle !" Le Paresseux du Gouffre s'agitait face à eux. "Il manque de cerveau, il a regardé dans le fossé ! Mon histoire est un fléau — il a refusé de m'ancrer ! Et j'étais là pour observer." L'écran derrière le Paresseux du Gouffre commençait à rejouer des scènes du mois dernier. "Cet homme pourrait aussi bien aller se cacher dans un terrier ! Il n'a rien fait, aucun accomplissement ! Ce n'est pas un héros, à peine un déguisement !"

"C'est pas vrai !" protesta Robert.

"J'ai volé l'esprit d'Alison et n'ai laissé d'elle qu'un champ de décombres." L'écran montrait une paire de griffes creusant le dos de Carol. "Et la tireuse Seren m'a à peine tenu en échec depuis l'ombre !" L'enregistrement montrait des zombies tombant face à un écran en feu. "Une chochotte découvrit la non-réalité de Tristan. Nous avons fait un repas de votre bâtiment ! Vous avez échoué à nous arrêter, d'autres ont fait le boulot à votre place !" L'image d'un feu bleu et de corps brûlants remplissait l'écran. "Même dans le gouffre, Alison vous a sortis de la mélasse." Une porte au heurtoir orné tomba dans un gouffre sans fond.

Le Paresseux du Gouffre se pencha vers Robert en souriant. "Vous vous appelez un protagoniste, un héros, un martyre ? Votre conte est du petit bois d'où nulle flamme ne peut jaillir— votre histoire est un feu qui ne pourra jamais partir !"

"Vous exagérez un peu avec les rimes." Robert regarda son seau de popcorns. Il sortit un pot d'assaisonnement de son sac et commença à en verser dessus.

Alison écarquilla les yeux. "Qu'est-ce que tu fais ?"

"J'ai réalisé que si je ne pouvais pas gagner, autant apprécier le spectacle." Il prit un seul grain. "Tu l'as dit toi-même, habituellement c'est le méchant qui gagne dans les films d'horreur." Il mâchouilla le grain. "Mais ça ne marche vraiment que si le méchant tue le protagoniste."

"Aah, bien, vous avez saisi l'idée." Le Paresseux du Gouffre pencha la tête. Il remarqua que le bras de Robert commençait à enfler alors qu'il continuait à manger. "Qu'est-t-il en train de lui arriver ?"

"Il vient de faire quelque chose qu'il va regretter." Murmura Alison, une larme coulant sur sa joue. Avant qu'ils ne soient partis, Robert avait insisté pour broyer une dizaine de pilules de Classe-A et les mettre dans un pot. "Il est mortellement allergique à ce qu'il vient de mettre dans les popcorns."

"Tu m'laisseras pas crever," lança Robert dans un râle. Sa gorge se refermait. "T'es pas réel, pas encore. Et tu auras besoin d'un bon dénouement pour convaincre les gens que…" Sa respiration se fit difficile et ralentit.

"J'ai une injection d'adrénaline dans la poche." Alison fixa la silhouette boursouflée de Robert. "Si vous me libérez, je pourrai la lui administrer. Sinon vous aurez juste une conclusion vraiment décevante."

Alison réalisa qu'elle pouvait s'entendre en écho. Elle regarda l'écran et se vit avec la silhouette inconsciente de Robert attachée au fauteuil à côté d'elle.

"Oh, bien, très bien !" Les bras du Paresseux du Gouffre se retirèrent des bras et des yeux d'Alison. "Mais un seul mouvement suspect et je ne répondrai plus de rien."

Alison sortit l'injecteur de sa poche. La partie bleue vers le haut, la partie orange vers le bas. Elle retira le capuchon et le planta dans la jambe de Robert.

L'effet fut heureusement instantané. L'adrénaline circula dans son système et il put respirer à nouveau. "P-putain…" lança-t-il, essoufflé.

"Je dois admettre que c'était casse-pied." Le corps de Caroline Sloth s'effondra. "L'apothéose de ce film est vide et inexistante. J'ai envie d'une course-poursuite, rendez-la intéressante— ou je vous ferai comprendre ce que ça fait de m'énerver."

Robert sentit ses bras se libérer. Il regarda Alison et ils coururent hors de la salle.


À l'extérieur, la scène était observée depuis un peloton de véhicules de la Fondation. Des agents de Sigma-10 gardaient l'entrée du bâtiment. La neige était en train de tomber et les fusils de tous les agents étaient pointés vers la porte principale.

Dans l'un des véhicules, Cassandra Pike observait le Détecteur de Fluctuations Narratives. Les chiffres donnés par l'analyse du bâtiment ne pouvaient être décrits que comme une singularité pataphysique vivante— et les chiffres étaient en train de descendre. Cela aurait été une bonne chose en temps normal, signifiant que la singularité était en train de se refermer et que tout narratif malin à proximité se réparerait de plus en plus vite. Mais dans ce cas, cela voulait dire que le Paresseux du Gouffre approchait un stade où il serait à la fois Réel et Fictif.

"C'est une première mondiale." Sinclair était à côté d'elle, retenant son souffle. "Il n'y a rien pour décrire pour ce qui pourrait se passer ici."

"Il devrait y en avoir un." Pike se frotta les mains. "Un état pseudo-physique ?"

"J'ai jamais su écrire "pseudo" correctement." lança Sinclair en fronçant les sourcils. "Mais j'aime le principe. Pourquoi pas état quasi-physique ?"

"Parfait." Le regard de Pike fut attiré vers un écran à côté d'elle. Tofflemire et Carol étaient dans les toilettes. "Mais qu'est-ce qu'ils foutent ?"


Les agents s'étaient isolés dans les toilettes. Robert sortit la clé USB de sa poche. Sa vision se troubla. "Ok. Heu. Je— Je mets ça dans ma- ma poche intérieure. Au dessus de mon Epipen."

"Ça va aller ?" lui demanda Alison en le soutenant.

"Ça va. Je suis allergique aux amnésiques mais ils m'affectent toujours. Je ne devrais pas perdre plus de quelques minutes." Il tapota sa poitrine. "Là-dedans. Là-dedans. Là-dedans."

"Je suis désolée." Alison inspecta la seringue dans sa poche. "Pour tout. Pour t'avoir traité de taré et d'idiot tant de fois et…"

"Non." l'arrêta Robert. "On dirait que tu es en train de dire adieu. Et ce n'est pas terminé tant que le générique se déroule. À moins que ce soit un Marvel, dans ce cas tu devras attendre ici une demi-heure pour voir Nick Fury appeler Tante May."

Alison secoua la tête. "Crétin."

La porte des toilettes explosa vers l'intérieur, des morceaux de plastique volant vers les gens de plastique. Une nuée de bras entrèrent en se dirigeant vers les agents. "Go, go, go !"

Robert plongea sous les bras. Alison grimpa au dessus de l'une des cabines dans un conduit d'aération qui semblait l’attendre— comme au Site-87, ils n'auraient même pas dû pouvoir laisser passer une souris mais un certain quelque chose les aidait.


"Ils t'ont dit ce qu'était le plan ?" demanda Ruby Williams en aidant plusieurs enfants qui avaient déjà pu sortir du cinéma. Le plus jeune d'entre eux n'avait que six ans— ses parents étaient toujours à l'intérieur.

"Non." Seren Pryce offrait un Kit-Kat extra-large à un enfant de huit ans. Les bonbons et les farces étaient arrivés un peu plus tôt aujourd'hui. "Tout ce que je peux dire c'est que je pense que Toff improvise."

"Je ne pense pas que ce soit ça." lança Joseph Grey en mâchouillant un bâton de réglisse que personne ne voulait. "Robert connaît ce truc depuis des mois. Je ne serais pas surpris qu'il ait déjà trouvé un moyen de le battre."

"C'est toujours ceux auxquels on ne s'attend pas." dit Pryce en lançant un sachet de Smarties à une jeune fille de douze ans. "Il a toujours eu l'air d'être barjo."

"Ne jamais sous-estimer un collègue agent." rétorqua Ruby. Elle regarda le cinéma et vit un essaim de bras avancer dans les couloirs. "C'est quoi cette merde ?"

"Allez, les gars…" marmonna Grey en serrant sa barre de réglisse.


Robert Tofflemire laissait le Paresseux du Gouffre faire le travail à sa place. Il plongea sous ses bras et le laissa enfoncer la porte qu'il avait essayé d'ouvrir, sautant par dessus ses débris. Derrière la porte se trouvait un long couloir bordé de projecteurs ; les années des cabines de projection étaient terminées. Les projecteurs numériques pouvaient être manipulés par une seule personne avec un ordinateur et une petite formation.

Robert s'arrêta devant celui sur lequel était marqué "Salle 6" et se tourna vers le Paresseux du Gouffre. Son esprit était brouillé— avait-il pris une dose plus forte que prévu ?

"Je l'ai mise où ?" se demanda-t-il en tapotant son corps. "Allez, allez. Elle est où ? Elle est où ?"

Sa voix résonna dans la salle. La scène était jouée sur l'écran. Une armée de bras s'approcha. "Allez !"

Il sortit son pistolet et tira, l'autre main continuant à chercher la clé. La balle toucha l'essaim de bras du Paresseux du Gouffre. Elle fit demi-tour et le frappa dans le dos dans sa veste, le faisant perdre son souffle. Il tomba ventre à terre et il vit une pièce de plastique au sol face à lui. Ses yeux s'écarquillèrent— une clé USB noire et rouge était tombée de sa main aux pieds du Paresseux du Gouffre.

La clé fut écrasée sous une griffe bien placée. Le Paresseux du Gouffre attrapa Robert par le cou et le souleva du sol. L'agent réussit à s'agripper au projecteur pendant quelques secondes avant d'être soulevé vers le plafond.

"Je vois que j'ai fait une erreur." Le Paresseux du Gouffre ricana. "C'est un film d'horreur— mais vous êtes le seul que je devrai tuer. Eh bien, je pense que cela permettra à cette affaire d'être bouclée."

Le Paresseux du Gouffre lança Robert par le trou qui séparait la salle de projection et la salle. Il atterrit contre le mur opposé dans un horrible craquement et tomba au sol, hors de vue derrière le premier rang. Il y eut un cri.

La scène à l'écran changea brutalement sur un gouffre sans fond. Il en sortit lentement une paire de mains noires aux doigts tronqués, exactement comme sur l'affiche du film. Les cris firent écho dans la salle, accompagnés de sanglots. Elle entendit des gens supplier, et à cet instant, sut ce qui se passait.

"Je suis réel."


"Bien."

Le Paresseux du Gouffre se tourna vers Alison Carol. Elle était tombée du conduit de ventilation au-dessus de lui, une main sur le carrelage. Elle se leva, les yeux remplis de colère.

"Ça veut dire que ça devrait fonctionner maintenant."

Alison plongea vers l'avant dans l'essaim de bras. Elle fut entaillée et écorchée par des dizaines de griffes et sentit sa peau brûler. Au centre, elle le trouva— une sorte de masse solide. Elle ne savait pas ce que c'était et elle s'en fichait. Elle sortit son autre injecteur et le planta dedans. Il hurla alors qu'Alison réussit à lire les inscriptions sur l'injecteur.

Amnésiques de Classe-Oméga. Hautement Toxique. Ne Pas Utiliser.

Alison fut repoussée par le Paresseux du Gouffre. L'injecteur était vide. "Robert est peut-être un peu débile, mais il est bien plus intelligent que ce que vous pensez."

"Qu'est-ce que cela ?!" L'esprit du Paresseux du Gouffre commença à se troubler. "Qu'avez-vous fait ?! Mon… esprit il… commence à s'affoler."

"On savait que vous rendre réel était le seul moyen de vous battre. Et on savait que, juste le temps d'un instant, vous seriez entre le réel et le fictif."

Le Paresseux du Gouffre commença à rapetisser, mais en ce faisant, se jeta sur Alison. Elle mordit l'un de ses bras en faisant attention de ne pas abîmer son semblant de peau et le lança contre le mur. Elle regarda le projecteur, affichant un sourire satisfait sur les lèvres. Une clé USB rouge et noire était branchée à la console du projecteur.

"Et vous pensiez vraiment qu'il n'avait qu'une seule clé ?"

La scène sur l'écran changea brutalement. Une image d'un paresseux normal tenu par une femme habillée en vert remplaça les mains sortant de l'écran. Une voix accompagnait ces images. "Des faits réels à propos des paresseux."

"Vous… m'avez… ruiné… je… ne peux pas mourir. Cette ville… Je dois fuir !"

"Je suis sûre que le zoo de Duluth sera ravi de recevoir un nouvel invité dans sa maison des primates." Alison plaqua le Paresseux du Gouffre qui rapetissait toujours sur le projecteur et le força à regarder.

"Je… ne veux pas oublier. Aidez… moi…"

Le Paresseux du Gouffre fixa la toile. Ses souvenirs commencèrent à se réduire en cendres dans sa tête et tout ce qui restait n'était qu'un tout petit morceau de certitude alors que le film tournait en boucle face à lui : c'était un paresseux.

Quelques minutes plus tard, Alison Carol appelait la base de commande à la radio en caressant la fourrure d'un paresseux à deux doigts couché sur le projecteur. "Ça-ça a marché." Alison déglutit. "SCP-4040-Omega a été neutralisé."

«Confirmé.» répondit le Commandant March d'une voix morose à l'autre bout du fil. «Nous envoyons une équipe pour extraire les survivants tout de suite.»

"Survivants ?" Alison serra la radio dans sa main. "Commandant, quel est le statut de l'Agent Tofflemire ?"

«Les signes vitaux de Tofflemire sont négatifs. Je suis désolé, Agent Carol.»

Alison fit tomber la radio et oublia le paresseux sur le projecteur. Elle passa à travers l'ouverture entre le couloir de projection et la salle de cinéma, puis descendit les escaliers à toute vitesse. Ce ne fut qu'à ce moment qu'elle réalisa qu'une grande tache de sang maculait la toile. À l'avant de la salle, Robert Tofflemire était étendu au sol, inanimé.

"Non." Alison courut dans sa direction. "Non ! Robert !" Elle s'agenouilla à ses côtés, le fit rouler sur le dos et commençant à lui appuyer sur le torse. "Allez, allez. Tu dois t'en sortir."

La porte de la salle s'ouvrit. Alison n'y prêta pas attention alors qu'elle commença le bouche-à-bouche. Elle ignora les bruits de sabots s'avançant vers elle et ne parla que lorsqu'elle entendit l'Homme-Chèvre soupirer dans un bêlement. "Vous ne pouvez pas l'aider."

"Va te faire foutre." lança Alison entre deux respirations.

"Son histoire s'arrête ici, Alison. Il n'y a rien que vous ne puissiez faire de plus."

"Non." Alison grogna en appuyant sur son torse. "Ce mois-ci a été un enfer. Un enfer pour moi, un enfer pour le site, un enfer pour la ville et un enfer pour lui." Elle sentit l'une de ses côtes se briser sous la pression. "Il ne mourra pas. Pas maintenant."


Dehors, des agents se préparaient à entrer dans le bâtiment. Pike écarquilla les yeux— le Détecteur de Fluctuations Narratives devenait dingue.

"Bordel de merde." Pike le sortit et le brancha à son ordinateur portable. Sinclair regarda par dessus son épaule et fut bouche bée.

Niveau de Narratif Malin Critique. Événement de Deus Ex-Machina imminent.

"Il se passe quoi ici, bordel ?"

"Je- Je sais pas." Sinclair déglutit. "Peut-être des effets secondaires de sa neutralisation ?" Elle sortit du camion. "N'entrez pas tout de suite ! Il se passe quelque chose !"


Dans la salle de cinéma, l'air vibrait.

"Le Narratif avait dit qu'il devait mourir, alors il meurt ici." L'Homme-Chèvre leva sa hache. "Arrêtez. Ou je vous arrêterai."

"C'est mon ami." Alison lui souffla à nouveau dans la bouche. "Je ne le laisserai pas crever."

"Vous blessez le Narratif !" Il serra les dents. "Vous savez ce qu'il se passe quand quelqu'un essaye de manipuler le Narratif pour créer la vie ? Ça crée les Gouffres Sans Fond !"

Alison recula et déglutit. Elle fouilla autour de Robert et le trouva sur sa veste. Un Epipen. Elle leva les yeux vers l'Homme-Chèvre. "Si ça a marché dans Pulp Fiction…"

L'Homme-Chèvre leva sa hachette alors qu'Alison levait l'Epipen. "Vous allez détruire la ville entière !"

Alison leva les yeux. Elle s'adressa au projecteur comme si c'était une caméra.

"Comme si tu allais me laisser le faire."

Elle abattit l'injecteur directement sur le cœur de Robert Tofflemire.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License